dimanche 23 août 2020

USA/IRAN. Qassem Soleimani a-t-il été tué pour venger l'attaque des installations pétrolières saoudiennes?

Un programme conjoint américano-israélien [1], impliquant une série de frappes clandestines de courte durée, visant à éliminer les généraux les plus importants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et à cibler les centrales électriques, les infrastructures industrielles et les missiles de l'Iran et les installations nucléaires sont en cours depuis le début de cette année, lorsque le commandant de la force Qods du CGRI, le général Qassem Soleimani, a été assassiné lors d'une frappe aérienne américaine à l'aéroport de Bagdad le 3 janvier.

Alors que la course présidentielle américaine se réchauffe, le rythme et la sophistication des attaques subversives en Iran s'accélèrent simultanément. Depuis juin, des «explosions mystérieuses» ont été signalées dans une installation de stockage de missiles et d'explosifs de la base militaire de Parchin le 26 juin, dans des centrales électriques des villes de Shiraz et Ahvaz, un «incendie mystérieux» dans le port de Bushehr le 15 juillet détruisant sept navires, et une explosion massive sur le site nucléaire de Natanz le 2 juillet qui aurait retardé le programme nucléaire iranien d'au moins deux ans.
En plus d'attiser le sentiment nationaliste parmi l'électorat conservateur américain à la veille de l'élection présidentielle américaine prévue pour novembre, un autre objectif des attaques subversives semble être de venger une série d'attaques audacieuses montées par les forces soutenues par l'Iran contre les intérêts stratégiques américains dans le Golfe, qui a amené les États-Unis et l'Iran au bord d'une guerre à grande échelle en septembre de l'année dernière.
En plus de la plantation de mines de patelle sur des pétroliers au large des côtes des Émirats arabes unis en mai de l'année dernière et de la destruction subséquente du drone de surveillance américain dans le golfe Persique par l'Iran, l'attaque efficace contre l'installation pétrolière d'Abqaiq et le champ pétrolier de Khurais dans le Le 14 septembre, la province orientale de l'Arabie saoudite a été la troisième attaque majeure dans le golfe Persique contre les actifs de Washington et ses vassaux régionaux. Le fait que les EAU avaient été prévenus d'attaques imminentes est prouvé par le fait que des semaines avant les attaques, ils ont rappelé les forces du Yémen combattant les rebelles houthis et les ont redéployés pour maintenir les frontières territoriales des EAU.
Néanmoins, une farce puérile comme la plantation de mines à patelle sur des pétroliers peut être négligée, mais des provocations majeures comme l'abattage d'un avion de surveillance Global Hawk de 200 millions de dollars et le montage d'une attaque de drone et de missile sur l'installation pétrolière d'Abqaiq qui a paralysé le traitement du pétrole pendant des semaines ont eu de graves répercussions.
L'attaque du 14 septembre contre l'usine pétrolière d'Abqaiq, dans l'est de l'Arabie saoudite, a été une apocalypse pour l'industrie pétrolière mondiale, car elle traite cinq millions de barils de pétrole brut par jour, soit plus de la moitié de la production totale de pétrole de l'Arabie saoudite. L'attaque subversive a provoqué la nervosité sur les marchés mondiaux et le prix du pétrole a bondi de 15%, le plus grand pic observé en trois décennies depuis la première guerre du Golfe en 1991, bien que le prix du pétrole ait été assoupli quelques jours après que les pays industrialisés ont publié leur réserves pétrolières stratégiques.
Afin de faire ressortir l'importance du pétrole du golfe Persique dans le monde industrialisé en manque d'énergie, voici quelques statistiques tirées des données de l'OPEP:  
l'Arabie saoudite possède les plus grandes réserves prouvées de pétrole brut du monde, soit 265 milliards de barils et sa production quotidienne de pétrole est 10 millions de barils; L'Iran et l'Irak ont ​​chacun 150 milliards de barils de réserves et ont la capacité de produire chacun 5 millions de barils par jour; tandis que les EAU et le Koweït ont chacun 100 milliards de barils de réserves et produisent chacun 3 millions de barils par jour; ainsi, tous les États riverains du golfe Persique détiennent ensemble 788 milliards de barils, soit plus de la moitié des 1477 milliards de barils de réserves mondiales prouvées de pétrole.
