vendredi 20 décembre 2019

Le fiasco afghan, le déclin et la chute de l'armée américaine


Un rapport d'enquête dévastateur a été publié dans le Washington Post le 9 décembre. Surnommé les «Afghanistan Papers» en clin d'œil aux célèbres «Pentagon Papers» de la guerre du Vietnam, le rapport s'appuyait sur des milliers de documents pour exposer de la même manière comment le gouvernement américain, au niveau présidentiel, et à travers trois administrations, agissant en collaboration avec les militaires et les civils bureaucrates, a délibérément et systématiquement menti à maintes reprises au public et aux médias sur la situation en Afghanistan.
 
Les responsables des administrations Bush, Obama et Trump ont tous envoyé des troupes supplémentaires en Afghanistan tout en surestimant régulièrement le «succès» que les États-Unis ont atteint dans la stabilisation et la démocratisation du pays. Pendant qu'ils mentaient, les officiers supérieurs et les représentants du gouvernement ont clairement compris que la guerre était, en fait, impossible à gagner.
L'histoire aurait dû être présentée partout aux États-Unis alors que l'Afghanistan continue de tuer des Américains et, en nombre beaucoup plus important, des Afghans, tout en drainant des milliards de dollars [1] du Trésor américain, mais les principaux médias n'ont pas répondu, préférant couvrir la saga de la destitution. Les familles de l'adjudant-chef de l'armée de deuxième classe David C. Knadle, 33 ans, de Tarrant, Texas, et de l'adjudant-chef de deuxième classe Kirk T.Fuchigami Jr., 25 ans, de Keaau, Hawaï, étaient plutôt plus réactives. Tous deux ont été tués dans un accident d'hélicoptère le 20 novembre dans la province afghane de Logar alors qu'ils aidaient les troupes au sol, selon un communiqué de presse du Pentagone.
Ils participaient à ce que l’on a surnommé l’opération Sentinelle de la Liberté. Les deux hommes ont été affectés au 1er Bataillon, 227th Aviation Regiment, 1st Air Cavalry Brigade, 1st Cavalry Division à Fort Hood, Texas. Les talibans ont pris le crédit pour l'abattage de l'hélicoptère, mais l'armée enquête toujours sur la cause.
Knadle et Fuchigami ne sont que les plus récents des plus de 2.400 militaires américains tués en Afghanistan depuis octobre 2001, avec 20.589 blessés et environ 110.000 morts afghans, soit 2 morts américaines pour 100 morts afghanes. N’est-elle pas belle la démocratie occidentale imposée par les armes ?  . À la suite du rapport du Post, Daniel Ellsberg, qui a divulgué les documents du Pentagon Papers en 1974, a déclaré à un journaliste de CNN que les documents du Pentagone et de l'Afghanistan avaient révélé le même dysfonctionnement gouvernemental: Les présidents et les généraux avaient une vision assez réaliste de ce qu'ils étaient en train de faire, mais ils jugeaient que peuple américain ne mérite pas de savoir la réalité".
La Nouvelle République observe comment «Les documents constituent un acte d'accusation non seulement contre un aspect de la politique étrangère américaine, mais aussi contre tout l'appareil décisionnaire américain. Ils révèlent un consensus bipartite pour mentir sur ce qui se passait réellement en Afghanistan: gaspillage chronique et corruption chronique, des plans de développement mal conçus l’un après l'autre, entraînant un échec presque absolu à apporter la paix et la prospérité au pays. Les deux partis avaient des raisons de s'engager dans la dissimulation. Pour l'administration Bush, l'Afghanistan a été un élément clé de la fausse guerre contre le terrorisme. Pour l'administration Obama, l'Afghanistan était la «bonne guerre» qui contrastait avec le cauchemar en Irak. »
Les coûts réels de la guerre d’Afghanistan n’ont jamais été calculés avec précision, bien qu’ils dépassent certainement 1 billion (mille milliards) de dollars et plus
Résultat de recherche d'images pour "coût des guerres américaines" 
Les documents sur lesquels se fonde le rapport Post comprennent plus de 2.000 pages d'entretiens confidentiels avec des personnes qui ont joué un rôle direct dans la guerre, notamment des soldats et des diplomates, ainsi que des travailleurs humanitaires civils et des responsables afghans. Bon nombre des entretiens ont été initialement effectués par l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (SIGAR). Le Post a divisé les entretiens et les documents à l'appui en catégories de sujets qui montrent comment la situation en Afghanistan a commencé à se détériorer dès que les États-Unis ont poursuivi leur invasion rapide avec un plan de construction nationale. Recourant à l'expédient américain habituel, les occupants ont inondé le pays d'argent, ce qui signifiait que les seules choses qui fleurissaient sur le sol était la corruption, et les pavots qui ont fait de l'Afghanistan le premier fournisseur mondial d'opium.
