jeudi 7 janvier 2021

Trump dégage! le Congrès finalise la victoire de Joe Biden sur Cretinho Trump

Après un jour marqué par la peur, la violence et un chaos sans précédent , le Congrès a officiellement confirmé la victoire du président élu Joe Biden aux petites heures de jeudi matin.
Les tentatives républicaines de contester les résultats des élections n'ont servi qu'à retarder l'inévitable. Le vice-président Mike Pence a officiellement déclaré Biden comme président élu et Kamal Harris comme  vice-président élu. Ils seront assermentés et assumeront leurs fonctions à midi le 20 janvier.
Le président Trump, après des semaines à faire des déclarations sans fondement sur la fraude électorale - et à inciter la foule de partisans qui ont pris d'assaut le Capitole américain mercredi, a finalement promis une transition ordonnée du pouvoir, dans un communiqué publié immédiatement après la certification des résultats.

Le décompte a fait basculer la victoire pour Biden et Harris à 3 h 31 (Heure de l'Est USA). Le décompte s'est finalement terminé à 3h40.
La proclamation finale sur ce qui est censé être une procédure de routine du Congrès a couronné  la journée la plus intense à Capitol Hill.
Peu de temps après que les législateurs se soient réunis en session conjointe pour certifier la
victoire de Biden mercredi, les partisans de Trump qui avaient envahi les rues de Washington, DC, sont devenus violents, enfreignant les barricades de la police et prenant d'assaut le bâtiment du Capitole .

Une femme a été tuée par la police du Capitole des États-Unis et les législateurs ont été forcés de s'abriter sur place pendant des heures après que des partisans  du président battu se soient introduits dans les salles du Congrès - saccageant des bureaux et emportant des souvenirs, le tout à la vue des médias sociaux, des photographes et de la télévision.

Pendant les heures qui ont suivi, le bâtiment a été fermé à clé, les législateurs et le personnel étant évacués vers des lieux inconnus. Pour trop de gens à Capitol Hill, les conséquences de la rhétorique incendiaire alimentée par le président Trump se sont transformées en sinistre réalité.


Le président Trump, temporairement interdit de diffuser des tweets après avoir incité la foule à la violence, a publié une déclaration immédiatement après la certification des résultats et a promis une transition ordonnée du pouvoir à l'avenir - bien qu'il ait déclaré qu'il n'était toujours pas d'accord avec le résultat.

La violence n'a pas dissuadé une dernière tentative de la part d'une poignée de sénateurs américains et de la moitié du caucus du GOP à la Chambre pour contester les résultats des élections en Arizona et en Pennsylvanie - deux États que Biden a remportés avec de faibles marges. Mais le nombre de non-satisfaits au Sénat a diminué de moitié à la suite des violences. —Alana Abramson

1h30: 1 tué par la police, 3 sont morts dans des urgences médicales lors du siège du Capitole américain

La police du Capitole américain a tiré et tué une manifestante alors qu'elle tentait d'entrer dans le bâtiment mercredi et trois autres personnes sont mortes «d'urgences médicales distinctes» pendant le siège des salles du Congrès, selon le département de la police métropolitaine de Washington DC.

Une foule de partisans du président Donald Trump a pu franchir les lignes de police et se frayer un chemin dans le Capitole américain mercredi après-midi - soulevant des questions sur la sécurité pour les législateurs du pays.

Les membres du Congrès se sont engagés à enquêter sur les défaillances de sécurité, en se concentrant en particulier sur la police du Capitole des États-Unis, l'agence fédérale de 2 300 personnes chargée de protéger le Congrès.

Le chef de la police métropolitaine, Robert Contee, a déclaré lors d'une conférence de presse mercredi soir que son agence, qui a juridiction sur Washington, DC, avait travaillé en étroite collaboration avec la police du Capitole pour planifier la protection contre les manifestations de mercredi.

Contee a déclaré qu'un policier du Capitole avait tiré sur une femme alors qu'elle tentait d'entrer dans le Capitole peu après 14h45 mercredi. La femme, dont le nom n'a pas été divulgué, a été emmenée à l'hôpital, où elle est décédée.

