samedi 21 décembre 2019

Le "capitalisme vautour" est un capitalisme typiquement juif


"Si tu veux frapper quelqu’un, frappe-le à travers son masque!"
Achab, Moby Dick
C'était très gratifiant de voir la récente attaque de Tucker Carlson contre les activités du fonds vautour de Paul Singer, Elliot Associates, un groupe que j'ai présenté pour la première fois il y a quatre ans. À bien des égards, il est vraiment remarquable que les fonds vautours comme celui de Singer aient échappé à l'attention des médias avant cela, surtout quand on considère à quel point ils sont extrêmement nuisibles et exploiteurs. De nombreux pays sont désormais très endettés envers des groupes comme Elliot Associates et, comme l’illustre très clairement le Tucker, leur portée s’est maintenant étendue au cœur même des petites villes américaines. Mettre en lumière la propagation de ce virus est certainement une action  bienvenue. Je crois fermement, cependant, que le problème présenté par ces cabalistes [1], ces de financiers exploiteurs, ne sera résolu que si leur véritable nature est pleinement discernée.
Jusqu'à présent, la terminologie descriptive employée pour discuter de leurs activités a tourné uniquement autour de la nature piégeuse et parasitaire de leurs activités. Elliot Associates a donc été décrit comme un exemple par excellence d'un «fonds vautour» pratiquant le «capitalisme vautour». Mais ces fonds ne sont pas gérés par des oiseaux charognards. Ils sont exploités presque exclusivement par des Juifs. Dans l'essai suivant, nous examinons les «fonds vautours» les plus importants et les plus influents, afin d'évaluer leur leadership, leur éthique, leurs pratiques financières et la manière dont ils diffusent leur richesse douteusement acquise. Je veux que nous mettions de côté des métaphores colorées. Je veux qu'on frappe à travers le masque.

Qui sont les vautours?
Il est communément admis que les fonds vautours mondiaux les plus importants sont Elliot Management, Cerberus, FG Hemisphere, Autonomy Capital, Baupost Group, Canyon Capital Advisors, Monarch Alternative Capital, GoldenTree Asset Management, Aurelius Capital Management, OakTree Capital, Fundamental Advisors et Tilden Park Investment Master Fund LP.
Les noms de ces groupes sont très intéressants, étant soit indescriptibles, soit évoquant de vagues esquisses d'origines anglo-saxonnes ou rurales / pastorales (notez la prévalence du chêne, des arbres, des parcs, des canyons, des monarques ou l'utilisation de noms comme Aurelius et Elliot ). Il s'agit de la même tactique employée par le juif Jordan Belfort, le «loup de Wall Street», qui a exploité plusieurs fraudes majeures sous le nom commercial Stratton Oakmont.
Ces noms sont des masques. Ils sont conçus pour inspirer et cultiver la confiance et cacher l'arrière-plan réel des différents groupes de financiers. Aucun de ces groupes n'a des origines anglo-saxonnes ou vénérables. Aucun n'est basé dans des idylles rurales.
Tous les fonds vautours cités ci-dessus ont été fondés et continuent d'être gérés par des juifs ethnocentriques, mondialistes et urbains.
Un examen rapide de chacun de leurs sites Web révèle que leurs fondateurs et personnalités centrales sont les suivants.
