lundi 10 août 2020

USA. Les groupes juifs très riches ont obtenu environ 1 milliard de dollars dans le cadre des «secours d'urgence» de Covid

Mais devinez quoi? "Ce n'est pas assez!"
PLUS DE 1000 organisations juives américaines ont reçu des prêts fédéraux de secours contre les coronavirus d'un montant total d'environ 540 millions de dollars à 1,3 milliard de dollars. Les bénéficiaires comprenaient plusieurs organisations qui ont licencié des employés pendant ou immédiatement après la période de prêt, et des porte-parole juifs disent que cela suggère «que la législation sur les secours n'a pas évité une crise financière parmi les organisations juives». La possibilité qu'ils aient simplement empoché ou investi les fonds pour un bénéfice rapide n'a pas été explorée ni étudiée.

Le siège de l'ADL à New York, l'un des nombreux bureaux d'ADL à travers le pays. De toute évidence, ce groupe juif a désespérément besoin d'argent public pour l'aider à financer les services merveilleux et absolument vitaux qu'il fournit de manière désintéressée au peuple américain.

Les chiffres ont été révélés dans le cadre d'une énorme décharge de données lundi par l'administration Trump, qui a initialement publié des détails sur ses prêts aux petites entreprises entre 150000 et 10 millions de dollars. Les prêts ont été consentis dans le cadre du «Programme de protection des chèques de paie», qui a fourni de l'argent pour la masse salariale et d'autres dépenses à partir d'un «fonds de secours» de 660 milliards de dollars - ce qui, selon les critiques, n'est qu'un moyen d'enrichir ceux qui sont déjà riches, et dont beaucoup ont continué à avoir des revenus et des profits stables pendant la crise, et qui étaient obligés contractuellement, dans de nombreux cas , de payer leurs employés de toute façon et maintenant, comme les groupes juifs, peuvent simplement mettre en banque cet argent «d'urgence».

Une analyse des données réalisée en partie par le technologue juif Russel Neiss a fourni les chiffres sur les groupes juifs qui ont reçu des prêts supérieurs à 150000 dollars. 

Des groupes juifs s'étaient  organisés rapidement  (quelle surprise!) pour demander les prêts, avec les Fédérations juives d'Amérique du Nord, un organisme national de collecte de fonds, fournissant des conseils sur le processus de demande. La moitié des organisations juives qui ont postulé ont reçu les prêts, selon l'organisation. Une formule déterminait la taille de chaque subvention. Une vue de la foule à l'Assemblée générale des Fédérations juives d'Amérique du Nord, l'un des plus grands rassemblements juifs annuels à but non lucratif en Amérique du Nord, le 10 novembre 2015.

Le but ostensible des prêts était «d'empêcher les licenciements dans le contexte de la récession économique actuelle» en permettant aux entreprises de continuer à payer leurs salariés. Les entreprises qui réduisaient leur masse salariale de plus de 25% dans les huit semaines suivant la réception des prêts étaient tenues de rembourser au moins une partie de l'argent. (Cela signifie-t-il que ceux qui prétendent n'avoir licencié qu'un employé sur 4,001 n'ont pas à le rembourser? Et cela s'appelle un «prêt»?)

Au moins sept organisations juives ont reçu des prêts entre 5 et 10 millions de dollars, selon l'analyse de Neiss. Toutes, sauf une, ont leur siège social dans la région métropolitaine de New York. Elles sont:

  • La Ligue anti-diffamation
  • L'Union orthodoxe, une organisation juive orthodoxe faîtière
  • L'Union pour le judaïsme réformé, une organisation juive réformée parapluie
  • Le Jewish United Fund of Metropolitan Chicago, un organisme de collecte de fonds communal
  • La Yeshivah de Flatbush, une école juive de New York
  • L'école Abraham Joshua Heschel, une école juive de New York
  • United Hebrew, un foyer juif pour personnes âgées à New Rochelle, New York

Parmi les quelque 1100 autres groupes juifs qui ont reçu des prêts, il y avait des centaines de synagogues, d'écoles de jour, de centres communautaires et de fédérations juives. Près de la moitié ont reçu des prêts inférieurs à 350.000 dollars. «70 Faces Media», la société mère de la Jewish Telegraphic Agency, a également reçu un prêt.

Plusieurs organisations ont licencié des employés malgré les prêts. Les Fédérations juives d'Amérique du Nord, qui ont été approuvées pour un prêt compris entre 2 et 5 millions de dollars le 14 avril, ont  licencié jusqu'à 37 membres du personnel  début mai, soit environ 20% de leurs effectifs. Un porte-parole du groupe n'a pas commenté les licenciements, mais une fiche d'information sur le site Web du groupe indique que l'argent du prêt peut être utilisé pour des indemnités de départ et d'autres dépenses en plus du salaire.

Deux groupes qui ont reçu les prêts les plus importants ont également licencié du personnel : l'Union orthodoxe et l'Union pour le judaïsme réformé (URJ), deux organisations confessionnelles.
- L'URJ a été approuvée pour son prêt le 15 avril. Plus de huit semaines plus tard, le 30 juin - après la période de prêt - elle a 
licencié 60 employés . Un porte-parole n'a pas répondu aux demandes de commentaires.
- L'Union orthodoxe a 
licencié ou mis à pied 125 employés  début avril - un quart de ses effectifs. Peu de temps après, le 14 avril, il a été approuvé pour un prêt gouvernemental d'au moins 5 millions de dollars.

Hillel International, l'organisme parapluie des centres universitaires juifs, a été approuvée pour un prêt de 2 à 5 millions de dollars le 14 avril.

Le Comité de distribution mixte juif américain a été approuvé pour un prêt de 2 à 5 millions de dollars le 13 avril. Le 22 mai, ce groupe "humanitaire" a  licencié  15 personnes aux États-Unis et 38 à l'étranger. La masse salariale à l'étranger n'était pas «couverte» par le prêt. . «L'approbation de notre prêt le 13 avril nous a permis de conserver ces 15 membres du personnel américain estimés plus longtemps que nous n'aurions pu le faire sans le prêt», a déclaré l'organisation dans un communiqué.

La fédération juive de Boston, la Combined Jewish Philanthropies, a reçu un prêt du même ordre le 7 avril. Après la période de prêt, elle a  licencié 25 employés . Il en a été de même pour deux  centres communautaires juifs de la région de la Baie , qui ont tous deux été approuvés pour des prêts de cet ordre au début d'avril et ont licencié une partie de leur personnel entre la mi-juin et la fin juin.

La «période de secours» a pris fin le 30 juin. Les effets financiers de la pandémie s'étendant dans un avenir prévisible, le Congrès semble se  préparer à offrir une deuxième série de prêts  plus tard cet été, probablement avec des conditions d'éligibilité plus strictes.

Bienvenue en Amérique, où l'argent «gratuit» pleut sur le groupe ethnique le plus riche, le plus puissant et le plus ingrat du monde - alors que les goyim qui ont donné naissance à ce pays sont appauvris, conduits à la drogue et au suicide et nettoyés ethniquement.

Source: Agence télégraphique juive et correspondants de National Vanguard

VOIR AUSSI : 

L'Amérique gouvernée par le Talmud: est-ce une bonne chose ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.