samedi 7 décembre 2019

La conspiration sioniste internationale. Elle empoisonne tout ce qu'elle touche


Un récent article de Philip Weiss sur le site Web de Mondoweiss expose un argument que la plupart des juifs libéraux, comme Weiss, hésitent à soutenir, à savoir que le pouvoir juif, et plus précisément son argent, tel qu'exercé par le Lobby Juif aux États-Unis et ailleurs, a été la principale force  derrière le fait que l'État Voyou d'Israël est devenu l’État paria du Monde.

Résultat de recherche d'images pour "mafia juive"Weiss note comment «la plupart des observateurs acceptent les lignes rouges antisémites reprises récemment par Bernie Sanders: « vous ne devez pas parler d'un rôle juif démesuré en politique. Peu de gens écrivent sur le lobby israélien, même s'ils savent qu'il s'agit d'une force importante… » En d'autres termes, Sanders, libéral dans l'âme et manifestement favorable aux droits des Palestiniens, trace une ligne qui interdit toute véritable discussion sur le pouvoir juif aux États-Unis, même si tous ceux qui ne sont pas endormis sont plus que conscients de la puissance des Juifs américains et, par extension, d'Israël. [1]

Weiss détaille comment les immenses sommes d'argent collectées par les Juifs démocrates et républicains ont déformé la politique américaine depuis l'époque du président Harry S. Truman. Il décrit comment TOUS les présidents successifs ont reculé face à Israël et au pouvoir juif et observe que :

«Ce n'est pas seulement une question de politique intérieure, c'est un problème de politique étrangère [2]. Le lobby israélien/juif est la cause profonde du conflit israélo-palestinien. Considérez les deux… principales causes du conflit. (1) colonisation / colonialisme israéliens (ou en termes sionistes, l'effort pour libérer les juifs européens de la persécution en établissant une patrie juive dans la Palestine historique). (2) résistance palestinienne à (1). Sans le lobby juif (aux États-Unis, en France, en GB etc.) aucune de ces forces historiques ne serait encore une source de conflit grave 71 ans après la création d’Israël. Sans le soutien aveugle des États-Unis aux extrémistes juifs les plus racistes, Israël aurait conclu un accord il y a longtemps. Le pays aurait donné suite à la concession palestinienne historique de 1988, suivie de l'Initiative de paix arabe de 2001, et accepté la partition des terres à des conditions très favorables (Israël obtient 78%). Sans le soutien inconditionnel des États-Unis, Israël aurait été isolé sur le plan international et aurait saisi au vol l'accord. Les Israéliens n'ont pu continuer à voler les terres et les villes palestiniennes que parce que les États-Unis soutiennent l'occupation dans les forums internationaux et donnent à Israël un parapluie diplomatique contre toute tempête, en raison d'un soutien politique bipartisan aveugle ici. »

Résultat de recherche d'images pour "jewish mafia"

Le pouvoir juif en Amérique et ailleurs ne doit jamais être discuté sauf s'il s'agit d'une discussion impliquant uniquement des Juifs entre eux, qui reconnaissent et apprécient ouvertement le phénomène. Weiss note comment «les lobbyistes israéliens eux-mêmes vantent le pouvoir politique juif aux États-Unis comme bouée de sauvetage d'Israël pour ce qui concerne l'argent, les armes et la protection diplomatique» et cite Michael Koplow du Israel Policy Forum, qui se vante de la façon dont «je n'ai aucun scrupule à souligner que la juiverie américaine est certainement la communauté minoritaire la plus influente de l'histoire des États-Unis, et peut-être de l'histoire du monde. Les Juifs américains ont travaillé dur pour le faire et ont construit un réseau d'institutions tournées vers l'extérieur qui protègent cette position privilégiée. »

Au-delà des observations de Weiss, on peut noter comment les juifs sionistes sont essentiellement capables de mettre fin à toute discussion sur la Palestine ou sur les droits des Palestiniens. Compte tenu de la surreprésentation extrême des Juifs à la fois dans le processus de génération de nouvelles et dans divers points d'étranglement dans le processus politique, une discussion honnête d'Israël-Palestine et des intérêts américains réels dans la région est extrêmement ne se trouve quasiment nulle part dans les médias grand public.

