jeudi 25 février 2021

À ceux qui parlent de "Grand Reset", Poutine répond : “Pas si vite”

Avez-vous entendu à tout hasard le discours politique le plus important de ces six dernières années ? Il aurait été facile de le manquer étant donné tout ce qui se passe. En fait, ce discours se situe à l’intersection de presque tous mes domaines d’étude intense.
Le Forum économique mondial (FEM) annuel s’est déroulé la semaine dernière par téléconférence, ce que j’appelle le “Davos Virtuel”, et lors de l’événement de cette année, le thème principal était bien sûr leur projet appelé “Great Reset”.
Mais si le FEM était si déterminé à présenter au monde le meilleur visage du Grande Reset, il n’aurait invité ni le premier ministre chinois Xi Jinping ni, plus important encore, le président russe Vladimir Poutine.

Et c’est le discours de Poutine qui a fait tomber le château de cartes qui est à l’ordre du jour du FEM.

La dernière fois que quelqu’un est entré dans un grand forum international et a émis une critique aussi cinglante du paysage géopolitique en cours, c’était le discours de Poutine aux Nations Unies le 29 septembre 2015, deux jours avant qu’il n’envoie un petit contingent militaire de soutien aérien russe à la Syrie.

Là, il a fustigé non seulement l’ONU, mais il a surtout critiqué les États-Unis et leurs "alliés" de l’OTAN [1], en posant la question la plus saillante : Comprenez-vous ce que vous avez fait”, après avoir déclenché le chaos dans une partie du monde déjà chaotique ?

Aussi important que ce discours ait été, ce sont les actions de Poutine après cela qui ont défini l’ère actuelle des échecs géopolitiques à travers le continent eurasien.
La Syrie est devenue le point focal de la lutte contre la prétendue  “invincible ISIS”.

Et le mystère de qui se cache derrière ISIS, à savoir l’administration Obama, a été révélé à quiconque y prête attention.

Le président Trump s’est peut-être attribué le mérite d’avoir battu ISIS, mais ce sont surtout les forces de Poutine et de la Russie qui ont repris la partie occidentale de la Syrie qui ont permis cela, tandis que nos généraux mondialistes, comme James Mattis, ont fait énormément de dégâts à la Syrie et aussi peu de dégâts que possible à ISIS, dans l’espoir programmé de les réutiliser à nouveau [2].

Et indépendamment du fait que vous soyez d’accord ou non avec la politique américaine en Syrie, ce qui n’est absolument pas mon cas, il est difficile de soutenir que l’intervention de la Russie dans ce pays a fondamentalement changé la politique et les conflits régionaux dans un avenir immédiat.

Ce fut le début de la déconnexion volontaire de l’Occident faite par la Chine,  la Russie et l’Iran.

En s’opposant aux projets américains et européens de consolidation du pouvoir au Moyen-Orient, la Russie a été vilipendée en Occident de telle manière que l’endoctrinement que j’ai reçu lorsque j’étais enfant pendant la guerre froide ressemble à une publicité pour des vacances en Crimée.

Mais c’est cette force d’intention et de caractère qui a défini les deux décennies de pouvoir de Poutine. Il a fait des merveilles dans la reconstruction de la Russie.

Il a commis de nombreuses erreurs, principalement en faisant confiance aux présidents américains et en sous-estimant l’arrogance et la rage des dirigeants européens.
Cela dit, maintenant, pour lui, la coupe est pleine, en particulier avec l’Europe, et il a tracé une voie fermement indépendante pour la Russie, indépendamment des coûts à court terme.
Et c’est pourquoi son discours au Forum économique mondial était si important.

Poutine n’y avait pas pris la parole depuis près d’une décennie. Au moment où les marionnettes contrôlées par le FEM dominent les positions de pouvoir en Europe, au Royaume-Uni, au Canada et maintenant aux États-Unis, Poutine est entré dans le Davos virtuel et a renversé son café sur le tapis.

Dans des termes qu’on ne peut qualifier que de polis, Poutine a déclaré à Klaus Schwab [3] et au FEM que toute leur idée de la Grande Restitution est non seulement vouée à l’échec mais va à l’encontre de tout ce que le leadership moderne devrait poursuivre.

Poutine s’est littéralement gaussé de l’idée de la quatrième révolution industrielle – l’idée de Schwab d’une société planifiée par l’IA, les robots et la fusion de l’homme et de la machine [3].

Il leur a carrément dit que leurs politiques qui conduisent la classe moyenne au bord de l’extinction à cause de la pandémie de COVID-19 vont encore accroître les troubles sociaux et politiques tout en garantissant que les inégalités de richesse s’aggravent.

Poutine n’est pas un libertarien lanceur de fleurs, mais sa critique de l’ère post-soviétique hyper-financée est pertinente.

