jeudi 14 janvier 2021

Tunistan. 14 janvier, anniversaire de la « révolution de la brouette»

En ce 14 janvier 2021, le Tunistan, ex Tunisie,  est censé fêter sa "Révolution". Mais c'est un pays en pleine déprime et en état de siège que l'on voit ce matin. Il n'y a RIEN qui rappelle une fête ou une commémoration heureuse. Seuls les commerces d'alimentation sont ouverts. La police est partout sur le pied de guerre, et l'armée est prête à intervenir. C'est ville morte partout.
Peut-on imaginer la France
en état de siège un 14 juillet ? Sans drapeaux ni une quelconque décoration ?  Sans aucun défilé? 
Qu'est-ce que tout cela signifie ?
Que la fameuse Révolution du 14/01/2011 n'est rien d'autre que ce que nous avons dénoncé depuis que ce Blog existe : "une révolution de couleur", "un changement de régime", c'est à dire un coup d'état destructeur, concocté par les suspects habituels et exécuté par leurs larbins collabos, les islamo-fascistes, qui sont au pouvoir depuis cette date.
En réalité, l'objectif du changement du régime tunisien est de viser la destruction et l'occupation de l'Algérie, comme cela a été fait pour la Libye. Mais ce fut un échec.
Nous reprenons ci-dessous notre article du 19 janvier 2016 sans modification, car depuis cette date, le peu de choses qui ont changé, l'ont été en pire. H. Genséric

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes sur brouette, s’immolait par le feu à Sidi Bouzid, ville agricole et pauvre du centre de la Tunisie. Frustré de voir la police municipale confisquer, pour la énième fois, sa brouette, pour stationnement gênant, il s’asperge d’essence et craque une allumette. Ce fut le début d’une série d’émeutes dans toutes les villes tunisiennes, ayant abouti au départ, le 14/01/2011, de Ben Ali, ex grand ami de l’Occident, vers un exil doré en Arabie Saoudite, grande amie de l’Occident aussi, et parangon de la démocratie et des droits de l’homme arabo-musulman (et pas de la femme). Désabusés et découragés, les Tunisiens ont rebaptisé la "révolution de jasmin" en "révolution de la brouette".

D’ailleurs, dès 2011, il y a eu, à Hammamet, une exposition des artistes peintres d'Hammamet intitulée « Les 14 brouettes de la révolution ».
Bruegel: The Triumph Of Death
La brouette de la mort de la Tunisie. 
Contrairement à ce que l’on croit, la brouette n’est pas un instrument secondaire. Elle  a facilité, durant des siècles et très largement, l’agriculture et les grands travaux d’utilité publique. Bien plus, elle est restée, jusqu’à nos jours, beaucoup plus que d’autres, un instrument indispensable que l’on voit dans toutes les campagnes, que l’on rencontre dans tous les chantiers, et dans les jardins des maisons. 
En Tunisie, où elle a été le principal outil de la «révolution», elle est devenue la vedette, l’icône, l’outil indispensable à chaque chômeur tunisien, diplômé ou non, qui veut survivre. Du temps de Ben Ali, il n’avait que la brouette. La « révolution » a élargi son choix : la brouette ou le djihad. En cas de survie , et après avoir décapité suffisamment de Syrien(ne)s, le djihadiste est ensuite exfiltré par la Turquie  (supervisée par l'OTAN) pour  la Libye ou l'Arménie, en attendant d'autres missions éventuelles.

Ma cabane au Canada

Dans une déclaration accordée à la radio tunisienne Mosaïque FM, l’ambassadrice du Canada en Tunisie, Carol Mc Queen, a déclaré le 14/01/2016, que la famille des Bouazizi, au complet, s’est installée légalement au Canada. Elle a ajouté qu’elle ignore la voie que cette famille a utilisée pour y arriver, sachant que le Canada n’accepte l’installation définitive qu’à ceux dont le portefeuille est bien garni. D’où vient donc l’argent qui a récompensé la famille des Bouazizi, réputés pauvres et démunis ? Du Qatar ou d’Arabie ?  Des USA ou des Frères Musulmans ? On ne le sait pas encore, mais beaucoup de Tunisiens se posent la question.