Par exemple, dans les conventions du Parti démocrate de 2012 et de 2016, les membres de la base du parti ont exercé une pression considérable pour inclure un langage reflétant la nécessité de reconnaître la souffrance palestinienne et de condamner l'«occupation» israélienne. James Zogby, militant libéral de longue date a fait pression pour un amendement à la plate-forme du parti en 2016 appelant à «la fin de l'occupation et des colonies illégales» en  Palestine. Dans les deux conventions, les intérêts d'Hillary Clinton ont repoussé et rejeté tous les amendements ou changements, arguant qu'ils constitueraient une "erreur [s] terrible", trop "unilatérale" en faveur des Palestiniens. Dans les deux cas, des huées bruyantes et persistantes ont été prononcées lors de l'annonce de la plate-forme réflexive pro-israélienne, mais le président de séance a rejeté les appels à un vote.

Pour citer un autre exemple, il y a deux semaines, le parti démocrate de Californie a conclu sa convention d'automne en finalisant ce qui serait inclus dans la plate-forme du  parti. Un amendement promu par des sympathisants palestiniens a été rejeté lors d'un vote public. Il a été offert par le délégué David Mandel, lui-même juif, et a appelé le parti à soutenir «une solution du conflit israélo-palestinien négociée par les parties qui garantisse l'égalité, la sécurité et la démocratie pour tous, quel que soit le règlement final concernant les États. " Il a appelé les membres du parti à " s'opposer à toute annexion unilatérale de territoire et à soutenir le droit de tous ceux qui ont été contraints de partir de pouvoir rentrer chez eux et de recevoir une compensation pour leurs pertes ". La proposition de Mandel a attiré la colère des apologistes des sionistes , dont le sénateur de l'État Scott Wiener et la députée Laura Friedman, qui ont affirmé que «cet amendement touche au cœur de la capacité d'Israël à être un propre État». (Sous-entendu exclusivement juif, impliquant l’élimination physique des Palestiniens)

On pourrait remarquer que l'amendement Mandel était relativement léger, relativement excluant même le mot «occupation», et que la riposte de Wiener-Friedman est un non-sens, mais le résultat était plus ou moins le même. Des démocrates californiens libéraux fiables ont , comme d’habitude, baissé leur froc devant les intérêts juifs israéliens. Ils se sont rendus à la demande persistante des Juifs en politique de ne jamais donner un seul pouce lorsqu'il s'agit d'autoriser Israël à se comporter mal, tout en soutirant des États-Unis des milliards de dollars de subventions chaque année.

Et le complot d'Israël pourrait bien être considéré comme international. 

Résultat de recherche d'images pour "mafia juive"

Résultat de recherche d'images pour "mafia juive"En France, qui compte la plus grande population juive de la diaspora après les États-Unis, une législation haineuse [3] qui protège de facto uniquement les Juifs a été utilisée pour mettre fin à toutes les critiques. Il est devenu courant dans toute l'Europe de considérer toute critique d'Israël comme de l'antisémitisme et donc comme un crime de haine, assorti de sanctions pénales. Le comédien français Dieudonné, qui est certes plutôt pointu dans sa satire, a été condamné à huit reprises.

Et puis il y a le triste cas de Jeremy Corbyn [4], leader du Parti travailliste britannique qui se présentera aux élections nationales le 12 décembre. Corbyn a été accusé d'être un antisémite sur la base de sa défense plutôt molle des Palestiniens, ce que l'on aurait pu penser être une bonne et solide position socialiste des droits de l'homme. Et il en serait ainsi si Israël n'était pas impliqué. Avec l'élection qui se profile, les Juifs britanniques ont accru la pression sur Corbyn et, par défaut, appuient son adversaire conservateur Boris Johnson, qui a parlé à plusieurs reprises de son amour pour Israël. Le grand rabbin britannique Ephraim Mirvis a récemment publié un article pour l'influent Times de Londres déclarant Corbyn «inapte à exercer ses fonctions» parce que «la manière dont la direction [travailliste] a traité le racisme anti-juif est incompatible avec les valeurs britanniques dont nous sommes si fiers - de dignité et de respect pour tous. » [4]

Bien entendu, le bon rabbin n'inclut pas les Palestiniens comme dignes de «dignité et respect». Il ne se préoccupe vraiment que de sa propre tribu et le «racisme» dont il parle est concentré sur les Britanniques qui sont opposés aux politiques racistes et inhumaines du gouvernement israélien. D’ailleurs, actuellement, la France et la Grande-Bretagne sont des territoire contrôlés par les juifs sionistes, encore plus que les États-Unis. Les Juifs occupent une place importante à de nombreux points d'étranglement dans les médias et les industries du divertissement. En GB, 80% des politiciens du Parti conservateur sont membres des «Amis conservateurs d'Israël». Le Parti travailliste est également activement engagé avec sa propre version du même scénario, les Amis d'Israël dans le Labour, qui comprend 80 des 262 députés du parti.

