mercredi 26 août 2020

Les suprémacistes blancs juifs et le Ku Klux Klan


 «Il ne peut pas y avoir une paix structurée sur l'injustice, le vol, le mensonge et la tromperie en utilisant le nom de Dieu pour protéger votre sale religion sous Son saint et juste nom.» ; L'honorable ministre Louis Farrakhan

«Le mensonge est votre langue maternelle.» ; Jésus aux Juifs

C'était une scène horrible  à Fairfield, dans l'Illinois,  en ce jour d'août 1924. Un homme juif de 74 ans nommé Emmanuel «Manny» Steiner , un marchand de vêtements immigré, a défilé dans la rue principale de la ville avec 40 hommes du KKK (Klansmen) cagoulés et vêtus de leur sinistre uniforme sous les yeux de 15.000 Blancs. Ils ont amené l'homme dans un parc de la ville en plein jour et l'ont fait se tenir devant eux. C'est alors que l'un des Klansmen (homme du KKK) - un ministre chrétien - a retiré sa capuche et a parlé directement à Steiner:
« Les Chevaliers du Ku Klux Klan vous respectent et vous vénèrent… .En tant que citoyen, il n'y a pas mieux que vous… .Au nom des klansmen du comté de Wayne, qui vous tiennent en haute estime et respect, nous vous présentons ce cadeau symbolique [un panier de 50 roses rouges], sachant que vous êtes un homme. Nous espérons qu'en descendant le sentier du crépuscule, vous vous souviendrez avec gentillesse et générosité des hommes aux masques. »
Les Klansmen se sont alors agenouillés et ont prié, après quoi ils se sont levés et, en procession solennelle, ont défilé devant Steiner pour prendre leur tour et lui serrer la main. Les hommes que le Southern Poverty Law Center a déclaré être «le symbole historique du terrorisme raciste» n'étaient pas là à Fairfield pour lyncher ou brûler vif ce juif, ou pour lui couper des parties de son corps pour les exposer dans une jarre au Five & Dime local , comme ils l'avaient fait à 5.000 Noirs américains innocents. Ils honoraient plutôt le marchand juif à l'occasion de son «anniversaire d’affaires en or».
«Manny», comme on l'appelait affectueusement, n'était pas une figure insignifiante - il était conseiller municipal, directeur de banque, trésorier des Maçons et des Odd Fellows, et, depuis toujours, il était  membre de haut niveau de sa communauté juive et de la synagogue Saint-Louis.. Et Steiner a reçu ce grand honneur de ces terroristes blancs alors que sa femme, ses enfants et ses petits-enfants le regardaient fièrement.
Le 23 août 1924 a été déclaré «Steiner Day» (Le Jour de Steiner) et aurait été «le plus grand déferlement de personnes dans l'histoire du comté de Wayne». Les membres du Congrès et les sénateurs ont chanté ses louanges avant que tous ne participent à un barbecue massif de 60 moutons, 20 bœufs et 50 jambons (vraisemblablement tous casher). C'était une telle extravagance suprémaciste blanche du Ku Klux Klan pour un juif que même le fondateur national et grand sorcier du Klan, William Simmons, n'a jamais obtenue. Mais comment est-ce possible?
L'histoire de la suprématie juive blanche a été habilement dissimulée pendant des générations. Et leur "ignorance" planifiée et forcée a conduit les Juifs à une auto-tromperie agressive qui les a amenés à croire qu'il n'y avait pas de Manny Steiners dans leur histoire. C'est une illusion raciale juive qui s'écroule aujourd'hui tout autour d'eux.
L'attaque contre un artiste de rap britannique a mis la suprématie juive blanche sous les projecteurs. Le titre du Daily Mail était franc: "Wiley accusé d'antisémitisme après avoir comparé les Juifs au Ku Klux Klan." Le «crime» de frère Wiley était aussi insignifiant que ces «crimes» allégués contre les 5.000 Noirs massacrés - mais pas moins meurtrier. Il a tweeté: «Il y a 2 groupes de personnes que personne n'a vraiment voulu défier les Juifs et le KKK, mais étant en affaires depuis 20 ans, vous commencez à comprendre pourquoi. »
La réaction juive était au-delà du bizarre. En quelques heures, frère Wiley a été banni par Twitter et Facebook, Instagram l'a supprimé, YouTube l'a suspendu, son manager juif l'a laissé tomber et, plus diabolique, la police métropolitaine a ouvert une enquête officielle! Les Juifs ont même forcé le média black respecté, The Voice, à retirer l'interview qu'ils avaient faite avec Wiley qui cherchait à expliquer son point de vue! C'est encore une preuve évidente que le pouvoir des juifs suprémacistes blancs est omniprésente et incontestable.
