lundi 2 décembre 2019

L’Amérique fascisante. Une révolution y est nécessaire pour sauver le monde


Le 11 novembre, les «Leçons à tirer du coup d'État en Bolivie», très troublantes mais clairement vraies, ont été publiées sur le Web. Leur auteur anonyme (un analyste des services de renseignement allemands) a documenté la perversité du renversement d’Evo Morales en Bolivie et la menace que le régime américain fait clairement peser sur la planète - un cancer en expansion du fascisme expansionniste mené depuis Washington. Mais plus encore, il a indiqué que, à moins que les individus responsables de la progression du fascisme ne soient exécutés, il n’y aura plus de véritable espoir de démocratie dans le monde. Soit cette impunité cessera, soit la propagation de la dictature internationale américaine (non seulement par de tels coups de la CIA, mais aussi par des invasions internationales illégales telles que celles d'Irak 2003, de Libye 2011, de Syrie en 2012 et du Yémen en 2015) va continuer et va finalement engloutir dans la misère le monde entier.
Il met en évidence la complicité des médias américains "d'actualité" dans les mensonges qui "justifient" ce coup (et "justifient" ces invasions). C’est désormais le mode de fonctionnement du régime américain.
Résultat de recherche d'images pour "Why a Second American Revolution Is Necessary for the Entire World"
Bien sûr, aucun de ces médias ne publiera une telle vérité; ils se dissimulent tous constamment pour le régime washingtonien, car ils en constituent un élément essentiel. (Toutes ces invasions et coups d'Etat ne reposent que sur des mensonges, et les médias en sont une partie nécessaire.) La censure en Amérique est donc extrême et constante.
Par exemple: combien de médias américains et alliés ont même rapporté que des fascistes ont pris le pouvoir en Bolivie? Au lieu de cela, des éditoriaux comme le New York Times accusent le président bolivien (démocratiquement élu, jouissant d’un succès extraordinaire et populaire) d'être responsable du coup d'État qui l'a renversé et remplacé par des fascistes (et le NYT n'a jamais utilisé le mot "coup d'Etat", sauf une fois de manière dérisoire, en disant que «le dirigeant travailliste britannique, Jeremy Corbyn, a crié au " coup d'Etat "- comme si ce n'était pas un coup d'Etat - et le NYT ne fait aucune mention que cela a été fait par des fascistes convaincus). Le jour précédent, ce journal de "news" avait affiché  un titre ridiculement anodin "Le leader bolivien Evo Morales s’est retiré" et affirmait que "M. Morales était autrefois très populaire », comme s'il ne l'était plus, alors que   tous les scrutins, y compris   la dernière élection présidentielle, le montraient encore comme « largement populaire ». Mais les groupes fascistes organisés par la CIA et les oligarques le détestaient et le rabaissaient.
Est-ce que la CIA, ses généraux et ses oligarques de Bolivie seront exécutés pour cela? Bien sûr, ils devraient l'être. Si ce n’est pas le cas, comment peut-on y rétablir la démocratie? C’est l’une ou l’autre - c’est la continuation de la dictature, ou bien le rétablissement de la démocratie -. Il ne peut pas y avoir de «réconciliation», maintenant. C'est un état de guerre irréconciliable qui existe entre les putschistes et le peuple bolivien. Il y aura une effusion de sang - et ce d'autant plus que les putschistes restent au pouvoir et que Morales ne sera pas rapidement rétabli pleinement dans les pouvoirs pour lesquels il avait été élu à plusieurs reprises par le peuple. Cependant, il ne pourra pas retourner en toute sécurité chez lui, jusqu’à ce que les coupables soient exécutés, car sinon, ils l’exécuteraient certainement d’abord, et il ne pourrait jamais se sentir en sécurité là-bas.
À cause de ce que les coupables ont fait, ce sera inévitablement une lutte à mort - et pas seulement pour les principaux responsables de chaque côté, mais pour des centaines, voire des milliers, de leurs partisans. Ce que les coupables ont fait a donc inévitablement précipité une effusion de sang massive en Bolivie. Et pourtant, la presse menteuse du régime américain soutient ce qui a été fait. Elle cache au public les vérités inavouables car détestables. Ces mensonges constants seront nécessaires pour que les outils du régime américain tels que l'OEA (Organisation des Etats Américains)  et le FMI fournissent aux fascistes le soutien public qui permettra au régime du coup d'État bolivien de se voir accorder la "légitimité" internationale, qui sera nécessaire pour les actions de ce régime doivent être considérées comme juridiquement valables et contraignantes dans le commerce international.
Un autre exemple récent de cette propagation du cancer du fascisme du régime américain est le coup d'État américain qui a instauré un régime fasciste en Ukraine en février 2014. Aujourd'hui encore, les médias «d'information» des États-Unis et de leurs alliés cachent ce coup en le présentant comme une "révolution démocratique"
Comment le public, dans n’importe quel pays, peut-il contrôler le gouvernement si ce dernier et ses médias n’arrêtent pas de mentir de manière aussi vicieuse? La démocratie est impossible dans un pays comme les Etats-Unis. C'est une honte. L’existence de plusieurs partis politiques ne signifie pas qu’ils ne sont pas tous contrôlés par les 607 milliardaires américains [1]- dont certains démocrates et d’autres républicains, mais tous réellement fascistes. Manifestement, la malhonnêteté règne et elle est achetée par les quelques individus qui contrôlent la plus grande partie de la richesse de la nation (et des «médias»). Voici un exemple au sein même des États-Unis: l’élection présidentielle américaine de 2016, qui était en fait une sélection présidentielle, par les milliardaires.
Malheureusement, la seule solution globale serait une deuxième révolution américaine, mais cette fois-ci, les médias sont beaucoup moins honnêtes et il n’existe donc pratiquement aucun soutien de la part de la population américaine. En conséquence, les perspectives pour l’avenir, pour le monde entier, sont sombres. Si l'avertissement (caché par les médias), de ce qui se passe en Bolivie, n'est pas écouté, comment ce cancer peut-il être empêché d'engloutir le monde entier?
Par Eric Zuesse
1er décembre 2019
NOTES
[1] Parmi la liste annuelle des 400 Américains les plus riches, les Juifs occupent 30 des 100 premières places :
N ° 10 - Michael Bloomberg
N ° 11 - Larry Page
N ° 11 - Sergey Brin
N ° 13 - Sheldon Adelson
N ° 14 - George Soros
N ° 15 - Michael Dell
N ° 24 - Carl Icahn
N ° 24 - Ron Perelman
N ° 31 - Len Blavatnik
N ° 32 - Steve Cohen
N ° 35 - Mark Zuckerberg
N ° 38 - Samuel Newhouse
No. 44 - Eli Broad
N ° 49 - Donald Newhouse
N ° 54 - David Geffen

