vendredi 4 décembre 2020

L’avenir glauque que nous réserve l'"élite" : le "Great Reset" transformera l'homme en drones pour la servir.

Un domaine qui n'a pas reçu beaucoup d'attention de la part des médias est le plan visant à fusionner les êtres humains avec la technologie sous prétexte d'«améliorer» l'humanité. L'humanité sera transformée en drones au service des 1%. 


…et d’oppression de ceux qui parlent juste

Dans le cadre du  nouvel ordre mondial envisagé par les partisans de la «Grande réinitialisation» soutenue par les Nations Unies, les  humains seront fusionnés avec les machines et la technologie. Au sens propre. Peut-être le plus incroyable, les mondialistes de l'État profond derrière les efforts sortent du placard. Ces jours-ci, ils proclament ouvertement et littéralement leur intention d'abolir la propriété privée et même de fusionner des micropuces dans le cerveau des gens qui leur donneront la capacité de lire et de manipuler les pensées des individus.

Transhumanisme - Fusion de l'homme et des machines 

par Alex Newman (abrégé par henrymakow.com

L'année dernière encore, les stratagèmes vendus sous la bannière «Great Reset» auraient été rejetés comme des «théories du complot insensées». Aujourd'hui, des mondialistes de premier plan tels que le patron du Forum économique mondial (WEF) Klaus Schwab, le chef de l'ONU (et leader socialiste) Antonio Guterres, la dirigeante du FMI Kristalina Georgieva et d'autres encore, annoncent leur ordre du jour sur tous les toits. Des dirigeants mondiaux tels que le premier ministre canadien  Justin Trudeau le font aussi, malgré les efforts effrénés des grands médias menteurs pour en minimiser l'importance.


Comme  l'a  rapporté The New American cet été, peu de temps après le dévoilement du programme «Great Reset» , l'intrigue comporte de nombreux éléments. Tout doit changer, de l'éducation et des affaires à l'économie mondiale et à la gouvernance, ont déclaré les défenseurs de Great Reset lors du sommet annonçant le projet. Cependant, un domaine qui n'a pas reçu autant d'attention est le plan visant à fusionner les êtres humains avec la technologie sous le couvert de "l'amélioration" de l'humanité.

Le chef du WEF, Schwab, le principal responsable du marketing de la Grande Réinitialisation qui a récemment publié un livre avec ce titre, a proclamé qu'un élément clé de la «réinitialisation» sera la soi-disant «Quatrième Révolution Industrielle». Et dans des déclarations publiques, il a expliqué ce que cela signifie: fusionner l'homme avec les machines. 

"Ce à quoi la quatrième révolution industrielle mènera, c'est une fusion de notre identité physique, numérique et biologique", a expliqué  Schwab  dans un discours au Chicago Council on Global Affairs.

Schwab, dont l'accent et le comportement le font apparaître presque comme une caricature d'un méchant de bande dessinée maléfique, a même écrit un livre sur le sujet en 2016 intitulé  Façonner l'avenir de la quatrième révolution industrielle . Dans ce document, l'intrigant mondialiste explique comment les changements technologiques imminents permettront aux gouvernements de «s'immiscer dans l'espace jusque-là privé de notre esprit, en lisant nos pensées et en influençant notre comportement».

"Les technologies de la quatrième révolution industrielle ne s'arrêteront pas de faire partie du monde physique qui nous entoure - elles feront partie de nous", a poursuivi Schwab. "En effet, certains d'entre nous ont déjà le sentiment que nos smartphones sont devenus une extension de nous-mêmes. Les appareils externes d'aujourd'hui - des ordinateurs portables aux casques de réalité virtuelle - deviendront presque certainement implantables dans notre corps et notre cerveau."

Parmi ces technologies, il y a des "micropuces implantables actives qui brisent la barrière cutanée de notre corps", a expliqué Schwab. Ces "dispositifs implantables", a poursuivi Schwab, "aideront probablement aussi à communiquer des pensées normalement exprimées verbalement via un smartphone" intégré ", et des pensées ou des humeurs potentiellement non exprimées en lisant des ondes cérébrales et d'autres signaux."

Encore plus effrayant, peut-être, est que Schwab a suggéré que ces technologies seraient utilisées par les gouvernements pour déterminer qui peut voyager et même qui a l’intention de  «commettre un crime». «À mesure que les capacités dans ce domaine s'améliorent, la tentation pour les forces de l'ordre et les tribunaux d'utiliser des techniques pour déterminer la probabilité d'activités criminelles, évaluer la culpabilité ou même éventuellement récupérer des souvenirs directement dans le cerveau des gens augmentera», a-t-il expliqué, ajoutant que les autorités pourraient exiger "un scan cérébral détaillé pour évaluer le risque de sécurité d'un individu."