Joe Glaser controlled 70% of the Black entertainers in America
Joe Glaser contrôlait 70%
des artistes noirs en Amérique
Frère Wiley traitait de deux problèmes très importants qui ont longtemps été une partie laide de l'industrie du divertissement: (1) l'exploitation des artistes noirs par des juifs blancs (directeurs, agents, avocats et éditeurts de disques); et (2) le racisme de type Ku Klux Klan des Juifs blancs dans ces affaires. Dans son interview maintenant purgée de Voice , le «rappeur grunge» était circonspect:
 «Ce qu'il faut changer, c'est la façon dont le système a été mis en place, pourquoi toutes ces familles sont riches, ou toutes ces personnes ont un héritage, pas seulement en Angleterre, comme dans le monde entier…. Ils nous considèrent toujours comme des esclaves. L'esclavage n'a pas arrêté, il est simplement habillé d'un contrat d'un million de livres… »
Le premier problème est une vieille plainte qui a été exprimée le plus vivement par les premiers musiciens de jazz. Le gangster juif Joe Glaser contrôlait 70% des artistes noirs en Amérique et volait chacun d'entre eux, y compris Louis Armstrong, Billie Holiday et Duke Ellington. Les frères juifs Chess [1] ont volé sans vergogne les grands du blues, y compris les aveugles, dont Bo Diddley, Chuck Berry et Muddy Waters. Jimi Hendrix a été dépouillé par le voleur juif Brian Epstein (encore un Epstein); le meurtrier juif Phil Spector a arnaqué la chanteuse Darlene Love ainsi que sa propre femme, Ronny Spector; et l’infâme juif Arthur Goldberg a volé des millions $ à Little Richard. Prince a eu des batailles épiques avec Warner Brothers (La Warner Bros fondée par 4 frères juifs ) et a commencé à apparaître avec le mot «SLAVE» (esclave) écrit sur son visage. Michael Jackson a publiquement qualifié Tommy Mattola (un juif converti) de «raciste qui exploitait le talent noir». Pharrell  Williams s'est plaint : c'est vraiment bizarre: ils possèdent les champs où vous et Dieu avez semé les graines; vous faites la récolte, mais ce sont eux qui en ont la propriété exclusive. ”. Le rappeur noir Nick Cannon  de Wild & Out affirme: «J'ai créé la marque Viacom d'un milliard de dollars» pour Shari Redstone (née 'Rothstein), et «ma propriété m'a été escroquée…. [Ils] ont maltraité et volé notre communauté pendant des années. "
Le problème avec tous ces cas est qu'aucun de ces artistes noirs n'a apparemment lu ou compris les termes réels des contrats. Dans le monde juif dans lequel ces artistes goyim noirs sont obligés d’opérer, c’est le Talmud ancien, le «livre saint» juif, qui remplace tous les autres contrats et accords. Le Talmud en 42 volumes est vieux de plusieurs milliers d'années et englobe tout et est contraignant à tous égards.[2] Son traité (section) Bava Kamma 113b déclare clairement que les Juifs ont parfaitement le droit de tromper les gentils dans les affaires. Bava Kamma 113a stipule en outre que lorsqu'un procès survient entre un Juif et un Gentil, il est permis au Juif d'utiliser le mensonge et la tromperie pour obtenir un avantage [3] . Les Noirs ne sont ni les premières ni les dernières victimes à tomber dans le traquenard  de ces étranges codes juifs talmudiques qui, depuis des siècles ou des millénaires, ont provoqué des divisions souvent violentes entre Juifs et Gentils à travers l'Europe. Il n'y a aucun cas connu d'un manager juif arnaqué par un artiste noir, et il est également rare qu'un exploiteur juif ait jamais dû payer une sanction pénale pour ce vol racial manifeste, donc  La loi talmudique est pleinement en vigueur et ne profite qu’aux juifs [4] . Ce n'est que lorsque les Noirs parviendront à comprendre la réalité de ces règles de base juives sataniques que les Noirs et les Juifs pourront parvenir à une relation meilleure et plus équitable.
