mercredi 3 février 2021

Les mesures sanitaires, l’arme des mondialistes et du gouvernement contre les travailleurs

Macron a lu Machiavel et applique ses maximes « Il est plus sûr d'être craint que d'être aimé ». « Gouverner, c'est mettre vos sujets hors d'état de vous nuire et même d'y penser.». Pour empêcher les travailleurs de penser à contester, il utilise la peur sans limite et sans crainte du ridicule (rappelez-vous la bouffonnerie des masques) avec la complicité active de médecins représentants de commerce de l’industrie pharmaceutique et de la quasi-totalité des médias.

 

Pour sidérer le peuple, ils mentent en permanence

Les médias complices ont transformé une forte grippe en peste épouvantable, alors que covid19 n’a pas tué plus que la grippe asiatique de mon enfance; à cette époque le gouvernement rassurait la population en répétant « il ne faut pas ajouter l’hystérie à la maladie » ; et aujourd’hui presque plus personne ne se souvient de cette pandémie qui n’a eu aucun retentissement notable sur l’économie, ni sur les lois sociales, ni l’enseignement et qui a disparu naturellement sans aucune atteinte aux libertés ni aux droits des travailleurs.

Pour paniquer la population, nous avons subi chaque jour l’énoncé du nombre des morts de Covid19 non relativisé (sans comparaison honnête du nombre de décès par cancer quotidien (de l’ordre de 500) ni du nombre de morts par jour (1750 en moyenne).

Des épidémiologistes prophétisaient que sans astreinte à domicile généralisée 500 000 français allaient mourir et que seul le confinement pourrait nous sauver[1]. Le ministre a interdit aux médecins d’utiliser la chloroquine brutalement déclarée dangereuse par des articles bidons[2] acceptés par des revues prestigieuses, alors qu’elle avait été utilisée sans problèmes et le plus souvent sans surveillance médicale depuis 70 ans par plus d’un milliard d’individus[3]. Ils ont affirmé que les personnes saines (dites asymptomatiques) pouvaient transmettre le virus sur la foi de déclarations de virologues basée sur la charge virale, démenties depuis par les études épidémiologiques des faits constatés [4] et tardivement par l’OMS.

Ils ont interdit l’utilisation d’antibiotiques alors qu’ils sont depuis toujours utilisés dans les viroses respiratoires pour prévenir les surinfections bactériennes[5].

Ils ont affirmé que les enfants pouvaient transmettre la maladie alors que si les enfants peuvent être contaminés par des adultes proches, ils ne risquent presque rien (trois fois moins que de la grippe saisonnière) et ne contaminent personne[6].

Ils ont prétendu que le Remdesevir était efficace et sans danger et ont réussi à en vendre pour près d’un milliard avant de reconnaitre qu’il était inefficace et dangereux.

Ils se sont félicités du confinement aveugle en prétendant qu’il aurait sauvé 60 000 français. Et ils continuent de mentir en prétendant que les vaccins ont été bien testés, qu’ils sont efficaces à plus de 95% et sans dangers alors que les campagnes de vaccination israélienne (vaccin Pfizer) et britannique (vaccin Astra Zeneca) ont pour l’instant abouti à multiplier par 3 à 4 les nombres de contaminations et de morts quotidiennes [7] dans ces pays.

Tous ces mensonges et bien d’autres ont été assénés chaque jour par le gouvernement et répétés constamment par la quasi-totalité des médias, sans qu’elles ne permettent aux contradicteurs de s’exprimer.

Cette politique Covid est catastrophique du point de vue sanitaire.

On doit juger une politique à ses résultats objectifs[8]. A cause des décisions totalitaires sans aucun fondement scientifique[9] qu’on nous a imposées, la France est dans le top 5 européen des plus fortes mortalités attribuées au Covid19 avec les 4 autres grands pays adeptes de cette politique moyenâgeuse (Italie, Belgique, Espagne et Grande Bretagne). Ainsi la France souffrait au 23/1/2021 d’une mortalité de 1080/million d’habitants contre 762/M aux Pays Bas, 180/M en Finlande et 167/M en Biélorussie qui n’ont pas confiné.