Contee a déclaré que 14 officiers de la police métropolitaine ont été blessés, dont un qui a été grièvement blessé lorsqu'il a été entraîné dans une foule de manifestants et battu. Il a été hospitalisé mercredi soir pour traitement.

La police métropolitaine avait arrêté 52 personnes à 21 h 30 (HE) mercredi - dont quatre pour avoir porté une arme de poing sans permis. Le département a également récupéré deux bombes artisanales - l'une au siège du Comité national républicain et l'autre au Comité national démocrate.

La maire de Washington, Muriel Bowser, a institué mercredi un couvre-feu à 18 heures pour la ville et a déclaré une urgence publique - qu'elle a prolongé de 15 jours jusqu'à l'inauguration du président élu Joe Biden.

Bowser, lors de la conférence de presse de mercredi soir, a accusé Trump de la violence. «À nos compatriotes américains, je sais que je parle pour nous tous quand je dis que nous avons assisté à une attaque sans précédent contre la démocratie américaine, incitée par le président des États-Unis, et qu'il doit être tenu responsable», a-t-elle déclaré. "Sa rhétorique constante et sa source de division a conduit aux actions odieuses que nous avons vues aujourd'hui. Et malheureusement, cela a conduit à une perte de vie qui tachera à jamais ce qui aurait pu et aurait dû être un transfert de pouvoir pacifique."

12 h 45: l'objection de Hawley au vote de la Pennsylvanie force plus de débats au Congrès

Le sénateur du Missouri Josh Hawley, l'un des chefs de file de l'effort républicain futile pour bloquer la certification de la victoire de Joe Biden , s'est joint à 80 membres de la Chambre des représentants pour s'opposer au résultat des élections en Pennsylvanie, ce qui a encore retardé la journée.

S'exprimant au Sénat mercredi soir, Hawley a déclaré que la violence de la foule pro-Trump n'avait pas apaisé ses inquiétudes concernant les élections en Pennsylvanie. «Pour ceux qui s'inquiètent de ce qui s'est passé en novembre, c'est le moyen approprié, c'est le lieu légal où ces objections et préoccupations peuvent être entendues.»

Biden a remporté l'État par 81.000 voix. Les tribunaux fédéraux et d'État ont statué à plusieurs reprises qu'il n'y avait aucune preuve de fraude généralisée ou d'activité illégale qui affecterait le résultat des élections en Pennsylvanie.

Les législateurs de la Chambre ont également déposé des objections contre les ardoises du Michigan et de la Géorgie, mais comme aucun sénateur n'a signé, elles ont été considérées comme certifiées.

Puisque Hawley s'est opposé à la Pennsylvanie, la session conjointe du Congrès s'interrompra pour débattre et voter séparément sur les objections.

Hawley a perdu son temps de parole et le Sénat s'est rapidement déplacé pour voter sur l'objection. Ce vote a échoué par une marge de 92-7.

La Chambre, où une plus grande partie des républicains s'oppose à la certification du résultat de Pennsylvanie, devait encore débattre et voter sur la question.

23h30: Le Congrès se réunit en session conjointe pour confirmer les résultats des élections

La Chambre et le Sénat se sont réunis pour une session conjointe pour reprendre le processus de certification des résultats de l'élection de 2020 après qu'une foule d'insurgés violents a pris d'assaut le Capitole.

Auparavant, le Sénat et la Chambre des représentants se sont réunis séparément pour terminer le débat sur les objections déposées contre la liste des électeurs de l'Arizona. Les deux chambres ont voté pour rejeter l'objection, bien que 121 républicains de la Chambre aient voté pour confirmer la tentative d'annuler la victoire de Biden en Arizona. En comparaison, seuls six sénateurs républicains ont soutenu le mouvement.

Aucun membre de la direction républicaine du Sénat n'a voté pour l'objection; à la Chambre, les deux premiers républicains - le chef de la minorité Kevin McCarthy et le whip Steve Scalise - l'ont soutenu.

21h15: Kelly Loeffler ne contestera pas la certification Géorgie

La sénatrice de Géorgie Kelly Loeffler a annoncé mercredi soir qu'elle abandonnait sa contestation de la certification des votes du collège électoral de Géorgie pour Joe Biden à la suite des violences à Capitol Hill.

