mardi 3 mars 2020

Front syrien. 3/3/20



L'opération militaire de la Turquie en Syrie s'est transformée en un grave scandale pour Ankara. Selon plusieurs sources, depuis le début de l'opération militaire illégale, les pertes parmi les militaires turcs ont déjà atteint 120 personnes, sans oublier le fait qu'au cours des trois dernières semaines, la Turquie a perdu au moins 40 chars, environ 50 véhicules blindés, 18 installations MLRS, 12 drones en Syrie. et un système de défense aérienne à courte portée. Tout cela menace Erdogan d'un autre scandale et peut conduire à des manifestations de masse.

Selon les chiffres officiels fournis par le ministère turc de la Défense, une cinquantaine de militaires turcs sont morts sous les coups de l'armée de l'air russe et de la AAS, cependant, des ressources de surveillance indépendantes indiquent qu'en réalité, ce chiffre est 2,5 fois plus, et la Turquie cache les vraies pertes.
«Erdogan cache ses pertes, craignant de perdre sa cote de confiance. Plus d'une centaine de soldats turcs sont déjà morts, tandis qu'environ 300 ont été blessés - et ce malgré une supériorité numérique importante. Nous savons qu'ils n'ont pas disparu, mais ont péri. »- Rapportent des sources du Moyen-Orient
Il convient de préciser que l'armée turque subit les pertes les plus importantes dans l'Est d'Idlib, en essayant de prendre d'assaut les colonies et les grandes villes, tandis que avec un soutien efficace de l'aviation et des systèmes de défense aérienne, l'armée syrienne frappe avec succès les emplacements des troupes turques et des djihadistes qu'ils contrôlent.
Source: http://avia-pro.fr/news/turciya-pytaetsya-skryt-istinnye-poteri-v-sirii-pogibli-ne-menee-120-tureckih-voennyh

Détails de l'attaque massive de la Turquie contre la défense aérienne syrienne


Drone abattu 

Au cours de l'attaque turque contre les systèmes de défense aérienne syriens, y compris les systèmes de missiles de défense aérienne Pantsir-S de fabrication russe, l'armée turque a utilisé des tactiques américaines, qui ont permis aux troupes turques de détruire les systèmes de défense aérienne syriens. Nous parlons de tentatives de cibler délibérément les systèmes de défense aérienne Pantsir-S avec les systèmes de guerre électronique, ainsi que de l'utilisation de tactiques d'essaimage de drones.

«La Turquie a lancé de nombreux véhicules aériens sans pilote (UAV) dans le ciel pour frapper les forces syriennes. Selon le responsable militaire, l'attaque de «l'essaim de drones» est une nouveauté militaire qui, selon lui, a démontré «les compétences technologiques d'Ankara sur le champ de bataille». "C'est ce que seul Israël a réalisé jusqu'à présent", a déclaré Charles Lister, directeur du programme Extrémisme et lutte contre le terrorisme de l'Institut du Moyen-Orient, un autre interlocuteur de l'agence. La tactique est que la campagne aérienne implique la montée en l'air de nombreux drones, qui sont soutenus par l'artillerie lourde "- rapporte  Bloomberg.
Il convient de préciser que les États-Unis ont précédemment proposé ces tactiques comme étant les plus efficaces en ce qui concerne la défaite des systèmes de défense aérienne et, évidemment, avec l'approche appropriée de la Turquie, cela s'est avéré très efficace. Cependant, à l'heure actuelle, la Syrie a commencé à éliminer avec succès les drones turcs, après avoir abattu au moins 48 véhicules aériens sans pilote au cours des 10 dernières heures et limiter l'utilisation de ces derniers.


Le ministère turc de la Défense a inventé un faux avec la destruction du S-300 syrien

Les données du ministère turc de la Défense, citées par les médias turcs, faisant état de la destruction du système de défense aérienne S-300 à l'ouest d'Alep, se sont révélées complètement fausses. Il s'est avéré que dans ce domaine, il n'y a pas de systèmes de défense aérienne syriens utilisant un radar à longue portée distinct dans cet endroit.
Selon des sources turques, en raison de la menace qui pèse sur les avions militaires et civils turcs, un véhicule aérien sans pilote turc a été contraint de détruire un radar syrien à longue portée et un certain complexe de production russe, notamment la perte des systèmes de défense aérienne S-300. À l'heure actuelle, on sait que ces informations ne correspondent pas du tout à la réalité, d'autant plus que l'armée turque n'a fourni aucune preuve convaincante.
«Les informations selon lesquelles le système de défense aérienne S-300 a été détruit en Syrie sont fausses, tout comme la destruction du système de défense aérienne Pantsir-S (ce dernier a été détruit en Libye il y a plusieurs mois - environ N.D.E.). De toute évidence, avec de telles victoires imaginaires, le ministère turc de la Défense essaie d'obtenir une bonne note, cependant, en seulement 48 heures, la Turquie a perdu environ 10 militaires, 4 chars, 5 véhicules blindés et 10 drones en Syrie, ce qui indique l'échec cuisant de l'opération militaire d'Erdogan. "  remarque un expert d’Avia.pro.


