dimanche 1 décembre 2019

La Russie et la Chine ont décidé d'organiser des exercices militaires conjoints avec l'Iran


Le 27 novembre et à l'occasion de la journée nationale de la marine, le commandant en chef de la marine iranienne, le contre-amiral Khanzadi a confirmé la tenue des exercices navals conjoints entre l'Iran, la Russie et la Chine, exercices qui devront se tenir fin 2019-début 2020 et qui selon le commandant iranien, revêtent une importance de premier ordre, alors que les États-Unis et l'OTAN redoublent d'activité en Méditerranée, face à la Russie, tout en convoitant ses bases syriennes et que la Chine se trouve confrontée à des ingérences militaires croissantes US en mer de Chine.

Les marines chinoise et russe mènent un exercice de combat. ©People Daily/News.cn/IllustrationCôté iranien, ces manœuvres militaires pourraient préfigurer ce qui se produirait, si les Américains décidaient de commettre l'irréparable dans le golfe Persique et de mettre à l'épreuve la patience iranienne. Pour la Grande-Bretagne qui fait partie de la coalition maritime anti-Iran et qui a vécu, mort dans l’âme, les contrecoups d'un début de confrontation militaire avec l'Iran  (affaire Steno Impero), cette manœuvre conjointe ne peut passer inaperçue. Le journal britannique Daily Mail y revient en se référant aux propos du commandant Hossein Khanzadi.  
« Selon le commandant en chef de la marine iranienne, la conception et la planification des exercices ont eu lieu le mois dernier et les troupes se préparent déjà pour cette manœuvre », fait remarquer le journal qui poursuit: « Le commandant iranien a tenu à souligner le message que la tenue de cet exercice naval dans une région névralgique qu'est l'océan Indien, comptait envoyer aux États-Unis et à leurs alliés :  L'organisation des exercices militaires conjoints entre des pays, que ce soit sur terre, en mer ou dans les airs, signifie que les relations dépassent un stade classique pour devenir stratégiques. Et le message irano-sino-russe est justement ceci : les trois pays que sont l'Iran, la Russie, la Chine ont atteint un degré de coopération stratégique significatif dans leurs relations réciproques mais il y a aussi un aspect plus large de ce message. Toute démarche visant à assurer la sécurité en mer devra inclure obligatoirement les intérêts de tous les pays concernés. Nous ne tolérons pas le type de sécurité qui ne profite qu'aux intérêts d'un pays donné, à un moment donné et qui ne respecterait pas la sécurité des autres », a précisé le commandant de la marine iranienne.
Et Daily Miror de poursuivre : « Un nouveau destroyer ultramoderne iranien baptisé “Dena” rejoindrait bientôt la Flotte iranienne. L’annonce a été faite le 27 novembre par le commandant de la marine iranienne. Le navire a été entièrement conçu et fabriqué par des experts militaires nationaux et devrait rejoindre la marine iranienne très prochainement. À ceci s'ajoutent tous les armements dévoilés ces trois derniers jours par l'Iran qui compte en équiper sa marine. Après un été 2019 de tous les dangers qui s'est soldé par des incidents et des tensions irano-américaines particulièrement vives, l'initiative irano-sino-russe est particulièrement significative. La Russie et la Chine ont multiplié ces dernières semaines les soutiens à l'Iran que ce soit dans le cadre du dossier nucléaire ou encore quand les troubles ont éclaté en Iran. Vendredi la porte-parole de la diplomatie russe a même laissé entendre que la Russie s'est engagée à défendre militairement les sites nucléaires iraniens, ce qui veut dire qu'en cas de confrontation avec les États-Unis, l'axe sino-russe ne restera pas les bras croisés. » 
Et le journal de poursuivre : « Khanzadi a salué les récents succès de la marine iranienne et a déclaré que le pouvoir de dissuasion iranien ne cesse de s'amplifier via l’expansion des capacités navales iraniennes dans eaux libres. Il a aussi promis que cet élargissement de l'action navale iranienne va se poursuivre à la faveur d'une flotte de guerre qui s'élargit. L'Iran détient déjà quelques 5000 navires et pétroliers à travers le monde, et comme l'a dit Khanzadi, c'est l'Iran lui même qui en assure la sécurité. Ceci étant une confrontation militaire avec les Américains qui tentent tant bien que mal à créer une coalition maritime, devrait impliquer toutes les parties qui ont, de point de vue géostratégique, besoin d'un golfe Persique, non placé sous l’omnipotence US. Et la Chine et la Russie sont effectivement ces deux parties. »  
