mercredi 25 décembre 2019

De Corbyn à Staline à Rothschild par Israël Shamir


(1) Angleterre
La logique juive est stupéfiante! Les Juifs ont combattu bec et ongle [1] le travail de Jeremy Corbyn. Leurs journaux ont affirmé qu'il était un nouvel Hitler. Leur grand rabbin a émis une fatwa contre Corbyn [2]. Le ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il espérait que Corbyn perdrait les élections britanniques. Et le Labour avait été profondément saccagé lors des élections britanniques. Les juifs pourraient se féliciter de ce résultat: ils ont ce qu'ils voulaient. Mais une telle réponse serait trop simpliste pour les Juifs.

 
Lorsque les résultats des élections ont été connus, immédiatement, le journal israélien Haaretz a répondu: «Le blâme des Juifs pour cette défaite historique a déjà commencé. Cela ne fera que devenir plus fort. » Eh bien, c'est la nature des élections. Si vous soutenez activement une équipe gagnante, vous serez félicité par les gagnants et blâmé par les perdants. C'est juste, c'est vrai. Mais ce n'est pas assez bon pour les Juifs. Les gens intelligents veulent une meilleure affaire: être félicités par les gagnants, tandis que les perdants devraient simplement regretter de ne pas vous avoir à leurs côtés. Ils ne peuvent pas vous en vouloir car ce serait un acte antisémite.
C'est le grand truc juif: ils gagnent toujours et ils ne perdent jamais. Quand leur côté perd, ils disent qu’ils n’ont pas agi en tant que juifs. Même s'ils tirent la carte de solidarité juive et disent qu'en tant que juifs, ils doivent être pour une immigration illimitée partout sauf en Israël; ou en tant que Juifs, ils veulent que Corbyn perde; vous n'êtes pas autorisé à les «blâmer» pour le résultat. Les Juifs sont toujours irréprochables. Vous pouvez les féliciter du résultat, ne les blâmez jamais. [3]
Jonathan Freedland, le journaliste du Guardian qui avait fait des heures supplémentaires pour descendre en flammes le canular anti-sémite de Corbyn . Il a tweeté "Je prédis que le Labour serait vaincu". Il a été corrigé: "vous n’aviez pas prédit cette défaite, vous l’avez fabriquée !" Et les Juifs ont répondu en choeur: "Comment osez-vous blâmer un Juif?"
Et maintenant, si vous n'êtes pas satisfait de la défaite de Corbyn, devriez-vous blâmer les Juifs? Oui et non. Non, car quoi que disent les Juifs, ce sont les Britanniques qui votent. Non, alors ils ne penseront pas que les Juifs décident de tout. Et encore oui. Ils ont contribué avec toute leur énergie à sa défaite. L'attaque juive sur Corbyn a eu une conséquence malheureuse immédiate: Corbyn a essayé de s'accommoder avec ses agresseurs et a cherché un compromis avec les riches d’entre eux, aux dépens des travailleurs. Et un politicien qui accueille des Juifs risque d'être battu deux fois: une fois, par un politicien qui est totalement, sans réserves, du côté juif; et la deuxième fois, par vos partisans qui vous quitteraient. C'est ce qui est arrivé à Corbyn. Il s'est dirigé vers les Juifs riches, loin de la classe ouvrière britannique; alors que sur le terrain juif, il a été facilement vaincu par Johnson, l'ami passionné d'Israël.
Corbyn avait une chance: s'il avait déchaîné une nuit des longs couteaux sur les Blairistes après sa victoire dans le parti, s'il avait permi aux membres du parti de désélectionner les députés juifs pro-blairistes restants, s'il abandonnait des notions idiotes de pseudo-gauche (changement climatique, l'économie verte, discours de genre, des migrants), s'il s'en été tenu à la ligne de la classe de gauche, il aurait gagné sûrement. Les gens en ont assez de ceux qui prennent parti pour tout et n’importe quoi.