Coup d'œil sur les réserves mondiales de pétrole | Informazout
Coup d'œil sur les réserves mondiales de pétrole | Informazout
Sans surprise, plus de 35.000 soldats américains sont actuellement déployés dans les bases militaires et les porte-avions du golfe Persique riche en pétrole, conformément à la doctrine Carter de 1980, qui stipule: «Que notre position soit absolument claire: une tentative de toute force extérieure pour prendre le contrôle de la région du golfe Persique sera considérée comme une attaque contre les intérêts vitaux des États-Unis d’Amérique, et un tel assaut sera repoussé par tous les moyens nécessaires, y compris la force militaire. »
Il convient de mentionner qu'en plus du déploiement de plusieurs milliers de soldats américains, d'escadrons d'avions supplémentaires et de batteries de missiles Patriot en Arabie saoudite à la suite de l'attaque d'Abqaiq, plusieurs faucons interventionnistes à Washington ont invoqué la doctrine Carter pour lancer des frappes de représailles contre l'Iran.
Les actes de subversion de l'année dernière dans le golfe Persique doivent être considérés dans le contexte plus large de la nouvelle guerre froide qui a commencé après la crise ukrainienne en 2014 lorsque la Russie a occupé la péninsule de Crimée et que Washington a imposé des sanctions contre la Russie.
La réponse immédiate du Kremlin à l'escalade de Washington a été que le Kremlin a sauté dans la mêlée en Syrie en septembre 2015, après une visite clandestine à Moscou du général Qassem Soleimani, le commandant de la force Qods du CGRI. Lorsque la Russie a déployé ses forces et son matériel militaire en Syrie en septembre 2015, les terroristes islamistes, mandatés par Washington  et financés par ses vassaux arabes, étaient sur le point de creuser un fossé entre Damas et le cœur alaouite de la côte de Lattaquié, ce qui aurait pu conduire à la chute imminente de le gouvernement Assad.
Avec l'aide de la puissance aérienne russe, le gouvernement syrien a depuis repris la majeure partie du territoire syrien aux mercenaires islamistes, à l'exclusion d'Idlib dans le nord-ouest (occupé par la Turquie et ses mercenaires islamistes)  et Deir al-Zor et sa région, contrôlées par les Kurdes, infligeant ainsi une défaite humiliante à Washington et à ses clients régionaux.
Néanmoins, à la suite de l'attaque effrontée contre l'installation pétrolière d'Abqaiq et le champ pétrolifère de Khurais dans la province orientale de l'Arabie saoudite le 14 septembre, des manifestations orchestrées ont éclaté dans les pays alliés de l'Iran, le Liban et l'Irak, d'octobre à décembre de l'année dernière.
La journaliste libanaise américaine Rania Khalek a documenté pour The Grey Zone [2] comment  les forces politiques soutenues par les États-Unis ont mené la «révolution de la couleur» au Liban, où le groupe de résistance soutenu par l'Iran, le Hezbollah faisait partie du gouvernement de coalition. À la suite de l'attaque israélienne sur le port de Beyrouth le 4 août, tuant 180 personnes et en blessant près de 6000, le gouvernement de coalition chancelant d'Hassan al-Diab, qui a duré six mois, a démissionné le 10 août.
De même, l'Irak a traversé l'occupation américaine de 2003 à 2011 et est connu pour avoir des sympathisants américains dans le nord sous contrôle kurde et dans le sud à majorité chiite du pays, où les majors pétrolières occidentales opèrent et distribuent des largesses parmi les chefs locaux d'une myriade de clans et de tribus.
En utilisant le réseau de favoritisme et de corruption, les États-Unis ont évincé avec succès l'ancien Premier ministre irakien Haider al-Abadi et ont nommé le stooge américain Mustafa al-Kadhimi à sa place en mai. Le but de la déstabilisation des gouvernements dans les pays alliés à l'Iran était évidemment de dissuader l'Iran de lancer des attaques subversives dans le golfe Persique stratégiquement important.
Contrairement au Liban et à l'Irak, cependant, l'Iran lui-même est immunisé contre les manifestations politiques soutenues par l'étranger car il n'a aucun collaborateur impérialiste sur le terrain, à part un groupe  marginal Mujahideen-e-Khalq (MEK) financé par les États-Unis, la France et Israël, bien qu'il ait été témoin de manifestations à grande échelle en novembre de l'année dernière.
