mercredi 10 février 2021

USA. L'équipe sioniste de Biden

Il n’y a aucune perspicacité particulière pour se rendre compte que l’administration du président Joe Biden est truffée de sionistes qui, non seulement croient en leur propre vision du Grand Israël, mais aussi, dans certains cas, ont des liens solides et durables avec le gouvernement israélien lui-même.

Le https://pbs.twimg.com/media/EsUWtLCXcAEbemk.jpg:large 

nouveau secrétaire d'État, Tony Blinken est issu d'une famille juive américaine qui a des liens bien établis avec Israël. Le grand-père paternel de Blinken était l'un des fondateurs d'une organisation qui a évolué pour devenir l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Blinken a déclaré lors de son audition de confirmation au Sénat que la nouvelle administration «consulterait Israël» avant tout éventuel retour à l'accord nucléaire de 2015 avec l’Iran, et il a également précisé qu'il y aurait des «conditions supplémentaires pour l'Iran», une position étrange à prendre alors que ce sont les États-Unis qui se sont retirés de l'accord et ont introduit un régime de sanctions sévères, alors  même que si l'Iran s'y conformait totalement. Plus récemment, Blinken a affirmé que  l’Iran était à quelques semaines de disposer de l'uranium enrichi nécessaire à la fabrication d'une arme nucléaire. Curieusement, ou peut-être pas, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait la même déclaration depuis les années 1980.

Joe Biden lui-même proclame fièrement qu'il est sioniste et le vice-président Kamala (aka Kabala) Harris [1] a pris la parole lors des réunions de l'AIPAC [2], promettant son soutien inconditionnel à l'État juif. Le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, s'est proclamé «shomer» ou protecteur d'Israël au Sénat tandis que la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré que «si ce Capitole s'effondrait, la seule chose qui resterait serait notre engagement à notre aide, je n'appelle même pas cela notre aide, notre coopération avec Israël. C'est fondamental pour qui nous sommes. » Le leader de la majorité à la Chambre, le deuxième démocrate de rang, Steny Hoyer a fièrement dirigé de nombreuses délégations du Congrès en Israël.

Il faut soupçonner que de nombreux amis d'Israël à la Maison Blanche et au Congrès sont des opportunistes, conscients du fait que le sionisme améliore leur carrière et également conscients que se mettre du mauvais côté du «lobby» est un risque certain de mort politique. De nombreux hauts fonctionnaires politiquement astucieux se retrouvent volontairement à des postes au département d'État, à la CIA et au Conseil de sécurité nationale où ils pourront affiner les options de politique étrangère en faveur de l'État juif. Sous George W. Bush, des juifs comme Paul Wolfowitz, Richard Perle, Doug Feith et Scooter Libby ont travaillé dur pour infiltrer de juifs le Pentagone et la Maison Blanche. C’est ainsi qu’ils ont réussi à déclencher la désastreuse guerre en Irak.

On doit également se souvenir de la purge concomitante des soi-disant «arabistes» au sein du Département d'État dans les années 1950, qui a conduit depuis lors à une domination des principales positions de sécurité étrangère et nationale relatives au Moyen-Orient par les Juifs américains. En effet, le changement de priorités au Département d'État a été dramatique, Foggy Bottom [quartier gouvernemental et culturel abritant le département d'État des États-Unis] abritant désormais un bureau de l'Envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l'antisémitisme, prétendument parce que l'antisémitisme est en pleine expansion dans le monde, n'ayant apparemment rien à voir avec la façon dont Israël et ses partisans se comportent [3]. Le titulaire, le juif Elan Carr, a récemment été élevé au rang d'ambassadeur itinérant et son bureau, ainsi que l'administration Biden, insiste maintenant sur le fait que la critique d'Israël est ipso facto de l’antisémitisme. Voilà pour la liberté d'expression dans l’Occident du Nouvel Ordre Mondial [Juif].