  • Elliot Management — Paul Singer, Zion Shohet, Jesse Cohn, Stephen Taub, Elliot Greenberg et Richard Zabel
  • Cerberus — Stephen Feinberg, Lee Millstein, Jeffrey Lomasky, Seth Plattus, Joshua Weintraub, Daniel Wolf, David Teitelbaum
  • FG Hemisphere — Peter Grossman
  • Autonomy Capital — Derek Goodman
  • Baupost Group — Seth Klarman, Jordan Baruch, Isaac Auerbach
  • Canyon Capital Advisors — Joshua Friedman, Mitchell Julis
  • Monarch Alternative Capital — Andrew Herenstein, Michael Weinstock
  • GoldenTree Asset Management — Steven Tananbaum, Steven Shapiro
  • Aurelius Capital Management — Mark Brodsky, Samuel Rubin, Eleazer Klein, Jason Kaplan
  • OakTree Capital — Howard Marks, Bruce Karsh, Jay Wintrob, John Frank, Sheldon Stone
  • Fundamental Advisors — Laurence Gottlieb, Jonathan Stern
  • Tilden Park Investment Master Fund LP — Josh Birnbaum, Sam Alcoff
Le fait que tous ces fonds vautours, largement reconnus comme les plus influents et les plus prédateurs, soient détenus et exploités par des Juifs est remarquable en soi, en particulier dans un contexte contemporain dans lequel nous sommes constamment bombardés par la suggestion que les Juifs n'ont pas de relation spéciale avec l'argent ou l'usure, et que toute idée de ce genre est un exemple de préjugé basé sur l’ignorance. Cependant, il est également remarquable que la représentation juive sature également le conseil d'administration de ces entreprises, ce qui suggère que leurs débuts et leurs méthodes de promotion et de fonctionnement internes reposent fortement sur les origines ethniques communautaires et la cohésion religieuse et plus généralement, sociales (malgré cela, on nous bassine que ces juifs ne sont pas racistes). En tant que tels, ces fonds juifs offrent une excellente occasion d'examiner leurs activités financières et politiques en tant qu'expressions de la juiverie, et peuvent ainsi être placés dans le cadre plus large de la stratégie d'évolution de la juiverie et de la longue trajectoire historique des relations judéo-goyim.
Comment se nourrissent-ils
En mai 2018, Porto Rico a déclaré une forme de faillite après s'être endetté de plus de 74,8 milliards de dollars, dont plus de 34 milliards de dollars en intérêts et en frais. La dette était due à tous les capitalistes juifs susmentionnés, à l'exception du groupe Cerberus de Stephen Feinberg. Afin de commencer les paiements, le gouvernement portoricain avait mis en place une politique d'austérité budgétaire, fermant les écoles et augmentant les factures de services publics, mais lorsque l'ouragan Maria a frappé l'île en septembre 2017, Porto Rico a été contraint d'arrêter les transferts à ses créanciers juifs. Cela a provoqué une tentative agressive des fonds juifs de saisir les actifs de cette  île qui souffrait alors d'une panne de courant à 80%, en plus de l'ajout d'autres intérêts et frais. Des protestations ont éclaté dans plusieurs villes américaines pour demander l'annulation de cette dette. Après un bref arrêt à Porto Rico fin 2018, Donald Trump a flatté ce sentiment lorsqu'il a déclaré à Fox News: "Ils doivent beaucoup d'argent à vos amis de Wall Street, et nous allons devoir effacer cela." Mais la déclaration de Trump, comme toutes ses déclarations, ne voulait évidemment rien dire et ne l’engageait à rien [2]. En effet, le lendemain, le directeur du bureau du budget de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, a déclaré aux journalistes: "Je pense que ce que vous avez entendu le président dire, c'est que Porto Rico va devoir trouver un moyen de résoudre son problème de dette". En d'autres termes, Porto Rico devra trouver un moyen de payer ses prédateurs Juifs.
Le revirement de Trump n'est guère surprenant, étant donné que Trump est considéré comme fanatiquement favorable à la puissance financière juive. Lorsqu'il parlait de «vos amis à Wall Street», il voulait vraiment dire ses amis à Wall Street. L'un de ses alliés les plus proches est Stephen Feinberg, fondateur et PDG de Cerberus, un fonds vautour et profiteur de guerre, qui a maintenant accumulé plus de 1,5 milliard de dollars de dette irlandaise, laissant le pays sujet à une «vague de reprises de possession de maison» à une échelle jamais vue auparavant, car les traders hypothécaires juifs derrière Quicken Loans (Daniel Gilbert) et Ameriquest (Roland Arnall) ont auparavant chassé des milliers d'Américains de leur maison, en les tranformant en sans-abris. Feinberg a également été associé à des expulsions massives en Espagne, ce qui a amené un collectif d'anarchistes de Barcelone à les qualifier de «méga parasite juif» en charge du «fonds de vautour le plus dégueulasse du monde». En mai 2018, Trump a nommé Feinberg président de son conseil consultatif pour le Renseignement et l'une des raisons de la lenteur du retrait de Trump d'Afghanistan a été le fait que la société de Feinberg, DynCorp , a bénéficié durant plusieurs années de contrats de défense gouvernementaux lucratifs pour former la police afghane et fournir des services auxiliaires à l'armée.