Enfin, le sionisme international est très bien représenté dans les annonces récentes venant du monde du sport professionnel, où des propriétaires d'équipes juives milliardaires prennent leurs ordres d'Israël pour combattre les critiques sous le prétexte fallacieux de l'antisémitisme.[5]

En janvier 2019, le propriétaire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Robert Kraft, a reçu le prix Genesis, un prix d'un million de dollars décerné chaque année aux Juifs «qui ont atteint l'excellence et la renommée internationale dans leurs domaines professionnels choisis.» L'ami de Kraft, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a personnellement présenté la plaque et Kraft a déclaré au public qu'il utiliserait l'argent pour lutter contre l'antisémitisme et le mouvement BDS (le boycott, le désinvestissement et les sanctions). Il s'est également engagé à ajouter 20 millions de dollars de son propre argent pour créer une fondation qui en ferait davantage. Kraft a déclaré: «Israël est si spécial pour moi et ma famille… J'ai parrainé des dizaines de missions et d'innombrables autres voyages pour que les gens découvrent Israël pour la première fois. Spirituellement, il n'y a pas d'endroit pareil sur terre. » [6]

Peut-être que Kraft devrait déménager en Israël pour qu'il ne soit pas troublé par les allégations de double loyauté faites par des gens comme moi. Il est maintenant rejoint par le propriétaire du club de football britannique de Chelsea, Roman Abramovich [7] [8], un investisseur milliardaire qui a promis 3,9 millions de livres sterling (5 millions de dollars) de son propre argent pour soutenir la fondation "pour lutter contre l'antisémitisme". Abramovich est né en Union soviétique, mais est un citoyen israélien et vit la plupart de l'année dans ce pays. Il a été lié à un certain nombre de scandales financiers.

Kraft, bien sûr, a ses propres casseroles. Le 22 février 2019, il a été inculpé à Jupiter en Floride pour «prostitution illégale». Kraft a été filmé par une caméra cachée alors qu'il se livrait à des activités sexuelles dans les limites d'une entreprise minable appelée Orchids of Asia Day Spa qui vend « les services » de femmes asiatiques victimes de la traite sexuelle. L'affaire est toujours en cours, mais Kraft nie les accusations et il a beaucoup d'avocats à prix de milliardaires pour s'assurer qu'il sera acquitté.[8]

Au-delà de tout cela, si l'on doute du pouvoir du lobby juif / israélien à l'échelle internationale, notons l'une des premières actions entreprises par le nouveau gouvernement du coup d'État américano-fasciste en Bolivie. Il a décidé de rétablir les relations diplomatiques avec Israël comme une priorité absolue. Qui se ressemble s’assemble. Le Brésil a également cherché à resserrer ses relations avec Israël après que le fasciste Jair Bolsonaro a été élu président et s'est engagé à visiter l'État juif, promesse qu'il a tenue en mars. Tout le monde comprend que la façon de gagner la faveur de Washington est de passer par Tel-Aviv.

Par Philip M. Giraldi, Ph.D.,

directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche une politique étrangère américaine plus axée sur les intérêts de son pays au Moyen-Orient.

Le site Web est Councilforthenationalinterest.org

Source : The International Zionist Conspiracy

Philip Giraldi • December 3, 2019
NOTES de H. Genséric
5 Juifs inscrits sur la liste de Forbes des 10 plus riches Américains 2018
Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, mène le groupe juif au quatrième rang, avec une valeur nette de 61 milliards de dollars. Il est suivi par le géant du logiciel Oracle Larry Ellison au 5e rang avec 58,4 milliards de dollars et au co-fondateur de Google Larry Page au 6e rang avec 53,8 milliards de dollars.
Son co-fondateur, Sergey Brin, est un peu en retard avec 52,4 milliards de dollars, le laissant à la 9e place. Enfin, l'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, termine le top 10 avec 51,8 milliards de dollars.
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.