mercredi 4 décembre 2019

MENA. La Russie propose des systèmes de protection contre les drones et les avions furtifs


La Russie propose aux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) de renforcer de manière significative leur système de défense aérienne (AD) en plus de la protection contre les attaques de missiles balistiques qui peut être assurée par le S-400 ADMS.
Dans le même temps, la Russie propose de mettre en place un système multicouche de défense contre les drones de petite taille qui pourraient constituer une menace pour les installations vitales.

Le système AD de chaque installation devrait comprendre un équipement de contrôle, un équipement de détection radar, des canons anti-aériens et un équipement de guerre électronique spécifiquement conçus pour être utilisés contre des UAV de petite taille. Ce sont aussi des équipements de reconnaissance radio et suppression radio des lignes de communication radio VHF.
Cela garantira la détection rapide de l’attaque, l’identification des moyens d’attaque, le brouillage radioélectrique et si nécessaire : la destruction par le feu.
Parmi les systèmes proposés figurent:
Moyens de reconnaissance radar:
Radar PODLET-Е
MFR 1L122-1Е

 
La puissance de feu peut inclure:
PANTSIR-S1;
TOR-М2E (TOR-М2К, modules de combat autonomes de TOR-М2KМ);
Pantsir
véhicules de combat de l’équipe des MANPADS GIBKA-S.
Ces systèmes offrent également une protection contre les missiles de croisière.
Pour la détection et la suppression électronique des UAV de petite taille, des systèmes REPELLENT peuvent être utilisés.
Un groupement peut en outre inclure d’autres éléments.
La livraison des moyens susmentionnés peut être effectuée dans les 18 à 24 mois suivant la signature du contrat ou moins.
Parallèlement à la puissance de feu, la Russie propose des moyens de détection et de suppression des ondes radio-électroniques spécialement conçus pour les UAV de petite taille:
SAPSAN-BEKAS; KUPOL; PISHAL; ARBALET, ARBALET-M; LUCH.
Tous produits par  CONCERN AVTOMATICA
Avantages du système AD proposé:
-  possibilité de différents types de reconnaissance (radar, radio ou optique);
-  possibilité d’enclenchement automatique et d’engagement de l’UAV en vol de n’importe quelle direction;
-  possibilité de suppression radioélectrique du drone de petite taille, lorsque la puissance de feu est inefficace;
-  Surveillance radio et possibilité de suppression radio des lignes de communication radio VHF.
Un certain nombre de pays de la région MENA portent déjà un intérêt à cette solution anti-UAV.

Des centres de services pour Pantsir S1 pour les clients de la région MENA
L’entreprise russe JSC NPO High-Precision Complexes, serait entrain de mettre en place un réseau de maintenance et de modernisation de systèmes de défense anti aérienne Pantsir S1.
Nous sources nous affirment que des discussions sont actuellement en cours avec les gros clients du système pour l’installation de centres de services à leur niveau.
Le concept de réseau de maintenance fournit de des solutions allant de la réparation ad-hoc ou dans les centres de maintenance juqu’à la modernisation complète. affirment les mêmes sources.
Les plus gros clients du Pantsir sont l’Algérie, l’Irak, la Syrie et les Emirats Arabes Unis, ils seront probablement les premiers à bénéficier du transfert de maintenance.

La région MENA face au challenge des avions furtifs
Il y a 20 ans, le 27 mars 1999, le Lt.colonel Zoltàan Dani, commandant du 3 éme bataillon de la 250 éme brigade de défense aérienne missile de l’armée yougoslave, donnait l’ordre à son missilier, le Lt.colonel  Đorđe Aničić de lancer une volée de missiles d’un lanceur SA-3 Petchora.
Il est 20:15, et le radar P-18 du 3éme bataillon, capte la faible trace d’un avion de combat à 27 Km, il n’a été actif que 17 secondes, pour éviter d’être détruit par les unités Wild Weasel de l’OTAN, chargées de traquer la DAT yougoslave.
La cible est un F-117, code radio “Vega 31”. Cet avion furtif était  piloté par le Lt.colonel  Dale Zelko de l’US Air Force. Le mythe de la furtivité aura vécu.
Le 4 décembre 2011, dans l’Est de l’Iran, c’est la “Bête de Kandahar”, un RQ-170 Sentinel qui a été piraté et forcé à atterrir par un système de guerre électronique iranien qui l’avait détecté. Le drone, encore secret à cette époque, était lui aussi furtif.
En parallèle et en 20 ans, de nombreux appareils furtifs ont été mis en service et adoptés dans de nombreuses forces aériennes dans le monde. L’entrée en service des F-35 en Israël et en Italie à partir de 2016, le bombardement de la Libye par des B2 en 2017, ont ramené la menace “Stealth” directement au centre de la région MENA.
Certains pays se sont préparés à cette menace, comme l’Égypte et l’Algérie, l’Égypte ayant pris l’option Russe et l’Algérie un mix Russo-chinois.
Les deux pays ont d’ailleurs préparé des offres adaptées depuis une dizaine d’années, comme on a pu le voir, l’Algérie a choisi les radars chinois YLC-8B et DWL 002 .
Pour ce qui est de l’offre Russe, elle comprend le radar d’alerte avancé Resonans-NE qui est entré en service en Égypte et en Algérie.
Le Rezonans-NE est un radar à haute fréquence contre les avions furtifs qui couvre jusqu’à 1100 km de distance. Sa taille et sa puissance de calcul lui permettent de fonctionner dans des environnements saturés de contre-mesures électroniques. Il peut aussi détecter les missiles balistiques hypersoniques.
Le P-18-2 Prima 2, est une modernisation du P-18, il a une portée de 270 Km et détecte les appareils furtifs.
Le Nebo-2 est un radar 3D mobile AESA, il est opérationnel en Algérie et en Égypte, il a une portée de 380 Km et peut être couplé avec les S-300 et S-400 et guider leurs missiles contre des cibles furtives.
Le Radar de recheche Sopka-2, est un radar automatique qui fonctionne sans arrêt, sans avoir besoin de personnel, et qui peut chercher des cibles furtives ou gérer le trafic aérien sur une distance allant jusqu’à 450 Km.
L’Avtobaza, n’est pas un radar, mais un équipement mobile ELINT, qui sert à détecter avec grande précision les émissions radio-électroniques et radar provenant d’objectifs aériens. Il est capable de traquer jusqu’à 60 sources radar en simultané sur 150 Km de distance. Il est utilisé en Algérie et Égypte et il a servi à détecter et prendre le contrôle du RQ-170 en Iran.
Source : MENAdefense
 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.