Les systèmes russes de guerre électronique "Kraukha" "ont tué" deux drones turcs au-dessus de la Syrie

Au cours des 72 dernières heures, la Turquie a perdu au moins deux véhicules aériens sans pilote d'attaque dans l'espace aérien syrien qui ont tenté de frapper les positions de l'armée syrienne. Comme il est devenu connu, lors de leur entrée dans l'espace aérien de la Syrie, les drones ont été soumis à un puissant impact électronique en provenance du sud-ouest, à la suite duquel la Turquie a perdu le contrôle d'eux - un drone s'est écrasé dans la province turque de Hatay, et le second dans les environs de la ville de Serakib.
Dans les images présentées, vous pouvez voir que le signal GPS a effectivement été perdu, après quoi le drone s'est écrasé.
Pour le moment, on ne sait pas si des actions délibérées ont été menées sur des drones ou brouiller exclusivement le signal GPS, mais la Turquie a été contrainte de réduire au minimum l'utilisation de ses drones, ce qui avait déjà conduit à la reprise par l’AAS d'au moins 7 colonies, dont de grandes et Serakib, ville stratégiquement importante.
On sait que la Turquie a également commencé à utiliser des avions de chasse F-16 pour attaquer des cibles au sol, tandis que les avions de combat utilisent des missiles air-surface AIM-120, dont la portée effective des cibles est d'environ 50 kilomètres, ce qui oblige les pilotes turcs à entrer dans l'espace aérien syrien et être ciblés par les systèmes de défense aérienne syriens.


Saraqib à nouveau libérée


Il fallait une riposte à la hauteur de la trahison : quelques heures après l'ultimatum lancé par le commandement militaire iranien en Syrie à Ankara, la Résistance a repris à peine quelques heures et au terme de l’une des contre-offensives les plus foudroyantes depuis le début de la guerre, la ville stratégique de Saraqib à l’armée turque et à ses mercenaires.
A cette opération militaire bien complexe participait la brigade spéciale du Hezbollah, Rizwan, cela même dont le nom fait froid dans le dos des sionistes. Trois jours plutôt à savoir le vendredi 28 février au soir, les officiers turcs pilotés par leurs patrons israéliens avaient pris de court le QG de la Force Qods à l’ouest d’Alep, et ce, en profitant perfidement des accords précédemment passés avec Téhéran.
Un raid au drone simultané, précédé d’une attaque électromagnétique propre à neutraliser la DCA syrienne composée essentiellement de Pantsir-S et de la DCA russe à Hmeimim. Aussi, la couverture aérienne russe ne vint pas. Le raid au drone signé Israël/Turquie a duré plusieurs heures sans que la DCA puisse réagir. Des combattants du Hezbollah, ceux des brigades Fatemiyoun tout comme des officiers syriens y ont péri.
Le fait de faire couler le sang des soldats turcs ne pouvait constituer une réponse suffisante à cette sale trahison. Il fallait que cette riposte fulgurante se produise sur le champ de bataille et que Saraqib située à la fois sur M4 et M5 revienne. La brigade Rizwan (du Hezbollah) a donc pris les commandes et aux côtés des forces spéciales syriennes Tigres n’a mis que quelques heures pour sécuriser le M5 et cette fois avec le soutien des missiles iraniens.  
A peine quelques heures après la reprise de Saraqib, les agences d’information ont fait état du déploiement des soldats russes dans cette localité stratégique qui relie le Nord au sud syrien et qui est l’une des deux clés d’un retour à la normale de l’économie en Syrie.
Selon Avia.pro, « les troupes russes se déploient désormais dans la ville » ce qui provoquerait une riposte immédiate russe en cas de contre-offensive Turquie/USA/Israël.
« Le déploiement de troupes russes s’est déroulé dans l’urgence, fixant ainsi une ligne rouge à Ankara et à ses mercenaires. Ainsi après avoir déclaré le ciel d’Idlib zone fermée, ce qui exposerait le ciel du sud turc à la DCA syro-russe, la Russie réagirait à toute frappe anti-Saraqib puisque ses forces s’y trouvent et que toute atteinte à leur vie sera considérée comme un manquement aux accords passés avec Ankara ».
Le nombre exact des militaires russes à Saraqib est encore inconnu, cependant, Avia.pro affirme qu'il s'agit d'un grand convoi composé des dizaines de véhicules, à même d’ériger des postes de contrôle et des postes d'observation. «En déployant des militaires à Saraqib, la Russie compte mettre fin aux plans d'Erdogan de prendre le contrôle de cette ville. La tentative de la Turquie de lancer un assaut ou un bombardement de l'armée russe sera considérée comme une folie, car elle déclenchera inévitablement les frappes russes de même intensité et entraînera de nouvelles pertes dans les rangs des troupes turques qui déplorent quelque 200 morts dans ses rangs selon des bilans non officiels», note un expert à Avia.pro
Reste à savoir comment Ankara se comportera dans les heures à venir: lundi une délégation américaine conduite par James Jeffry, l’émissaire de Trump a débarqué à Ankara pour rappeler à Erdogan qu’il est avant tout un membre de l’OTAN. Ce mardi, la délégation se rendra à Hatay, province turque limitrophe d’Idlib pour y superviser le très probable déploiement des missiles Patriot. Il s’agit donc d’un début d’engagement militaire direct des USA dans la bataille d’Idlib que ses alliés de l’OTAN ont déjà perdue, un engagement visiblement destiné à contrer l’armée de l’air russe et syrienne et à créer cette fameuse zone no-fly anti-syrienne et russe.
C’est dire que le conflit entre dans sa phase finale : huit des 14 postes d’observation turcs se trouvent désormais exposées aux unités de missiles iraniens et de la Résistance alors que le bilan des pertes turques ne cesse de s’alourdir, et ce, sur fond des pétitions lancées à l’intérieur de la Turquie contre « la guerre d’Erdogan ».
Source : PressTv