Au lieu d'être horrifié par la fatwa juive, il aurait pu en faire sa bannière. Au lieu de bénir les Juifs avec la Hanoukka et d'obtenir en retour  "Va te faire foutre" en  de Stephen Pollard, rédacteur en chef de la Jewish Chronicle, il aurait pu bénir le peuple britannique avec Noël qui venait. Mais alors, il ne serait pas Corbyn.
Cette évolution a une longue histoire. Le proche collaborateur de Jeremy Corbyn est un éminent stratège travailliste, Seumas Milne. Il avait publié un article dans le Guardian (il était alors le principal chroniqueur du journal) intitulé "Cette profusion d'antisémitisme est utilisée pour renforcer la répression". C'était en 2002, et il écrivait: «Depuis la révolution française, les destins du peuple juif et de la gauche sont étroitement liés. L'appel de la gauche à la justice sociale et aux droits universels a créé un lien naturel avec un peuple longtemps persécuté et exclu par l'establishment chrétien européen. Malgré la modification de l'équilibre des classes de nombreuses communautés juives, les juifs restent disproportionnellement actifs dans les mouvements politiques progressistes à travers le monde », mais maintenant ils accusent la gauche d'antisémitisme.
    Dans le New York civilisé, une fille désireuse de balayer un admirateur insistant n'a pas besoin d’être impolie. Elle lui glisse un numéro de téléphone à appeler, et là un message enregistré l'informe: «La personne que vous appelez ne souhaite pas rester en contact avec vous. Si vous voulez écouter un poème triste, appuyez sur 1, si vous voulez vous accrocher à un rêve irréaliste de retrouvailles, appuyez sur 2, si vous voulez avoir des conseils, appuyez sur 3 ».
    L’article de Milne est la plainte d’un amant rejeté. Apparemment, il ne peut pas surmonter son rejet par la Fille de Sion. Il déplore les jours glorieux de leur alliance: «Depuis la révolution française, les destins du peuple juif et de la gauche sont étroitement liés. Depuis l'époque de Marx, les Juifs ont joué un rôle central dans toutes les nuances de la gauche. » M. Milne et la Gauche ont besoin de conseils (appuyez sur 3).
    Tout ce qui a un début, Monsieur Milne, a aussi une fin. Avant la Révolution française, le peuple juif soutenait le despotisme contre l'aristocratie et la Magna Carta était signée par le roi John malgré leur opposition. Après Napoléon, le peuple juif avait eu une longue alliance avec la Gauche. Ce fut long, mais pas éternel. Cette alliance a été rompue au lendemain de l'échec de la révolution de 1968. Depuis lors, le peuple juif a construit une nouvelle alliance avec les forces de la mondialisation.[4]
Réfléchissez bien, M. Milne: si la Fille de Sion pouvait s'allier avec la Gauche, pourquoi ne pourrait-elle pas changer de partenaire? Doit-elle être considérée comme une force bénéfique permanente, à côté de Dieu Tout-Puissant? La direction juive a bénéficié de l'union avec la gauche alors qu'elle était une force aspirant à un monde meilleur, aux prises avec les classes supérieures traditionnelles. Une fois leurs aspirations satisfaites, elle n'avait plus d'intérêt pour un tel allié.
Pourquoi faut-il décrire comme un «lien naturel» plutôt que comme un «mariage de complaisance» la relation entre les riches banquiers juifs et les propriétaires de journaux qui avaient soutenu la gauche? C'était un lien assez contre nature, formé contre les intérêts de classe évidents des parties impliquées, et son effondrement était inévitable. La Gauche a accepté l'aide des Juifs riches, sans tenir compte de leurs motivations. Elle a payé un lourd tribut: l'aliénation des classes ouvrières qui avaient eu une longue et douloureuse histoire de relations juifs-gentils, l'aliénation de l'Église et l'hostilité sans compromis des classes supérieures. Les Juifs ont utilisé l'énergie de la gauche jusqu'à ce qu'elle s'épuise, puis l'ont abandonnée. Maintenant, la gauche peut composer un numéro de téléphone à New York et écouter le message préenregistré. (Lisez cet article en entier ici.)
