jeudi 11 février 2021

J’aurais pu…

J’aurais pu discuter de la façon dont la Fox a viré Lou Dobbs, ou j’aurais pu donner mon avis sur le fait que le Royaume-Uni est devenu une véritable maison de fous, qui veut maintenant interdire l’alcool dans les pubs. J’aurais pu, mais je ne l’ai pas fait parce que tout cela est le signe d’un déclin général de la santé mentale de tout l’Occident et, fait remarquable, il est impossible de passer à côté de cette triste réalité. La folie se poursuit et n’arrêtera pas de s’accentuer.

Non, vraiment, la marmotte de Punxsutawney (États-Unis) a vu son ombre il y a quatre jours, prévoyant encore 6 semaines d’hiver, il faut faire avec. Alors, je fais avec. J’ai répété à de nombreuses reprises, et je le referai encore, que je ne suis pas sinologue – je n’ai pas d’opinion précise sur la cuisine politique de la Chine, donc je me fie aux appréciations des experts professionnels de la Chine. Mais même sans eux, je n’aurais pas pu passer à côté de l’appel téléphonique entre Sergeï Lavrov et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi il y a quelques jours. Le Ministère russe des Affaires étrangères a dûment publié un résumé de cet entretien (pour l’instant en russe uniquement). La conversation a porté, de manière compréhensible, sur la situation actuelle et, par conséquent, sur la prolongation du traité russo-chinois de bon voisinage, d’amitié et de coopération. Nikolai Vavilov déclare (en russe) que cette fois-ci, la Chine offre une alliance militaire complète à la Russie.

Cela vous semble plausible ? Moi oui. La Chine a tout à gagner de cette alliance, surtout face à ce qui semble être le glissement des États-Unis vers l’état de stéréotype, et la Chine a certainement des desseins sur la présence américaine en mer de Chine méridionale. Plus Taïwan, plus un camion plein d’autres questions, parmi lesquelles la dernière tentative désespérée des États-Unis de préserver ce qu’ils perçoivent à tort comme leur hégémonie et pouvant impliquer un engagement militaire direct et même une escalade jusqu’au seuil nucléaire. Le fait que la Russie aide la Chine avec son SPRN (système d’alerte précoce en cas d’attaque de missile) est un énorme cadeau et un signe que la Russie considère la sécurité de la Chine comme, au moins en partie, un élément de sa propre sécurité. Quand vous entendez cela :

« Le chef du Commandement stratégique américain avertit qu’une guerre nucléaire avec la Russie ou la Chine est « une possibilité réelle », pointant du doigt les comportements « déstabilisateurs » des ennemis des États-Unis. Il affirme également que le Pentagone n’est pas « enlisé dans la Guerre froide » : « Il existe une réelle possibilité qu’une crise régionale avec la Russie ou la Chine puisse rapidement dégénérer en conflit impliquant des armes nucléaires, si ces pays perçoivent qu’une perte conventionnelle menacerait le régime ou l’État », a écrit le chef et vice-amiral Charles Richard dans le numéro de février du magazine mensuel de US Naval Institut. STRATCOM, qui supervise l’arsenal nucléaire américain, considère que la probabilité d’une guerre nucléaire est faible. Mais avec la Russie et la Chine qui renforcent leurs capacités et continuent de « s’exercer au niveau mondial », Richard a déclaré que STRATCOM doit comprendre ce à quoi il est confronté.

Il faut s’arrêter une seconde (vous pouvez lire l’original ici) et s’émerveiller du fait qu’il a fallu 7 ans à STRATCOM pour enfin lire la doctrine militaire russe, à savoir l’article 27. Bravo.

Article 27

La Fédération de Russie se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires en réponse à l’utilisation d’armes nucléaires et d’autres types d’armes de destruction massive contre elle et/ou ses alliés, ainsi qu’en cas d’agression contre la Fédération de Russie avec utilisation d’armes conventionnelles lorsque l’existence même de l’État est menacée. La décision d’utiliser des armes nucléaires est prise par le président de la Fédération de Russie.

Mais, par implication, la déclaration de Richard suppose que c’est la Russie qui sera la première à être contrainte d’utiliser des armes nucléaires, alors que la réalité, bien sûr, est diamétralement opposée. La raison en est que, dans une guerre contre la Russie, l’obtention par les États-Unis d’une quelconque « victoire » par des moyens conventionnels est, au mieux, une proposition très contestable et, comme je l’ai déjà dit, depuis de nombreuses années, ce sont les États-Unis qui ont un penchant pour le nucléaire, en particulier face aux pertes qu’ils subiront dans un conflit conventionnel de grande envergure.

Une drôle de coïncidence, hier, Sergeï Shoigu, lors de la réunion dans l’une des usines de la Tactical Missile Corporation à Reutov, a annoncé un financement supplémentaire et l’extension des installations de fabrication d’armes de précision supplémentaires. Coïncidence ? Je ne crois pas. Les États-Unis n’ont ni les ressources ni les outils nécessaires pour mener un conflit conventionnel majeur contre leurs pairs sans subir de pertes à une échelle jamais atteinte auparavant. Comme le pensait Elmo Zumwalt dans les années 1970, que se passerait-t-il si l’un des porte-avions de la marine américaine était détruit ?