Mais l'association de Trump avec les vautours juifs va bien au-delà de Feinberg. Un article récent du New York Post a déclaré: «Les juifs orthodoxes ouvrent leurs portefeuilles pour Trump en 2020». C'est un résultat prévisible de la période 2016-2020, une époque qui pourrait être nettement caractérisée comme la façon dont les juifs ont appris à cesser de s'inquiéter tout en adorant le DonaldSion. Les financiers juifs ouvrent leurs portefeuilles à Trump parce qu'il est maintenant clair qu'il n'a absolument pas tenu ses promesses en matière d'immigration de masse, tout en renforçant son engagement envers le sionisme et les projets juifs socialement destructeurs comme la promotion de l'homosexualité, la pédophilie [3] et la pornographie [3]. Ces actions, couplées à sa décision de commuer  la peine de 27 ans infligée au patron hassidique de la viande Sholom Rubashkin pour fraude bancaire et blanchiment d'argent en 2017 [4], ont envoyé un message à la finance juive que Trump est une personne avec qui on peut faire affaire sur le dos de ses électeurs goy. Étant donné que ces exploiteurs mondialistes ne connaissant aucune loyauté que celle envers leur propre tribu juive et ses intérêts, il y a une dérive importante du méga-argent juif distribué entre les partis démocrate et républicain. Le New York Post rapporte, par exemple, que lorsque Trump a assisté à un déjeuner de 25.000 $ par couple en novembre dans un hôtel de Midtown, où 400 Juifs friqués ont collecté au moins 4 millions de dollars pour l'America First [!] SuperPAC. L'organisateur du déjeuner Kelly Sadler , a déclaré aux journalistes: «Nous avons passé au crible toutes les personnes présentes et nous avons été surpris de voir combien certains d’entre nous ont donné auparavant aux démocrates, mais jamais à un républicain. Les gens se tenaient debout sur leurs chaises en scandant… huit ans de plus. »
La réalité, bien sûr, est que ces gens ne sont ni Démocrates ni Républicains, mais Juifs, prêts à mettre leur argent dans la direction du vent qui souffle pour les intérêts juifs.
L'effondrement de Porto Rico sous la dette des prédateurs financiers juifs n'est certainement pas nouveau. Le Congo, la Zambia, le Liberia, l’Argentina, le Perou, le Panama, l’ Equateur, le Vietnam, la Pologne, et l’Irlande  ne sont que quelques-uns des pays qui sont tombés entre les serres voraces  des Juifs énumérés ci-dessus. Et ces mêmes prédateurs surveillent maintenant de près la Grèce et l'Inde . La méthodologie utilisée pour acquérir un tel effet de levier est aussi simple qu'impitoyable. À son niveau le plus élémentaire, le «capitalisme vautour» n'est en réalité qu'une combinaison de la relation intense et continue entre Juifs et usure et de l'implication juive dans l’impôt agricole médiéval. Sur cette ancienne pratique,  Salo Baron écrit dans Histoire économique des juifs (Economic History of the Jews) que les spéculateurs juifs payaient une somme forfaitaire au trésor avant de se tourner impitoyablement vers la paysannerie pour obtenir "des surplus considérables ... si besoin est, par les méthodes les plus impitoyables". [1] Les activités des fonds vautours juifs sont essentiellement de la même nature : une spéculation sur la dette, sauf qu'ici le commerce de l'usure est effectué à l'échelle mondiale, dans laquelle les paysans féodaux d'autrefois sont maintenant remplacés par des nations entières. Les Juifs riches mettent en commun leurs ressources, achètent des dettes, ajoutent des frais et des intérêts astronomiques, et lorsque l'inévitable défaut se produit, ils se livrent à une activité juridique agressive pour saisir des actifs, entraînant des vagues de pertes d'emplois et de reprises de possession de domiciles. [Ils sont soutenus en cela par les menaces de sanctions américaines, qui, depuis l’avènement de DonaldSion, frappent indifféremment les "amis" et les ennemis de l’USraël]