«6. Il aime le diable parce que le diable ne lui donne rien. 7. Pourquoi aime-t-il le diable? 8. Parce que le diable a mis la peur en lui quand il était petit garçon. —Leçon d'anglais n ° C1, La sagesse suprême
Wiley a comparé sa relation commerciale d'exploitation avec les Juifs à l'expérience que les Noirs ont eue avec les terroristes du Ku Klux Klan - et cette comparaison a vraiment conduit les Juifs à l'apoplexie. Les Juifs ont tellement réussi à dissimuler leur histoire de violence anti-noire et de haine anti-noire qu'elle ne se trouve que dans une seule publication - dans un chapitre de 73 pages dans La relation secrète entre les Noirs et les Juifs, Volume 2 , publié par Nation of Islam en 2010. 
Le chapitre s'intitule «Les juifs, le lynchage et le Ku Klux Klan» et il documente, à partir de sources juives d'horribles vérités sur leur rôle important dans le mouvement américain pour la suprématie blanche.
Bernard Postal
Bernard Postal
Mais ce n'est pas une nouvelle révélation. Avant l'ère des droits civiques, les Juifs attiraient volontiers l'attention du public sur leur relation non casher avec le KKK. En 1928, le journal Jewish Tribune a publié un article intitulé «Les juifs dans le Ku Klux Klan», dans lequel l'auteur juif Bernard Postal - un représentant du B'nai B'rith - se vantait que «les juifs avaient une main beaucoup plus importante [dans le KKK] ce que les Juifs connaissent… »Postal révèle:  Les avocats des dragons, des kleagles (recruteurs du KKK) et autres responsables ont souvent été juifs… Les membres du Klan sont incontestablement juifs dans de nombreux États.
Le rôle des Juifs dans le KKK ne surprend personne qui comprend comment les Juifs ont aidé, renforcé et profité de l'esclavage et du commerce des marchandises produites par les esclaves comme le sucre, le tabac et en particulier le coton [5]. Et ils ont accompli leur devoir civique admirablement. D'éminents Juifs se sont battus pour établir, maintenir et renforcer indéfiniment les codes de l'esclavage américains et plus tard les lois Jim Crow. Il y avait plus de 100 maires juifs et littéralement des centaines de fonctionnaires juifs dans l'esclavage et Jim Crow South [6]. Les Juifs ont servi de chefs de police et de shérifs, et en tant que représentants élus, ils ont fidèlement soutenu et renforcé la suprématie blanche et la discrimination raciale.
_The Ku Klux Klan gave their Jewish supporter “Manny” Steiner 50 roses in broad daylight. This is what they did to Blacks at night.
Le Ku Klux Klan a offert à leur supporter juif «Manny» Steiner 50 roses en plein jour. Voici ce qu'ils ont fait aux Noirs la nuit.
Le juif Klux Klan
Quelques informations importantes: le Ku Klux Klan a émergé dans l'après-guerre civile et l'ère post-esclavagiste connue sous le nom de Reconstruction. Leur rôle était entièrement économique, à savoir, pour forcer les Noirs émancipés à ne faire rien d’autre que vivre et travailler dans les plantations comme cultivateurs et cueilleurs de cette récolte toute-puissante qui générait plus de quatre-vingts pour cent de l'économie américaine - le coton. Il n'était pas facile pour les Blancs de se sevrer d'une dépendance de 300 ans de travail noir gratuit et aux moyens violents qu'ils avaient toujours utilisés pour maintenir l'esclavage. Ils n'allaient pas accepter que les Noirs abandonnent simplement le rôle central qui avait bâti leur empire mondial.