Je peux vous dire ce qui se passerait ensuite – les États-Unis deviendraient fous et franchiraient le seuil nucléaire, parce qu’ils n’ont pas la flexibilité opérationnelle et stratégique pour faire face à la guerre du 21e siècle. Scott Ritter partage mon point de vue :
« Les déclarations belliqueuses sur la guerre nucléaire sont plus dangereuses qu’il n’y paraît, a déclaré à RT l’ancien inspecteur en désarmement des Nations unies, Scott Ritter. Les États-Unis n’ont pas développé leurs forces militaires conventionnelles au point de pouvoir garantir une victoire sur la Russie ou la Chine, de sorte que Washington déploierait probablement des armes nucléaires dans une guerre avec l’un ou l’autre de ces pays, a fait valoir Ritter. La Russie n’aurait pas d’autre choix que de répondre à une telle attaque en nature, a-t-il déclaré. « C’est ce qui rend les déclarations de l’amiral sur la préparation d’une guerre nucléaire si dangereuses car il n’y a aucun moyen de l’empêcher », a déclaré Ritter.

En clair, la déclaration de Richard est donc un aveu caché de faiblesse militaire et, selon la logique de STRATCOM, un avertissement sur le fait que les États-Unis abordent tout conflit entre pairs avec la préméditation d’utiliser des armes nucléaires. Le porno militaire optimiste d’ignorants tels que le clown David Axe ou Michael Peck est bon pour la consommation d’adolescents en manque d’adrénaline jouant à la console, mais je pose à nouveau cette question : que se passerait-il si les États-Unis perdaient une formation de la taille d’une division, un Carrier strike group par exemple, dans un délai de 3-4 jours sans l’utilisation d’armes nucléaires ? Bien sûr, c’est une question rhétorique. La Chine le sait certainement, mais elle veut que la technologie et l’immense expérience opérationnelle de la Russie soient de son côté au cas où les États-Unis décideraient que la fenêtre d’opportunité se ferme. Et cette fenêtre se ferme pour les États-Unis vis-à-vis de la Chine et elle est maintenant fermée contre la Russie.

Bien sûr, il y a toujours l’Iran pour que les États-Unis essaient de prouver qu’ils ont encore du mojo, mais l’Iran n’est pas l’Irak, de plus, les actions du Comité national démocrate jusqu’à présent indiquent un manque d’intérêt pour la guerre contre l’Iran. Considérant qu’Obama est un marionnettiste derrière le sénile Biden, Obama a aussi des comptes à régler avec Israël et surtout l’humiliation que Bibi a infligée à Obama lors de son discours à la Knesset, ah, pardon, à la session conjointe du Congrès américain, qui a vu 26 standing ovations il y a cinq ans, alors que Bibi a ignoré POTUS comme s’il n’existait pas du tout. C’était une humiliation d’Obama dans des proportions historiques et, surtout si l’on considère la nature très sensible d’Obama, de telles choses ne sont pas oubliées en politique.[1]

Ainsi, pour le lobby israélien aux États-Unis, il n’est toujours pas facile d’entraîner les États-Unis dans une guerre de tirs contre l’Iran. En fin de compte, toutes les bases américaines dans la région sont à portée des missiles iraniens, et l’État d’Israël lui-même est une cible facile si la situation se dégrade. Donc, vous voyez, j’aurais pu discuter de toutes sortes d’événements actuels liés au pendule de la répression politique aux États-Unis qui augmente son amplitude, mais la réalité mondiale est beaucoup plus complexe que le simple spectacle de foire aux États-Unis. Si – Dieu nous en préserve – les États-Unis décident de s’engager dans une sérieuse guerre de tirs contre la Chine – sans parler de la Russie – vous pouvez être sûrs que l’absence d’alcool dans les pubs britanniques deviendra le cadet de nos soucis.

par Andrei Martyanov.           source : https://smoothiex12.blogspot.com

traduit par Réseau International

[1] VOIR  :
-  Les Juifs et la traite des Noirs
-  USA. Assaut juif contre les intellectuels noirs
-  Le martyr et l'holocauste des Noirs par les Juifs trafiquants esclavagistes
-  Pour un rabbin israélien, les non-juifs doivent servir les juifs
-  Les communautés juives opulentes, ségrégationnistes, hypocrites et fermées d'Afrique du Sud
- 
Les suprémacistes blancs juifs et le Ku Klux Klan
-  New York. Les indics sionistes fichent leurs voisins Noirs pour le compte de la police
-  À la demande des suprémacistes juifs, YouTube censure le leader noir qui avertit les noirs de la suprématie juive

Hannibal GENSÉRIC

 

2 commentaires:

  1. Excellent texte. Les USA enragés et arriérés sont inférieurs donc dangereux. Au fait je n'ai plus accès à réseau international...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus. Depuis 3/4 jours, je n'arrive plus à y avoir accès...(signé : Nass).

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.