La Russie tire 14 missiles de croisière Kaliber sur les bastions de l'EAQ (Erdogan Al-Qaïda) en Syrie

DAMAS, (BM) - Après l'expiration de l'ultimatum turc contre la Syrie, l'armée turque et les troupes contrôlées par Ankara ont lancé une attaque à grande échelle, comme nous l'avons signalé plus tôt aujourd'hui.
Cependant, selon des sources locales et l'agence de presse Aviapro, 14 missiles de croisière Caliber ont été lancés à partir de la zone de la base de la marine russe à Tartous, ce qui a infligé un coup puissant aux jihadistes à Idlib.
"14 missiles de croisière ont traversé la section médiane au-dessus de la côte syrienne et ont frappé les terroristes à Idlib", a déclaré Syrian MC sur Twitter.
À l'heure actuelle, aucun commentaire officiel n'a été fait par la Russie à ce sujet, mais comme nous l'avons signalé il y a quelques jours, plusieurs navires de guerre militaires russes, chacun équipé de 8 missiles de croisière Caliber, ont été immédiatement repérés au large des côtes de la Syrie.
Entre autres choses, il est également prouvé qu’aujourd’hui de multiples attaques de missiles ont effectivement été lancées sur le territoire d’Idlib.
BulgarianMilitary.com rappelle que deux bombardiers Su-24, appartenant aux forces syriennes, ont été abattus par l'armée turque alors qu'ils tentaient d'attaquer tôt aujourd'hui l'armée de l'air turque.
Les détails de la destruction des avions syriens ont été révélés au ministère turc de la Défense le dimanche 1er mars, rapporte Anadolu.
Selon l'armée, les troupes turques ont également détruit trois installations de défense aérienne de l'armée syrienne, dont celle avec laquelle un véhicule aérien sans pilote turc près de la ville de Sarakib a été abattu dimanche plus tôt.
Quelques heures plus tôt, Téhéran a menacé la Turquie de mesures très sévères, dans le cas où Ankara n'arrêterait pas l'opération militaire en Syrie, notamment, il pourrait s'agir d'une frappe de missiles contre les djihadistes et les principaux postes d'observation de l'armée turque à Idlib et Alep.
Un quatrième navire de débarquement de la marine russe est envoyé en Syrie
MOSCOU, (BM) - Le grand navire de débarquement de la marine russe Novocherkassk a franchi le Bosphore et est entré dans la mer Méditerranée, a appris BulgarianMilitary.com citant Komersant.ru
Vraisemblablement, le navire se dirige vers le port syrien de Tartous. Depuis fin février, les frégates amiral Makarov et amiral Grigorovich, ainsi que le BDK Orsk, ont déjà été envoyés en Syrie.
Des informations sur les mouvements de Novotcherkassk ont été publiées par le compte Twitter Yoruk Isik, qui suit le passage des navires à travers le Bosphore.
Selon lui, le navire porte une «lourde charge». Le BDK était accompagné de bateaux de la garde côtière turque.
BulgarianMilitary.com rappelle que deux frégates russes se trouvent déjà dans la région de Syrie.
Une autre frégate, amiral Essen effectue des tâches en Méditerranée depuis décembre 2019. BulgarianMilitary.com indique que les frégates ont déjà participé à plusieurs reprises à l'opération russe contre des militants au large des côtes syriennes.
Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. Monsieur, Merci infiniment pour votre travail de grande qualité. Vous apportez une sécurité d'information quotidienne inestimable.

    RépondreSupprimer
  2. Il est triste de constater le tragique destin des Syriens à cause de la Turquie avec la complicité de l'Occident Erdogan veut rétablir la grande Turquie et mettre fin au traité de Lausanne ce qui explique aussi son intervention en Libye. Un criminel!

    RépondreSupprimer
  3. Les infos sur la Turquie sont bien manipulé et ne disent pas la vérité. Ni la réussite des Turc en Syrie a idlip, ni les ses cause a son intervention ne sont pas commenté ici. Vous voulez bien la défaite de la Turquie dans tous les sens ça se comprend facilement mais c'est Erdoğan que vous empêche a tout réaliser. C'est ma conclusion de vous articles...

    RépondreSupprimer
  4. Erdogan est à la solde des ennemis de la Syrie et de la résistance.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.