mardi 17 décembre 2019

La maladie de Lyme a été inventée par un laboratoire américain d’armes biologiques


La maladie de Lyme a fait sa première apparition en 1975 dans la ville de Lyme, Connecticut.

Peut-être par pure coïncidence, cette ville est située de l’autre côté de Long Island Sound à seulement neuf miles de Plum Island, le site d'expériences de guerre biologique hautement secrètes menées par des scientifiques du gouvernement. Cette maladie risque d'atteindre des millions de personnes dans le monde entier.

Centre de lutte
contre les maladies
animales de
Plum Island
Pendant deux décennies, la grande majorité des épidémies documentées de la maladie de Lyme se trouvaient à quelques centaines de kilomètres de ces laboratoires secrets. Depuis le milieu des années 90, elle s'est répandue aux États-Unis; et au cours de la dernière décennie, à l'échelle mondiale.
Plus étrange encore, le porteur responsable de la bactérie Borrelia, peut s’expliquer par  l'apparition soudaine et inexplicable dans le nord-est (des USA) de la tique Lone Star, une espèce de tique relativement rare et sédentaire, qui était  autrefois confinée à l'état du Texas.
Malgré les dénégations répétées du département américain de l'Agriculture de son travail avec les organismes secrets de Plum Island, certains documents révèlent le contraire.
Au fil du temps, la maladie s'est propagée lentement mais s'est accumulée. Cela est dû en partie à la lenteur de la réponse médicale et à la compréhension de l'organisme et de ses effets. Incroyablement, en 1981, ces organismes et bactéries néfastes ont fait l'objet de brevets et de privatisations, ce qui a rendu la recherche encore plus fermée et difficile à partager et à connaître. Oui, certains corps des chambres de la «justice» ont autorisé des brevets sur les organismes pathogènes. Naturellement, des publications comme Winter Watch doivent se demander: le Syndicat du crime y a-t-il joué un rôle?
La maladie elle-même a des symptômes et des effets neurologiques désagréables. L'un des principaux chercheurs, le Dr Alan McDonald, qui a mené des recherches (financées sur son propre argent et sans l'aide des suspects habituels de la Fondation), a déterminé que les bactéries avaient des caractéristiques similaires à la syphilis sur le corps humain. D’autres chercheurs ont déclaré qu’aucun cas de Sclérose en plaques (SEP), de maladie de Parkinson, de Lou Gehrig ou d’Alzheimer n’impliquait de bactérie Borrelia. En fait, le Dr McDonald a déclaré que la maladie de Lyme est un terme impropre et est en fait un cocktail de maladies causées par un complexe entier de Borrelia.
Le Dr McDonald et ses successeurs ont publié des études indiquant que le complexe Borrelia avait développé une forme de biofilm et/ou de kyste presque sans précédent et plutôt contre nature, qui agissait pour protéger les brins germinatifs contre l’action du système immunitaire humain et contre un traitement antibiotique standard. De plus, il avait une qualité de changement de forme qui rend problématique la détection via des tests sanguins et urinaires dont la médecine moderne dépend. On ne pourrait pas concevoir une pire affliction.
En conséquence, la «méthode scientifique» de la médecine standardisée promue par Foundations and Abraham Flexner n'était pas bien adaptée à cette maladie. Au lieu d'écouter les patients, pendant un certain temps et dans une certaine mesure, même à ce jour, les personnes souffrant du complexe Borrelia ont été et sont toujours rejetées et jugées comme des cas psychomatiques et mentaux.
En outre, notre recherche open source d'articles de presse sur ce sujet a révélé un haut degré de ce qui ne peut être décrit que comme un suspect «empoisonnement du puits» de la presse menteuse.
Il y avait aussi un petit groupe de gardiens de l’IDSA (L'Infectious Diseases Society of America est une association médicale représentant des médecins, des scientifiques et d'autres professionnels de la santé spécialisés dans les maladies infectieuses)  qui ont rédigé les directives pour le traitement de la «maladie de Lyme». Ils ont recommandé deux semaines d'antibiotiques et ont affirmé que cela guérirait les cas légitimes. Ceux qui ne se rétablissaient pas étaient considérés comme des candidats pour des soins de santé mentale.
Ceci, à son tour, a permis aux compagnies d'assurance de ne pas rembourser les maladies chroniques plus longues et agressives. En revanche, la tuberculose peut nécessiter un an d'antibiotiques et est remboursée. Une enquête antitrust du procureur général de l'État du Connecticut a par la suite identifié et réglé des cas de collusion et de conflit d'intérêts impliquant ces gardiens. Les détails visqueux peuvent être consultés ici. Mais la politique globale sur les traitements du complexe Borrelia restent volontairement obscurcis à ce jour alors que la maladie se propage.
L' establishment médical lui-même a révélé un côté sinistrement mafieux en insultant les médecins qui ont traité le complexe de manière plus agressive, généralement avec des anticorps intraveineux de plus longue durée. Les suspects habituels de la presse mensongère n'ont pas enquêté et se sont livrés à leurs étiquetages classiques préférés comme «charlatans» et «dingues». Un certain nombre de médecins clés ont vu leur permis révoqué et d'autres ont été dissuadés de traiter les patients. Cela a été bien présenté dans le documentaire de 2006 “Under Our Skin” (Sous notre peau»). Finalement, alors que le nombre de malades se chiffrait en millions, le tollé public a mis fin à la pire des chasses aux sorcières contre les “Lyme doctors.” Ensuite, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention.), toujours corrompu, a changé de vitesse et a déclaré que les nouveaux cas étaient largement sous-estimés et qu'au lieu de 30.000 nouvelles infections par an, il y en avait 300.000.
Puis - surprise, surprise - par pure coïncidence  est venue la nouvelle qu'un vaccin de Lyme douteux était en préparation. Les opinions exprimées par les opposants à cela sont qu'un régime d'antibiotiques moins cher est la meilleure solution. Malheureusement, le traitement le Borrelia n'est pas une solution miracle et peut durer toute une vie. Remarquablement, certains des mêmes personnages impliqués dans la suppression des médecins de Lyme étaient également impliqués dans la promotion du vaccin. Ceci est couvert dans la version mise à jour de 2014 du documentaire intitulé «Emergence: Under Our Skin 2» (émergence: sous notre peau 2).
À emporter: cette maladie du complexe Borrelia continue de se propager et est maintenant une maladie mondiale. La réponse à celle-ci est encore trop politique et à l'air d’un jeu malsain, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir. Les lecteurs sont priés de prendre des précautions lorsqu’ils pénètrent en forêt ou dans les bois, et se brosser après. Les zones à haut risque aux États-Unis sont indiquées ci-dessous, et diverses maladies transmises par les tiques en Europe sont endémiques.

1 commentaire:

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.