lundi 9 décembre 2019

Des groupes juifs accusent Trump d’antisémitisme et de faux amour d'Israël


Lors du sommet national du Conseil américano-israélien en 2019, le président américain Donald Trump a exhorté le rassemblement à voter pour lui, arguant que les juifs américains n'avaient pas d'autre «choix». Trump a qualifié la foule de «tueurs brutaux», se souvenant de sa longue expérience de «l'immobilier».
«… Vous êtes nombreux à travailler dans l'immobilier, car je vous connais très bien […]. Vous êtes des tueurs brutaux. Pas des gens sympas du tout, mais vous devez voter pour moi, vous n'avez pas le choix […]. Nous devons amener les gens de notre pays, de ce pays à aimer davantage Israël […] Nous devons les amener à aimer Israël davantage. Parce que vous avez des gens qui sont juifs, ce sont des gens formidables - ils n'aiment pas assez Israël », a déclaré Trump, cité par The Hill.

Le discours déconcertant a déclenché une réaction instantanée. D'éminentes organisations juives américaines, notamment le Jewish Democratic Council of America et le groupe de lobbying juif J Street, ont rapidement dénoncé les idées politiques pas si subtiles de Trump comme étant de l’antisémitisme nu.
Nous dénonçons fermement ces propos vils et sectaires dans lesquels le président - une fois de plus - a utilisé des stéréotypes antisémites pour caractériser les Juifs comme étant motivés par l'argent et insuffisamment fidèles à Israël […] Il a même eu l'audace de suggérer que les Juifs n'ont pas le choix " sauf pour le soutenir, et que nous devrions "faire sortir les gens de [notre] pays" afin d'augmenter le soutien à Israël", a brutalement déclaré dimanche la directrice exécutive du Conseil démocrate juif Halie Soifer.
Soifer a souligné que Trump n'a pas le soutien des Juifs américains, ajoutant que le soutien juif aux républicains a chuté de 50% après que Trump a pris ses fonctions parce que "les politiques et la rhétorique de Trump sont complètement antithétiques aux valeurs juives".
"Une écrasante majorité de Juifs sont à la fois pro-Israël et anti-Trump en raison de sa rhétorique incendiaire visant notre communauté et d'autres, et parce que ses gestes symboliques sur Israël n'ont pas rendu l'Amérique ou Israël plus sûrs", a déclaré Soifer.
J Street a riposté dimanche au président américain, jurant de «vaincre» Trump lors de la prochaine élection présidentielle.
"Nous allons travailler sans relâche pour vaincre ce président et ceux qui lui ont permis de devenir président, durant les 11 prochains mois", a tweeté le groupe.
En août, Trump a suggéré que les Juifs américains qui votent pour les démocrates sont déloyaux, mais il n'a pas précisé à qui ou à quoi ils étaient déloyaux. Trump, qui est connu pour placer la loyauté à sa personne  au-dessus de toutes les autres qualités dans le choix de ses adjoints et conseillers, a suscité une profonde indignation parmi la communauté juive aux États-Unis, malgré tous les cadeaux faits à Israël (Jérusalem, territoires occupés pouvant être volés avec l’assentiment américain, milliards de dollars de subvention annuelle en augmentation, etc.) [1].
Commentaire
En Amérique, en France et en Grande Bretagne, ne pas déclarer son amour pour les juifs en général, et pour Israël en particulier, est  un crime de lèse majesté, que les élites de ces pays ne transgressent pas, sous peine de sanctions plus ou moins explicites. En effet, des lois scélérates ont été promulguées à cet effet. Les lobbies juifs sont sur le qui-vive pour dénoncer le plus anodin écart à cette loi soviétique. Rappelons que la révolution bolchevique a été essentiellement conduite et menée par les juifs russes [2], et qu’elle a entraîné un véritable holocauste des populations orthodoxe et musulmane, dont le nombre de morts dépasse les plusieurs dizaines  millions. Les Juifs y ont décrété que toute critique d’un juif était passible de plusieurs dizaines d’années de Goulag, et même de la peine de mort. 
Vont-ils décréter les mêmes lois en Occident ? Il me semble que l’on s’en approche à grands pas. H. Genséric
------------------
NOTES


Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe       
80% des révolutionnaires en Russie étaient Juifs. Les Juifs ont été les artisans de la révolution russe de 1917. (Réf. Dr. Angelo Solomon Rappoport, 1918)
Ceux qui ouvrirent la voie :
- Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l'assassinat du Tsar Alexandre II.
- Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
- Olaf Aschberg (juif) : banquier.
- Evno Azev (juif) : agent double.
- Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
- Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.
- Les moteurs de la révolution de 1917 :
- Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
- Grigory Zinoviev (juif) : L'apôtre de la terreur socialiste.
- Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
- Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
- Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
- Maxim Litvinov (juif) : issu d'une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
- Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
- Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
- Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
- Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.
- Les exécuteurs zélés :
- Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
- Martyn Latsis : l'exterminateur de la bourgeoisie.
- Jacob Agranov (juif) : "S'il n'y a pas d'ennemi, il faut en créer".
- Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
- Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive "autonome", donc sioniste.
- Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
- Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
- Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
- Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
- Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
- Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l'étranger.
- Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
- Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
- Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
- Au Goulag :
- Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l'esclavage dans l'institution du Goulag.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n'étaient qu'environ 4% de la population russe (une proportion comparable à celles des USA, de France et de GB). De plus, cette génération de criminels bénéficia à cette époque, en France, en GB et aux États-Unis, d'un fort soutien et d'une réelle sympathie de la diaspora juive.

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.