Il était auparavant considéré comme imprudent de nommer des hauts fonctionnaires qui avaient des liens personnels avec d’autres pays, de peur que cela ne crée un conflit d’intérêts qui ne profiterait finalement à aucune des deux nations. Dans son discours d'adieu souvent cité en 1796, George Washington a averti que “… les antipathies permanentes et invétérées contre des nations particulières et les attachements passionnés pour d’autres devraient être exclus; et qu'à leur place, des sentiments justes et amicaux envers tous devraient être cultivés. La Nation, qui voue à une autre une haine constante, ou à une autre une constante tendresse, est en quelque sorte une esclave. Elle est esclave de son animosité ou de son affection. Et l'une ou l'autre suffit à la détourner de son devoir et de son intérêt. ”

Si G. Washington voyait sa politique étrangère ruinée par un gouvernement fédéral centré sur Israël, qui prévaut depuis l'époque de Ronald Reagan, il serait certainement incapable de comprendre comment cela ait pu évoluer à ce point désastreux. Donald Trump a même intensifié cette soumission abjecte en offrant aux Israéliens des cadeaux qu'ils n'avaient pas demandés, et Joe Biden a l'air de vouloir faire encore plus. Mais pour Israël  et pour ses juifs, aucune concession ni aucun cadeau n’est jamais suffisant.

Dans le passé, le FBI refusait régulièrement les autorisations de sécurité à des fonctionnaires nommés qui avaient des liens étroits et durables avec d'autres pays qui ne faisaient pas partie de l'OTAN. Sous Donald Trump, il a été rapporté que son gendre Jared Kushner s'était vu refuser une autorisation de haut niveau en partie en raison des liens personnels étroits de sa famille avec Israël, y compris son Premier ministre Benjamin Netanyahu, considéré comme une famille. amie. Donald Trump a ignoré la recommandation et a utilisé sa propre autorité pour accorder quand même l'autorisation à Kushner.

La dernière juive, suppôt d'Israël, à atteindre le sommet, alors que Biden termine ses nominations, est Anne Neuberger, qui a récemment été nommée directrice principale de la cyberpolitique au Conseil de sécurité nationale. Neuberger a passé la dernière décennie à la National Security Agency, la branche de cyberespionnage du Pentagone, où elle a récemment été nommée à la tête de la nouvelle direction de la cybersécurité. Son mari, Yehuda, est quant à lui président du conseil exécutif de la commission américaine des affaires publiques d'Israël (AIPAC) à Baltimore. Il aurait fait pression sur l'ardent sénateur sioniste Ben Cardin pour qu'il s'oppose à l'accord nucléaire iranien de 2015 que la Maison Blanche d'Obama l’avait négocié. Cardin a voté contre, bien qu'il soit fortement soutenu par son chef de parti, le président Barack Obama.

Il y a, sans surprise, une histoire supplémentaire à l'histoire. Quelque chose comme ceci:  NBC a publié le 27 Janvier  un article affirmant qu'une fondation familiale reliée à Neuberger a fait don de 500. 000 $ à l' AIPAC, qui est la plus grande des centaines d'organisations juives qui se consacrent à la promotion des intérêts israéliens aux États-Unis . L'AIPAC disposait en 2019 d'un budget annuel de 133 millions de dollars, d'un actif de 157 millions de dollars et de 476 employés. Il fait fortement pression sur le Congrès et réussit au point que c’est l’AIPAC qui rédige en fait la législation favorable à l'État juif.

L'article de NBC a déclaré que: «La fille de l'investisseur milliardaire juif George Karfunkel, Neuberger est une dirigeante d'une fondation créée et nommée pour elle et son mari, la Fondation Yehuda et Anne Neuberger. La fondation a été créée il y a 12 ans pour «mener à bien les objectifs caritatifs et religieux de la Fédération de la communauté juive de Baltimore», selon ses dossiers fiscaux… De 2012 à 2018 - la dernière année pour laquelle les dossiers fiscaux de la fondation sont disponibles - la fondation Neuberger a fait un don de 559.000 $ à l'AIPAC, selon un bilan fiscal. Dans une partie distincte des formulaires, la fondation déclare dépenser les montants exacts de ses dons AIPAC dans la catégorie des dépenses de lobbying «pour influencer un organe législatif» ou «pour influencer l'opinion publique…» »

L'article observe également que «[Israël] agit dans son propre intérêt et espionne agressivement les États-Unis, y compris en utilisant des cybercapacités». Il cite également «Un échantillon représentatif d'anciens et actuels responsables du renseignement et d'experts en politique étrangère - dont aucun n'était disposé à être nommé - [qui] a déclaré que les dons créaient un problème d'apparence. Ils ont noté qu'Israël, dont les entreprises fabriquent et vendent du matériel d'espionnage aux régimes à l'étranger et dont les agences de renseignement piratent les gouvernements étrangers à travers le monde, a un grand intérêt dans la cyberpolitique américaine.

