vendredi 27 décembre 2019

Décret exécutif de Trump sur l'antisémitisme: une erreur monumentale


Trump et la Constitution
Il est évident que le président Donald Trump ignore ce qui est dans la Constitution américaine et, en tout cas, ne se soucie pas beaucoup de ce que dit cette constitution. Prenez , par exemple, l'idée de la liberté d'expression énoncée dans le premier amendement. Comprend-il l'importance de cet amendement?
En fait, il semblerait que la seule liberté d'expression qu'il trouve sacro-sainte est la sienne, exprimée presque quotidiennement dans des «tweets» avec colère et souvent de manière décousue. Ces missives fréquentes ne font guère de l'homme un modèle de pensée critique et, comme il se trouve, pour le prix du soutien politique d'un intérêt particulier, le président Trump est prêt à nous dire à tous que nous devons croire le contraire de ce qui est vrai. Si nous ne le faisons pas, il nous enlèvera un quelconque avantage fédéral. Trump est par nature à la fois autoritaire et simple d'esprit, ce qui n'est pas une combinaison inhabituelle.
Photograph Source: Master Steve Rapport – CC BY 2.0
Catégories déroutantes
C'est dans cet état d'esprit simpliste que, le 12 décembre, le président Trump a publié un décret ordonnant au gouvernement fédéral de refuser des fonds aux universités et aux collèges qui autorisent un prétendu discours antisémite sur le campus. Eh bien, le lecteur pourrait répondre, un tel ordre est compréhensible parce que nous savons que l'antisémitisme est une forme de racisme particulièrement vicieuse. L'erreur ici est de supposer que le président Trump sait réellement reconnaître le véritable antisémitisme, afin de ne pas confondre cette expression du sectarisme avec son contraire: le soutien des droits humains, civils et politiques – et dans ce cas, ceux des Palestiniens . Maintenant, le lecteur pourrait se demander, comment pourrait-on confondre ces deux catégories: d’une part, le soutien des droits d’un peuple opprimé et, d’autre part, l’antisémitisme raciste? Cela aide si vous êtes ignorant, amoral et opportuniste.
Et donc, avec l'encouragement du lobby sioniste, un lobby particulièrement puissant dédié uniquement aux intérêts de l'État israélien, le président Trump, qui est en fait ignorant, amoral et opportuniste, a fondé cet ordre exécutif sur une erreur logique - une erreur de catégorie . Il a identifié les protestations contre le comportement de l'État israélien avec le racisme antisémite et a déclaré que toute université ou collège qui autorise le premier (par exemple, en autorisant la critique d'Israël pour sa suppression violente des droits des Palestiniens) doit être reconnu coupable du second (anti- Sémitisme), et ne doit donc pas recevoir de fonds fédéraux.
Un projet sioniste
Le fait d’œuvrer  pour la confusion délibérée de l'antisémitisme et le soutien aux droits des Palestiniens est un projet sioniste. Il faut souligner que les sionistes qui font avancer ce projet ne sont pas, comme le président, ignorants ou confus. Ils savent ce qu'ils font. Et c'est pourquoi cet effort constitue une tragédie de premier ordre non seulement pour les Palestiniens, mais aussi pour le peuple juif.
Après la Seconde Guerre mondiale, chaque individu sain d'esprit savait que le racisme, en particulier le racisme exprimé par le pouvoir d'État, était une mauvaise nouvelle. Les conséquences d'un sectarisme aussi puissant étaient visibles partout dans le monde: le comportement japonais en Chine, en Corée et en Asie du Sud-Est en général, ainsi que le comportement allemand dans toute l'Europe occupée, constituaient les pires exemples. Ils ont causé la mort de dizaines de millions de personnes, dont six millions de Juifs [1]. C’est pourquoi, dès la fin des années 40, une expansion du droit international et de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies a cherché à ériger ce comportement en infraction pénale, en particulier s’il s’agissait de la politique des gouvernements.
Il s'est avéré que ces résolutions constituaient des obstacles directs à l'objectif sioniste d'un «État juif» en Palestine. La conquête sioniste de la Palestine lors des campagnes militaires de 1948 et 1967 a été suivie par le rétrécissement systématique ou la négation pure et simple des droits humains, civils et politiques des Palestiniens. Dans le cas des Palestiniens résidant en Israël proprement dit, les politiques et pratiques racistes étaient souvent occultées derrière une façade de déclarations qui, le plus souvent, avaient peu d'impact sur les droits des minorités. Aucune façade de ce type n'a été adoptée dans les territoires occupés. De cette façon, le racisme est devenu un outil essentiel pour atteindre l'objectif d'exclusivité ethnique du sionisme.