La "révolution" et ses séquelles

L’auto immolation par le feu de Bouazizi avait subitement  déclenché des jacqueries à travers toutes les villes et les campagnes. C’était comme si des groupes organisés et bien encadrés n’attendaient qu’un signal pour s’attaquer simultanément aux postes de police et de gendarmerie, pendant que d’autres défonçaient, à coup de bulldozer et de barres de fer les devantures des banques et des bureaux de poste pour les dévaliser. Les grandes surfaces commerciales, les magasins d’électroménager, et toutes sortes de boutiques ont subi le même sort.
 
Le chômage de masse et le déséquilibre régional, que de savants analystes ont jugé responsables des révoltes, se sont aggravés de nos jours. Les gouvernements qui se sont succédés depuis janvier 2011, sont à dominante ou à coloration islamiste, tendance arabo-qatarie, ce qui n'est pas un gage de liberté ou de démocratie. Leur seule solution (non officielle mais patente) pour résoudre le problème des jeunes chômeurs, c’est le djihad  ou l’émigration sauvage (voir l'exemple ci-dessous). Des mosquées, des « associations caritatives », des écoles coraniques, et diverses officines semi clandestines, semi officielles, recrutent garçons et filles pour les envoyer en tant que mercenaires, respectivement pour le djihad armé et le djihad sexuel. Toutes ces organisations et filières sont financées par les promoteurs habituels du terrorisme que sont l’Arabie et le Qatar.
L’insécurité, les trafics en tous genre (drogues, êtres humains, armes, etc.) et le terrorisme se sont banalisés. Le tourisme est à l’agonie. Cependant, les oligarques de la finance et de la classe politique se portent bien, merci.
Le commerce informel, qui était l’exception sous Ben Ali, est devenu la règle. Plusieurs jours par semaine, dans mon quartier, rues et trottoirs sont envahis de brouettes et d’étalages de fortune, qui rappellent plus des camps de réfugiés que des villes normales. 

De la charrette aux voitures de luxe

Sur deux photos de voitures de luxe prises en Allemagne et en Tunisie, on perçoit la dimension palpable du gain et de la célébrité que connaissent certains « cheikhs », malgré l’extrémisme de leurs pensées. Béchir Ben Hassen est une de ces figures illustrant la montée des islamistes extrémistes,grâce  un contexte occidental qui leur est favorable, mais qui devient nauséabond pour les vrais musulmans.
Dans un post Facebook, le cheikh Ben Hassen remercie Allah « qui lui a permis de monter dans pareille voiture [NDLR : Une Maybach] après avoir déambulé dans la « jungle » tunisienne en charrette ». Quand l’islamisme devient fonds de commerce, le gain est à l’image des sommes dépensées pour sa propagation. Bourguiba avait dit : "Méfiez-vous des commerçants de la religion". La masse inculte des Tunisiens ne l'a pas écouté et a voté pour "Allah et son Prophète". Ces Tunisiens l'ont eu dans le baba. La pandémie de coronavirus, alliée à celle du virus islamo-fasciste, a mis le pays dans un coma profond.

Exemple : La fin des commerçants de Sidi Bou Saïd (par Rym Haddad)

On n’entend que le son de la radio provenant du café déserté. Les rideaux sont baissés, les chats déambulent parmi les silhouettes d’une poignée de vendeurs perdus dans le vide de leurs boutiques. Les traits tirés, les bras ballants, un sourire mécanique se dessine sur leur visage à la vue d’un potentiel client qui n’arrive pas.