Depuis 2002, la gauche ne s'est pas séparée des Juifs; au lieu de cela, elle est allé dans le désert dans lequel les riches Juifs voulaient l’envoyer, dans le désert de la politique identitaire et du taureau climatique, dans le désert de l'amour des Juifs et du non-respect des chrétiens [5]. Cette politique a pris fin naturellement lors des élections de 2019. La nouvelle direction du Parti travailliste devrait en tirer la leçon et achever son désengagement du carcan juif.
Les gens de gauche  auraient pu apprendre beaucoup de Joseph Staline, dont le 140e anniversaire avait été célébré hier à Moscou et ailleurs. Ce grand et victorieux leader de la gauche ne s’est pas éloigné de son cours de libération de l’humanité sur des bêtises à la mode; il n'avait aucune utilité pour la déconstruction de Derrida; il était un ami et un patron de l'Église; il n’a pas encouragé les changements de genre et les perversions sexuelles, il a développé l’industrie au lieu de promouvoir les sources vertes; il a interdit les avortements; l'immigration était minime (principalement des travailleurs et des ingénieurs américains fuyant la Grande Récession).
Quant aux Juifs, il en était un ami, et non pas un esclave, comme Bojo, Donaldinho, ou Macron-la-fiotte. Il n'a pas hésité à emprisonner et à exécuter les traîtres, il a récompensé les fidèles, il a sauvé des millions de Juifs de la machine à mort nazie. Les Juifs - de Tel-Aviv à Londres et de Moscou à New York - l'adoraient. Finalement, la fille volage de Sion l'a abandonné, mais c’est ce qu’elle fait toujours.
Ses ennemis l'accusent de gérer l'archipel des prisons du Goulag, de lourdes peines de prison, mais maintenant, à l'ère du Libéralisme Totalitaire, cette complainte semble quelque peu blasée. Le système pénitentiaire américain compte plus de détenus que Staline n’en a jamais eu, en nombre absolu et par rapport à la population. [6] Aucune prison à l'époque de Staline ne pouvait se comparer à Guantanamo, où des prisonniers non jugés prient pour la mort, ou à la prison de Belmarsh où Assange est détenu, ou à la prison d’Abou Ghraïb dans laquelle les prisonniers irakiens subissent les plus vils et innommables outrages de la part de leurs tortionnaires yankees, venus leur inculquer la démocratie occidentale. [7]
Ou en effet avec «la prison la plus haute sécurité du Rhode Island, où il dormait dans des couloirs avec 50 lits superposés, dans des toilettes sans porte à côté des meurtriers et des trafiquants d'êtres humains, où il prend des douches en groupe avec des cannibales et des violeurs d'enfants dans le dernier avant-poste du monde de l'esclavage légalisé , gagnant dix cents de l'heure, payant un dollar pour une bouteille d'eau dans un complexe pénitentiaire privé où l'eau froide gratuite n'existe plus. Pour tirer le maximum des prisonniers, aucune eau fraîche n'est fournie, seulement un accès à l'eau chaude et à la glace, de sorte que les prisonniers doivent constamment payer pour boire. Sinon, ils ne boivent pas. Parfois, les prisons retiennent les revenus du salaire horaire, les réduisant à deux cents »- et tout cela est aux États-Unis sous Obama (Prix Nobel de la Paix !!), pas en Russie sous Staline. L’Ivan Denisovich de Soljenitsyne avait assez d'eau froide pour boire.
Après la condamnation d'Adolfo Martinez la semaine dernière (16 ans de prison pour avoir protesté contre le drapeau LGBT), je pense que le mythe du "cruel Staline" pourrait s'effacer, avec de nombreux autres mythes de l'époque.
Le peuple russe était invariablement anti-Staline en 1991, en raison de la propagande gouvernementale insistante et imprégnante. Mais maintenant, en 2020, 70% des Russes ont une vision favorable de ce personnage historique, contemporain d'Hitler et de Churchill [8]. Hier, des milliers de Russes avaient apporté leurs œillets rouges sur sa tombe de la Place Rouge. Les Britanniques se souviendront-ils de leurs dirigeants travaillistes dans 70 ans?