Ce type de prédation est si pernicieux et moralement pervers que les gouvernements belge et britannique ont pris des mesures pour interdire à ces entreprises juives d'utiliser leur système judiciaire pour poursuivre la dette en souffrance des nations pauvres. Tucker Carlson, commentant la prédation de Paul Singer et la ruine de la ville de Sidney au Nebraska, a déclaré:
    Cela ne pourrait pas être plus vilain ou plus destructeur. Alors pourquoi est-ce cela est encore autorisé aux États-Unis? La réponse courte: Parce que des gens comme Paul Singer ont une énorme influence sur notre processus politique. Singer lui-même était le deuxième plus grand donateur du Parti républicain en 2016. Il a donné des millions à un super-PAC qui soutient les sénateurs républicains. Vous n'avez peut-être jamais entendu parler de Paul Singer – dont le nom évoque "maître chanteur" - mais à Washington, il est une rock star célèbre. Et c'est pourquoi il paie presque certainement un taux d'imposition inférieur à celui d’un simple pompier. Alors, si vous vous demandez encore si notre système est truqué. La réponse est OUI.
Mis à part les dons politiques directs, ces financiers juifs échappent également à tout examen en se cachant derrière un masque de rhétorique antisocialiste simpliste qui est courante au sein de la droite américaine, en particulier chez les personnes âgées, chrétiennes et pro-sionistes. Rod Dreher, dans un commentaire sur l'article de Carlson dans American Conservative, souligne que Singer a prononcé un discours en mai 2019 contre la «menace croissante du socialisme au sein du Parti démocrate». Singer a poursuivi: «Ils appellent cela du socialisme, mais c'est un étatisme de gauche lubrifié par des averses de choses gratuites promises par des politiciens qui croient que l'argent provient d'une imprimerie plutôt que des efforts productifs des hommes d'affaires et des travailleurs. »
Dreher commente:« Les efforts productifs des hommes d'affaires et des travailleurs »? Cet homme ne manque pas de culot après ce qu'il a fait au peuple de Sidney. »
Les activités de Singer et des autres vautours juifs ne sont pas productives et ne sont même pas une forme de travail ou d’entreprise reconnaissable. Il s'agit d'un parasitisme motivé par la cupidité et pratiqué à une échelle perversement extravagante et très népotiste. En vérité, c'est Singer et ses co-ethniques qui croient que l'argent peut être imprimé sur le dos des travailleurs productifs, et qui, en fin de compte, croient qu'ils ont le droit d'être «comblés par des choses gratuites promises par des politiciens». Singer se place dans un paradigme infantile destiné à divertir les goyim, celui de la libre entreprise contre le socialisme, mais, comme le souligne Carlson, "ce qu’ils font n’a rien à voir avec la libre entreprise que nous connaissons tous." C'est parce que c'est une entreprise juive - exploitante, inorganique et attachée à des objectifs sociopolitiques qui n'ont rien à voir avec la liberté individuelle et la propriété privée. Ce n'est peut-être pas la libre entreprise dont Carlson a entendu parler, mais c'est clairement la libre entreprise que les Juifs connaissent - comme l'illustre leur extraordinaire surreprésentation dans toutes les formes d'exploitation financière et de criminalité en col blanc.
Le Talmud, qu'il soit activement étudié ou culturellement absorbé, est leur code d'éthique et leur programme en matière de fraude, de faillite frauduleuse, de détournement de fonds, d'usure et d'exploitation financière.[5]
Le capitalisme vautour c’est le capitalisme juif.
Qui nourrissent-ils ?