La fondation Neuberger contribue également en argent à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) dominée par les néoconservateurs, qui, comme l'AIPAC, collabore directement avec l'ambassade d'Israël à Washington. FDD devrait être enregistré en tant qu'agent étranger, mais aucune entité liée à Israël n'a jamais été contrainte de s'y conformer. Certes, l'implication de Neuberger avec la fondation et sa participation à la contribution financière à l'AIPAC auraient dû être un élément de son processus d'habilitation de sécurité, mais ce processus peut avoir été modifié pour des raisons politiques ou les informations n'ont pas été rendues disponibles. Le rapport de la NBC observe qu '«Une porte-parole du Conseil national de sécurité a refusé de répondre à des questions détaillées à ce sujet, déclarant: "En tant qu'employée principale du NSC, Mme Neuberger respectera le décret sur les engagements éthiques du personnel de la branche exécutive." Il n'est pas clair que Neuberger aurait été tenue de divulguer les contributions de sa fondation familiale dans le cadre de ses examens d'éthique ou d'habilitation de sécurité - on ne sait donc pas si l'équipe Biden a vérifié les dons. Bien que les dons soient répertoriés dans les déclarations de revenus publiques disponibles sur le Web, des efforts sont nécessaires pour les trouver. »

Les partisans de Neuberger ont tort en ce que les contributions faites en son nom à l'AIPAC, que la plupart à Washington considèrent comme une façade pour le gouvernement israélien, auraient certainement été pertinentes pour son processus d'autorisation. Selon les règles normales, cela la disqualifierait d'avoir une autorisation de haut niveau, mais, comme il convient de le noter, nous avons affaire ici à Israël. La nomination de Neuberger à la tête de la cybersécurité américaine tout en faisant don de centaines de milliers de dollars à la branche de lobbying d'un gouvernement étranger qui a récemment accueilli en grande pompe un de ses citoyens, Jonathan Pollard, qui a espionné les États-Unis, en tant que héros est inacceptable [4]. On pourrait également ajouter qu'Israël est considéré comme le gouvernement «ami» le plus actif en ce qui concerne son espionnage des États-Unis, utilisant souvent des sayanim que sont les Juifs américains en tant que leurs «agents», et son histoire bien documentée de vol de haute technologie américaine est vaste. En plus de voler les outils et techniques américains, Israël  a récemment utilisé contre des cibles du gouvernement américain, y compris la Maison Blanche.

Le dernier rebondissement de l'histoire de Neuberger est que les plaintes des groupes juifs et des individus ont commencé à affluer dans NBC après la publication de l'histoire, certains craignant qu'une organisation formidable comme l'AIPAC soit mise en cause. L'AIPAC a dénoncé l'article directement, affirmant que ses "accusations de double loyauté sont antisémites et insultent des millions d'Américains - juifs et non juifs - qui soutiennent notre allié Israël." La chaîne d'information s'est ensuite rendue, tirant et archivant l'histoire après avoir affirmé qu'elle n'avait pas respecté ses normes habituelles en raison de son utilisation de sources anonymes et de son incapacité à donner à Neuberger le temps de répondre. NBC n'a pas contesté l'affirmation de l'AIPAC selon laquelle Israël est un véritable allié américain, ce qui est en soi un mensonge, ni la preuve irréfutable que certains Juifs américains manifestent certainement une loyauté double ou singulière qui favorise Israël.

Mais ma contribution préférée à l'appui de Neuberger vient de l'ambassadeur américain du président Barack Obama en Israël, Dan Shapiro, qui semble être en ligne pour une nomination de haut responsable de la politique étrangère de Biden. Il a tweeté: «Je ne connais pas Anne Neuberger, mais l'accusation contre elle - qu'elle n'est pas apte à travailler dans la sécurité nationale parce que sa fondation familiale soutenait un travail politique entièrement protégé par la Constitution - est offensante et démentie par son stellaire carrière. Content qu'elle sert.

