dimanche 22 décembre 2019

Les États-Unis concèdent leur défaite dans le projet du gazoduc russe


Un nouveau titre de Bloomberg se lit comme suit: «États-Unis concèdent la défaite concernant le gazoduc russe qu'ils considèrent comme une menace russe » juste après les nouvelles sanctions incluses dans l’Acte de Loi que la Chambre et le Sénat ont adopté  sur l'autorisation de la défense nationale (National Defense Authorization Act (NDAA)) de 2020 cette semaine.
Mais deux responsables de l'administration disent à Bloomberg qu'il c’est trop peu trop tard, malgré la rhétorique accrue de Trump stigmatisant l'Allemagne «captive de la Russie» (alors que l’Allemagne est toujours occupée par l’armée américaine)  et d'accuser Berlin de donner des «milliards» de dollars à la Russie:

De hauts responsables de l'administration américaine, qui ont demandé à ne pas être identifiés, discutant de la position de l'administration sur le projet, ont déclaré que les sanctions qui avaient été adoptées mardi par le Congrès dans le cadre d'un projet de loi sur la défense venaient trop tard pour avoir un quelconque effet. Les États-Unis tenteront plutôt d'imposer des coûts à d'autres projets énergétiques russes, a ajouté l'un des responsables.
Le rapport Bloomberg voit cela comme un rare aveu de défaite:
L'admission est une concession rare sur ce qui avait été une priorité de politique étrangère pour l'administration Trump et met en évidence la façon dont les alliés-vassaux européens tels que l'Allemagne ont été insensibles aux pressions américaines pour abandonner le pipeline. Il montre également comment les États-Unis ont eu du mal à dissuader la Russie de se laisser intimider sur des questions allant de l'énergie à l'Ukraine à la fausse ingérence électorale. Les sanctions anti russes n’ont fait que muscler la Russie et ses alliés.
La résolution contenue dans le projet de loi sur les dépenses de défense, qui devrait être immédiatement promulguée par Trump, sont des mesures qui ciblent spécifiquement les entreprises qui assemblent le pipeline - un dernier effort américain pour bloquer le projet controversé de 760 milles (1220 km), 10,2 milliards de dollars, qui permettrait à la Russie d’exporter du gaz naturel directement vers l'Allemagne, privant l'Ukraine des frais de transit du gaz dont elle a grandement besoin le long de la route actuelle.
La position de Washington est depuis longtemps que ce gazoduc affaiblit la sécurité énergétique européenne, tandis que l'Allemagne de Merkel a rejeté "l'ingérence" de Trump dans les affaires énergétiques européennes, que les Européens ont récemment cherché à diversifier.
Le secrétaire d'État Mike Pompeo, lors d'une visite en février en Pologne, a déclaré que Nord Stream 2 "  canalisera l'argent vers les Russes d'une manière qui porte atteinte à la sécurité nationale européenne".
Il est prévu de doubler les expéditions de gaz russe vers la plus grande économie de l'UE, l'Allemagne, tandis que d'autres craignent - y compris les dissidents au sein de la propre coalition au pouvoir de Merkel - que cela donnera à Moscou un poids géopolitique important sur l'Europe tout en punissant l'Ukraine.
Les nouvelles mesures de sanctions américaines cibleront les dirigeants d'entreprises exploitant des navires qui posent le pipeline et viseront en outre à entraver la capacité de ces entreprises à mener à bien le projet. Il est dirigé par le géant russe Gazprom et cinq sociétés énergétiques européennes, dont la société française d'électricité et de gaz Engie SA, ainsi que Royal Dutch, et la société suisse Allseas Group SA, entre autres, et est en voie d'achèvement, prévu bientôt cette année.
Bloomberg rapporte en outre: "Trump a indiqué qu'il signerait la législation adoptée mardi. Les sanctions imposées aux entreprises qui construisent le projet, dirigé par la société énergétique russe Gazprom PJSC, entreraient en vigueur immédiatement, selon un conseiller républicain du Sénat."
Au total, poursuit Bloomberg, «quelque 350 entreprises participent à la construction de la liaison sous-marine, notamment la société suisse Allseas Group SA, dont les navires posent la dernière section de canalisation dans les eaux danoises».