La duplicité de Singer est un parfait exemple de la manière dont la finance juive se présente comme conservatrice sans rien conserver. En effet, le capitalisme juif peut être considéré comme la cause profonde de la montée de Conservative Inc., une forme ou une ombre de politique de droite réduite uniquement à des préoccupations fiscales qui sont finalement, en elles-mêmes, préjudiciables aux intérêts de la majorité de ceux qui les encouragent bêtement. L'esprit du capitalisme juif, en fin de compte, peut être discerné non pas par des blêmes sincères à propos du socialisme et des affaires, destinés simplement à divertir des  patriotes pro sionistes semi-éduqués, mais de la manière dont les fonds vautours juifs diffusent le produit de leur parasitisme. Les vrais vautours sont faibles, alors ils se gorgeront de carcasse et régurgiteront la nourriture pour nourrir leurs petits. Alors, qui est assis dans les nids des fonds vautours, attendant les restes régurgités de nations ruinées par les vautours juifs?
Seth Klarman, de Boston (valeur nette de 1,5 milliard de dollars), qui comme Paul Singer a déclaré que «la libre entreprise a été bonne pour moi», est un rapace exploiteur de dettes qui a fait partie intégrante de l'effondrement financier de Porto Rico, où il a caché une grande partie de ses activités. derrière une série de sociétés écrans. Les journalistes d'investigation ont finalement découvert que le groupe Baupost de Klarman était à l'origine d'une grande partie de l'action judiciaire agressive visant à presser l'île décimée pour le paiement des obligations. Il est clair que les Juifs impliqués dans ces entreprises sont très conscients que ce qu’ils font est mal et qu’ils prennent soin d’éviter de trop porter atteinte à leur réputation, que ce soit à eux-mêmes ou à leur groupe ethnique. Des journalistes portoricains, enquêtant sur le dossier de la dette de Klarman, se souviennent d'avoir tenté de suivre l'une des sociétés écrans (Decagon) jusqu'à Baupost via un avocat de la société écran (et encore un autre juif) nommé Jeffrey Katz:
    Revenant au fil Ropes & Grey, nous avons identifié plusieurs avocats qui avaient travaillé avec le groupe Baupost, et l’un d’eux, Jeffrey Katz, qui - en plus d'avoir travaillé directement avec Baupost - semblait décrire une relation particulièrement étroite et de longue date avec un cabinet solide ayant un profil de Baupost sur sa page d'expérience. … J'ai appelé Katz et il a décroché, à ma grande surprise. Je me suis identifié, ainsi que mon affiliation à la Public Accountability Initiative, et lui ai demandé s'il était la bonne personne pour parler de Decagon Holdings et Baupost. Il a fait une pause, a commencé à répondre, puis après mûre réflexion, a dit qu'il était en fait en réunion, et que je devrais rappeler (apparemment, cet avocat de grande puissance prend les appels de numéros étranges lorsqu'il est en réunions importantes). Comme il me disait de rappeler, je lui ai de nouveau demandé s'il était la bonne personne à qui parler de Decagon, et que je ne rappellerais pas s'il ne l'était pas, et il semblait devenir encore plus énervé. À ce moment-là, il a commencé à trop parler de la façon dont il était avocat et a des clients, comment je dois penser que je suis sur une sorte de gros scoop et comment il y avait une personne debout juste devant lui - littéralement, debout devant lui - alors que j'insistais grossièrement pour le garder en ligne.
L'une des raisons de ce secret est la philanthropie juive intensive engagée par Klarman dans le cadre de sa Klarman Family Foundation.
Alors que les écoles portoricaines sont fermées et que les retraites et les prestations de santé sont réduites, Klarman régurgite le produit de la spéculation massive sur la dette dans ses «domaines d’intervention», notamment «Soutenir la communauté juive mondiale et Israël». Tout en pillant les trésors des   nations goyim paralysées, Klarman et ses associés exclusivement juifs se sont engagés à "améliorer la qualité de vie et l'accès aux opportunités pour tous les citoyens israéliens afin qu'ils puissent bénéficier de la prospérité du pays."