L'affirmation de Shapiro selon laquelle un haut responsable de la sécurité nationale soutenant un lobby qui existe pour obtenir des faveurs pour un pays étranger est une question de «liberté d'expression» est curieuse. On s'interroge également sur la loyauté ultime de Shapiro, se rappelant comment il a quitté son poste d'ambassadeur pour vivre en Israël, où il détient vraisemblablement désormais la double nationalité. Il a ensuite déclaré à un public juif américain qu'Israël était «ce miracle, ce cadeau, ce joyau» et a travaillé comme officier supérieur dans un groupe de réflexion sur la sécurité nationale israélienne, le représentant en témoignage devant le Congrès, ce qui aurait dû l'obliger à s'inscrire en tant qu'agent étranger. Mais il ne l'a pas fait et s'en est sorti parce que c'était Israël, bien sûr. Et maintenant, il donne des conseils sur une question critique de sécurité nationale des États-Unis dans laquelle il se trompe complètement. Tel est le problème fondamental. Nous, Américains, ne sommes jamais autorisés, à nos risques et périls, à contester le degré de dévouement de quelqu'un envers un pays étranger si ce pays se trouve être Israël.

Source : Another Zionist Joins the Biden Team

Philip Giraldi • February 9, 2021

NOTES de H. Genséric

[1] USA. Félicitations à la présidente Kamala (aka Kabala)

[2] USA. Betty McCollum, membre du Congrès: «L'AIPAC est un groupe haineux»
-   USA. AIPAC : Crépuscule d’une influence irrésistible
-   USA/France. le Deep State (l'État Profond) n’est autre que Le lobby israélien
-   USA. Obama dénonce le pouvoir juif

[3] ALERTE SANTE MENTALE : Une pandémie mortelle d'antisémitisme contamine l’Occident !
-   Comment le lobby israélien a mis en place le programme de l’UE sur l’antisémitisme
-   Les sionistes mentent comme ils respirent. Contrôle juif, subversion sioniste et «contradictions» de l'antisémitisme

USA. L’aile ouest de la Maison Blanche devient "la Synagogue" et  aura un « minyan » !

Dans le judaïsme, le minyan, ou miniane, est le quorum de dix hommes adultes nécessaire à la récitation des prières les plus importantes de tout office ou de toute cérémonie. À l’époque où je travaillais chez Bull en région parisienne, l’immeuble abritant le PDG (juif) et les principaux directeurs (quasiment tous juifs) était appelé, par le menu personnel et les ingénieurs goyim, La Synagogue.  H.G.

Alors que la population juive ne représente que 1,8% (arrondissons à 2%) de la population totale américaine, les juifs trustent 16 postes importants à la Maison Blanche, soit plus de la moitié des postes importants. Cela veut dire que la voix d’un juif équivaut à celles de 50 goyim (2% contre 98%). C’est surtout cela, la démocratie en Occident.

Si nous prenons les 535 sièges dans les deux chambres, 144 sont occupés par des femmes (26,9 %). Les plus sous-représentés sont les Latinos : 18,5 % de la population et seulement 8,2 % des législateurs. La situation de la minorité noire est encore meilleure, avec respectivement 13,4 % et 11,4 %, et encore meilleure pour les Américains d'origine asiatique, avec 5,6 % de la population et 4,8 % des sièges législatifs. La prime est évidemment encore très majoritairement détenue par la majorité blanche, à laquelle appartient 60,1 % de la population des États-Unis, mais qui jouit néanmoins de 80,4 % des sièges au Congrès.

On constate également de nouveaux développements en termes de profils religieux et sexuels de leurs maîtres. En ce qui concerne leur foi confessée, 88,1 % se déclarent chrétiens, protestants et catholiques dans cet ordre, et les juifs 6,2 %. Un seul sénateur se déclare athée entre les deux chambres.  

En revanche, sur les dix députés et sénateurs qui, dans le précédent Congrès, se déclaraient lesbiennes, gays, bixesexuels ou transsexuels, il y en a maintenant onze dans cette 117e législature. Ils appartiennent tous au Parti Démocrate.   

Voici un guide du minyan de La Synagogue:

1• Antony Blinken, secrétaire d'État. Blinken est un diplomate de carrière chevronné. Le père de Blinken, Donald Blinken, a été ambassadeur des États-Unis en Hongrie sous l’ancien président Bill Clinton. Son oncle Alan était ambassadeur en Belgique à la même époque. L’arrière-grand-père de Blinken, Meir Blinken, était un écrivain yiddish au début des années 1900.
En 2014, il a été nommé adjoint du secrétaire d’État de l’époque, John Kerry. Ces dernières années, Blinken a fait partie du cabinet de conseil en stratégie WestExec Advisors et a servi de conseiller principal en politique étrangère, ainsi que de canal pour les organisations juives et pro-israéliennes, pendant la campagne 2020 de Biden. 