Résultats de recherche d'images pour « caricature antisionisme antisémitisme »
Alors, comment rationalisez-vous ce comportement? Même si les Juifs ashkénasi (c'est-à-dire européens) ont été l'un des groupes les plus persécutés de l'histoire occidentale [2], il n'a pas été difficile pour les sionistes de voir leur propre comportement raciste comme nécessaire. Fonder un État d'abord et avant tout pour un groupe, sur un territoire déjà occupé par des centaines de milliers d'«autres», a facilement conduit à des politiques et pratiques discriminatoires. Cela a également conduit à l'endoctrinement des Juifs israéliens et de leurs partisans de la diaspora par la distorsion de l'histoire de la conquête et de l'occupation coloniale. La résistance inévitable des Palestiniens, même lorsqu'ils ne sont pas violents, est devenue au mieux une illégalité et au pire un terrorisme. En ce sens, la société israélienne a imité non seulement les sentiments d'apartheid de l'Afrique du Sud, mais aussi la culture qui prévalait aux États-Unis avant le mouvement pour les droits civiques des années 1960.
Exportation du sophisme [3]
Pourtant, il ne suffisait pas aux Israéliens de convaincre leurs propres citoyens juifs que le racisme sioniste était une légitime défense et un soutien des droits des Palestiniens l'équivalent de l'antisémitisme. Cette erreur logique devait être repoussée sur le principal allié d’Israël, les États-Unis. Et, au moins dans les couloirs du pouvoir, cet effort a été remarquablement réussi, probablement parce que le lobby sioniste a beaucoup d'argent pour aider ou entraver les politiciens américains ambitieux.
Cependant, en dehors de ces salles, l'effort a été dénoncé pour ce qu'il est: un renversement dangereux des catégories qui menace de faire reculer une grande partie des progrès de l'après-Seconde Guerre mondiale en matière de droits politiques, civils et humains. Comme l'a montré la popularité croissante du mouvement de boycott d'Israël (BDS), les citoyens américains, juifs et non juifs, ont une capacité croissante à voir la réalité de la situation. Un sondage publié à la mi-juin 2017 par une organisation connue sous le nom de Brand Israel Group, «une coalition de spécialistes bénévoles de la publicité et du marketing» qui consultent des organisations pro-israéliennes, a indiqué que «l'approbation d'Israël parmi les étudiants américains a chuté de 27% entre le sondages 2010 et 2016 du groupe » tandis que« l'approbation d'Israël parmi tous les Américains a chuté de 14 points ». Conclusion de Brand Israel : à l'avenir, « les États-Unis pourraient« ne plus croire qu'Israël partage leurs valeurs ». Ceci n’est pas causé  par une forte augmentation de l'antisémitisme, mais en raison des preuves toujours plus nombreuses du racisme israélien.
Une réaction à cette clarté croissante de la vision populaire est le décret du président Trump. Donc, si les collèges et les universités n'appliquent pas « le sophisme sioniste » et ses arguments fallacieux, ils perdent de l'argent fédéral.
Conclusion
Les gouvernements n'ont pas une très bonne réputation pour dire la vérité à leurs citoyens. Par exemple, ce mois-ci, on a fait savoir que le gouvernement et l'armée américains avaient induit le peuple américain en erreur quant à sa capacité à remporter la victoire dans la guerre en Afghanistan - un conflit qui dure depuis 18 ans. La même chose s'est produite pendant la guerre du Vietnam. Cependant, c'est une chose de cacher des informations, ou de mentir carrément sur une situation, et une autre d'exhorter une population à avaler les contradictions et les mensonges que Trump et les sionistes colportent. Il y a quelque chose d'Orwellien là-dedans. Ce n'est pas un hasard si ce sont justement les plus brillants des étudiants, ceux qui surmontent l'ignorance et pratiquent l'art de penser droit, qui sont le plus rebutés par cette tactique propagandiste.
Quant aux étudiants sionistes qui affirment que les protestations contre la politique et le comportement israéliens sur leur campus les mettent mal à l'aise, voire dangereux, ils pourraient essayer d'apprendre quelque chose de ces sentiments. Après tout, c'est au plus près qu'ils se rapprocheront des sentiments beaucoup plus profonds d'anxiété et de danger que les Palestiniens ressentent chaque jour, dans leurs propres maisons, quartiers et campus. Alors, quelle catégorie voulons-nous défendre - la catégorie du racisme parrainé par l'État ou la catégorie des droits humains, civils et politiques? Assurez-vous simplement de ne pas confondre l'un pour l'autre.
Source :
Lawrence Davidson est professeur d'histoire à la West Chester University de West Chester, en Pennsylvanie.
--------------------------------------------
NOTES de H. Genséric
[2] L’auteur reconnaît que ni les Palestiniens ni les autres Arabes (chrétiens et musulmans) n’ont aucun rôle dans l’antisémitisme européen :
[3] Un sophisme est un discours, un raisonnement ou argument qui semble respecter rigoureusement les règles logiques, mais en réalité est un faux raisonnement visant à tromper intentionnellement un auditeur ou un interlocuteur. Le sophisme est d'une façon générale une technique de persuasion élaborée à partir d'arguments fallacieux. Exemple : La devise sioniste sur la Palestine :  « la terre sans peuple pour un peuple sans terre »…Ou bien « Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient » alors que c’est le seul pays qui pratique l’apartheid officiellement et qui, à l’exemple des USA, ne respecte aucune décision de l’ONU.  C’est la définition même d’un état voyou.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.