Parmi ceux qui sont dans le nid de Klarman, leurs becs ouverts pour avaler les intérêts sur la dette portoricaine, il y a l'American Jewish Committee, le Combined Jewish Philanthropies de Boston, le Holocaust Memorial Museum, la Honeymoon Israel Foundation, l'Israel-America Academic Exchange et le Israel Project.
Klarman, comme Singer, a également été un ardent défenseur de la libéralisation des attitudes envers l'homosexualité, en donnant 1 million de dollars à un super PAC républicain visant à soutenir les candidats au mariage pro-gay du GOP en 2014 (Singer a fait un don de 1,75 million de dollars). Klarman, qui contribue également aux candidats qui soutiennent la réforme de l'immigration, y compris un chemin vers la citoyenneté pour les immigrants sans papiers, a déclaré: «Le droit au mariage homosexuel est la plus grande question de droits civiques de notre temps. Je travaille en tête-à-tête avec des républicains individuels pour essayer de leur faire réaliser qu'ils sont des Néandertaliens sur cette question. »
GoldenTree Asset Management de Steven Tananbaum s’est  également gavé sur le dos de Porto Rico, en détenant 2,5 milliards de dollars de la dette de l'île. Le Centre de recherche économique et politique a commenté::
Steven Tananbaum, directeur des investissements de GoldenTree, a déclaré lors d'une conférence commerciale en septembre (après l'ouragan Irma, mais avant l'ouragan Maria) qu'il continuait de considérer les obligations portoricaines comme un investissement attrayant. GoldenTree est à la tête d'un groupe de détenteurs d'obligations COFINA qui détient collectivement environ 3,3 milliards de dollars d'obligations. Mais avec Porto Rico confronté à une crise humanitaire sans précédent, et manquant de fonds suffisants pour même commencer à rembourser son endettement massif, ces fonds vautours comptent sur leur capacité à convaincre les politiciens et les tribunaux de les faire rembourser. Le groupe obligataire COFINA a dépensé 610. 000 $ en lobbying au Congrès au cours des deux dernières années, tandis que GoldenTree a lui-même versé 64.000 $ en contributions politiques aux candidats fédéraux au cours du cycle 2016. Pour les fonds vautours comme GoldenTree, la ruine et la destruction de Porto Rico est encore une autre opportunité de profits exorbitants.
Qui Tananbaum nourrit-il de ces bénéfices? Un bref coup d'œil sur les dépenses du Lisa and Steven Tananbaum Charitable Trust révèle une liste relativement courte de bénéficiaires, dont la United Jewish Appeal Foundation, le Musée des Amis d'American d'Israël, le Jewish Community Centre, parmi les plus généreusement financés, avec des dons importants qui vont également aux musées spécialisés dans l'exposition d'art dégénéré et démoralisant.
À la suite de l'effondrement de la valeur des actifs irlandais en 2008, des fonds vautours juifs, dont OakTree Capital, ont contracté la dette hypothécaire pour saisir des dizaines de milliers de maisons, de centres commerciaux et de services publics irlandais (Cerberus de Steve Feinberg a pris le contrôle de l'élimination publique des déchets). En 2011, l'Irlande a émergé comme un point chaud pour les actifs immobiliers en difficulté, après que ses mauvaises banques ont commencé à vendre des prêts qui étaient autrefois détenus par des institutions financières en difficulté. Ces prêts ont été rapidement achetés à des prix défiant toute concurrence par les gestionnaires de fonds juifs, qui ont ensuite agressivement cherché à expulser les résidents afin de les vendre pour un profit rapide. Michael Byrne, chercheur à la School of Social Policy de l'University College Dublin, la plus grande université d'Irlande, commente: «Les stratégies agressives utilisées par les fonds vautours conduisent à des tragédies humaines.» Une propriétaire, Anna Flynn, se souvient comment son hypothèque est tombée entre les mains de Mars Capital, une filiale d'Oaktree Capital, détenue et exploitée par les juifs de Los Angeles, Howard Marks et Bruce Karsh. Ils étaient «très, très difficiles à discuter avec eux», a déclaré Flynn, une mère de quatre enfants. «Tout ce que [Mars] voulait, c'était que je quitte la maison; ils ne voulaient pas de solution [pour m'assurer de pouvoir conserver ma maison]. »
Lorsque Bruce Karsh ne fait pas des Irlandais des sans-abri, qui nourrit-il avec ses bénéfices? Un bref coup d'œil sur les dépenses de la Karsh Family Foundation révèle des millions de dollars de dons à Jewish Federation, Jewish Community Center, and the United Jewish Fund.