Loeffler, qui a perdu sa campagne de réélection contre le révérend Raphael Warnock mercredi matin, a rejoint des collègues républicains, dont le sénateur de l'Indiana, Mike Braun et le sénateur du Montana, Steve Daines, pour changer de cap.

Sen. Kelly Loeffler Withdrew Objection to Certification of Georgia’s Electoral College Votes

Dans de brèves remarques au Sénat, Loeffler a déclaré qu'elle avait l'intention de s'opposer ce matin, mais a changé de cap après les événements de la journée. «Je ne peux pas en bonne conscience m'opposer à l'accréditation de ces électeurs», a-t-elle déclaré. «La violence, l'anarchie et le siège des salles du Congrès sont odieux et constituent une attaque directe contre l'intention de mon objection.»

Loeffler, qui s'était étroitement alignée sur Trump avant son second tour au Sénat mardi, a déclaré qu'elle pensait toujours qu'il y avait eu de «graves irrégularités» lors des élections de novembre, sans fournir aucune preuve. Comme Pence et McConnell, elle n'a pas du tout mentionné le président dans ses remarques.

20 h 10 Le Sénat se réunit de nouveau

Les sénateurs sont revenus au Sénat mercredi pour terminer le débat sur les objections écrites à la liste électorale de l'Arizona. Pence, présidant solennellement, a réprimandé ceux qui tentaient de saper violemment le processus démocrate. «À ceux qui ont fait des ravages, vous n'avez pas gagné», a-t-il déclaré. Il a reçu un tonnerre d'applaudissements. Il n'a pas mentionné le nom de Trump.

19h54 Certains objecteurs républicains envisagent de changer de cap

Alors que toutes les implications de la journée violente se faisaient jour, certains sénateurs républicains ont indiqué qu'ils changeraient de position et certifieraient tous les votes électoraux pour Biden. «Nous devons restaurer la confiance dans notre processus électoral», a déclaré le sénateur du Montana, Steve Daines.

«Aujourd'hui, les choses ont radicalement changé», a déclaré le sénateur de l'Indiana Mike Braun, qui avait publié une photo sur Twitter plus tôt dans la journée, signant son objection à l'ardoise de l'Arizona. Bien que Braun n'ait pas spécifiquement dit qu'il soutiendrait d'autres défis, il a noté que «quel que soit le point que vous avez soulevé auparavant, cela devrait suffire.

Il n'était pas clair si ces sentiments s'étendent à tous les législateurs qui prévoyaient de soulever des objections. Les aides des sens. Ted Cruz et Josh Hawley ont refusé de commenter.

19 h 00 Twitter supprime les tweets de Trump

Dans un geste sans précédent, Twitter a supprimé mercredi après-midi trois des tweets de Trump et verrouillé son compte pendant 12 heures. Dans les tweets, il a répété de fausses allégations de fraude électorale. Ils avaient été envoyés alors que ses partisans étaient encore en émeute dans le Capitole américain et dans les rues de DC, et étaient perçus comme justifiant la violence plutôt que de la condamner. Twitter, Facebook et YouTube ont également supprimé une vidéo dans laquelle Trump a dit à la foule de rentrer chez lui mais semblait également les féliciter.

"Il s'agit d'une situation d'urgence et nous prenons des mesures d'urgence appropriées, y compris la suppression de la vidéo du président Trump", a déclaré le vice-président de l'intégrité de Facebook, Guy Rosen, dans un tweet. «Nous l'avons supprimé car, dans l'ensemble, nous pensons qu'il contribue plutôt que de réduire le risque de violence continue.»

18h30 Le Congrès continuera à compter les votes du Collège électoral ce soir

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré dans une lettre à ses collègues que la session conjointe du Congrès se poursuivrait ce soir une fois qu'elle serait en sécurité et que les membres devraient rester au Capitole pour le moment. Pelosi a déclaré qu'elle et ses principaux adjoints, le chef de la majorité à la Chambre Steny Hoyer et le whip de la majorité à la Chambre Jim Clyburn, avaient pris la décision après avoir appelé le Pentagone, le ministère de la Justice et le vice-président Pence.