La lutte traditionnelle contre les épidémies, celle qu’ont appliqué les pays asiatiques, repose sur la séparation des malades des biens portants le temps que les malades ne soient plus contaminants (10 jours pour le Covid). Le confinement aveugle à la française a constitué au contraire à renvoyer à leur domicile les malades sans signe de gravité et les pensionnaires des Ehpad dans leur institution sans aucun traitement actif facilitant ainsi la contamination de leurs proches. La comparaison des évolutions de l’épidémie en Belgique confinée à l’aveugle durement, et les Pays-Bas non confinés est très démonstrative.

 

 

Le confinement aveugle, en plus d’une surmortalité Covid19, est responsable de très nombreuses victimes collatérales par défaut ou/ou retards des soins imposés par le plan blanc (au moins 30000 décès constatés ou à venir dans les 5 ans), par violences familiales, dépression et suicides (10000 à 20000 prévus) et par les dramatiques conséquences de la crise économique qu’ils ont créée de toutes pièces

Cette politique prétendument sanitaire, loin de protéger les peuples a donc considérablement aggravé le bilan mortifère du Covid19.

La cible des mesures Covid n’est pas le virus, mais les travailleurs.

Attaque frontale des travailleurs et des acquis sociaux.

Les premières mesures prises dès la proclamation de l’urgence sanitaire ont été des dérogations aux droits des travailleurs sur la durée du travail, et sur les RTT et les vacances donnant aux patrons le droit de les moduler selon leurs désirs.

Ces dérogations sont théoriquement transitoires (ne devraient pas s'étendre au-delà du 30 juin 2021.) Mais l’expérience nous a appris que le transitoire peut durer indéfiniment lorsque cela arrange les patrons. Dans les transports, la logistique, l’agroalimentaire, l’agriculture, l’énergie, les télécommunications, le maximum quotidien de 10 heures de travail peut être porté à 12 heures et la durée de travail hebdomadaire de 48 heures peut être augmenté jusqu’à 60 heures. Le temps de repos quotidien peut être réduit à 9 heures consécutives au lieu de 11 et les conditions de recours au travail dominical ont été assouplies.

Céline Verzeletti, dirigeante confédérale de la CGT avait prédit dans une interview au Monde « Il y a un vrai risque que cet état d’urgence sanitaire soit maintenu pendant quelques mois, au-delà de la période de confinement, et tout ce qui sera dérogatoire pourra continuer à s’appliquer ».  Car la politique Macron est la stratégie du choc[10], quand le dirigeant profite d’une crise (réelle ou imaginaire) pour imposer au peuple des systèmes ou des lois qui lui permettront d’abuser durablement de lui. Ces mesures, annoncées comme « provisoires » ont abrogé un pan entier de notre Code du travail. Veillons donc à ce que le provisoire ne dure pas…

Les mesures sanitaires rendent les pauvres plus pauvres et paupérisent les classes moyennes

Le confinement a touché très durement tous les petits métiers qui permettaient la survie des jeunes sans emploi fixe et des étudiants qui n’ont pas eu de job d’été ; beaucoup sont contraints de s’inscrire aux restaurants du cœur ou au secours populaire totalement débordés. La disparition de dizaines de milliers de petits commerces, marquée par des suicides va aggraver la situation. Les jeunes déjà mal préparés à la vie active vont se retrouver dans une situation de misère extrême pour plusieurs années et l’explosion de la dette de la nation ne permettra plus de les protéger suffisamment.

Même l’OMS souligne les conséquences dramatiques du confinement sur les jeunes. Le Dr Tedros A. Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, lors d’un point de presse virtuel organisé depuis Genève a insisté sur les conséquences majeures des confinements et autres mesure liberticides chez les jeunes.

« Les jeunes sont touchés de manière disproportionnée par les conséquences à long terme de la pandémie » [il aurait dû préciser des mesures imposées sous prétexte de pandémie].

« Ces effets comprennent des perturbations de l’éducation, l’incertitude économique, la perte ou le manque de possibilités d’emploi, les répercussions sur la santé physique et mentale et les traumatismes dus à la violence domestique. L’anxiété mentale provoquée par le coronavirus a ainsi été identifiée chez près de 90 % des jeunes. Plus d’un milliard d’élèves et étudiants dans presque tous les pays ont été touchés par les fermetures d’écoles. Et un jeune sur six dans le monde a perdu son emploi pendant la pandémie. »

Pendant le confinement, le nombre de demandeurs d’emploi (majoritairement des jeunes adultes) a augmenté de plus d’un million en France. Depuis mars, la crise économique s’accroit et aggrave le chômage qui atteignait au troisième semestre 9% de la population globale et 23,7% des jeunes. La baisse de plus de 10% du PIB 2020 et le nombre considérable des faillites de commerçants, indépendants et PME qui représentent le principal réservoir d’emploi en France rend l’obtention d’un premier emploi, mission impossible.