Dans un  article sur le site Web du WEF  par la parlementaire danoise Ida Auken, la direction et les objectifs de tout ce transhumanisme deviennent plus clairs. «Bienvenue en 2030», écrit Auken. «Je ne possède rien», y compris une maison, et «je n'ai pas de réelle intimité. Je ne peux aller ni être enregistré. Je sais que quelque part, tout ce que je fais, pense et rêve est enregistré. Mais sa plus grande préoccupation concerne ceux qui refusent de participer.

"Ma plus grande préoccupation concerne toutes les personnes qui ne vivent pas dans notre ville", explique Auken, notant que certaines personnes obstinées ont refusé de fusionner avec des machines. "Ceux que nous avons perdus en cours de route. Ceux qui ont décidé que c'était trop, toute cette technologie. Ceux qui se sentaient obsolètes et inutiles lorsque les robots et l'IA ont repris une grande partie de nos emplois. Ceux qui se sont fâchés contre le système politique et se sont retournés contre il."

La poussée vers le transhumanisme et la fusion avec les ordinateurs devient particulièrement évidente dans le système «éducatif» au milieu de l'hystérie entourant COVID. Du déplacement de tout en ligne et de la mise à l'écart des enseignants à l'introduction de l'intelligence artificielle et des algorithmes, la technologie devient carrément effrayante. De grandes entreprises totalitaires telles que Google, qui discrimine effrontément les chrétiens et les conservateurs, et favorise sans vergogne les juifs et les déviants sexuels, sont des acteurs clés car elles collectent d'énormes quantités de données sensibles sur les enfants et les manipulent de manière flagrante le public.

Le WEF, qui mène la campagne avec l'aide de l'ONU et du FMI, est une puissance. Chaque année, il rassemble des milliardaires et même des dictateurs assassins du monde entier pour promouvoir le mondialisme et la technocratie sous prétexte d '«aider» l'humanité. Naturellement, toutes les grandes entreprises technologiques - Facebook, Alphabet, Microsoft, etc. - sont intimement impliquées. Les totalitaires milliardaires marginaux tels que George Soros sont également des acteurs clés.

PLAN À LONG TERME

WEFtweet.pngLa poussée pour la «grande réinitialisation» n'est pas la première fois que les élites colportent l'agenda transhumaniste. Lors du «Sommet du gouvernement mondial» de 2018 aux Émirats arabes unis, les plus grands mondialistes et les «dirigeants mondiaux» se  sont réunis pour promouvoir, entre autres thèmes clés, la normalisation et la glorification des «cyborgs».  En effet, la confab, qui rassemble les principaux dirigeants du gouvernement et des entreprises, a offert un rôle de premier plan à un "cyborg" autoproclamé nommé Neil Harbisson, qui a fait valoir que les gouvernements doivent faciliter la transition pour qu'au moins certaines personnes deviennent "partiellement technologiques, en partie humaine. "

"J'ai une antenne qui est implantée dans ma tête, ce qui me permet d'étendre ma perception de la réalité au-delà du spectre visuel", a déclaré Harbisson, co-fondateur de la Cyborg Society et de la Transpecies Society qui se battent pour les personnes qui "s'identifient" comme non humain. "Je peux détecter l'infrarouge et l'ultraviolet, et j'ai également une connexion Internet dans ma tête qui me permet de recevoir des couleurs d'autres parties du monde, ou de me connecter à des satellites pour pouvoir envoyer des couleurs depuis l'espace."

baal.pngL'année précédente, les mondialistes du Sommet mondial se sont réunis sous une réplique de «l'Arc de Baal»,  un monument au dieu démon des Cananéens fréquemment mentionné dans la Bible. Beaucoup de commentateurs y ont vu un signe inquiétant.