La cause immédiate des manifestations du 15 novembre en Iran était la forte hausse des prix de l'essence par le gouvernement Rohani, qualifiée de «sabotage» par le guide suprême l'ayatollah Khamenei. La région la plus touchée a été la province du Khouzistan, dans le sud-ouest de l'Iran, qui abrite une importante minorité arabe connue pour avoir des griefs contre Téhéran et susceptible d'être infiltrée par des comparses impérialistes.
Enfin, un mot sur le vénéré commandant de la force Qods du CGRI, le général Qassem Soleimani, qui a été assassiné lors d'une frappe aérienne américaine à l'aéroport de Bagdad le 3 janvier. Soleimani était le lieutenant de confiance du guide suprême iranien, l'Ayatollah Khamenei, et le principal agent de liaison avec la Russie. Non seulement il a incité la Russie à frapper au talon d'Achille de Washington dans la guerre par procuration de la Syrie, mais il a également été le principal architecte des audacieuses attaques du 14 septembre contre l'installation pétrolière d'Abqaiq et le champ pétrolifère de Khurais dans la province orientale riche en pétrole de l'Arabie saoudite.
En plus du déploiement de plusieurs milliers de soldats américains et d'escadrons d'avions supplémentaires et de batteries de missiles Patriot en Arabie saoudite à la suite de l'attaque d'Abqaiq, Washington a également éliminé son ennemi le plus redoutable, le général Soleimani en janvier, et maintenant il peut librement lancer des attaques subversives en Iran et ses alliés. pays sans crainte de représailles.
Il est pertinent de noter que Trump a initialement rejeté [3] l'option du Pentagone d'assassiner le général Soleimani le 28 décembre en raison de la crainte d'une confrontation à grande échelle avec l'Iran, et a autorisé des frappes aériennes sur un groupe de milices soutenu par l'Iran en Irak à la place. Mais après l'attaque à la roquette contre l'ambassade américaine à Bagdad par les forces soutenues par l'Iran, Trump a succombé à la pression de l'État profond américain, dirigé par les puissantes bureaucraties de sécurité nationale du Pentagone et du département d'État, qui avait un compte à régler avec le général Soleimani, pour avoir humilié "la puissance mondiale"  en Syrie.
Notes :
[1] Planifié depuis longtemps et plus grand que prévu: frappe contre le programme nucléaire iranien:
[2] Les partis soutenus par les États-Unis ont infiltré les manifestations du Liban:
[3] Trump a initialement rejeté l'option du Pentagone d'assassiner le général Soleimani:
Par Nauman Sadiq
avocat, chroniqueur et analyste géopolitique basé à Islamabad, spécialisé dans la politique des régions de l'Af-Pak et du Moyen-Orient, le néocolonialisme et le pétro-impérialisme.
----------------------------------------------------------

Les États-Unis vont sanctionner les pays qui n’appliquent pas des sanctions de l’ONU qui n’existent pas
Hier, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a tenté de déclencher la « réactivation » des sanctions de l’ONU contre l’Iran. Il a échoué.
L’option de réactivation des sanctions fait partie du mécanisme de règlement des différends prévu aux articles 36 et 37 de l’accord nucléaire avec l’Iran. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté l’accord dans sa résolution 2231. Lorsque la décision américaine a été annoncée pour la première fois, nous avions expliqué en détail pourquoi ce serait un échec et résumé la situation ainsi :
Seuls les participants à l'accord peuvent déclencher le processus de réactivation. Les États-Unis ne sont plus reconnus comme participant à l’accord.
Avant qu'une réactivation des sanctions ne puisse avoir lieu, il existe en fait des processus formels au sein de la "Commission conjointe" et du Conseil de sécurité des Nations unies qui doivent être suivis. Ces processus n'auront pas lieu parce que les autres membres de la JCPOA et du CSNU ignoreront simplement la tentative américaine de les déclencher.
D'autres membres de l'accord pourraient néanmoins le faire. Mais il est peu probable que les Européens prennent le parti des États-Unis sur cette question.
L’argument juridique que les États-Unis avancent pour revendiquer le droit de réactiver les sanctions est bizarre et ne tient pas la route.