L’espoir d’un avenir heureux disparait quand tout projet personnel est soumis à la versatilité extrême de décisions administratives et que l’économie s’écroule. La responsabilité des changements constants des mesures gouvernementales est écrasante dans cette maltraitance de la population.

La misère des étudiants a été très aggravée par le confinement

La précarité des étudiants n’est pas nouvelle. En 2000, le rapport Dauriac estimait que 5% des étudiants vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Et depuis, la paupérisation estudiantine s’est aggravée : en 2011, les enquêtes IFOP et CSA rapportaient que plus du quart des étudiants étaient en difficultés pour faire face aux dépenses courantes et qu’ils ne parvenaient à les régler qu’en acceptant des petits boulots majoritairement non déclarés.

En 2015, une étude de l’Inspection Générale des Affaires Sociales évaluait à 19 % le pourcentage des étudiants vivant sous le seuil de pauvreté. La gravité de cette situation a été dramatiquement rappelée par le suicide par le feu d’un étudiant parisien, juste avant le début de la crise Covid19. Le confinement a fait disparaître ces petits boulots, souvent non déclarés, sans aucune indemnisation et a ainsi considérablement aggravé la misère estudiantine pouvant même en conduire certains à la prostitution ou au suicide.

La misère financière et psychologique des étudiants peut conduire au suicide

L’impact psychologique du confinement a déjà été démontré au cours de précédentes épidémies avec une augmentation du stress post-traumatique et des dépressions, jusqu’à trois ans après l’épidémie. Notamment chez les personnes confinées et les personnels soignants ainsi que nous l’avions signalé dès juillet. Ces troubles augmentaient avec la durée du confinement (pourtant très inférieure à ce que nous vivons), la crainte d’infection pour soi et ses proches, les changements dans l’information délivrée par les autorités. Mais aussi la précarité économique secondaire à l’enfermement.

The Lancet avait averti « les effets de la pandémie de Covid-19 sur la santé mentale seront peut-être profondes… Il y a un risque réel que le taux de suicide augmente. » En Belgique, une étude effectuée pendant le confinement montre que les personnes les plus affectées sont les femmes et les jeunes de 16 à 24 ans.

En France, une étude de la fondation Jean Jaurès évalue à 20 % le pourcentage de personnes à avoir « sérieusement » envisagé de se suicider (contre 13 % en 2000). Le premier étudiant passé à l’acte n’a pas supporté le confinement plus de trois semaines et a sauté du 4ème étage du campus d‘HEC et depuis lors, les passages à l’acte se multiplient.

La misère du confinement a accru la prostitution étudiante.

La prostitution est fille de la misère. Sa réalité dans le supérieur a été confirmée dès 2011 par une enquête parlementaire dont la présidente, la députée Danielle Bousquet déclarait : « La prostitution étudiante existe bel et bien. Il est en outre possible que ce soit dans des proportions non négligeables en valeur absolue. Reste à en mesurer l’importance ». Des sondages ont depuis révélé qu’à Bordeaux III et à Poitiers 2 à 3% des étudiants ont été « confrontés à une situation de prostitution étudiante » et 4% à Montpellier et 15% des étudiants de l’université de Montpellier III, interrogés par l’Amicale du Nid, ont dit qu’ils seraient prêts à accepter un acte sexuel en échange de cadeau ou d’argent, s’ils se trouvaient dans une situation précaire.

France Bleu rapporte ainsi un témoignage poignant d’Alexandre. Avant le confinement, il avait, un job de livreur “au noir” pour une épicerie. Un emploi qui lui permettait, avec sa bourse étudiante de seulement “survivre”. Quand il a perdu son boulot, lors du premier confinement, la situation est devenue dramatique. Il a dû enchaîner plusieurs jours “sans nourriture, même pas de conserves, rien… alors j’ai rempli mon ventre en buvant de l’eau“. Il a fini par craquer et est devenu “Escort boy” proposant ses “services” à des femmes. « Je me suis mis à prendre du viagra à 20 ans… Mais c’était dur, surtout psychologiquement, je me sentais sale, j’avais du mal à me regarder ».