Les Juifs étaient particulièrement intéressés par la façon dont cette situation de travail d'après-guerre se résoudrait. Des hommes d'affaires juifs ont afflué dans le Sud pour relancer une économie effondrée et ravagée par la guerre, avec un accent particulier sur le commerce du coton. Le chercheur juif, le Dr Michael R. Cohen, confirme et développe ce thème central dans son livre de 2017 intitulé Cotton Capitalists : American Jewish Entrepreneurship in the Reconstruction Era . Il a écrit que «les Juifs se sont regroupés dans l'industrie du coton, et comme un nombre impressionnant de Juifs exploitaient des produits secs et des magasins généraux, les Juifs se sont profondément mêlés à l'industrie la plus importante de la nation - et peut-être du monde.» Et ainsi la mission de réesclavage du Ku Klux Klan et les aspirations commerciales des Juifs se sont harmonisées dans les faits.
Mais c'était encore plus profond que ça. La référence du Dr Cohen au «nombre impressionnant» de magasins généraux gérés par des Juifs est essentielle, car ces magasins omniprésents dans les campagnes sont devenus les distributeurs automatiques de billets de la région - le centre du système de métayage dans lequel les ex-esclaves ont été contraints à des services à bas salaires pour l’économie cotonnière des Juifs. Les magasins juifs apportaient les outils, les mulets, les semences et les finances, et devinrent également les dépôts régionaux pour les millions de balles de coton des métayers noirs du Sud. C'est la triste vérité sur la façon dont les Juifs sont devenus si riches en Amérique, et comment les Noirs se sont retrouvés coincés dans une pauvreté abjecte. Ainsi, alors que le Ku Klux Klan et la classe affaires juive étaient des amis intimes, les Noirs étaient leurs éternelles victimes. Lorsque des dirigeants noirs, comme Booker T. Washington , WEB DuBois et Marcus Garvey — ont parlé de cette méchante injustice économique, ils ont naturellement,eux aussi, été matraqués avec l'étiquette «antisémite». Aujourd'hui, tous ces diseurs de vérité noirs auraient été bannis des réseaux sociaux.
Les Juifs étaient-ils à l'origine de la formation du Ku Klux Klan? Oui.
Les premiers dirigeants du Klan (le KKK est né au Tennessee) sont allé jusqu'en Angleterre pour chercher des investissements auprès d'un banquier juif confédéré exilé nommé Judah P. Benjamin [7]. Propriétaire d'une plantation de Louisiane avec 140 esclaves africains, Benjamin avait arrangé un financement juif pour l'armée confédérée, un accord financier qui prolongeait le carnage de plus d'un an et lui valut un portrait honoré sur leur billet de 2 dollars! Les émissaires du KKK ont exposé à Benjamin la «menace nègre» au Sud et qu'ils avaient besoin de chevaux et d'armes pour «contrôler» les Noirs et rétablir le système d'esclaves très rentable. Benjamin ne s’est pas fait prier et a immédiatement investi.
Un autre membre juif du Congrès, William M. Levy de Louisiane, a déclaré que la libération des esclaves causait «le désespoir et le danger», et il a averti que «des jeunes filles innocentes [et] des nourrissons sans défense» étaient devant un péril imminent. Ce fut la diatribe suprémaciste blanche de Levy au Congrès en 1877 qui a amené Rutherford B. Hayes à la présidence, mettant fin à la reconstruction et aux espoirs des Noirs de devenir un jour vraiment libres en Amérique.
Le savant juif respecté Harry Simonhoff a écrit sur le KKK avec une incroyable ironie. Il avait «une tradition persistante de tolérance religieuse [qui] permettait aux juifs et aux catholiques d'être membres de groupe de l’équitation de nuit». Isaac Hermann de Sandersville, Géorgie, était un vétéran confédéré et un homme du KKK à part entière. Un érudit juif l'a décrit comme un chef de file du mouvement pour «protéger les blancs contre les nègres…».
Philip Isenbaum du Mississippi s'est identifié comme le «Grand Cyclope» du Ku Klux Klan lorsqu'il a signé un avis de 1871 menaçant de mort par lynchage tous les fonctionnaires blancs qui avaient recommandé «un grand nègre noir» pour un poste d'autorité. Isenbaum les a avertis : "méfiez-vous, méfiez-vous, méfiez-vous, méfiez-vous." Le père de Bernard Baruch , le banquier influent qui a conseillé tous les présidents de Wilson à Roosevelt, était un fier KKK vêtu de la robe du Klan. Le juge de la Cour suprême, Hugo Black , qui était lui-même membre du KKK, a été invité à se joindre à ce dernier par un juif.