2• David Cohen, directeur adjoint de la CIA. Cohen revient à ce rôle après l'avoir rempli de 2015 à 2017. Cohen est le fils d'un médecin juif de Boston de premier plan. Ce sera la deuxième fois à occuper ce poste pour Cohen, qui a 58 ans, a grandi à Boston et est diplômé de Yale. En 2015, Cohen est devenu le deuxième juif le plus haut placé dans la hiérarchie de l’agence d’espionnage. 
Auparavant, il a servi dans le département du Trésor en tant que secrétaire adjoint au financement du terrorisme, puis sous-secrétaire au terrorisme et au renseignement financier, ce qui lui a valu le surnom de «gourou des sanctions» américain.

3• Janet Yellen, secrétaire au Trésor. Elle est la première femme à remplir ce rôle; auparavant, elle dirigeait le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale. Une publicité d'attaque de Trump en 2016 mettait en vedette trois Juifs, dont Yellen, et reflétait des tropes antisémites. Elle est une économiste du travail renommée.

Née et élevée par une famille juive polonaise à Brooklyn, Yellen, 74 ans, sera la première femme à diriger le département. En 1994, Clinton a nommé Yellen au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale. Yellen a quitté la Réserve fédérale en 1997 pour devenir présidente du Conseil des conseillers économiques de Clinton, mais est revenue en 2010, Obama l’a élevée à la présidence du conseil d’administration de la Réserve fédérale lors de son deuxième mandat. 

4• Merrick Garland, procureur général. Garland a été empêché de devenir juge à la Cour suprême par le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Mitch McConnell, au cours de la dernière année de la présidence Obama. Pendant l’administration Carter, Garland était l’assistant spécial du procureur général Benjamin Civiletti. En 1989, peu de temps après être devenu associé dans un cabinet d’avocats privé, Garland est devenu procureur fédéral. Il a occupé des postes de direction au département de la justice de Clinton et, depuis 1997, a siégé à la Cour d’appel des États-Unis pour le circuit du district de Columbia.

5• Avril Haines, directrice du renseignement national. Elle a été directrice adjointe de la CIA sous Obama, la première femme à occuper ce poste. Sa mère était un peintre juif bien connu, Adrian Rappin (Rappaport) et Haines s'identifie à Israël; elle a visité Israël avec son père non juif.

En 2010, Haines a rejoint la Maison Blanche d’Obama en tant qu’assistante adjoint du président et avocat adjoint pour les affaires de sécurité nationale. Elle a ensuite été directrice adjointe de la CIA, puis a remplacé Blinken en tant que conseiller adjoint à la sécurité nationale.

6• Ron Klain, chef de cabinet. Il était le chef de cabinet de Biden à l’époque de sa vice-présidence. Klain parle de sa synagogue d'enfance à Indianapolis, où il a appris plusieurs parties de la Torah pour sa bar-mitsva, et de son engagement à élever des enfants juifs. Né et élevé à Indianapolis, Klain, 59 ans, a déclaré dans une interview accordée au New York Times en 2007, que lorsqu’il a épousé sa femme non juive, Monica Medina, ils ont convenu que leurs trois enfants – Daniel, Hannah et Michael – seraient élevé juif, mais que la famille fêterait aussi Noël.

7• Eric Lander, directeur, Bureau de la politique scientifique et technologique. Lander est un généticien de premier plan. Son poste a été élevé au niveau du Cabinet.

8• Rachel Levine, sous-secrétaire, Santé et services sociaux. Levine a grandi dans une maison juive conservatrice du Massachusetts. Elle est la première personne transgenre ouverte à être nommée pour un poste nécessitant une confirmation du Sénat [Voir : Biden nomme un trans obèse comme Secrétaire Adjoint à la Santé].

9• Alejandro Mayorkas, secrétaire de la Sécurité intérieure. Mayorkas, 60 ans, était le secrétaire adjoint de la sécurité intérieure sous Obama. Il est né à Cuba, d'un père juif cubain et d'une mère juive roumaine. Il a travaillé en étroite collaboration avec des groupes juifs dans le passé. L’année dernière, Mayorkas a rejoint le conseil d’administration du groupe d’aide aux réfugiés juifs HIAS. 