Un entrepreneur impliqué dans la reconstruction de la nation a expliqué comment il devait dépenser 3 millions de dollars par jour pour des projets dans un district afghan de la taille d'un comté américain. Il a demandé à un membre du Congrès en visite s'il pouvait être autorisé à dépenser autant d'argent aux États-Unis. “ [Le législateur] a dit que bien sûr que non. "Eh bien, monsieur, c'est ce que vous venez de nous obliger à dépenser et je le fais pour les communautés qui vivent dans des huttes de boue sans fenêtres."
Dans une autre interview, le rapport cite le lieutenant-général Douglas Lute, le tsar de la guerre afghane de la Maison Blanche sous les administrations Bush et Obama, qui a déclaré aux enquêteurs en 2015. “Nous étions dépourvus d'une compréhension fondamentale de l'Afghanistan - nous ne savions pas ce que nous étions en train faire ", ajoutant plus tard " Qu'est-ce que nous essayons de faire ici? Nous n'avions pas la moindre idée de ce que nous entreprenions.
Une partie du problème avec l'Afghanistan était dans la rotation des soldats américains qui durait un an. Dès qu’ils commencent à  apprendre le pays le pays et les problèmes auxquels ils étaient confrontés, ils devaient partir et des nouveaux venaient les remplacer. Cela a conduit à la plaisanterie selon laquelle les États-Unis n'ont pas mené une guerre de dix-huit ans en Afghanistan: ils ont mené une guerre d'un an dix-huit fois.
Le rapport d'enquête du Post coïncide avec une déconstruction intéressante de l'armée américaine et de son fonctionnement. David Swanson de World BEYOND War fournit une longue revue du nouveau livre du professeur de West Point, Tim Bakken, The Cost of Loyalty: Dishonesty, Hubris, and Failure in the US Military (Le coût de la loyauté: malhonnêteté, orgueil et échec dans l'armée américaine). Selon Swanson, le livre «trace un chemin de corruption, de barbarie, de violence et de non-responsabilité, qui font leur chemin à partir des académies militaires des États-Unis (West Point, Annapolis, Colorado Springs) aux premiers rangs de l'armée américaine et de la politique gouvernementale américaine. , et de là dans une culture américaine plus large qui, à son tour, soutient la sous-culture de l'armée et de ses dirigeants. Le Congrès américain et les présidents ont cédé un pouvoir énorme aux généraux. Le Département d'État et même l'Institut américain de la paix sont soumis à l'armée. Les médias d'entreprise et le public contribuent à maintenir cet arrangement avec leur empressement à dénoncer quiconque s'oppose aux généraux. Même s'opposer à donner des armes gratuites à l'Ukraine est désormais une quasi-trahison. »
Bakken conteste même l'opinion largement répandue selon laquelle les académies militaires ont des normes académiques élevées. Il décrit comment le «système» paie pour attirer des athlètes potentiels et accepte les étudiants nommés par les membres du Congrès à la mesure des dons faits pour financer les campagnes de réélection. Swanson le résume en observant comment les académies offrent «une éducation de niveau collégial communautaire uniquement avec plus de bizutage, de violence et de tassement de la curiosité. West Point prend des soldats et les déclare professeurs, ce qui fonctionne à peu près aussi bien que losqu’on les nomme travailleurs humanitaires, casques blancs, bâtisseurs de nations ou gardiens de la paix. L'école fait stationner des ambulances à proximité en prévision de rituels violents. La boxe est un sujet obligatoire. Les femmes sont cinq fois plus susceptibles d'être agressées sexuellement dans les trois académies militaires que dans les autres universités américaines. » [3]
Bakken conclut que l'appréciation des défauts structurels fondamentaux des forces armées américaines "conduit à une meilleure compréhension des carences de l'armée et de la façon dont l'Amérique peut perdre des guerres". En fait, il est incapable d’identifier une seule guerre que les États-Unis ont gagnée depuis la Seconde Guerre mondiale [4] malgré le fait que le pays soit presque constamment engagé dans un conflit.