Outre la fusion avec les machines et la technologie, les élites mondialistes poussent également à la modification génétique de tout, y compris les humains. En fait, le magnat de Microsoft Bill Gates a ouvertement poussé pour de tels projets. En 2018, il a  vanté la technologie d'édition de gènes  dans les  Affaires étrangères , le porte-parole de l'  organe mondialiste Deep State connu sous le nom de Council on Foreign Relations . Plus récemment, il a célébré les vaccins qui modifient littéralement le code génétique de ceux qui les reçoivent.

gates-update8.jpgLe mouvement transhumaniste est à l’affût, sous le radar, depuis des décennies. À la fin des années 1990, l'économiste suédois Nick Bostrom d'Oxford et le «philosophe» britannique David Pearce ont fondé la World Transhumanist Association. Et plus récemment, dans son livre  Homo Deus , l'auteur et historien israélien Yuval Noah Harari a également colporté l'idée que l'humanité est sur le point d'évoluer vers un statut divin grâce à la technologie. En fin de compte, les humains seraient repensés en utilisant des modifications génétiques et des «mises à niveau» technologiques.

"Il est très probable que dans un siècle ou deux, l'Homo sapiens, tel que nous le connaissons depuis des milliers d'années, disparaîtra", a récemment déclaré Harari au Conseil d'éthique des affaires internationales de Carnegie. "Nous utiliserons la technologie pour nous améliorer - ou du moins certains d'entre nous - en quelque chose de différent; quelque chose qui est bien plus différent de nous que nous ne sommes différents des Néandertaliens." Les médias de l'establishment ont été à bout de souffle...

Si les commentaires sous ses vidéos sur YouTube sont une indication, le mondialiste du Great Reset est moins populaire que les cafards et les poux de tête. Cependant, cela ne signifie pas que l'État Profond renoncera à essayer de faire avancer son programme sous le slogan, qui correspond parfaitement à l'ONU et à Biden [1], «Reconstruire mieux» et aux programmes décrits dans  l'Agenda 2030 des Nations Unies . C'est fondamentalement le même ancien programme de «Nouvel Ordre Mondial», avec l'élimination de la propriété privée, de la vie privée, de l'autonomie gouvernementale et des États-nations, maintenant tout cela fusionné avec le transhumanisme. Ceux qui apprécient la vérité, la liberté et l'humanité doivent résister.

Klaus Schwab: les humains seront remplacés par des cyborgs

Klaus Schwab, 82 ans, rêve d'une «nouvelle normalité» basée sur le modèle chinois - un «système de gestion totalitaire de l'existence humaine». Malheureusement, il ne rêve pas seul de cet avenir glauque.
« Tout comme nous, humains, nous nous sommes séparés de nos cousins chimpanzés, les cyborgs se sépareront également des humains. Ceux qui resteront humains deviendront probablement une sous-espèce. Ils seront les chimpanzés du futur. »

evilmd.jpg

par Aya Velasquez

L'un des amis les plus puissants de la Chine en Occident est Klaus Schwab, qui a été président et fondateur du parti d'élite du forum annuel "World Economic Forum" (WEF) à Davos pendant plus de 30 ans, et qui entretient des liens étroits avec le gouvernement central communiste à Pékin et chinois depuis plus de 30 ans.
Schwab est un fanboy transhumaniste et chinois avoué. Des responsables chinois assistent au forum depuis 2009: alors Premier ministre Wen Jiabao en 2009, Li Keqiang en tant que vice-Premier ministre en 2010 et Premier ministre en 2015. ...
Klaus Schwab a également des liens personnels étroits avec la Chine. Son fils Olivier Schwab est marié à une Chinoise et dirige le bureau du WEF à Pékin depuis 2011. L'Occident peut aujourd'hui apprendre autant de la Chine que la Chine de l'Occident, se réjouit Schwab Junior du journal spécialisé. Schwab Senior a déclaré au magazine d'information chinois "New China TV" que la Chine était sur la bonne voie technologiquement et que l'acceptation et l '"absorption" généralisées de ces nouvelles technologies, telles que la technologie des drones, également en Occident, sont décisives.

Le Testament du Docteur Mabuse (Naissance du film noir) - Cinéma Choc Vue De Côté De Humanoïde De Femme De Cyborg De Robot D'Android - Rendu 3d  Illustration Stock - Illustration du côté, cyborg: 149199271

Le rêve de Klaus Schwab est de mettre en place un état de surveillance biométrique et technocratique basé sur le modèle chinois. Il est l'auteur de plusieurs livres et co-auteur de "Covid 19 - The Great Reset". Il y décrit la crise corona comme une opportunité sans précédent de restructurer complètement l'économie mondiale et tous les aspects de la coexistence sociale. 