(2) Fuites sur les Rothschild
- «La judéité est redevenue un moyen d'éviter l'examen et la responsabilité. Seuls les antisémites osent voir un lien entre la vente d'Alstom, la carrière de Macron, les Rothschild et la communauté juive. »- m'a dit une personne juive bien informée, bien au courant de ce qui se passe au sein de la communauté juive française et dans le supérieur milieux économiques, bancaires et politiques de la République. Je vais l'appeler JT. (Mes lecteurs réguliers l'ont rencontré dans mon essai précédent [9], et maintenant il a son propre compte Twitter et un blog).
Je reste accroché à lui. Quand je vois «Rothschild», ma main atteint le bouton de "clic de sortie". Je n’attends pas les «reptiliens» ou les «Rockefeller» d’une autre diatribe ennuyeuse contre les banquiers et les juifs. Que pourrait-on ajouter à ce sujet trop étudié (depuis le XVIIIe siècle)! Cependant, JT a ajouté à nos connaissances dans cette longue pièce.
Il dit que bien que les familles Rothschild ne soient pas aussi grandes que de nombreuses autres banques géantes et qu'elles aient moins d'actifs, elles ont une influence unique sur la politique, basée sur des centaines d'années d'expérience. Rejoindre les Rothschilds est «considéré comme une sorte de rite de passage pour les nominations exécutives au sein du gouvernement». C’est pourquoi Macron-la-fiotte les a rejoints à la recherche d’une carrière politique. Une courte liste d'anciens élèves des Rothschild dans les plus grandes sociétés du monde nous donne Shell, De Beers, The Guardian (le journal qui a qualifié Jeremy Corbyn d'antisémite), The Economist, etc. Ils ont des contacts cachés et secrets avec d'autres groupes et personnes importantes. Et bien sûr, ils sont souvent juifs.
«Comme pour le reste de la communauté juive, les Rothschild utilisent leur judéité pour intimider les journalistes pour les forcer à se désintéresser de l'Holocauste pour empêcher ainsi tout appel à la transparence. Tout le monde, qui que ce soit, utilise la judéité à des fins politiques, et les hommes d'État affluent vers cette marque hostile aux médias. »
Leur spécialité est de cacher la richesse, et les escrocs qui dirigent des pays décrépits comme l'Ukraine (Peter Poroshenko)) cachent et gèrent leur butin volé avec la banque.
Avec l'offshore vient le secret, l'influence et l'évasion fiscale [comme nous l’avons vu avec Le "capitalisme vautour" est un capitalisme typiquement juif ]. C'est un service très recherché, notamment lorsqu'il est blanchi sous la marque «Rothschild».
JT fait une observation intéressante. Il y avait eu tellement de fuites de services bancaires offshore - fuites de Panama, fuites de Luxembourg, fuites de Bahamas, fuites de Paradise Paper - mais aucune n’avait révélé les délocalisations de Rothschild. Il y a un système à cette folie: toutes les fuites sont liées au Consortium international pour le journalisme d'investigation (ICIJ) financé et contrôlé par la fondation Open Society de George Soros et par Pierre Omidyar. Ce sont les gens qui sont promus maintenant en tant que nouveaux Wikileaks et leur Glenn Greenwald en tant que nouvel Assange.
Mais observez la différence. Julian Assange et ses Wikileaks avaient mis à votre disposition tous les trucs secrets pour vous et moi. Nous pouvons tous lire les câbles du Département d'État. Et Julian est enfermé dans une prison de haute sécurité.
Glenn Greenwald est assis sur le trésor caché de Snowden Files, des gigaoctets retirés des ordinateurs de la NSA et de la CIA, susceptibles de révéler la conspiration du 11 septembre, la planification des guerres du Moyen-Orient, leur espionnage sur le peuple américain - et il s'y tient fermement. Nous n'en verrons jamais rien. Sans surprise, Greenwald prospère, mange bien et dort bien chez lui avec son petit ami.
