mercredi 12 août 2020

Irak. La résistance défie l'armée américaine avec une augmentation des attaques à la roquette


Au cours des dernières semaines, la coalition dirigée par les États-Unis en Irak a connu un tournant pour le pire.

Etleboro.org - Iranian-backed Forces Challenge US Military In Iraq ... Iran's options for retaliation against the U.S. and Americans span ...
Dans la soirée du 10 août, un convoi militaire transportant du matériel pour les forces américaines près de la frontière entre l'Irak et le Koweït aurait été visé par une explosion. Le groupe armé chiite irakien, Ashab al-Kahf, a publié une déclaration affirmant que ses forces avaient détruit «du matériel et des véhicules appartenant à l'ennemi américain» lors d'un bombardement visant un poste frontière au sud de la ville irakienne de Bassorah. Le groupe a également publié une vidéo montrant délibérément l'attaque.
Ashab al-Kahf est l'un des multiples groupes de résistance anti-américains, qui ont fait surface en Irak depuis début 2020 après l'assassinat américain du commandant de la Force iranienne Qods Qasem Soleimani, du vice-président des Unités de mobilisation populaire irakiennes Abu Mahdi al-Muhandis et de plusieurs d'autres officiers irakiens de premier plan qui menaient la lutte contre Daech en Irak, ce qui déplait beaucoup aux Américains et aux Israéliens, qui ont fait de Daech le croque-mitaine dont le rôle est de terroriser les « mauvais » Arabes, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas soumis à l’Empire anglo-sioniste. Tous ces nouveaux groupes de la résistance irakienne déclarent que leur objectif est de forcer les troupes américaines à quitter l'Irak, en   menant des attaques contre l'infrastructure et les forces militaires américaines. Cela est déjà devenu une réalité quotidienne pour l'armée américaine.
En plus de l'attaque du 10 août, il y a eu au moins 4 autres incidents militaires imputés par les États-Unis et les grands médias à ces groupes au cours des dernières semaines.
Tôt le 12 août, 3 roquettes sont tombées près du bâtiment de l'ambassade américaine dans la « zone verte » de Bagdad. Aucune victime n'a été signalée. Le 5 août, au moins une roquette a été lancée sur la zone de l'ambassade américaine à Bagdad. La roquette aurait été interceptée par le système C-RAM [Counter-Rocket, Artillery, and Mortar] qui a été récemment déployé dans la région par l'armée américaine. Le 30 juillet, deux roquettes ont visé la section militaire de l'aéroport international de Bagdad, où les forces américaines étaient déployées. Le 27 juillet, plusieurs roquettes ont pilonné la base militaire américaine «Camp Taji» au nord de Bagdad.
La structure et l'intensité de ces attaques démontrent qu'elles sont destinées principalement à faire pression sur les dirigeants militaires et politiques américains pour qu'ils décident d’un retrait des troupes, en créant un environnement hostile plutôt que de causer des dommages à grande échelle aux forces américaines. Si Washington décide de les ignorer et accepte à la place une augmentation du nombre de victimes dans la région, une telle résistance peut se poursuivre pendant des années. Néanmoins, une frappe de roquette particulièrement réussie entraînant des pertes importantes pourrait bien conduire à une réponse militaire ouverte des États-Unis. Le scénario le plus probable serait alors des frappes aériennes à grande échelle sur ce que Washington appellerait «des cibles indirectes iraniennes» en Irak et dans l'est de la Syrie. Cependant, une réponse aussi isolée même si puissante ne suffirait pas à changer la situation stratégiquement. Par conséquent,si la situation évolue dans la direction actuelle, le conflit de faible intensité entre les forces américaines et iraniennes en Irak entrerait dans une phase persistante. Les perspectives de stabilisation de la situation économique et sécuritaire dans le pays seraient sérieusement remises en question.

Source SouthFront

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.