Voici Omar, 39 ans, que je rencontre en premier. Il m’invite dans sa boutique, pour jeter un coup d’œil rapide. Pas la peine d’acheter, me dit-il. Omar a les yeux vifs et malicieux, un discours bien rodé et un gros ras le bol. Les larmes lui montent aux yeux en prononçant les mots « attentat, Sousse et terrorisme ». Il n’est devenu que le simple gardien de ses babioles ; quelques colliers et souvenirs.
Ça fait 25 ans que je travaille dans ce secteur. J’employais trois personnes. Je gagnais de l’argent grâce aux croisières. Les (touristes) européens venaient et payaient en Euros. On avait nos 300 /500 euros par jour. Aujourd’hui, je n’ai pas de quoi diner. Je marche vers chez moi sans savoir comment je vais me débrouiller… Dieu est bon et n’abandonne personne.  
On fait le tour de l’endroit où se trouvent les échoppes. Des échoppes construites et délivrées gratuitement à l’époque de Ben Ali par la municipalité. Il y a 150 échoppes, 50 ont fermé (en 2016, aujourd'hui, 2021 il en reste très peu d'ouvertes), sachant que chacune d’entre elles employait deux à trois personnes, ce qui fait à peu prés plus de cent familles privées de revenus.
Je ne me suis pas marié. J’ai annulé par manque de moyens. 39 ans et célibataire, c’est plus insoutenable que la pauvreté. Ces deux-là, tout en indiquant deux échoppes fermées, ils ont pris le risque d’aller en Italie. Zomayti 27 ans et Mohamed, 29 ans. Aucune nouvelle d’eux. Espérons qu’ils ne soient pas morts. Certains ont pu se faufiler avec les réfugiés en Europe. Ils sont partis vers la Turquie, la Syrie (djihad) puis vers l’Allemagne et l’Autriche (dans les flots de réfugiés)… ah voilà Tijéni.
Tijéni a un pied bot mais n’a pas de béquilles. Portant un survêtement gris et un bonnet, il se dirige vers Omar et sans que j’insiste, il commence à raconter son histoire.

« J’ai travaillé dans ce secteur pendant plus de 20 ans. J’ai fermé mon échoppe, elle est vide. Maintenant, je suis gardien de parking. Voici ma carte d’handicapé numéro 116536262. J’habite à la zawouia (le mausolée) de Sidi Bou Said. C’est l’association Basma qui nous y a logés, moi et ma femme. En voyant les premières images des attentats de Sousse, j’ai pleuré sans m’en rendre compte. J’avais compris que c’était le coup qui allait nous être fatal.»

Omar : « La situation de Tijéni est beaucoup plus alarmante que la mienne parce qu’il n’a pas de maison et qu’il est malade. Aux premières élections, des membres du parti Nahdha (Frères Musulmans) sont venus le chercher en voiture. Ils l’ont emmené prendre un café, l’ont convaincu de voter pour eux. Il y a cru. Ensuite, il a voté Nidaa (pseudo laïque, mais proche des Frères Musulmans avec lesquels il partage aujourd'hui le pouvoir et ses prébendes) parce qu’il y a cru aussi. Il n’y a pas un responsable à qui il ne s’est pas adressé pour sortir du gouffre. »

Tijéni : « Même Béji Caïd Essebsi (ex Président de Nidaa et actuel président de la République) est venu. Tout le monde est venu. Le seul qui ne vient plus c’est Mohamed Ennaceur (Ministre des Affaires Sociales). Avant, c'était par ici, son trajet quotidien. Il a peur qu’on l’embête avec nos problèmes. Que voulez-vous ? Tout change dans ce pays, même entre commerçants c’est tendu. Chacun fait ce qu’il peut. »

Un homme descend de sa BMW immatriculée en Italie, bague en or au petit doigt, costume, cheveux gominés, lunettes fumées. [Note d'H.G. : le portrait du trafiquant classique, et éventuellement agent des Frérots].

Omar : « Lui, c’est un ami qui vit en Suisse. Il vient nous donner de l’argent pour nous aider– sourire gêné- il y a des gens qui sont très généreux avec nous. »

Qui est cet homme, qui propose à Omar d’aller boire un verre dans un endroit huppé de Gammarth ? On ne le saura jamais. Tout comme on ne saura jamais qui est Omar, ce jeune homme qui cherche à se distinguer du rang des démunis mais avoue tout de même ne pas avoir de quoi manger. Il souligne sans cesse qu’il n’est pas comme eux. Eux, les pauvres du coin.

Nous allons chez Tijéni. Il grimpe la pente de Sidi Bou une énième fois en pestant, usé par le trajet. Puis l’escalier de la Zaouia. Des chats le suivent. Il ouvre une petite porte bleue au milieu de la cour. On découvre une chambre minuscule et à l’intérieur, Souad, sa femme.

