mardi 11 août 2020

Voici le Précurseur du Syndicat mondial du crime, milliardaire grâce au commerce de l'opium au XIXe siècle


Lors de la guerre de l’opium (1839-1842), le Royaume-Uni organisa la culture du pavot en Inde et imposa sa consommation en Chine. Cultivé en Inde, acheminé en Chine, l’opium permit de rééquilibrer la balance commerciale britannique, et de miner la société chinoise. Les fumeries apparurent en nombre, comme dans Le Lotus Bleu, et l’opium était devenu une arme.

La France, les États-Unis et la Russie s’associèrent à cette politique pour leur propre expansion coloniale. Ce modèle de domination économique est reproduit aujourd’hui à plus grande échelle par les Anglo-saxons qui exploitent le pavot en Asie centrale et la coca dans les Andes par l’intermédiaire de gouvernements fantoches. Ils utilisent le Pacte de Vienne pour justifier la répression des producteurs concurrents et des insurrections rurales.

Hannibal Genséric

«Le commerce de l’opium chinois au XIXe siècle a joué un rôle déterminant dans l’incarnation précoce du Syndicat mondial du crime et l’a mis à la vitesse supérieure. C’était juste le bon degré de criminalité d’exploitation, de renseignements d’état profond et d’énormes pillages pour lancer, enrichir et relier les ancêtres du système actuel.
Pour rappel, au cours du premier quart du 19e siècle, les Britanniques étaient dans une situation désespérée pour se procurer des biens échangeables avec les Chinois. La Chine ne s'intéressait qu'à l'or et à l'argent.
Sassoon et fils
Entre dans le jeu le sans scrupules David Sassoon (1792-1864), juif né en Irak puis installé à Bombay, qui a développé le trafic de l'opium. Cette culture commerciale était parfaite pour les conditions indiennes au Bengale et à Madras. Sassoon a envoyé ses agents, tous  juifs, en Chine et finalement ses six fils, qui se sont avérés être des agents criminels impitoyables, capables de commettre les pires atrocités nécessaires pour imposer leurs dictats. Ils ont créé ce qu'on a appelé   les «Rothschild d'Orient».
Soit dit en passant, il est tout à fait évident que Wikipédia a été complètement nettoyé sa biographie, car le rôle de Sassoon dans la création du Bund (échange) d'opium de Shanghai n'est que brièvement mentionné. La quasi-totalité du descriptif est consacrée à l’entreprise indienne de mouture du coton de Sassoon. Une version plus précise est disponible sur Wikispooks.
En réalité, Sassoon et ses agents juifs ont lancé le marché chinois de l’opium en Chine en l’inondant d’opium qu’ils expédiaient d’Inde. Comme l’Encyclopédie juive l’admet volontiers, ils avaient le monopole du commerce de l’opium en Chine et au Japon. Elle déclare en outre que Sassoon a attribué son grand succès au fait qu'il employait uniquement ses fils comme agents.
Bien sûr, les Britanniques ont été d'accord car ils étaient tout aussi  corrompus. Le transbordement en Chine était assuré au début par des entreprises britanniques, telles que Jardine Matheson & Co.
La Première Guerre de l'Opium a défini   la prolifération et l'exploitation des drogues destructrices de l'esprit comme la pierre angulaire de la politique impériale britannique. Celui qui en doute  n'a qu'à considérer cet énoncé de politique publié par Lord Palmerston dans un communiqué de janvier 1841 adressé à Lord Auckland, alors gouverneur général de l'Inde:
cinq à 10 millions de Chinois zombifiés
ʺ La concurrence des produits manufacturés européens exclut rapidement nos productions des marchés européens, et nous devons sans relâche nous efforcer de trouver dans d'autres parties du monde de nouvelles ouvertures pour notre industrie (c'est-à-dire l'opium - ndlr). . . Si nous réussissons nos expéditions en Chine, en Abyssine, en Arabie [1], les pays de l'Indus et les nouveaux marchés de la Chine nous donneront en peu de temps une extension des plus importantes à la portée de notre commerce extérieur.ʺ
En 1839, cette opération criminelle dans le domaine de la drogue avait rendu dépendants et zombifiés environ cinq à 10 millions de Chinois et avait fait reculer les conditions sociales et économiques dans ce pays de plusieurs siècles. C'était l'une des meilleures stratégies de division jamais conçues par le Syndicat mondial du crime pour s'imposer sur la scène internationale.
Or, l’opium était interdit en Chine et l’empereur mandchou de Chine n’a pas accepté cette infestation d’opium. Il a donc réagi de manière agressive en déversant les stocks d’opium des trafiquants dans la baie de Canton et en détruisant les installations de production.
Sassoon et sa bande de juifs hauts placés ont alors réussi à faire pression pour une intervention militaire. 
L’Angleterre a envoyé une force expéditionnaire d’Inde qui est intervenue et qui a ravagé le littoral chinois au cours d’une série de batailles. Finalement, les Britts ont imposé les termes d'un règlement.
Le traité de Nankin de 1842 ouvrit la voie à une nouvelle explosion du commerce de l'opium, qui dura jusqu'à ce que les communistes maoïstes l'éradiquent enfin un siècle plus tard. À un moment donné, on a estimé qu'au moins 30 millions de Chinois étaient dépendants de l'opium.
En outre, la Grande-Bretagne s'est emparée du territoire de Hong Kong, a fixé unilatéralement les tarifs douaniers chinois à un taux ridiculement bas (également appelé «libre-échange») et a fait en sorte que les «marchands» de Canton empochent 3 millions de dollars en compensation de la perte de leurs stocks de drogue.
