samedi 8 août 2020

Un journaliste israélien: Voici pourquoi Israël a bombardé Beyrouth

La CPI (Cour Pénale Internationale) a déjà enquêté sur Israël dans le cadre des crimes de guerre commis à Gaza depuis l’opération "Bordure protectrice", en 2014. J’imagine qu’aujourd’hui, elle va étendre son champ d’investigation et y ajouter le massacre d’une négligence criminelle qui vient d’avoir lieu à Beyrouth.

Bien qu’Israël ait régulièrement attaqué le Hezbollah et les dépôts d’armes et autres convois iraniens en Syrie, il est rare qu’il entreprenne des attaques aussi éhontées à l’intérieur même du Liban, visant uniquement des civils. Cette agression contre la capitale du pays marque une escalade plus grande encore. La froide insolence de cette opération est sidérante.

Elle n’a rien de surprenant, toutefois. Une opération de ce genre ne peut avoir lieu qu’au milieu d’un dysfonctionnement politique interne en Israël. Bibi (Netanyahou) est dans la merde et souhaite désespérément de changer de sujet. Quand ses agents de renseignement lui ont apporté ce plan, il s’est probablement frotté les mains de joie en disant : « Allez-y ! » Naturellement, les renseignements israéliens n’ont été que trop heureux de plaire à leur patron et ils ont probablement pris des raccourcis afin que l’attaque puisse avoir lieu. Quand personne ne tient la barre pour crier « Halte ! », le navire heurte un iceberg et sombre. C’est peut-être bien ce qui s’est passé ici.

Cette attaque à la bombe (à charge nucléaire) par Israël remet en mémoire des attentats similaires orchestrés par ses agents israéliens à Beyrouth même durant la période qui a précédé et suivi son invasion en 1982. Le livre de Ronen Bergman sur les assassinats du Mossad ainsi que Remy Brulin ont répertorié durant cette période de multiples attentats israéliens à la bombe qui ont grandement répandu la mort et la destruction parmi la population civile de la ville.

Dans le cas présent, les dégâts causés ont été accidentels. Mais cela ne sera que de peu de réconfort pour les milliers de Beyrouthins dont les existences sont devenues un enfer vivant suite à ce crime israélien.

En guise de remarque à part, l’ancien député du Likoud à la Knesset, Moshe Feiglin, a tweeté une citation de la Bible, à propos du désastre exprimant sa joie extrême : « Il n’y a jamais eu de jours aussi grands en Israël que le 15 du mois d’Av [le jour de l’attentat à la bombe] et Yom Kippour. »

Bien sûr, je suis peiné d’admettre que le président Trump avait raison dans sa première déclaration, quand il a dit que l’explosion était un « attentat terrible » et que l’information lui avait été fournie par « ses généraux ». Dans ce cas, lui et eux avaient raison.

Il pourrait (et devrait) y avoir des répercussions domestiques de ce désastre. Puisque Netanyahou a approuvé l’attentat, il est responsable de ses conséquences. En 1982, une commission d’enquête avait déclaré Ariel Sharon coupable de l’invasion du Liban et du massacre de Sabra et Chatila. Il avait été envoyé en exil politique pendant une décennie. A tout le moins, ceci devrait ôter à Bibi toute qualification pour diriger le pays. Tel serait le résultat dans toute nation démocratique dans laquelle le chef d’État aurait été tenu pour responsable de ses échecs.

Mais, hélas, Israël n’a rien à voir avec ce genre de nation et Bibi semble toujours se défiler face à sa responsabilité dans ses propres gaffes. La différence ici, c’est que le dirigeant israélien est déjà sous pression en raison de la réponse désastreuse de son gouvernement au Covid 19 et au procès pour corruption qui l’attend autour de trois vilaines affaires. Ce pourrait être un point charnière.

Normalement, les Israéliens ne jetteraient même pas un coup d’œil sur ce genre de massacre. Ils sont devenus totalement insensibles aux souffrances qu’ils infligent à leurs voisins arabes. Mais, étant donné la population de Netanyahou en plein effondrement, ceci pourrait accélérer sa fin.

Israël ne pourrait avoir choisi pire moment pour infliger de telles souffrances au Liban. Le pays connaît une crise économique profonde. Nombre d’entreprises tombent en faillite, les gens n’ont rien à manger, les hommes politiques se chamaillent et se lancent des blâmes alors qu’ils ne font strictement rien. Le Liban est un cas désespéré. La souffrance est partout. Ses frères arabes, telle l’Arabie saoudite, n’ont guère envie de lui venir en aide. Si un seul pays peut se passer de cette tragédie supplémentaire, c’est bien le Liban. Mais, voilà – Israël ne semble éprouver aucun sentiment de honte ou de retenue quand il s’agit d’infliger de la douleur à ses voisins.....

Israël ne propose jamais d’aide humanitaire à ses voisins arabes. Durant la guerre civile en Syrie, le seul groupe auquel Israël a proposé son aide humanitaire a été ses alliés islamistes hostiles à Assad. Israël n’a jamais proposé ce genre d’aide au Liban, avant ce jour. En lieu et place, voilà des décennies qu’il y fait pleuvoir la mort et la destruction. Le faire aujourd’hui, c’est le summum du culot !

Richard Silverstein

Publié le 4 août 2020 sur Tikun Olam
Traduction : Jean-Marie Flémal

Richard Silverstein est l’auteur du blog « Tikum Olam » qui révèle les excès de la politique de sécurité nationale israélienne. Son travail a été publié dans Haaretz, le Forward, le Seattle Times et le Los Angeles Times. Il a contribué au recueil d’essais dédié à la guerre du Liban de 2006, A Time to speak out (Verso) et est l’auteur d’un autre essai, Israel and Palestine : Alternate Perspectives on Statehood (Rowman & Littlefield).

VOIR AUSSI :

-   Le massacre de Beyrouth n'est que le début de ce qui nous attend tous : une guerre hybride/nucléaire totale sous couvert d'"accidents"

-   Le Président libanais et un expert militaire italien confirment : un missile à tête nucléaire a causé le massacre de Beyrouth

-   CONFIRMATION. C'est Israël qui a bombardé Beyrouth

-   LIBAN. Beyrouth dévastée . Mini bombe nucléaire israélienne ?

Hannibal GENSÉRIC

 

3 commentaires:

  1. Ben oui! Viktor Ostrovsky en parlait déjà dans son essai paru en 1990 : "Un agent des services secrets israéliens parle". Un homme en vue se remplace mais guère une mentalité trop bien enracinée présidant à l'avènement d'un État autant décrié par le reste du monde, mais surtout par les rabbins autochtones qui ont combattu ce malfaisant sionisme. Rappelons-nous la création d'Israël par les Anglais en 1920 avec Herbert Samuel comme "Prince d'Israël" comme il était surnommé! Les conditions de sa création dévoilait déjà ses ambitions, il faut lire Roger Lambellin : "le règne d'Israël chez les Anglo-saxons". Rappelons le rôle d'Irgoun de Jabotinsky et Menahem Begin durant la 2ème guerre mondiale et leur collaboration avec les nazis.

    RépondreSupprimer
  2. Allez , je vais me repeter a nouveau , le mossad sous les ordres de nitanahou a ordone de faire eclater le depot de nitate
    depuis le vol de la terre Palestiniene par ces juifs talmusdiste il y a 75 ans ils ne cessent de voler le reste et meme tenter de voler le Liban , la Syrie deja le Golan est occupe illegalement par nitaniahou et sa racaille,.et aussi leurs amis usa , francais canadiens etc...

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.