Autre cas traité par la délégation du Doubs du Mouvement du Nid :

« Nous avons également aidé une jeune fille, mineure lors du premier confinement, et qui a quitté son domicile, en raison de vives tensions avec sa famille.  Comme elle n’avait pas trouvé de petits boulots, elle a été prostituée sur Internet.  Sur les conseils de son assistante sociale, elle nous a rencontrés, alors qu’elle était majeure. J’ai été très frappée par sa détresse qui est due à la crise sanitaire. Le confinement et la précarité l’ont menée à une situation de prostitution à laquelle elle n’aurait sans doute pas été confrontée à une autre période ».

La catastrophe économique du confinement frappe prioritairement les pauvres

En France, la chute du PIB va dépasser les 10% cette année nous plaçant de loin parmi les plus mauvais élèves du monde, alors que la Suède qui n‘a pas confiné ne devrait régresser que de 4% et l’Allemagne de 5%. Près d’un million d’emplois ont été détruits du fait du confinement et le chômage, qui atteint déjà des records historiques va s’aggraver si le gouvernement suit, comme il le désire la totalité des recommandations de Ferguson qui prévoient que le confinement devrait durer au moins vingt mois.

Cette crise économique due au confinement a considérablement aggravé la fracture sociale. Rien de commun entre ce que subissent les travailleurs précaires non indemnisés vivant en ville dans des logements exigus et les hauts fonctionnaires et les cadres aux salaires garantis vivant dans des maisons avec jardin et pouvant travailler par internet. De même, rien de commun entre les petits commerçants traités de non essentiels et le monde du spectacle, acculés progressivement à la faillite, et les supermarchés qui sont restés ouverts.

Le confinement tue les enfants des pays pauvres, alors que la maladie ne présente aucun risque pour eux

Au niveau mondial, le confinement des pays riches entraîne déjà l’aggravation de la famine endémique en Afrique et en Asie. Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF affirme : « cela fait sept mois que les premiers cas de COVID-19 ont été signalés, et il est de plus en plus évident que les répercussions de la pandémie causent plus de ravages chez les enfants que la maladie elle-même ». « La proportion de ménages touchés par la pauvreté et l’insécurité alimentaire a augmenté. Les services essentiels de nutrition et les chaînes d’approvisionnement sont perturbés. Le prix des denrées alimentaires s’est envolé. La qualité de l’alimentation des enfants a donc diminué et les taux de malnutrition vont ainsi augmenter ».

L’analyse du Lancet conclut : « la prévalence de l’émaciation chez les enfants de moins de 5 ans pourrait augmenter de 14,3 %. Une telle augmentation de la malnutrition se traduirait par plus de 10 000 décès supplémentaires d’enfants par mois, dont la moitié en Afrique subsaharienne, le nombre de décès supplémentaires d’enfants de moins de 5 ans pourrait s’élever à 128 605. »

Ce n’est pas le virus qui a créé ce chaos mais les mesures sanitaires

A l’avenir, si nous ne réagissons pas vigoureusement, la suppression de nos droits ne se limitera pas aux conditions de travail mais aussi à l’assurance chômage et aux retraites.

Un des projets prioritaires de macron est, depuis toujours, de supprimer le système de retraite par répartition pour une retraite à points et de confier notre salaire différé à ses amis boursiers dont Black rock. Les menaces contenues dans le rapport publié par le Conseil d'Orientation des Retraites en novembre 2020, n’a fait l'objet d'à peu près aucun écho dans la presse mainstream occupée à maintenir la panique Covid. Ce rapport prévoit que le niveau des retraites va fortement baisser (de 10% en 2030 et 25% en 2070).

Il dévoile les projets de l'État de s’approprier les réserves existantes, en particulier sur celles de l'AGIRC-ARRCO, qui représentent 3,5% du PIB.

Il précise : « les générations plus jeunes devraient être pénalisées par des taux de cotisation plus élevés et un montant moyen de pension plus faible. ».

La gravité de la crise économique que les mesures sanitaires ont volontairement créée et entretenue et les pertes de ressources sociales qui en sont la conséquence vont lui servir d’alibi pour une tentative de passage en force de ces réformes que réclame le patronat depuis une dizaine d’années.