Résultat de recherche d'images pour "american wars list"Ensemble, le livre de Bakken et les Afghanistan Papers révèlent à quel point le peuple américain a été soumis à un lavage de cerveau par ses dirigeants pour croire à un récit national de guerre perpétuelle qui est plus une fiction qu'un fait. Donald Trump a peut-être réellement compris que les électeurs étaient fatigués des guerres et a été élu sur cette base, mais il n'a absolument pas tenu sa promesse de se retirer de ces guerres aussi coûteuses qu’inutiles. Cela suggère que l'Amérique restera en Afghanistan dans un avenir prévisible et l'inévitable prochaine guerre, où qu'elle soit, sera un autre échec, peu importe qui sera élu en 2020.
Par Philip Giraldi • December 19, 2019
NOTES de H. Genséric
L'Afghanistan a été appelé le cimetière des empires et il en a été ainsi pour l'Union soviétique et la Grande-Bretagne impériale, qui ont commencé leur déclin là-bas. Maintenant, cela pourrait être la même chose pour un Nouvel Ordre Mondial dominé par les États-Unis. 
Cet article a été publié pour la première fois en 2005, puis mis à jour en janvier 2015 et en avril 2017.
La crise des opioïdes est liée à l’exportation d’héroïne hors d’Afghanistan. Alors qu’en 2001, avant l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis et l’OTAN, il n’y avait que 189,000 consommateurs d’héroïne aux États-Unis, en 2016, ce nombre s’élevait à 4,5 millions (2,5 millions d’héroïnomanes et 2 millions d’utilisateurs occasionnels).
La Russie a accusé l'OTAN de fabriquer la crise des opioïdes en Afghanistan, affirmant que les États-Unis bénéficient directement du commerce de l'opium.
Selon le diplomate russe, Serge Lavrov, l'OTAN travaille avec des producteurs de drogue et des trafiquants pour inonder le monde avec de l'opium, disant qu'il existe des preuves évidentes que, depuis l'invasion de l'Afghanistan en 2001, le commerce de l'opium a grimpé en flèche.
Des parlementaires ciblent les pédophiles du Pentagone avec un projet de loi contre la pédopornographie.
Une législation bipartisane présentée par les Républicains. Abigail Spanberger (D-VA) et Mark Meadows (R-N.C.) vise à mettre fin à l’utilisation des réseaux informatiques du ministère de la Défense (DoD) pour télécharger ou distribuer de la pédopornographie.
Le 9 mai 1945, le fascisme hitlérien a finalement été écrasé sous les décombres de Berlin et le « Reich de mille ans » a heureusement trouvé une fin prématurée.
Les coups mortels contre lui avaient été très majoritairement portés par l’Armée rouge et les fantômes des 27 millions de citoyens soviétiques tués qu’elle portait sur ses épaules.
Comme l’a dit Winston Churchill , l’Armée rouge « a arraché les tripes de la Wehrmacht », et il ne tarissait pas d’éloges sur les sacrifices consentis par les peuples soviétiques dans la victoire que nous célébrons cette semaine.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.