«Nous savions également que nous ferions partie de l'histoire de manière positive, aujourd'hui, malgré les objections mal fondées au vote du collège électoral», a-t-elle écrit. «Nous ferons maintenant partie de l'histoire, car une image aussi honteuse de notre pays a été présentée au monde, suscitée au plus haut niveau.

On ne sait pas exactement quand la session reprendra. - AA

18 h 21 Une femme meurt après avoir été abattue au Capitole

Une femme qui a été abattue au Capitole plus tôt mercredi est décédée, a confirmé un porte-parole du département de la police métropolitaine de Washington DC. C'est le seul décès connu à l'époque. Aucune autre information n'a été fournie immédiatement.

17h30 Le Capitole est sécurisé

Les législateurs ont déclaré aux journalistes qu'ils étaient impatients d'achever la procédure de certification des ardoises du collège électoral des États dès que possible. "Il est de notre responsabilité d'accomplir cette journée et nous allons donc essayer de faire tout ce que nous pouvons pour faire notre travail ici dès que c'est sûr", a déclaré le représentant Pete Aguilar à un journaliste. Le sénateur Joe Manchin a déclaré qu'il ne serait pas dissuadé par des «voyous».

On ne sait toujours pas quand les législateurs reprendront leurs fonctions. Le maire de DC, Muriel Bowser, a imposé un couvre-feu à 18 heures dans toute la ville. Une annonce au Capitole indique que toute personne qui n'a pas quitté les lieux à 18 heures sera arrêtée. - AA

16 h 55 Les puissances étrangères appellent Trump à rétablir la paix

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, un allié de longue date de Trump, a dénoncé les «scènes honteuses au Congrès américain», utilisant le média Twitter choisi par Trump pour appeler à «un transfert pacifique et ordonné du pouvoir». Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a également appelé Trump et ses partisans à «accepter enfin la décision des électeurs américains et à cesser de piétiner la démocratie», ajoutant que «le mépris des institutions démocratiques est dévastateur».

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a également tweeté «les actes de violence contre les institutions américaines sont une grave atteinte à la démocratie. Je les condamne. La volonté et le vote du peuple américain doivent être respectés. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a fait écho à ce message en tweetant: «Des scènes choquantes à Washington, DC Le résultat de cette élection démocratique doit être respecté.» - Kim Dozier

16 h 17 Trump tweete un message vidéo contradictoire

Le président appelle les manifestants au Capitole à rentrer chez eux, mais réitère immédiatement son affirmation sans fondement selon laquelle l'élection était frauduleuse, alimentant les griefs des émeutiers.

«Je connais votre douleur. Je sais que tu es blessé. Nous avons eu une élection qui nous a été volée », a déclaré Trump. «Mais tu dois rentrer chez toi maintenant», a-t-il poursuivi. «Nous devons avoir la paix. Nous devons avoir la loi et l’ordre. » - Tessa Berenson

16 h 06 Trump est «coupable de ce siège»

Parmi les condamnations les plus fortes de ses compatriotes républicains, l'ancien conseiller à la sécurité intérieure de Trump, Tom Bossert, a tweeté que le président «a sapé la démocratie américaine sans fondement pendant des mois».

"En conséquence", a ajouté Bossert, "il est coupable de ce siège, et une honte totale."

President-elect Joe Biden delivers remarks as Trump supporters storm the U.S. Capitol

16 h 05 Biden prononce un discours qualifiant la violence d '«assaut contre la citadelle de la liberté»

Dans de brèves remarques, Biden a appelé Trump à «intensifier», l'exhortant à «passer à la télévision nationale maintenant pour remplir son serment et défendre la Constitution et exiger la fin de ce siège».

«À cette heure, notre démocratie est sous un assaut sans précédent, contrairement à tout ce que nous avons vu dans les temps modernes», a-t-il dit, ajoutant: «Ce n'est pas de la dissidence, c'est du désordre, c'est le chaos, cela frôle la sédition, et il doit termine maintenant. J'appelle cette foule à se retirer et à permettre au travail de la démocratie d'aller de l'avant.

