mardi 26 janvier 2021

« Business as usual ». Les pardons impardonnables de Trump: une autre performance honteuse du "président d'Israël"

On continue d'entendre que l'ancien président Donald Trump sera bien jugé par les livres d'histoire car il était le seul chef d'État américain de mémoire récente à ne pas avoir déclenché de nouvelles guerres. Eh bien, l'affirmation est elle-même discutable. En effet, Jimmy Carter, malgré toutes ses fautes, a réussi à éviter d'entrer dans un nouveau conflit armé, et Trump peut difficilement être décrit comme un président qui a évité de jeter son poids dans la guerre, au sens propre comme au figuré. Il a attaqué la Syrie à deux reprises sur la base de renseignements fabriqués [1], assassiné un général iranien [2], s'est retiré de plusieurs accords d'armement et de prolifération et a mené une guerre économique contre l'Iran, la Syrie, le Venezuela et l'Irak. Il a sanctionné des individus et des organisations en Chine et en Russie et a déclaré que des personnalités du gouvernement iranien et des rebelles houthis yéménites sont terroristes. Il a occupé la région productrice de pétrole de la Syrie pour la «protéger des terroristes» et a généralement exercé une «pression maximale» contre ses «ennemis» au Moyen-Orient.

Middle East: Peace according to Trump - Cartooning for Peace 

Donc non, Donald Trump n'est pas un activiste anti-guerre. Mais les initiatives les plus envahissantes de politique étrangère de Trump ont impliqué Israël, encourageant les attaques de l'État juif contre des cibles palestiniennes, iraniennes, libanaises et syriennes en toute impunité, tuant des milliers de civils sous la garde de Trump. Trump a donné à Israël tout ce qu'il demandait, sans aucune considération pour ce que pourraient réellement être les intérêts américains. La seule chose qu'il n'a pas faite pour l'État juif a été d'attaquer et de détruire l'Iran, et même là-dessus, des rapports suggèrent qu'il a cherché à faire exactement cela dans les derniers jours de son administration, mais en a été écarté par son cabinet.

Le penchant de Trump envers Israël a commencé par le retrait de l'accord de surveillance nucléaire avec l'Iran, suivi par la fermeture des bureaux palestiniens aux États-Unis, l'arrêt des contributions américaines à l'aide humanitaire palestinienne, le déplacement de l'ambassade américaine à Jérusalem, reconnaissant la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan  Syrien. Il a donné  le feu vert à Israël pour qu'il fasse ce qu'il veut de la Cisjordanie palestinienne, et, enfin, permettant à l'ancien espion israélien Jonathan Pollard de rentrer «chez lui» en Israël où il a reçu l'accueil d'un héros. Trump, bien sûr, a été aidé, dans sa déloyauté envers son propre pays par l'ancien avocat des faillites, l'ambassadeur David Friedman en place en Israël, un sioniste ardent et un pom-pom girl pour toutes les atrocités que le Premier ministre Benjamin Netanyahou a décidé de commettre. Ajoutez à cela un Congrès qui donne des milliards de dollars à Israël chaque année [3] tout en bêlant que l'État juif a le «droit de se défendre» et un média qui autocensure toutes les violations des droits de l'homme et les crimes de guerre que Netanyahou déchaîne, et vous avez un fête de l'amour parfait pour Israël exprimée quotidiennement à travers les États-Unis.

Jews, money and antisemitism: How the hate myth was born | Middle East Eye

Mais même compte tenu de tout cela, Trump, qui se plie à tous les caprices d’Israël, voulait clairement donner un dernier cadeau à Israël, et il l'a gardé pour son dernier jour au pouvoir, lorsqu'il a délivré plus de 140 pardons et commutations. Bien que d'autres présidents aient accordé des pardons controversés, aucun autre chef d'État n'a autant abusé du pouvoir de clémence au profit non seulement d'amis et de connaissances, mais aussi de célébrités, y compris des rappeurs, certains préconisés par des Kardashians, ainsi que de ceux promus par des intérêts monétaires. La plupart des pardons sont allés aux copains et aux suppliants qui étaient prêts à payer en espèces ou en nature pour être libérés. Il a été suggéré que le gendre de Trump, Jared Kushner, était engagé dans le processus de sélection et que, pour ce juif sioniste fanatique, l'argent était souvent un élément clé. Certains pourraient décrire cela comme de la corruption.