N’oublions pas que l’ensemble de cette plandémie ou pseudo-pandémie mis en scène par l’oligarchie organisée autour de l’OMS[11] via le forum de Davos a pour but la disparition des classes moyennes qui se sont appauvries encore pendant l’année 2020, alors que les plus gros milliardaires augmentaient encore leur fortune.

C’est de la prise de conscience des peuples que ce virus n’est pas plus méchant que la grippe et surtout se soigne très bien si on traite précocement, qu’il n’est qu’un leurre pour nous soumettre dans une forme d’esclavage via le vaccin et mesures liberticides envisagées comme un passeport vaccinal, que nous pourrons échapper à ce scénario tragique de déshumanisation et transhumanisme.

A nous tous de prendre conscience des vrais enjeux de la mascarade qui dure depuis un an, d’informer de toutes les façons possibles (tracts etc..). REPRENONS NOTRE LIBERTE ET NOTRE LIBRE ARBITRE ET RÉSISTONS.


NOTES

[1] Ferguson ment grossièrement et le journal Nature le publie https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/ferguson-ment-grossierement-et-le-journal-nature-le-publie

[2] Affaires du Lancet Gate détaillée dans Agoravox « Lynchage organisé de la chloroquine par les médias, basé sur une étude aux données non vérifiées, ni vérifiables » et France Soir « LancetGate : Surgisphere la société qui a fourni les données à l’étude est-elle sérieuse ? https://www.francesoir.fr/societe-economie/lancetgate-surgisphere-la-societe-qui-fourni-les-donnees-letude-est-elle-serieuse

[3] Le conseil d’état italien vient de rétablir l’usage de la chloroquine « HCQ à faibles doses n’est pas nocive et parait même protectrice pour le cœur. Le traitement précoce par HCQ à faibles doses diminue d’environ 30% le risque d’hospitalisation des malades atteints de Covid19. Le traitement précoce par HCQ à faibles doses diminue d’autant la mortalité. »

[4] en particulier une étude récente chinoise portant sur 10 millions d’habitants autour de Wuhan https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/les-bien-portants-dits-asymptomatiques-ne-transmettent-pas-le-covid19-etude

[5] Lors de la grippe espagnole les victimes de la deuxième vague de1919 sont presque toutes décédées non pas du virus mais de complications bactériennes (à cette époque les antibiotiques n’existaient pas)

[6] Pourquoi tester un million d’enfants et d’adolescents ? https://nouveau-monde.ca/fr/pourquoi-tester-un-million-denfants-et-dadolescents/

[7] D’après l’OMS Covid Dashboard : en Israel Les contaminations quotidiennes sont passées de 1886 cas le 21/12 jour de début de la vaccination à 5674 cas le 20 janvier et la mortalité journalière est passée de 18 le 20 décembre à 50 le 19 janvier 2021. En Grande-Bretagne le nombre de contaminations quotidiennes a explosé p de 14898 le 4/12/2020 à 33355 le 20/1/2021 (après un pic de 68063 le 9 janvier 2021et la mortalité aussi 414 le 4/12 à 1610 le 20/1/2021))

[8] G Delépine Le confinement, tout ce que l’on ne vous a pas dit : aberration humaine, sanitaire, économique

France Soir le 05/06/2020 https://www.francesoir.fr/le-confinement-tout-ce-que-lon-ne-vous-pas-dit-aberration-humaine-sanitaire-economique

[9] La seule justification du confinement est la prophétie catastrophe de Ferguson (rapport 9) et les tentatives de justifications ultérieures de ses élèves qui reposent toutes uniquement sur des simulations qui majorent par 8 à 10 les risques réels ainsi que le prouvent les chiffres des pays européens qui n’ont pas confiné.

[10] Naomi Klein La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre, essai

[11] https://www.francesoir.fr/le-conseil-mondial-de-loms-dicte-tres-officiellement-la-conduite-sanitaire-des-pays-signataires-dont

Par  Dr Gérard Delépine chirurgien statisticien

3 février 2021 https://les7duquebec.net/?p=261772

 

2 commentaires:

  1. Bravo à vous Docteur. Excellente démonstration.

    RépondreSupprimer
  2. Et c'est nous qu'on traité de complotiste parce qu'on ne crois pas à leur pandémie ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.