Biden a exprimé sa consternation et sa surprise face à la rupture du bâtiment du Capitole, affirmant qu'il était «véritablement choqué et attristé que notre nation, si longtemps le phare de lumière et d'espoir pour la démocratie, soit arrivée à un moment aussi sombre.

«Le rappel d'aujourd'hui est douloureux», a-t-il déclaré. «La démocratie est fragile.»

En exhortant à mettre fin à la violence, Biden est revenu sur les thèmes de l'unité nationale qui ont animé sa campagne et l'a aidé à capturer la présidence de Trump, affirmant que «le travail des quatre prochaines années doit être la restauration de la démocratie, de l'honneur de la décence. et le respect, la primauté du droit », a-t-il déclaré. Il a terminé en citant Lincoln: «Nous sauverons noblement, ou perdrons méchamment, le dernier meilleur espoir de la terre. - Charlotte Alter

15h59: Le leadership démocrate appelle Trump à arrêter ses partisans

La présidente de la Chambre des communes, Nancy Pelosi, et le chef de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, ont publié mercredi après-midi une déclaration commune demandant que Trump exige que tous les manifestants «quittent immédiatement le Capitole américain et le terrain du Capitole». Trump a refusé de le faire. - AA et TB

3:50 Un engin explosif est retrouvé au Comité national républicain

Le New York Times a rapporté qu'une bombe artisanale a été trouvée, puis détruite par une escouade anti-bombe, au RNC à Washington. Le Comité national démocrate voisin a été évacué.

15 h 40 Au moins une personne confirmée blessée

L'Associated Press a rapporté qu'une personne avait été blessée, bien qu'aucun détail ultérieur ne soit disponible. La police du Capitole américaine n'a pas répondu à la demande de confirmation indépendante. Les législateurs de la Chambre et du Sénat, ainsi que les membres du personnel et les journalistes, ont été évacués des étages respectifs et s'abritent dans des lieux inconnus. - AA

15 h 36 La Garde nationale est déployée après un retard important

«Le DC Guard a été mobilisé pour apporter un soutien aux forces de l'ordre fédérales dans le district», a déclaré Jonathan Hoffman, porte-parole du Pentagone. «Le secrétaire par intérim Miller a été en contact avec les dirigeants du Congrès, et le secrétaire McCarthy a travaillé avec le gouvernement de DC. La réponse des forces de l'ordre sera dirigée par le ministère de la Justice. »

La Garde nationale n'a pas pu être mobilisée plus rapidement au Capitole car elle n'était pas autorisée en vertu d'un accord initial avec le maire de DC, Muriel Bowser, selon un responsable de la défense. Les autorités de la ville voulaient une réponse non militaire après les affrontements de cet été avec des officiers fédéraux qui se sont soldés par des violences et des effusions de sang.

La mission des troupes, nommée Task Force Guardian, consistait à installer des postes dans plusieurs gares de métro et à fournir un soutien à la police en cas de fermeture de rues. «Sous ces autorités, la Garde agissait essentiellement comme des agents de la circulation», a déclaré le responsable.

Au lieu de porter des gilets pare-balles de camouflage habituels et de porter des fusils, les membres de la Garde, qui n'étaient pas armés, portaient chacun un «gilet d'identification» noir portant le nom, le grade et le service des troupes. C'est l'uniforme traditionnel porté lors des opérations de soutien interne, y compris les inaugurations présidentielles, la célébration du 4 juillet et d'autres événements. - WJ Hennigan

15h30: d'anciens responsables de la Maison Blanche appellent Trump à mettre fin à la violence

Plusieurs anciens responsables de la Maison Blanche ont demandé à Trump de faire plus pour empêcher ses partisans de continuer à se livrer à la violence au Capitole. Trump a tweeté à deux reprises que ses partisans sur la Colline devraient rester «pacifiques», mais il ne leur a pas dit de se disperser ou de quitter le Capitole.

"Condamnez cela maintenant, @realDonaldTrump - vous êtes le seul qu'ils écouteront", a tweeté l'ancienne directrice des communications de Trump à la Maison Blanche, Alyssa Farah. «Pour notre pays!»