Souad est née en 1984, à Kasserine. Elle n’a connu que la pauvreté. Cette pauvreté qui l’a dissuadée d’avoir des enfants. Comment  les nourrir? Comment les loger et les éduquer?


Souad, c’est aussi un regard triste et des larmes prêtes à jaillir à tout moment.

Ce qui me rend malade, c’est le manque d’espace, l’étouffement. Je ne supporte plus ces murs. Je ne veux plus ranger cette chambre. Est-ce que on décore une prison ? Non.”

Sur les murs, des cadres avec le mot Allah sont accrochés ici et là. Le salut ultime en l’absence de solutions tangibles. Il ne reste qu’a souhaiter, prier.
Tijéni vous a dit qu’il voulait partir en France clandestinement ? Vu son état, il risque de mourir . Et moi je ne veux pas le suivre, je ne veux pas mourir en mer et je ne veux pas qu’il m’abandonne ici. Qui va me protéger s’il part? J’essaye de le dissuader mais il ne veut rien entendre. Il dit qu’il n’est pas mieux que ceux qui sont morts et qui avaient toute la vie devant eux.”

Tijéni: “ Je le pense encore. Si je trouve comment, je pars. J’ai une cousine à Marseille qui pourra m’aider.

Souad l’interrompt: “L’avenir est sombre, certes, mais à deux il est plus supportable. On doit patienter, rester forts. On étouffe mais on n’est pas morts non plus. Une maison, un travail, et c’est réglé. Je suis femme de ménage, mais souvent, il n’y a pas vraiment de travail.

Souad est désespérée malgré sa sagesse. Elle subit sa situation sans se révolter contre le courant de la vie qui l’emporte depuis son enfance. Tijéni se bat avec les moyens du bord: des papiers, des plaintes, des demandes au maire, des opinions politiques mal structurées, des accusations et la nostalgie d’un commerce florissant.
Tout se mélange dans ce monde de commerçants : politique, voyages clandestins, mensonges, discours rodés pour raconter son histoire et celle de Sidi Bou Said.

NOTE :
Sidi Bou Saïd (سيدي بو سعيد ) est un village situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Tunis. Il compte 4 793 habitants selon le recensement de 2004.
Perché sur une falaise dominant Carthage et le golfe de Tunis. C'est l'un des plus beaux villages de Tunisie. Beaucoup d'artistes et de riches étrangers y ont élu domicile, bien avant la "révolution de la brouette".

VOIR AUSSI :

-  Il y a 7 ans/ Un voyou à la tête de la Tunisie
- 
Le chameau arabo-islamiste
- 
Moncef Marzouki est le fils d'un goumier, d'un traître
- 
Pourquoi Daech recrute-t-il autant en Tunisie
-  Pourquoi la Tunisie fournit-elle autant de terroristes
-  Terrorisme islamiste. Pourquoi la Tunisie danse-t-elle avec le diable 
- 
Tunisie USA CIA : Enfin la vérité sur le départ de Ben Ali
- 
Tunistan : du prix Nobel de la Paix à la Cour Pénale Internationale
- 
Tunistan. La mafia islamiste fait "razzia sur le grisbi"
-  TUNISTAN. Le traître Marzouki et la LPR lancent une nouvelle "révolution" de la brouette"
- 
TUNISTAN. Moncef Merzouki : « L’idiot utile et le pantin des islamistes »
-  TUNISTAN. Que sont devenus les quatre traîtres qui ont vendu leur pays ?
- 
Tunistan. Srdja Popovic, qui a formé des traîtres tunisiens, s’attaque à l’Algérie
- 
Tunistan. Thèse universitaire : la Terre est plate comme une pizza

Hannibal GENSÉRIC


1 commentaire:

  1. L'actuel Président de la Tunisie n'a pas le courage de faire appel à l'armée pour nettoyer ce marigot de politiciens. La moitié des hôtels fermés les faillites commencent. La Tunisie entame une descente aux enfers, mais pour il faut à tout prix sauvegarder la démocratie un système qui profite aux voyous.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.