Paul Singer, son fils Gordin et leurs collègues d'Elliot Associates Zion Shohet, Jesse Cohn, Stephen Taub, Elliot Greenberg et Richard Zabel, ont une présence dans presque tous les pays et ont un intérêt dans chaque entreprise que vous connaissez probablement. , des librairies aux magasins à un dollar. Avec les bénéfices de l'exploitation des plus démunis de ce monde, ils financent des campagnes pour l'homosexualité et la migration de masse, stimulent la politique d’apartheid sioniste, investissent des millions dans la sécurité des Juifs et promeuvent des guerres pour Israël. Singer est républicain et siège au conseil d'administration de la Republican Jewish Coalition. Il est un ancien membre du conseil d'administration de l'Institut juif pour les affaires de sécurité nationale, a financé des groupes de recherche néoconservateurs comme le Middle East Media Research Institute et le Center for Security Policy, et il est parmi les plus grands bailleurs de fonds de la Fondation néoconservatrice pour la défense des démocraties. Il était également lié au groupe de défense de la guerre de destruction de l’Irak, Freedom’s Watch. Un autre projet clé de Singer était l'Initiative de politique étrangère (Foreign Policy Initiative FPI), un groupe de défense basé à Washington DC qui a été fondé en 2009 par plusieurs personnalités néoconservatrices juives de haut niveau pour promouvoir les politiques militaristes américaines au Moyen-Orient au nom d'Israël et qui a reçu son capital de démarrage de Singer.
Bien que Singer était initialement anti-Trump, et bien que Trump ait une fois attaqué Singer pour sa politique pro-immigration («Paul Singer représente l'amnistie et il représente l'immigration illégale versant le pays»), Trump est maintenant essentiellement financé par trois Juifs - Singer, Bernard Marcus et Sheldon Adelson, représentant ensemble plus de 250 millions de dollars en argent politique pro-Trump. En retour, ils veulent la guerre avec l'Iran. Les employés d'Elliott Management ont été l'une des principales sources de financement pour la candidature de 2014 du faucon anti iranien le plus franc du Sénat, le sénateur Tom Cotton (R-AR), qui a exhorté Trump à mener une «frappe de représailles» contre l'Iran pour avoir soi-disant attaqué deux pétroliers commerciaux. Ces financiers juifs exploiteurs ont clairement indiqué qu’ils s’attendaient à une guerre avec l’Iran, et ils font un lobbying acharné et se préparent à payer le prix fort pour cela. Comme l'a dit un commentateur politique: «Ces donateurs ont clairement fait connaître leurs préférences politiques à l'égard de l'Iran. Ils attendent sûrement un retour sur leur investissement dans le Parti Républicain de Trump. "
Le même modèle est observé à maintes reprises, illustrant la dure réalité que la prospérité et l'influence du mondialisme sioniste reposent dans une large mesure sur les prédations des parasites financiers juifs les plus prospères et les plus impitoyables. Ce n'est pas une conjecture, une exagération ou une hyperbole. Il s’agit simplement de percer le masque, de regarder la tête des fonds financiers les plus prédateurs du monde et de suivre la direction des bénéfices régurgités.