Le courageux chercheur, Max Blumenthal, a écrit dans un long   article sur les activités d'Omidyar:
Greenwald s'est engagé en 2014 à construire une «salle de lecture» sécurisée où les journalistes extérieurs pourraient examiner les dossiers au bureau de New York de la publication. Cette salle ne s'est pas matérialisée. En octobre 2017, il a publié un câble à partir des fichiers de Snowden qui révélait que le prince saoudien Salman bin Sultan dirigeait explicitement une faction d'insurgés syriens pour «brûler» Damas et «aplatir» son aéroport civil le 18 mars 2013. Le câble a également révélé que l'Arabie saoudite  a fourni 120 tonnes d'explosifs à l'opposition armée, ce qui a provoqué des attaques contre le palais présidentiel syrien et d’autres endroits à Damas. Ce câble était en possession des fondateurs de The Intercept depuis plus de quatre ans, mais il était inexplicablement détenu secret. S'il avait été rendu public une fois qu'ils l'avaient obtenu, les gens apprendraient que les soi-disant «rebelles modérés» menaient en fait une campagne de terreur au nom de sponsors étrangers - et peut-être que la guerre en Syrie serait terminée plus tôt.
Je me demande quelle était la raison de l’évasion de Snowden à Moscou? Pourquoi a-t-il dû fuir du tout? Pourquoi a-t-il dû voler ce que personne n'avait jamais vu à part Greenwald et son patron Omydiar? Je m'en fous vraiment que les avides Feds aient l'intention d'empocher les redevances de Snowden pour le livre qu'il a publié. Laissez Omidyar le dédommager.
Omidyar avait acheté Greenwald pour s'assurer que rien de substantiel contenu dans les fichiers de Snowden ne soit jamais rendu public, et Greenwald a vendu les fichiers et sa propre âme, à condition qu'il les ait en premier lieu. Les fuites qu'il publie sont celles qui correspondent à ses projets, comme les liens de Trump avec Poutine.
Et maintenant, tenez-vous bien pour une surprise. Omidyar est le principal bailleur de fonds des efforts de la tristement célèbre Ligue anti-diffamation (ADL) [10] pour gérer la censure d'Internet par les géants de la technologie, a rapporté Whitney Webb. Omidyar a fourni le capital pour lancer le «nouveau centre de l'ADL dans la Silicon Valley pour lutter contre l'intolérance» et pour s'associer à Facebook, Twitter, Google et Microsoft - pour créer un laboratoire de résolution de problèmes Cyberhate pour une censure ultime.
[Actuellement, cette censure contre notre blog, La Cause du Peuple, est très lourde et se traduit par le déférencement par Google et par l’interdiction de partager par Facebook. Ce qui tend à le rendre invisible pour l’immense majorité des internautes]
Glenn Greenwald a prétendu pendant des années être un partisan de la Palestine, un critique sévère de l'apartheid israélien. Comment se fait-il, Glenn, que vous jouiez maintenant dans l'équipe ADL qui qualifie les militants palestiniens de haineux et d'antisémites? Vous avez prétendu être pour la paix et contre les guerres américaines. Comment se fait-il que votre équipe se bat contre Tulsi Gabbard, le seul candidat anti-guerre à la présidence américaine? Est-ce la voix du sang ou la voix de l'argent du sang que vous avez gagnée? Lorsque vous acceptez d'accueillir un homme d'argent mystérieux, vous vous retrouvez dans les étreintes d'ADL, apparemment.
JT dit que de toutes les innombrables mentions de Rothschild dans les bases de données de l'ICIJ, même concernant le matériel de Jeffrey Epstein [11] seuls deux fichiers sont accessibles, et ils proviennent d'auditeurs, pas de l'ICIJ ou de leurs fuites privatisées. Le reste reste inaccessible. L’ICIJ pourrait même être décrit comme des «capteurs de fuite», terme corroboré par l’exposé de Mintpress’  sur les activités d’Omydiar. Et Rothschilds et leurs clients restent en sécurité et protégés.