Quoi qu'il en soit, le chef de Gazprom, Alexei Miller, a déclaré pendant des mois qu'il avait «dépassé le point de non-retour» et que rien ne ferait dérailler le projet. "Nous partons de l'idée que Nord Stream 2 sera réalisé strictement selon le calendrier prévu", avait-il précédemment déclaré aux actionnaires.
Source : 
-----------------------------------------------------------------------
Le gazoduc Nord Stream 2 continue d'agacer Donald Trump
Le gazoduc Nord Stream 2 sera mis en service début 2020. Il divise les Européens et s'attire les foudres de Donald Trump qui recherche de nouveaux débouchés pour son gaz naturel.
Le gazoduc Nord Stream 2, a une capacité de 55 milliards de m3 par an, ce qui doit permettre de doubler les capacités du premier Nord Stream, qui transporte du gaz de la côte baltique de la Russie jusqu'à l'Allemagne.
Les cinq pays dont les eaux sont traversées par le projet, Russie, Finlande, Suède, Allemagne, Danemark, ont donné leur autorisation.
La route via la mer Baltique permet d'éviter de passer par l'Ukraine dont les relations sont extrêmement conflictuelles avec la Russie. Kiev et Moscou ont toutefois signé vendredi un protocole d'accord pour prolonger le transit du gaz russe en Ukraine à partir de 2020.
Après être devenue la principale voie d'approvisionnement début 2018, Nord Stream a vu sa place reculer dans l'acheminement du gaz russe à cause de travaux de maintenance (30%). Au troisième trimestre 2018, l'Ukraine était la voie principale, couvrant 48% du gaz venu de Russie, selon la Commission européenne.
Répondre à la demande européenne
Pour justifier le doublement de leurs gazoducs, les dirigeants de Nord Stream 2 avancent que dans les 20 prochaines années, l'UE aura besoin d'augmenter ses importations de 120 milliards de m3 pour répondre à une demande en hausse.
Le niveau des futurs besoins européens ne fait pas l'unanimité parmi les analystes, mais il est certain que les importations devront augmenter car la production domestique recule, selon l'analyste Thierry Bros, de l'Oxford Institute.
Alors qu'il est difficile d'augmenter les importations de Norvège et d'Afrique du Nord, la hausse viendra "du gaz russe et du gaz naturel liquéfié" (GNL), souligne l'expert.
Les importations de gaz dans l'UE viennent principalement de Russie (47% des importations au troisième trimestre 2018), puis de Norvège (34%), d'importations de GNL d'Afrique du nord (11%) et d'Afrique noire (8%).
Des Européens divisés
La Commission européenne reste très prudente sur le projet. Sans pouvoir s'y opposer, elle veut s'assurer qu'il est bien en ligne avec les règles du marché européen de l'énergie, en matière de concurrence notamment.
Sa proposition de réviser la directive gaz, afin de s'assurer que les gazoducs pénétrant sur le territoire de l'UE respectent également les règles du marché commun de l'énergie (transparence des prix, séparation des activités entre fournisseurs et gestionnaires des infrastructures), est considéré par de nombreux observateurs comme un moyen de mieux encadrer Nord Stream 2.
La Pologne et les pays de l'Est sont ceux qui se font entendre le plus contre le projet.
L'Allemagne en est le principal défenseur, ce qui lui a valu d'être la cible d'attaques virulentes du président américain, qui est allé jusqu'à entériner vendredi des sanctions comprenant le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc.
Intérêts américains
Les États-Unis, grand producteur de gaz naturel, se sont récemment lancés dans une offensive commerciale à la recherche de nouveaux débouchés, soutenue par Donald Trump.
Mais jusqu'à présent, les exportations américaines se sont surtout dirigées vers les marchés sud-américains et asiatiques où les prix sont plus élevés.
Le Qatar reste le principal fournisseur de GNL à l'UE. La part du GNL américain a atteint 3% mais selon la Commission ces flux "depuis les États-Unis ont augmenté de façon tangible à la fin de 2018". (awp)    Source : AGEFI
Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. la fin de l'empire du mal usa peuple criminel dans leur histoire qui ne date que de 250 ans
    vive la fin de satan usa

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.