Jask, une combinaison de missiles, de torpilles, de dispositifs de contrôle du feu et de communication
La marine iranienne a dévoilé trois nouveaux produits et projets militaires, dont un drone naval VTOL.
 Iran
Dans la matinée de ce samedi 30 novembre, le commandant de la marine de l’armée iranienne, le contre-amiral Hossein Khanzadi, a dévoilé les trois réalisations locales dont le drone naval à décollage et atterrissage vertical (VTOL), baptisé Pélican-2. Équipé de quatre moteurs pour le mouvement vertical et d'une puissante hélice, le drone peut décoller depuis des navires de guerre de croisière pour effectuer des missions de patrouille et de reconnaissance.
Capable d’atterrir et de flotter sur l’eau en cas d’urgence, le drone Pelican-2 sera utilisé par la marine iranienne sur des flottes navales déployées dans les eaux internationales. Un autre acquis dévoilé au cours de cette cérémonie présente un système d’aide à la navigation (INS) de conception et de fabrication locales. Il s’agit de la navigation "inertielle" qui est une technique utilisant des capteurs d’accélération et de rotation afin de déterminer le mouvement absolu d’un véhicule (avion, missile, sous-marin…). Le système a l’avantage d’être totalement autonome notamment lorsque le système GPS conventionnel n’est pas applicable.
Développé dans le cadre du projet connu sous le nom de "Soren", le système iranien a été fabriqué par une technologie ultrasophistiquée qui, en raison de son coût élevé et de sa complexité, est à disposition de seulement quelques pays.
Le commandant de la marine iranienne a également présenté le système de missile sol-sol Jask-2, censé être déployé par des sous-marins. Le système Jask-2 comprend une combinaison de missiles, de torpilles, de dispositifs de contrôle du feu et de communication.
Dans un entretien récent avec l’agence de presse Tasnim, le contre-amiral Khanzadi avait annoncé que la 4e génération du sous-marin iranien de classe Fateh serait dotée de technologies beaucoup plus avancées que les modèles précédents. Les experts et techniciens militaires iraniens ont réalisé de grands progrès ces dernières années dans le domaine de la fabrication d’une vaste gamme d’équipements locaux, permettant aux forces armées d’être en autosuffisance en matière d’armements.
L’Iran utilise des armes à laser contre les satellites espions
L’Iran fabrique des balles laser. ©Sputnik
L’industrie militaire iranienne a accédé à la technologie nécessaire à la fabrication des armes laser. C’est un besoin en équipements modernes qui a fait se mobiliser les ingénieurs iraniens. Ces derniers se sont alors servis des savoirs locaux et des dernières technologies du monde pour fabriquer des armes sophistiquées, des armes dont certaines seulement ont été dévoilées ; le reste demeurant secret.
C’est ainsi que les ingénieurs iraniens ont réussi à fabriquer une balle laser à moindre coût que ce qui se fait dans les autres pays. Et l’Iran figure désormais sur la liste des rares pays à en posséder.
Il y a quelque temps certains médias comme le site Christine Science et le journal Washington Examiner affilié à l’administration du renseignement central américain avaient annoncé que l’Iran avait détruit avec des armes laser des satellites-espions américains en laissant sous le choc les ingénieurs américains.
Les journalistes américains ont ainsi rapporté qu’un satellite-espion de la CIA qui gravitait autour des orbites terrestres les plus proches a été touché par les forces iraniennes. Le satellite-espion qui volait à une vitesse de 4 km/seconde à 150 km de distance de la terre aurait été ciblé en plein vol par une arme laser solide dégageant beaucoup d’énergie. Sa lentille d’espion équipée du matériel Ccd serait tombée en panne.  
Source : Presstv

1 commentaire:

  1. mettre à dispositions tous ceux qu'il est en vos moyens possibles pour effrayer et dissuader vos ennemis potentiels et leurs acolytes et leurs larbins arabes...Musulmans unissez-vous envers votre ennemi commun... c'est l'Islam qui visé non pas l'Iran ou la Turquie... ces deux pays sont dans le mire car ils ont acquis un savoir-faire et un savoir-acquit non négligeable...les états croupions arabes diront un jour: j'ai été dévoré le jour où a été dévoré le taureau noirأكلت يوم أكل الثور الاسود 1917 et Six Picot en sont l'exemple de la décadence musulmane

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.