Ce ne sont pas que des Sudistes pris dans les «traditions méridionales». Le juif le plus éminent d'Amérique était le rabbin new-yorkais Morris Raphall:  il était le religieux le mieux payé d'Amérique et dans son discours le plus célèbre, il déclara au monde que Dieu lui-même soutenait l'esclavage! Un autre dirigeant juif a affirmé que «le nègre forme la boue à [la] base» de la civilisation. Il y avait beaucoup de Juifs qui croyaient comme Frank J. Cohen , rédacteur en chef du journal Jewish Sentiment , lorsqu'il a dit, en parfaite harmonie avec la doctrine du Klan:
L'homme blanc gouvernera par des moyens équitables ou par des moyens répugnants… .Dieu Tout-Puissant n'a jamais créé le nègre à l'égal de l'homme blanc et même un acte du Congrès ne changera pas la tendance de la nature ou ne détournera pas l'homme blanc de sa détermination à conserver sa suprématie. "
John Cohen était le rédacteur de longue date du Atlanta Journal . Il était le fils d'un rabbin et se décrit comme «haut dans les conseils du Ku Klux Klan». Il «a fouetté les Blancs dans une frénésie» de haine raciale qui a finalement conduit au massacre d'Atlanta en 1906 , au cours duquel 50 Noirs ont été assassinés et 150 ont été blessés, forçant plus d'un millier Noirs à fuir la ville. Des gangs blancs se sont réunis et organisés au bâtiment  OH Silverman Co, et les prêteurs sur gages Morris et Samuel Greenblatt , demeurant au 123, rue Peters, leur ont fourni des armes et des munitions.
En 1905, l'article de Cohen a fait la promotion du roman raciste de Thomas Dixon, Clansman , le livre qui est devenu l'inspiration du film le plus destructeur racial jamais réalisé - La naissance d'une nation . Ce film financé par les Juifs était si vicieux qu'à sa sortie en 1915, il est devenu le principal moteur de la renaissance du Ku Klux Klan. Il a fait tellement d'argent pour son distributeur de la côte Est qu'il est allé à Hollywood et a lancé le plus grand studio de cinéma de l'histoire. Son nom était Louis B. Mayer et son studio était Metro-Goldwyn-Mayer, qui est devenue la source de nombreuses images de films racistes d'Hollywood.
En 1896, un suprémaciste blanc juif nommé Adolph Ochs (prononcé Ox (bœuf )) a acheté le New York Times et a commencé à publier des articles et des éditoriaux racistes indiscernables des attitudes et croyances du Klan. Le Times utilisait librement des termes comme «nigger», «coon»(raton) et «darkey» pour décrire les Noirs, et il tenait consciemment à ne jamais mettre en majuscule le mot Negro. Le Ku Klux Klan a capitalisé «Negro» dans ses publications des années avant le New York Times .
Selon les chercheurs, les entreprises ont montré leur solidarité idéologique avec les terroristes raciaux en choisissant des noms commençant par trois K, et plusieurs marchands juifs suivent cette coutume, en particulier dans les bastions du Klan: Kampus Klothes de Kaufman, Kosher Kafe de Kaufman, Kool Kwality Klothes de Harry Karp, et Kadetz Kosher Kafe. A Colombia, en Caroline du Sud, il y avait Korrect Klothes de Kohn et à Boise, Idaho, Klever Klothes de Kirshbaum.
Lorsque les Noirs ont acquis un certain pouvoir politique à Wilmington, en Caroline du Nord, les Juifs faisaient partie des dirigeants qui ont rallié la foule de Blancs en 1898 qui ont massacré jusqu'à 300 Noirs. Selon l' Encyclopédie des communautés juives du sud , Nathaniel Jacobi a organisé des propriétaires d'entreprises pour menacer de licencier leurs employés noirs.
Lors d'une réunion publique, Jacobi et [Solomon] Fishblate se sont entretenus avec une foule grandissante et ont soutenu une déclaration selon laquelle les Blancs devraient diriger Wilmington et la Caroline du Nord. Cette réunion a plus tard abouti à la violente émeute raciale de Wilmington de 1898, dans laquelle des foules blanches ont terrorisé la population noire de la ville et installé de force le régime du Parti Démocrate.