L’ère dominée par les banques centrales et la fusion continue des pouvoirs des États et des entreprises a accru l’inégalité des richesses aux États-Unis et en Europe, enrichissant les millionnaires au détriment de milliards de personnes.[4]

Écouter Poutine, c’était comme écouter un croisement entre Pat Buchanan et le regretté Walter Williams. Selon lui, l’idéal néolibéral consistant à “inviter le monde/envahir le monde” a détruit les liens culturels au sein des pays tout en sabotant leurs perspectives économiques. Poutine a dénoncé les taux d’intérêt à taux zéro, l’assouplissement quantitatif, les droits de douane et les sanctions comme étant des armes politiques.

Mais les cibles de ces armes politiques, bien qu’elles soient nominalement pointées vers sa Russie, sont en réalité les propres moteurs de la vitalité de l’Occident, car les classes moyennes ont vu leurs salaires stagner et ont vu diminuer de façon importante leurs possibilités d’accès à l’éducation, aux soins médicaux et aux tribunaux.

La Russie est un pays en plein essor, tout comme la Chine. Une fois que leurs liens seront suffisamment ancrés pour stabiliser l’économie, l’Iran se développera lui aussi.

Ensemble, ils permettront à l’Asie centrale de sortir du bourbier du XIXe siècle qui existait à cause des interventions britanniques et américaines dans la région. Le discours de M. Poutine a clairement montré que la Russie s’est engagée à trouver des solutions pour tous les peuples qui en bénéficieront à l’avenir, et pas seulement pour le bénéfice de quelques milliers d’oligarques européens.

Dans un discours moins conflictuel, le président Xi a dit la même chose.

Il a, comme Poutine, parlé du changement climatique et de la neutralité carbone, en se concentrant plutôt sur la pollution et la durabilité.

Ensemble, ils ont dit au FEM d’enterrer leur Grand Reset dans le trou dans lequel il a été conçu.

J’ai suivi Poutine de près depuis près d’une décennie maintenant. J'ai eu le sentiment que s'il s'adressait à une classe de sciences politiques de niveau universitaire et non à une convocation de certaines des personnes les plus puissantes du monde, il leur aurait ri à la face. Mais, ayant été l’objet de leur agression pendant si longtemps, il a dû les traiter sérieusement car leur compréhension de la réalité est inexistante, et leur lien avec les gens qu’ils dirigent sont quasiment rompus.

À la fin de ses remarques prévues, Klaus Schwab a interrogé Poutine sur les relations troublées de la Russie avec l’Europe et sur la possibilité de les corriger. Poutine n’a décroché aucun coup de poing :
"Si nous pouvons dépasser ces problèmes du passé et nous débarrasser de ces phobies, alors nous connaîtrons certainement une étape positive dans nos relations.
Nous sommes prêts pour cela, nous le voulons, et nous nous efforcerons de le réaliser. Mais l’amour est impossible s’il n’est déclaré que par une seule partie. Il doit être mutuel."

D’après ce que j’ai vu de l’administration Biden et de la Commission européenne à Bruxelles, j’ai l’impression que personne n’a entendu un seul mot de Poutine.

Source : Great Reset? Putin Says, “Not So Fast
Par Tom Luongo – tomluongo.me Feb 10, 2021

-----------------------------------------------------------------

NOTES de H. Genséric
[1]
La mission impossible de l’OTAN

-   La Russie à l’OTAN/USA : si vous nous attaquez, c’est la guerre nucléaire
-   Si l'Otan provoque une guerre contre la Russie: "les survivants envieront les morts"
-   Dans une guerre contre la Russie, l’OTAN n’a aucune chance de l’emporter
-   Pourquoi la Russie rend l'Occident fou

[2] Voici 10 preuves qu'ISIS/Daech est une création américano-israélienne. (Fr/English)
-   IRAK : comment les USA utilisent EIIL/ISIS/DAESH
-   MACRONAVIRUS. On trouve des empreintes de la France partout chez les groupes terroristes d’Idlib
-   Pompeo : la nouvelle politique américaine autorise l'assassinat des dirigeants russes et chinois avec des drones

[3] Covid-Arnaque. Klaus Schwab et sa prise d’otages de masse 2.0
-   L’avenir glauque que nous réserve l'"élite" : le "Great Reset" transformera l'homme en drones pour la servir.
-   Canada. Ce n'est plus une théorie du complot: le premier ministre canadien Justin Trudeau annonce que la pandémie de COVID-19 est une «opportunité» pour la «grande réinitialisation»

[4] Le complot des multimilliardaires
-   Grâce à Covid-19, la richesse combinée des milliardaires a atteint un record de 10,2 billions de dollars
-   PANDEMIE – 50 médecins, scientifiques et entrepreneurs deviennent milliardaires en pleine épidémie de Covid
-   COVID-arnaque. 10 milliardaires ont gagné 51 milliards $ la semaine dernière

Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.