10• Anne Neuberger, directrice de la cybersécurité, Agence nationale de sécurité. Elle est une juive orthodoxe de Brooklyn, qui a fait ses études universitaires dans des écoles orthodoxes. Elle a aidé à établir le Cyber Command américain et a dirigé les efforts de sécurité lors des élections de mi-mandat de 2018. [Voir ci-dessous].

11• Wendy Sherman, secrétaire d'État adjointe. Elle est née au Maryland dans une famille juive. Elle sera la première femme à être nommée secrétaire d'État adjointe. Sherman a été le principal négociateur de l’administration Obama sur l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran et jouera probablement un rôle de premier plan dans les négociations de l’administration Biden avec les signataires du JCPOA et dans les pourparlers potentiels avec Téhéran.

12. Eric Lander. Directeur du Bureau de la politique scientifique et technologique (OSTP) et le conseiller scientifique présidentiel. Mathématicien et biologiste de formation, “Lander est surtout connu pour sa contribution au Human Genome Project, l’initiative internationale visant à identifier les six milliards de lettres combinées [parmi les quatre] qui constituent l’ADN humain”, précise le site spécialisé dans les questions de santé Stat.

On s’attend à ce que Lander soit un conseiller essentiel du président sur la pandémie de coronavirus et le changement climatique, entre autres questions.

13• Jeff Zients, Coordinateur COVID-19. Il est né à Washington, DC, et a grandi à Kensington, Maryland. Sa famille est juive. De 2014 à 2017, il a été directeur du Conseil économique national. Il remplira le rôle crucial de direction et de coordination des efforts pour surmonter la pandémie de COVID-19.

14• Rochelle Walensky, directrice, Centre de contrôle des maladies. Elle et son mari sont membres du Temple Emanuel, à Newton, Massachusetts, une importante synagogue conservatrice. Elle est une experte sur le sida et le VIH et a été chef des maladies infectieuses au Massachusetts General Hospital et professeure à la Harvard Medical School.

15• Jared Bernstein, membre, Conseil des conseillers économiques. Sous Obama, Bernstein était l'économiste en chef et le conseiller économique de Biden.

16• Douglas Emhoff,  époux de la vice-présidente Kamala (aka Kabala) Harris. Il est le premier mari d'un vice-président américain. Il est né à Brooklyn, fils de parents juifs Barbara et Michael Emhoff. Il a grandi dans le New Jersey. Il est avocat spécialisé dans le divertissement et enseigne au Georgetown University Law Center.

Ceci complète les 16 Juifs occupant des postes de responsabilité dans l'administration Biden.

Voici les dix catholiques parmi les personnes nommées par Biden, également un record possible de tous les temps :
Avant tout, Biden lui-même, un catholique libéral religieux; Le général Lloyd Austin, déjà confirmé comme secrétaire à la défense; Deb Haaland, Intérieur; Tom Vilsack, Agriculture; Gina Raimondo, Commerce; Marty Walsh, travailliste; Denis McDonough, Anciens Combattants; Jennifer Granholm, Énergie; Xavier Becerra, Santé et services sociaux; et John Kerry, envoyé présidentiel pour le climat.

Il y a un groupe non représenté dans les choix du Cabinet de Biden : les évangéliques blancs, le groupe le plus fidèle au président Donald Trump.

Il sera intéressant de voir comment fonctionne une administration juive-catholique fortement libérale. Une ironie considérable y est attachée, car Trump tour à tour crypto-juif, non religieux et irréligieux, qui tenait une Bible à l'envers, était et est fanatiquement soutenu par les chrétiens évangéliques, qui étaient et qui restent un élément clé de sa base.

Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Pour ceux qui n'aimaient pas le sionisme de Trump...vous aurez celui de Biden ! Les guerres en plus ? L'avenir le dira.
    Quand à la pédophilie ,retour à la case départ... l'affaire Epstein aurait-elle eu lieu avec les démocrates ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec les Démocrates Clinton et Obama, qui sont eux-mêmes des pervers sexuels (voir dans ce Blog), les pédophiles et autres pervers sexuels étaient intouchables. Biden est lui aussi un vieux pervers, donc , comme avec Macron en France, les USA redeviennent le paradis des pédophiles et autres pervers.

      Supprimer
  2. Trump n'a pas été capable en 4 ans de mettre le Pédo wood sous les verrous, car Trump est un pédophile lui même et ces gens sont ses amis.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.