Des juifs comme Fishblate et Jacobi ont soutenu cet effort pour renverser la «règle noire», montrant à quel point les juifs s'étaient assimilés à la culture locale de la suprématie blanche.
Il est bien connu que les nazis ont forcé les Juifs à porter des «passeports juifs» portant une lettre d'identification «J». Le juif le plus éminent et le plus riche d'Atlanta, Oscar Pappenheimer , a en fait proposé un plan similaire pour tous les Noirs du Sud - 30 ans avant Hitler! Son associé proche était un homme du nom de Leo Frank , président du Atlanta B'nai B'rith. Frank a préconisé que les Noirs ne soient pas autorisés à témoigner devant le tribunal parce que, comme l'avocat de Frank l'a dit, « Si vous mettez un nègre dans une trémie, il égouttera des mensonges . Accusé de meurtre, Leo Frank - le père de la Ligue anti-diffamation - a soutenu que le meurtre est un «crime nègre» et donc lui, un homme blanc, ne pouvait pas être coupable.
 
L'avocat Dale Schwartz , membre du conseil national de la Ligue anti-diffamation du B'nai B'rith, a grandi dans une famille de marchands en Géorgie qui vendait sciemment des déguisements aux membres du Ku Klux Klan. Il a dit que «chaque fois que nous vendions beaucoup de draps blancs, nous savions qu'il y aurait une réunion du Klan». Un marchand juif a dit: «J'avais l'habitude de leur vendre les draps, et Sam le tailleur en faisait des robes. Laissez-moi vous dire que nous avons eu de bonnes affaires. Un propriétaire juif aurait payé les frais d’initiation au Klan pour ses employés.
Au début des années 1900, le juif le plus éminent d'Amérique était Louis Marshall . Avocat de haut rang, il a été le fondateur et le premier président de l' American Jewish Committee . Ce qui était moins connu, c’était qu'il était également le «principal conseiller juridique» de l'American Breeders Association, une organisation pré-hitlérienne de blancs engagés dans l'eugénisme et le nettoyage racial de l'Amérique. Marshall s'est opposé au projet de loi anti-lynchage proposé par la NAACP et s'est battu pour le saper, le qualifiant d'«inconstitutionnel» et de violation des «droits de l'État». Il a défendu le KKK comme une organisation fraternelle secrète comme étant la sienne.
Le fait est que l'on a du mal à trouver un juif, de quelque importance historique que ce soit, exprimer son soutien à la liberté, à la justice ou à l'égalité des Noirs. La réalité est que la suprématie blanche est une tradition aussi juive que le corned-beef et Hanoukka. Le racisme fonctionne pour les Juifs - il est hautement RENTABLE et les a soutenus pendant de nombreux siècles et dans de nombreux pays. Regardez les sociétés dans lesquelles  l'esclavage noir a formé (et forme encore) la base économique - les Caraïbes, le Brésil, le delta du Mississippi, l'Afrique du Sud, la Rhodésie, le Surinam, l'Inde - et vous verrez que les Juifs sont là aussi, non pas en tant que sous-classe opprimée mais en tant que communauté exploiteuse, prospère et vitale [8]. La suprématie blanche continuera à soutenir les Juifs et leurs partenaires non juifs blancs tant que les Noirs continueront à jouer un rôle passif et de soutien, leur donnant un accès sans entrave à l'esprit de nos enfants et un intérêt dominant dans notre talent et notre travail noirs. 
Ce que nous voyons à Wiley, à Jay Electronica, à Nick Cannon, à Ice Cube, à Tamika Mallory, à DeSean Jackson, à Professeur Griff, et ce que nous voyons chez tous ceux qui ont subi cette dernière série de lynchages juifs, n'est PAS de l’«Antisémitisme» - mais nos voix les plus fortes et les plus conscientes demandent à être libres.