N ° 58 - Ira Rennert
No. 60 - Ralph Lauren
N ° 60 - Sam Zell
N ° 62 - Richard LeFrak & Family
N ° 62 - David Tepper
N ° 66 - Leonard Lauder
N ° 69 - Bruce Kovner
No. 69 - Stephen Schwarzman
N ° 69 - Micky Arison
No. 88 - Leonard Stern
N ° 90 - Henry Kravis
N ° 90 - Haïm Saban
N ° 98 - Daniel Och
N ° 101 - Edward Lampert
N ° 101 - Stephen Ross
Voire la liste complète ici.


5 Juifs inscrits sur la liste de Forbes des 10 plus riches Américains 2018
Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, mène le groupe juif au quatrième rang, avec une valeur nette de 61 milliards de dollars. Il est suivi par le géant du logiciel Oracle Larry Ellison au 5e rang avec 58,4 milliards de dollars et au co-fondateur de Google Larry Page au 6e rang avec 53,8 milliards de dollars.
Son co-fondateur, Sergey Brin, est un peu en retard avec 52,4 milliards de dollars, le laissant à la 9e place. Enfin, l'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, termine le top 10 avec 51,8 milliards de dollars.

VOIR AUSSI :

-   CONFIRMATION : le 11/9, c’était bien une bombe nucléaire israélienne

 
Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. il faut utiliser les mêmes armes des américains pour "désagréger" l"union de cet empire du mal...par ex provoquer un mécontentement populaire généralisé en son sein pour au moins le disloquer
    une guerre directe est déconseillée pour l'humanité sauf les cas de force majeure
    combien de morts et d'états ce cancer a causé depuis les indiens jusqu'à ce jouur

    RépondreSupprimer
  2. L'humanité retrouvera ses vraies valeur lorsque le mal et ses racines propagé à travers le monde entier, sera totalement éradiqué jusqu'au dernier. Quelqu'en soit le prix, c'est un devoir pour cette humanité de se nettoyer pour l'avenir de nos enfants.

    RépondreSupprimer
  3. Alouène Saib: "Il faut utiliser les mêmes armes des américains pour "désagréger" l"union de cet empire du mal...par ex provoquer un mécontentement populaire généralisé en son sein pour au moins le disloquer."

    C'est exactement ce à quoi travaillent les Soros, les Démocrates, un certain % de Républicains (qui font partie du Deep state ou sont forcés de leur obéir), la majeure partie des medias, etc.

    Ce n'est pas le Peuple Américain qui est "l'empire du mal": c'est l'empire du mal qui sévit aux Etats-Unis comme il sévit partout. L'Etat n'est pas le Peuple..

    -*-

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.