dimanche 27 décembre 2020

Poutine aux Occidentaux : pourquoi vous nous prenez pour des cons ?

Vladimir Poutine a rappelé que ce n’est pas la Russie qui se retirait d’accords internationaux et qui possédait tout un réseau de bases militaires à travers le monde. Répondant à une question d’un journaliste de la BBC, il lui a demandé pourquoi l’Occident prenait les Russes «pour des cons».

Lors de sa grande conférence de presse annuelle tenue pour la 16e fois ce jeudi 17 décembre, le Président russe a commenté les prétentions de l’Occident à l’égard de son pays et portant sur le domaine militaire. Il a rappelé que les États-Unis s’étaient progressivement retirés de plusieurs ententes internationales, notamment du traité ABM (missile antibalistique) et de celui sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

«Ensuite, ils sont sortis du traité Ciel ouvert. Que nous reste-t-il? Je ne veux pas vous poser cette question, mais qu’a-t-on à faire dans ce contexte? Laisser les choses telles qu’elles sont? Vous, en tant que pays de l’Otan, vous allez survoler notre pays et tout transmettre au partenaire américain. Et nous, nous devons être privés de cette option pour le territoire américain? Vous êtes intelligents, mais pourquoi vous nous prenez pour des cons? Pourquoi vous considérez que nous ne pouvons pas analyser des choses aussi élémentaires?», lance Vladimir Poutine au journaliste de la BBC qui lui a demandé si la Russie se sentait responsable de la détérioration des relations avec l’Occident. Vidéo
Loading video
Par ailleurs, le Président russe a mentionné l’existence d’autres questions qui suscitent la préoccupation de la Russie, notamment l’éventuelle prolongation du traité New Start.

Qui est qui?

Vladimir Poutine a en outre rappelé que les États-Unis possèdent un vaste réseau de bases militaires à travers le monde.

«Répondez donc à votre question: qui est blanc et laineux, et qui est piquant et agressif. Nous avons deux-trois bases de déploiement, d’ailleurs sur les axes à risque terroriste: au Kirghizstan, au Tadjikistan, en Syrie. [...] Savez-vous quel est notre budget militaire? 46 milliards. Celui du Royaume-Uni est beaucoup plus important et aux États-Unis il est de 770 milliards».
Par
Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2020

 

2 commentaires:

  1. Le problème c'est que Poutine est aussi un peu con et "tenu", comme le rappelle ici Shamir !
    https://plumenclume.org/blog/648-l-annee-de-la-russie-ennemi-n1

    RépondreSupprimer
  2. Poutine est trop cultivé, gentleman, bisounours et pas grizzly. Il oublie son enfance de la rue au profit de l´université et jouer du piano. il tient à son image claire et immaculée mais ça ne marche pas avec les dealers violents incultes ni les marionnettes à leurs ordres.
    il est intelligent mais... comme dans le sketch de `Guy Bedos.il menace sans plus et prend une deuxième claque etc. Ça affaiblit.
    il devrait s´inspirer de Kroutchev, montrer sa supériorité militaire tant qu´elle existe...plus agé, ce ne sera plus possible et foutu pour des décénnies.
    un avion de reconnaissance sur les USA.. AVEC BATEAU À PROXIMITÉ CHARGÉ DE MISSILES,, ACCOMPAGNÉ DE QQ SU...
    Comme Cuba... ou.. un missile vangard ou mieux, sans charge qui chute devant la maison blanche et prévenir une heure avant par précaution. les parlottes et crapauds avalés depuis 20 ans ça suffit. USA menacent de raser des villes russes alors pourquoi pas faire leur jeu, parler la même langue ? un n´importe quoi = un Pearl Harbor au moins ils en auraient pour leur presse véreuse et bien des Américains sauraient.... faut en même temps des milliers de tracts explicatifs. mettre les points sur les I...plein de vraies fakes sur GAFA, La Russie avertie, c´est un jeu de rôles !!

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.