Ne vous y trompez pas, ces cabalistes sont partout et grandissent. Ils pouvaient être ignorés lorsqu'ils s'attaquaient à de petites nations lointaines, mais leur intention était toujours de venir pour vous ruiner vous aussi. Ils sont maintenant à votre porte. Les travailleurs de Sidney, Nebraska n'avaient probablement aucune idée de ce qu'était un fonds vautour jusqu'à ce que leurs usines soient fermées et que leurs maisons soient saisies. Ces fonds iront ensuite dans la prochaine ville. Puis la prochaine. Et une autre après ça. Ils ne seront JAMAIS arrêtés grâce au soutien brutal de la «libre entreprise», et ils ne seront pas non plus arrêtés en les appelant simplement «capitalistes vautours».
Un proverbe tunisien dit : "il n'y a que les putes qui ne sont pas gênées lorsqu'on leur pince les fesses "
Si tu veux frapper quelqu’un, frappe-le à travers son masque!
Notes
[1] S. Baron (ed) Economic History of the Jews (New York, 1976), 46-7.
(Republished from The Occidental Observer by permission of author or representative)
Source : Vulture Capitalism Is Jewish Capitalism
Par Andrew Joyce •  18/12/ 2019
LES ANNOTATIONS DANS CETTE COULEUR SONT DE H. Genséric
NOTES de H. Genséric
--------------------------------------------

ANNEXE
1. Les fonds vautours sont des extrémistes en apparence isolés...
L’action des fonds vautours est fondée sur une dynamique immorale, et ce, à de nombreux titres.
En premier lieu, dès lors qu’ils cherchent à racheter des obligations souveraines sur le marché secondaire à des prix très inférieurs à leur valeur faciale (ce qui crée la « disproportion manifeste » à laquelle la loi belge de 2015 fait référence.), les fonds vautours tendront par essence à racheter des obligations souveraines d’un État en grande difficulté financière. Or, une grande difficulté financière ne se traduit pas uniquement par des jeux d’écriture sur des comptes et des bilans, celle-ci est consubstantielle à une crise économique impactant directement la vie de la population.
Ces difficultés économiques sont au centre d’une stratégie consciente et méticuleusement organisée. D’abord, les fonds vautours doivent démontrer leur détermination, et démontrer qu’il est hors de question de trouver un accord qui tendrait à partager les pertes. Dans ce rapport de force ils doivent être prêts à avoir un comportement dont ils savent pertinemment qu’ils pourront bloquer une sortie de crise dans la mesure où ils refuseront de participer à un accord collectif qui impliquerait des pertes.
La stratégie se fonde sur le fait que les autres acteurs auront un comportement plus raisonnable vis-à-vis de ce qu’on pourrait appeler le bien commun. Les fonds vautours comptent en réalité sur le fait qu’ils sont précisément les acteurs les plus immoraux, ceux qui seront capable d’aller au bout, harceler l’État, affaiblir la position de l’État jusqu’à ce qu’il cède, en pariant que les autres créanciers ne le feront pas. Les fonds vautours font le sale boulot que d’autres créanciers ne peuvent pas se permettre de faire au grand jour
L’acharnement des fonds vautours à recouvrer leurs créances n’a rien de légitime dans la mesure où ils se sont consciemment et stratégiquement mis dans la situation de créanciers à risque... risque qu’ils n’acceptent pas.
2. ... mais en réalité connectés aux autres acteurs de la finance
Une caractéristique importante des fonds vautours est qu’ils sont très majoritairement basés dans les paradis fiscaux comme les Îles Vierges britanniques (Donegal), les Îles Caïmans (Dart Management, Kensington international et NML Capital qui sont deux filiales du même groupe Elliott) ou encore l’État américain du Delaware (FG Hemisphere).
Leur localisation dans un paradis fiscal leur permet notamment de cacher l’identité de leurs actionnaires. On arrive là à un point fondamental : les fonds vautours ne sont pas juste une excroissance malsaine causée par la rapacité de quelques spéculateurs, ils viennent bien souvent faire le sale boulot que d’autres créanciers, comme les grandes banques, ne peuvent pas se permettre de faire au grand jour, pour des raisons de publicité. Constatons aussi que le fonds FG Hemisphere a été créé par deux anciens consultants de Morgan Stanley et Lehman Brothers.

Source : https://www.cadtm.org/Quelle-est-la-place-des-fonds
 

Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.