Pour le transhumaniste Schwab, l'intelligence artificielle représente la prochaine étape évolutive de la conscience; il considère l'humain vulgaire avec toutes ses faiblesses et ses passions comme une sorte de «modèle obsolète» d'évolution. Dans la bible transhumaniste «Je, Cyborg», le visionnaire du transhumanisme Kevin Warwock le dit ainsi: « Tout comme nous, les humains, nous nous sommes séparés de nos cousins chimpanzés, les cyborgs se sépareront également des humains. Ceux qui restent humains sont susceptibles de devenir une sous-espèce. Ils seront les chimpanzés du futur ».

Fait intéressant, Schwab sait très bien que Corona est l'une des pandémies les plus bénignes des 2000 dernières années  - rendue possible de toute façon uniquement en modifiant la définition de la pandémie de l'OMS en 2009. Néanmoins, il la voit comme un catalyseur bienvenu vers une pandémie entièrement numérique. La transformation de la société à son image, à ses yeux, se fait attendre depuis longtemps. Ce qui manquait à ce jour était un événement de choc mondial, librement basé sur la «doctrine du choc» de Naomi Klein . Schwab peut difficilement cacher son enthousiasme pour cette "opportunité unique":

«C'est notre moment décisif» «Beaucoup de choses changeront à jamais». "Un nouveau monde surgira". "Le bouleversement social déclenché par COVID-19 prendra des années et peut-être des générations." "Beaucoup d'entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. La réponse courte est: jamais."

Schwab explique:

 «Sous une forme ou une autre, les mesures de distanciation sociale et physique resteront probablement en place après la disparition de la pandémie elle-même, ce qui justifie la décision de nombreuses entreprises de différents secteurs d’accélérer l’automatisation. (...) En fait, les technologies d’automatisation sont particulièrement bien adaptées à un monde dans lequel les gens ne peuvent pas être trop proches les uns des autres ou sont prêts à réduire leurs interactions. Notre peur éventuellement persistante d'être infecté par un virus (COVID-19 ou autre) va donc hâter la marche implacable vers l'automatisation, en particulier dans les zones les plus vulnérables à l'automatisation. "

Klaus Schwab, un vrai Dr Mabuse postmodern, qui aime poser dans le costume de Dark Vador, fantasme sur l'ère à venir de l'intelligence artificielle: la fusion de l'homme et de la machine, des bébés créés, des organismes faits de design, de la géo-ingénierie, de l'école numérique à la maison, des maisons intelligentes et des villes connectées dans lesquelles tout est géré par une super IA omnisciente - un monde complètement sûr grâce à une surveillance totale. 

 «La poussière intelligente, les micro-ordinateurs dotés d'antennes, chacune plus petite qu'un grain de sable, peuvent désormais s'organiser dans l'intestin humain» .

Ce qui ressemble aux rêves fébriles mégalomanes d'un psychopathe est la vision réelle de l'un des acteurs les plus puissants de l'économie mondiale, la soi-disant «4e révolution industrielle» (4IR). Les partenaires de ce projet comprennent de grandes banques, Big Pharma, l'alliance de vaccination GAVI, des compagnies d'assurance, des compagnies pétrolières, des sociétés de conseil comme McKinsey, des entreprises numériques comme Microsoft, Facebook et Netflix - et enfin et surtout, le géant chinois de la technologie Huawei .

[1] Le cabinet de Joe Biden : une coalition arc-en-ciel de la réaction impérialiste

USA / Iran. C'est la queue qui remue le cabot et qui fait de Biden un idiot

Hannibal GENSERIC

 

 

2 commentaires:

  1. Nous ne faisons que répéter des news déprimantes.

    RépondreSupprimer
  2. Klaus Schwab fondateur du forum de Davos est un Allemand digne successeur de Hitler lui un simple amateur à côté de ce monstre. Ce fou criminel est protégé par la Suisse l'armée de ce pays dépense des millions pour assurer la sécurité de ses complices. La Présidente de la Confédération la socialiste Simonnetta Somaruga sitôt la fermeture des bureaux de votes aux Etats-Unis adressa ses plus vives félicitations à Jo Biden non encore élu. Elle ne respecta pas la neutralité de la Suisse. Pire encore son comportement n'est qu'une immixtion dans le processus électorale Américain en vertu du décret le 12.09.2018. La Suisse autorise les agents de Pékin à opérer librement sur son territoire ce qui est un acte de haute trahison. Avec 30 mille milliards de dollars dans les coffres en Suisse, ce pays pourrait bien devoir fournir des comptes aux Etats-Unis afin de redresser ses finances. Il s'agit d'un montant d'argent détourné ou volé pour la plus grande partie.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.