Arabic Language Media Propagate Anti-Semitic Cartoons in Wake of President  Trump's Recognition of Jerusalem as Israel's Capital | Anti-Defamation  League

Ceux d'entre nous qui appartenaient au mouvement anti-guerre et anti-surveillance avaient espéré que Trump ferait quelque chose de bien, sans argent pour lui-même, pardonnant aux dénonciateurs Edward Snowden, John Kiriakou, Reality Winner et Chelsea Manning ainsi qu'au journaliste Julian Assange. . Kiriakou a signalé que lorsqu'il avait demandé pardon par l'intermédiaire de l'un des assistants de l'avocat de Trump, Rudi Giuliani, on lui avait dit qu'un tel arrangement coûterait 2 millions de dollars.

Mis à part les pots-de-vin pour les pardons, cela n'aurait rien coûté à Trump de pardonner aux lanceurs d'alerte et ce serait une justification pour ceux qui s'étaient mis en danger d'attaquer les machinations de l'État profond, que Trump avait blâmé pour les attaques coordonnées contre lui-même. C'était sa chance relativement gratuite de se venger. Certes, il y a des spéculations selon lesquelles le sénateur Mitch McConnell a peut-être mis en garde Trump contre le pardon de Julian Assange en particulier, menaçant de réunir suffisamment de votes du GOP pour le condamner lors de son prochain procès de destitution s'il le faisait. Quoi qu'il en soit, pas un seul dénonciateur n'a été gracié alors qu'il y avait de la place, sur le navire des pardons de Trump, pour de nombreux odieux criminels en col blanc. L'ancien Dr Salomon Melgen, par exemple, a vu sa peine commuée. Melgen, un ami proche du sénateur gravement corrompu du New Jersey, Robert Menendez, a eu des ennuis en 2009 lorsque les Centers for Medicare et Medicaid Services (CMS) ont découvert qu'il avait surfacturé à Medicare 8,9 millions de dollars pour un médicament appelé Lucentis. Deux ans plus tard, l'entreprise de Melgen a été frappée d'une amende de 11 millions de dollars de l'IRS [4]; et quatre ans plus tard, il a été inculpé et condamné pour plus de 76 chefs d'accusation de fraude en matière de soins de santé et de fausses déclarations.

Certaines des personnes juives graciées avaient derrière elles des organisations juives qui se sont battues pour elles. Elliott Broidy, ancien président des finances du Comité national républicain, n'avait pas moins de cinq rabbins qui se portaient garants de lui [5]. L'année dernière, Broidy avait plaidé coupable d'avoir agi en tant qu'«agent étranger non enregistré», dans le cadre d'une enquête plus large sur le «scandale 1MDB» malais dans lequel le Premier ministre Najib Razak avait volé plus de 700 millions de dollars au 1Malaysia Development Berhad ( 1MDB). Broidy a travaillé pour le compte de Razak et s'est vu offrir 75 millions de dollars s'il pouvait amener le ministère américain de la Justice à abandonner sa propre enquête sur le scandale.

Un autre bénéficiaire de la clémence qui a exploité ses liens juifs était Philip Esformes, un ancien cadre de maison de retraite qui a exécuté l'une des plus grandes fraudes de Medicare de l'histoire des États-Unis. Quelques jours à peine après avoir été libéré après avoir purgé quatre ans de sa peine de 20 ans, Esformes a célébré le mariage de sa fille lors d'une somptueuse fête organisée dans sa maison de plusieurs millions de dollars en Floride. Il a bénéficié d'une campagne de lobbying de l'Institut hassidique 'Chabad-Loubavitch Aleph [6], un groupe conseillé par l'ancien avocat omniprésent de Trump, Alan Dershowitz. Le mouvement a des liens avec le gendre de Trump, Jared Kushner [6].

Une autre personne graciée par Trump était Sholam Weiss, un homme d'affaires hassidique de New York qui a été condamné à plus de 800 ans de prison en 2000 pour racket, fraude électronique et blanchiment d'argent liés à un énorme stratagème de fraude qui a volé 125 millions de dollars à la Compagnie d'assurance National Heritage Life, conduisant à sa faillite. Il a fui le pays, mais a ensuite été arrêté en Autriche et extradé vers les États-Unis. Weiss aurait reçu l'aval de Dershowitz, qui a également récemment été impliqué dans l'affaire d'espionnage Jeffrey Epstein / Ghislaine Maxwell [7].