L'entreprise de la famille Sassoon a déménagé à Hong Kong, où elle s'est développée dans la banque «marchande». Divers marchands d'opium ont formé la Hong Kong et la Shanghai Bank. Au fil du temps, la banque - aujourd'hui connue sous le nom de HSBC - étendra sa portée dans les domaines de la drogue du Moyen-Orient et de la péninsule latino-américaine.
Tout au long du XIXe siècle, les familles britanniques Matheson, Keswick, Swire, Dent, Inchcape et Baring, et les familles juives des Sassoon et des Rothschild contrôlaient le trafic de drogue en Chine.
En 1887, les grands clans Sassoon et Rothschild fusionnent par mariage. À ce moment-là, ils opéraient à partir de Londres, où ils se sont mariés avec l'aristocratie britannique (City of London), ont été faits chevaliers et ont continué à financer et à promouvoir les mouvements bolchevik et sioniste et Dieu sait quoi d'autre.
Aux vainqueurs vont le butin et, au fil du temps, la véritable histoire du commerce de l'opium a été blanchie à la chaux et obscurcie par ces puissants intérêts. Ils ont bifurqué vers le contrôle des médias, ce qui explique aujourd'hui la nature criminelle de ne pas faire confiance de cette influence médiatique, d'origine mafieuse comme on l'a vu, que je documente constamment par ailleurs.
Il n'y a aucun moyen que je puisse rendre justice sur ce sujet dans cet article d'introduction, mais je crois qu'au moins une certaine conscience doit être appliquée à notre intuition fondamentale sur le fonctionnement du monde. 
À maintes reprises, vous verrez ces scions du Crime Syndicate (Syndicat du Crime) décrocher des postes de premier plan dans le renseignement et la finance, et même à la Maison Blance. Depuis l'établissement de l'Israël sioniste, la Syndicat du Crime s'est transformé par de nouvelles manifestations.
Faisant face à un retour de flammes  continuel, les Britanniques ont mené une deuxième guerre de l'opium en Chine de 1856 à 1860. Puis vint le temps où l'opium a été cultivé en Chine même, en particulier dans la province du Sichuan, permettant à une nouvelle génération d'entreprises criminelles de se développer. Cette seconde guerre a ouvert le marché à des acteurs supplémentaires.
Dans un style moderne typique, une «campagne de marketing» du Syndicat du Crime a vu le jour, faisant la promotion de la consommation de l'opium comme un passe-temps à la mode, voire raffiné. Les opiacés ont joué un rôle déterminant dans le lancement d'un certain nombre de sociétés pharmaceutiques internationales.
Les Américains entrent dans la sinistre danse
la déstabilisation de la Chine et la construction des chemins de fer de l’ouest des États-Unis ont ouvert les vannes au trafic d’êtres humains (Shanghai’ing, comme ils l’appelaient) et à l’expansion du commerce de l’opium chinois par les Américains. Les familles américaines de Perkins, Astor et Forbes ont tiré des dizaines de millions de dollars du commerce de l'opium. Les Perkins ont fondé la Bank of Boston, aujourd'hui connue sous le nom de Credit Suisse.
William Hathaway Forbes était directeur de la Hong Kong Shanghai Bank peu de temps après sa création en 1866. John Murray Forbes était l'agent américain de la famille bancaire Barings, qui finançait la plupart des premiers trafics de drogue. Les héritiers de la famille Forbes ont ensuite lancé le magazine Forbes. Et j’ai couvert la lignée de la famille du secrétaire d’État John Forbes Kerry.
Le grand-père du président américain Franklin Delano Roosevelt, Warren Delano, a créé sa richesse à partir du racket du crime de l'opium en Chine. Comme le secrétaire d'État américain John Forbes Kerry, FDR a affirmé ne rien savoir à ce sujet.
Notez qu'en règle générale, lorsque les mots «Boston Brahmin» et «marchand» apparaissent dans des contextes historiques, il s'agit d'un code de blanchiment pour les drogues ou toute autre activité criminelle.
Le cloaque des «personnes connectées» issu de ce cartel de l'opium de l'élite britannique, des brahmanes américains et des juifs Sassoon-Rothschild est très profond jusqu'à aujourd'hui. J’ai à peine effleuré la surface ici et je peux maintenant voir que je n’ai pas pleinement apprécié l’influence de l’opium et des liens entre les lignées.
J'avais l'habitude de rejeter les fautes sur les sociétés secrètes, comme Skull & Bones, mais pas plus. Incidemment, la principale entreprise du commerce de l'opium était Russell & Company, le fiduciaire de Skull & Bones.
Est-ce simplement une coïncidence si tant de personnes influentes du monde entier cachent aujourd'hui cette ancienne ligne d'activité criminelle? Circulez, il n’y a rien à voir.
Circulez, il n’y a rien à voir

Source :

NOTES de H. Genséric



Hannibal GENSÉRIC

3 commentaires:

  1. Aujourd'hui c'est le retour du bâton car la drogue circule en Occident pour détruire notre jeunesse. Le milieu de la pédophilie ne fonctionne que grâce à la drogue. Si la majorité de la population "dite" silencieuse ne se soulève pas, c'est la Chine qui va prendre les commandes du monde. Un nouvel enfer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un ouvel ENFER qui ne va brûler que ceux qui l'ont initié . Les oxy ....

      Supprimer
  2. croire à l'altruisme des occidentaux envers l'autre -monde- est pour moi de la naïveté. Il faut à cet autre -monde- qui est NOUS de se dresser en masse face à ces criminels: oeil pour oeil dent pour dent...Bannir les siècles de domination et de l'asservissement..Pour cela, il faut que la Chine, la Russie et le Monde Musulman et les autres peuples épris de paix se solidarisent d'égal à égal face à cette bête immonde ce-fléau-

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.