 L’image contient peut-être : 2 personnes, texte qui dit ’ROTHSCHILD LA SOURCE DE TOUS NOS MAUX ACTUELS Cette dynastie règne sans partage sur le monde Ils sont à l'origine de la traite des esclaves Ils ont été les instigateurs et les financiers de la 1ere & 2ème guerre mondiale Ils ont mis sur pied le systeme d'usure qui fait de chaque être humain un esclave moderne aujourd'hui Ils jouissent d'une protection et d'une impunité hors norme dans presque tous les pays du monde’
----------------------------------------
La série Relation secrète entre les Noirs et les Juifs est disponible ici : https://store.finalcall.com/collections/the-secret-relationship-between-blacks-and-jews
NOI Research Group • August 13, 2020
----------------------------------------
NOTES de H. Genséric
[1] Leonard Chess et son petit frère Phil, c’est la Yiddish Connection version music. Jeunes, les 2 frangins ont un petit air de Meyer Lansky et de Bugsy Siegel, quand ils vont négocier un prêt à la banque sanglés dans leurs costumes croisés en flanelle. Leonard s’est fait tout seul, comme la plupart de ces immigrants juifs venus de Russie ou de Pologne, mais il s’épaulera toujours sur son petit frère Phil. Leur histoire commence dans un shtetl de Pologne, dans les années 20. Leur père, charpentier, part le premier en Amérique, espérant gagner assez d’argent pour faire venir sa famille et fuir définitivement la misère et les persécutions antisémites. Leonard se prénomme encore Lejza et Phil Fiszel, quand ils débarquent aux USA en 1928, âgés de 11 et 7 ans, avec leur mère, frères et soeurs.
Dans une interview accordée au magazine Vanity Fair en 2008, Phil Chess expliquait que le goût prononcé que son frère et lui avaient pour le blues était tout naturel : « On est nés avec… » racontait-il, « Dans les années 20, quand tu étais juif en Pologne, tu avais forcément le blues, il était partout ! ». Leonard Chess était un businessman avisé, démarrant avec un commerce d’alcools dans le quartier noir de Chicago, devenant ensuite propriétaire d’un club, le Macomba Lounge, où se produisaient musiciens de blues et jazzmen dans les années 40, pour finir enfin patron d’une maison de disques. Et quelle maison de disques ! Chess Records, qui imposera Chicago comme capitale mondiale du blues, contribuera à l’éclosion du Rock’n’Roll et à l’émergence des Rolling Stones.
1– “Il est autorisé d’avoir des rapports sexuels avec une fille de trois ans et un jour », Sanhedrin 55b
2– « Jésus était un bâtard né dans l’adultère », Yebamoth 49b
3– « Il est permis de divorcer avec votre femme si vous voyez une plus jolie fille-vierge et attirante, même si elle n’est âgée que de 3 ans », Gittin 91a
4– « Jésus a été envoyé en enfer, où il est puni en étant bouilli dans des excréments”, Gittin 56b
5– « Marie était une prostituée », Sanhedrin 106a
6– « Les disciples de Jésus méritent d’être tués », Sanhedrin 43a
7– « Même le meilleur des Goyim (non juif) devrait être abattu », Abhodah Zarah 26b T
8– « Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs », Iore Dea 198, 48
9– « Il n’est pas bon de parler aux femmes, pas même votre propre femme », Aboth 1.5
10– « Un Non-juif est comme un chien », Ereget Rashi Erod.22 30
11– « Mangez en présence d’un non-juif c’est comme manger avec un chien », Jebamoth 94b.
12– « Vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains », Abhodah Zarah 4b
13– « Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu« , Sanhedrin 58b
14– « L’usure (le taux d’intérêt) peut être pratiquée sur les Non-juifs », Abhodah Zarah 54a
15– « Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre », Babha Mezia 24a.
16– « La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame », Babha Bathra 54b
17– « Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder », Sanhedrin 57a
18– « Les goyims (non juifs) qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort », Sanhedrin 59a
19– « Ordre est donné de modifier et de ridiculiser les textes religieux des goyims (non juifs) », Iore Dea 147.5
20– « Tous les juifs sont vertueux », Sanhedrin 11.1
[6] Les lois Jim Crow (Jim Crow Laws en anglais) étaient des lois nationales et locales issues des Black Codes1,2, promulguées par les législatures des États du Sud à partir de 1877 jusqu'en 1964, lois qui ont été mise en place pour entraver l'effectivité des droits constitutionnels des Afro-Américains, acquis au lendemain de la Guerre de Sécession. Plus de détails sur Wikipédia
VOIR AUSSI :
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.