Dans le prochain numéro, nous continuerons à lire les articles de JT.
(3) Noël
Noël 2019 en France
Mes bénédictions à nos lecteurs avec la glorieuse Nativité de Notre-Seigneur Jésus-Christ! En tant que présent à cette occasion, j'enverrai gratuitement mon livre électronique Notre-Dame des Douleurs sur le sort du christianisme en Palestine sous occupation israélienne. Envoyez simplement un e-mail avec le sujet Notre-Dame à adam@israelshamir.net Et mon e-groupe a été déplacé de Yahoogroups à shamireaders@groups.io Vous êtes tous les bienvenus.


Israel Shamir • December 23, 2019
-----------------------------------------------------------------
Dans le texte ci-dessus, les rajouts dans cette couleur sont de Hannibal Genséric
-------------------------------------------------------------
NOTES de Hannibal GENSERIC
[6] Dans « En défense des bolcheviks: le ZOG rouge » Israël Shamir écrit :
« J’ai pu avoir un accès complet à toutes les archives, j’ai appris tout ce qui existe sur les victimes de Staline, et j’ai préparé un rapport complet. Cependant, j’ai décidé de garder tout cela pour plus tard. Si je devais le publier [je perdrais probablement mon emploi, et il n’y aurait plus personne pour me cautionner,] mes amis me laisseraient tomber comme une patate chaude, je me retrouverais seul et de toute façon personne ne me croirait. »
Cet aveu plein de franchise date de 2012, et c’est la haute autorité sur la répression à l’ère communiste, le fondateur et président du Memorial (une ONG russe anticommuniste), le professeur Arseny Roginsky, qui le dit; il est mort en 2017, et il a été vivement regretté par ses supporteurs américains. Le Mémorial en question est très exactement un agent de l’étranger, puisqu’il reçoit l’aide généreuse du Département d’Etat et de la Fondation George Soros, et le Dr Roginsky avait été toute sa vie un ennemi des soviétiques, quelqu’un de peu suspect de tricher en faveur des rouges. Quelle était donc la terrible vérité que le Dr Roginsky avait décidé de cacher ? « D’après mes calculs, –  écrivait-il, – pendant toute la période soviétique de 1918 à 1987, selon les documents qui ont survécu, il faut conclure que 7 100 000 personnes ont été arrêtées par les agences de sécurité de l’Etat (l’équivalent russe du FBI) à travers le pays. Et cela inclut ceux qui étaient arrêtés pour banditisme, marché noir, contrefaçon, et encore bien d’autres délits ».
Vous allez me dire que sept millions, ça fait déjà beaucoup de monde, mais n’oubliez pas que l’année dernière, en 2017, en temps de paix aux USA, plus de dix millions de personnes ont été arrêtées, et pas seulement par le FBI, dont je n’ai pas pu trouver les statistiques. Les chiffres russes s’appliquent à soixante-dix ans de rébellions, de guerres civiles, sans oublier la Guerre mondiale, la Guerre froide, et le tout sur un vaste territoire comprenant l’Ukraine, l’Asie centrale, la Transcaucasie et les Etats Baltes, outre la Russie proprement dite.
Résultat de recherche d'images pour "Gina Haspel  CIA Irak torture"
Gina, la tortionnaire  de Trump,  hilare devant l'une de ses victimes

Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Monsieur Genséric, je vois que vous aimez traduire les articles d'israël Shamir. Nous avons tout intérêt à nous mettre d'accord à l'avance pour ne pas faire ce travail en double, pour la suite. Faites-moi signe, svp,
    Maria Poumier, maria.poumier@orange.fr


    RépondreSupprimer
  2. "Aucune prison à l'époque de Staline ne pouvait se comparer à Guantanamo" = Ineptie de ceux qui ne savent rien du goulag ni même du système carcéral soviétique "ordinaire".

    RépondreSupprimer
  3. Le Sort des Cheyennes, des Hurons et des Apaches ? Bis Répétita ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.