Donald Trump's Middle East Friends Brace for Joe Biden - Bloomberg

Et, bien sûr, il y avait aussi le facteur Israël. Sans aucune raison plausible et contraire aux intérêts américains réels, Trump a accordé un pardon complet à Aviem Sella, un ancien officier de l'armée de l'air israélienne de soixante-quinze ans, qui a été inculpé aux États-Unis en 1987 pour espionnage en relation avec l'espion Jonathan Pollard. Sella s'est enfui en Israël quelques jours avant que Pollard ne soit arrêté devant l'ambassade d'Israël à Washington DC et le gouvernement israélien a refusé de l'extrader [7]. Sella, qui suivait alors un cursus à l'Université de New York, était le premier contact de Pollard. Il avait commencé à travailler à temps partiel pour l'agence de renseignement du Mossad au début des années 1980 et avait reçu certains des documents classifiés top-secrets fournis par Pollard en échange d'argent et de bijoux.

Jewish Groups Call for Action Against Portuguese Cartoonist Over  Antisemitic Images | Jewish & Israel News Algemeiner.com

Sella avait transmis le contact Pollard au gestionnaire d'agents du Mossad, Rafi Eitan, qui a continué à «diriger» Pollard jusqu'à son arrestation. L'acte d'accusation de Sella était essentiellement un théâtre dénué de sens, comme c'est généralement le cas pour presque tous les cas d'espionnage israélien aux États-Unis, car Tel Aviv a refusé de l'extrader vers les États-Unis et le ministère de la Justice n'a fait aucune tentative de l'arrêter alors qu'il voyageait hors d'Israël. Le pardon de Trump pour Sella comme une faveur à Netanyahou envoie un autre signal qu'Israël a le droit d’espionner les États-Unis en toute impunité. La demande de clémence adressée à Trump est venue du gouvernement israélien lui-même et aurait été approuvée par Netanyahou, l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Ron Dermer, l'ambassadeur des États-Unis en Israël David Friedman et Miriam Adelson [8]

Miriam Adelson hopes there will be a biblical 'Book of Trump' | The Times  of Israel 

Selon la déclaration de la Maison Blanche sur le pardon,«L'État d'Israël a présenté des excuses complètes et sans équivoque et a demandé la grâce afin de clore ce chapitre malheureux des relations américano-israéliennes. »

Était-ce un cadeau ou simplement une soumission aux caprices juifs? Notons en particulier l'inclusion de David Friedman, qui en tant qu'ambassadeur américain en Israël est censé défendre les intérêts des États-Unis mais ne le fait jamais. Dans l’ancien temps, sous les présidents non juifs, envoyer un ambassadeur juif en Israël était considéré comme un conflit d'intérêts potentiel. Maintenant, cela semble être une exigence et l'ambassadeur est apparemment censé être un défenseur d'Israël dans le cadre de sa mission. Friedman sera sans aucun doute remplacé par une version démocrate juive pour offrir plus ou moins la même chose. Et puis il y a Miriam Adelson. Le bon vieux Sheldon [8] n'a même pas refroidi que sa femme a pris le relais de manipuler les pions à Washington au nom de l'État juif.

L'argent juif parle et donc le drame à Washington continue de se jouer. Trump parvient à se faire paraître encore pire avec sa dernière série de pardons et de commutations lors de son ultime jour au pouvoir. Les personnes qui méritaient la clémence ne l'ont pas obtenue et beaucoup de voyous bien connectés qui étaient prêts à débourser de l'argent en échange de la miséricorde en ont bénéficié. « Business as usual » livré par le soi-disant Leader du monde libre.

Source : Trump's Unpardonable Pardons
Another disgraceful performance from “Israel’s president”

Traduction : Hannibal GENSÉRIC (les rajouts de cette couleur sont d'H. G.)