Peu après l’annonce de Pompeo, la Russie, la Chine et les pays de l’UE3, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, ainsi que l’Iran, ont rejeté l’initiative américaine. Le Haut représentant de l’UE, Josep Borrell, qui coordonne la commission mixte chargée de superviser l’accord nucléaire, a déclaré que la décision américaine était nulle et non avenue :
Je prends note de l'annonce faite aujourd'hui par les États-Unis concernant le "mécanisme de réactivation" des sanctions de l'ONU en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies.
Comme je l'ai rappelé à plusieurs reprises, les États-Unis ont unilatéralement cessé de participer au JCPOA par mémorandum présidentiel le 8 mai 2018 et n'ont par la suite participé à aucune activité liée au JCPOA. Ils ne peuvent donc pas être considérés comme un État participant au JCPOA aux fins d'une éventuelle réactivation en matière de sanctions prévues par la résolution.
La Belgique, qui est le « facilitateur » du Conseil de sécurité des Nations unies pour les sanctions résiduelles des Nations unies contre l’Iran en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité, a également rejeté la position américaine.
Pompeux peut encore tenter quelques traquenards procéduraux aux Nations unies pour mettre d’une manière ou d’une autre la question à l’ordre du jour. Mais les autres membres du Conseil de sécurité trouveront probablement des moyens d’empêcher cela.
C’est la deuxième fois en une semaine que les tentatives américaines contre l’Iran aux Nations Unies ont été rejetées. La semaine dernière, les États-Unis ont proposé de prolonger l’embargo sur les armes contre l’Iran. L’embargo actuel se terminera en octobre. Cette proposition a échoué :
Les États-Unis ont subi une défaite humiliante aux Nations Unies, car leur proposition de prolonger un embargo sur les armes contre l'Iran n'a reçu que le soutien de la République dominicaine lors du vote du Conseil de sécurité.
Toute cette tentative de réactivation de sanctions dans le cadre de l’accord nucléaire n’a qu’un seul but :
L'administration Trump ne cherche pas à rétablir les sanctions de l'ONU parce qu'elle veut préserver le JCPOA, car son objectif a toujours été de tuer l'accord et de trouver un prétexte pour engendrer un conflit.
Les États-Unis espèrent faire pression sur l’Iran jusqu’à ce que ce pays déclare officiellement l’accord mort. Cela pourrait alors donner un prétexte pour lancer une attaque plus importante contre ce pays. Mais tant que les autres membres de l’accord respectent leurs engagements, l’Iran est susceptible de s’en tenir à l’accord.
Les États-Unis lancent donc le bulldozer qu’ils appellent politique étrangère contre quiconque soutient encore l’accord.
Les États-Unis vont maintenant prétendre que leur geste illégal a déclenché la période de 30 jours prévue par la résolution 2231 avant la réactivation des sanctions. Dans 30 jours, ils prétendront que les sanctions de l’ONU sont de retour. Après cela, les États-Unis sanctionneront les pays qui ignorent les sanctions de l’ONU contre l’Iran, sanctions qui n’existent pas :
Les États-Unis n'hésiteront pas à imposer des sanctions à toute nation qui s'oppose à leur effort de "réactivation" des sanctions des Nations Unies contre l'Iran, a déclaré le secrétaire d’État Mike Pompeo dans "Special Report", mercredi soir.
"Lorsque nous voyons un pays violer nos sanctions actuelles, les sanctions américaines actuelles, nous en tenons cette nation responsable", a déclaré Pompeo à l'hôte Bret Baier. "Nous ferons de même avec les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU."
J’espère que les États-Unis vont poursuivre dans cette voie. Plus ils sanctionneront à gauche et à droite pour des raisons totalement irrationnelles, plus les autres pays seront incités à mettre en place des mécanismes qui rendront les sanctions américaines inefficaces et inutiles. La Russie l’a déjà fait et la Chine dans une certaine mesure. Les Européens auraient dû le faire il y a longtemps, mais ils n’y réfléchissent sérieusement que maintenant.
Il existe également des contre-mesures qui pourraient et devraient être envisagées. Une taxe européenne sur les produits numériques nuirait gravement à Google, Facebook, Ebay et à d’autres entreprises américaines. Lorsque leurs bénéfices et leurs actions baisseront, l’administration de Trump pourrait apprendre que ses actes entraînent des conséquences.
Par Moon of Alabama – Le 21 août 2020

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.