Par Philip Giraldi

Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative déductible d'impôt, qui cherche une politique étrangère américaine davantage axée sur les intérêts. au Moyen-Orient. Le site Web est https://councilforthenationalinterest.org, et son adresse e-mail est inform@cnionline.org

NOTES de H. Genséric

[1] Frappes sur la Syrie : quels résultats ? Quelles conséquences ?
- 
Trump humilié : la Syrie abat 34 des 59 missiles Tomahawk (Vidéo)

[2] Piège "diplomatique": Soleimani tué lors d'une mission diplomatique en Irak pour recevoir une missive de Trump-Pompeo
-  Israël Shamir. Le bousillage de Trump: Soleimani a réalisé par sa mort ce qu'il n'a pas pu faire de son vivant
-  Iran-Irak-Syrie. Le général Soleimani a déjoué les complots américano-israéliens
-  Derniers développements dans l’enquête sur l’assassinat du général Soleimani

[3] Comment Israël siphonne le fric du peuple américain et comment le lobby juif manipule la «démocratie» américaine à grande échelle.
-  RACKET. Israël peut demander 2 fois 3,8 milliards de dollars aux États-Unis cette année (14.000 dollars par minute)
-  500 millions de dollars vers Israël (au milieu du projet de loi de secours de Covid) suscitent la colère
-  L’Amérique est battue, à terre pour le compte, et tout le monde le sait

[4] L'Internal Revenue Service (IRS) est l'agence du gouvernement fédéral des États-Unis qui collecte l'impôt sur le revenu et des taxes diverses — sur l'emploi, impôt sur les sociétés et successions notamment — et fait respecter les lois fiscales concernant le budget fédéral des États-Unis.

[5] Selon la religion juive, arnaquer et même tuer des goyim sont de bonnes actions.

20 EXTRAITS CHOQUANTS DU TALMUD :
-  1– “Il est autorisé d’avoir des rapports sexuels avec une fille de trois ans et un jour », Sanhedrin 55b
-  2– « Jésus était un bâtard né dans l’adultère », Yebamoth 49b
-  3– « Il est permis de divorcer avec votre femme si vous voyez une plus jolie fille-vierge et attirante, même si elle n’est âgée que de 3 ans », Gittin 91a
-  4– « Jésus a été envoyé en enfer, où il est puni en étant bouilli dans des excréments”, Gittin 56b
-  5– « Marie était une prostituée », Sanhedrin 106a
-  6– « Les disciples de Jésus méritent d’être tués », Sanhedrin 43a
-  7– « Même le meilleur des Goyim (non juif) devrait être abattu », Abhodah Zarah 26b T
-  8– « Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs », Iore Dea 198, 48
-  9– « Il n’est pas bon de parler aux femmes, pas même votre propre femme », Aboth 1.5
-  10– « Un Non-juif est comme un chien », Ereget Rashi Erod.22 30
-  11– « Mangez en présence d’un non-juif c’est comme manger avec un chien », Jebamoth 94b.
-  12 « Vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains », Abhodah Zarah 4b
-  13– « Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu »
 , Sanhedrin 58b
-  14– « L’usure (le taux d’intérêt) peut être pratiquée sur les Non-juifs », Abhodah Zarah 54a
-  15– « Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre », Babha Mezia 24a.
-  16– « La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame », Babha Bathra 54b
-  17– « Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder », Sanhedrin 57a
-  18 « Les goyims (non juifs) qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort », Sanhedrin 59a
-  19– « Ordre est donné de modifier et de ridiculiser les textes religieux des goyims (non juifs) », Iore Dea 147.5
-  20– « Tous les juifs sont vertueux », Sanhedrin 11.1

Le discours de haine talmudique à la base du génocide des non-juifs

[6] Les dernières grâces de Trump: les gangsters juifs et les mercenaires meurtriers l'emportent sur les prisonniers d'opinion
-  Trump, Poutine et la mafia judéo-russe
-  Donald Trump agit sous l'influence d'une dangereuse secte juive
-  L’heureuse secte juive qui contrôle Trump et Poutine

[7] L’avocat de Trump Lin Wood affirme que Jeffrey Epstein est toujours en vie
-  Le malfrats du "peuple élu"
-  Comment les pédophiles juifs se cachent de la justice en Israël

[8] USA. Adelson achète à nouveau Trump pour 75 millions de dollars - mais les médias ne vous le diront pas
-  USA. Miriam Adelson souhaite intégrer un "Livre de Trump" dans la Bible

Hannibal GENSÉRIC

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.