«La violence et l'anarchie d'aujourd'hui doivent cesser immédiatement», a tweeté l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton. «Pour commencer à réparer les dégâts, Donald Trump devrait reconnaître ce qu'il sait être vrai: il a perdu les élections de 2020, et Joseph Biden est le président élu.»

«Le tweet du président ne suffit pas», a tweeté l'ancien chef de cabinet par intérim de Trump, Mick Mulvaney. «Il peut arrêter cela maintenant et doit faire exactement cela. Dites à ces gens de rentrer chez eux.

«Le président Donald J. Trump et d'autres dirigeants républicains devraient immédiatement dénoncer l'action illégale d'aujourd'hui comme un affront à l'expérience américaine d'autonomie gouvernementale et prendre en compte le pouvoir que leurs paroles ont pour guérir ou nuire à notre République», a écrit l'ancien secrétaire de presse adjoint de Trump, Austin. Cantrell. - TB

14 h 50 Le maire de DC impose un couvre-feu d'urgence

La mairesse Muriel Bowser impose un couvre-feu à l'échelle de la ville du 6 janvier à 6 h le 7 janvier.

14 h 35 Tous les débats sont suspendus, les législateurs évacués

Tous les débats de procédure sont interrompus lorsque les législateurs et le personnel se mettent à l'abri. Les partisans de Trump ont continué à entrer dans le bâtiment du Capitole. La police, portant des vêtements anti-émeute, est débordée.

Les législateurs ont été évacués de l'étage de la maison. - AA

14:24 Trump critique Pence pour avoir refusé de soutenir les objections républicaines

14 h 15 Les partisans de Trump deviennent violents, enfreignent les barricades de la police, pénètrent de force dans le Capitole

Au moment où les chambres se retirent, des images montrent des partisans de Trump se heurtant violemment à la police, escaladant les murs, se rassemblant sur les terrasses et entrant dans le bâtiment.

Le Capitole est verrouillé, les législateurs sont invités à s'abriter dans l'espace, et les meilleurs législateurs ont été escortés hors du sol.

«Nous voyons des manifestants attaquer la police du Capitole», a tweeté la représentante Nancy Mace, une députée républicaine de Caroline du Sud nouvellement créée. "C'est faux. Ce n'est pas qui nous sommes. J'ai le cœur brisé pour notre nation aujourd'hui. » - AA

14h00: Le débat à la Chambre sur l'Arizona reflète un désaccord plus large

Les objections sur la liste électorale de l'Arizona étaient un microcosme du débat qui s'est ensuivi depuis le jour du scrutin. Les républicains ont allégué que les irrégularités de vote avaient alimenté la victoire de Biden, même si ces affirmations avaient été à plusieurs reprises réfutées par les responsables électoraux et par les juges lors de contestations judiciaires.

Les démocrates, quant à eux, ont fait valoir dans un langage éloquent que les objections des républicains sapaient la démocratie américaine et ont affirmé que l'élection était terminée.

«Notre travail n'est pas de remplacer le jugement rendu par le peuple américain par le nôtre et pourtant c'est précisément ce que tant de collègues républicains de la Chambre et du Sénat demandent à cet organe: substituer leur jugement à la volonté expresse du peuple américain, », A déclaré le représentant démocrate Joe Neguse du Colorado. - AA et Sanya Mansoor

13 h 50 Cruz appelle à un «audit d'urgence» de 10 jours des résultats des élections

Le sénateur du Texas Ted Cruz, citant des sondages montrant 39% des Américains qui disent que l'élection a été truquée, soutient que le Congrès doit lancer un audit d'urgence de 10 jours sur les allégations de fraude électorale. Il a fait valoir que les démocrates devraient se féliciter d'un tel audit s'il n'y a aucune preuve pour étayer ces allégations.

Cruz n'a pas mentionné la déclaration du gouvernement fédéral du 12 novembre affirmant que cette élection était «la plus sûre de l'histoire des États-Unis». - AA

13 h 30 McConnell dit que rejeter la victoire de Biden équivaut à une «spirale de la mort» pour la démocratie américaine

Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a réprimandé le plus fermement l'intention de ses collègues de contester la victoire de Biden, affirmant que cela nuirait de manière permanente aux idéaux démocratiques du pays. «Nous ne pouvons pas simplement nous déclarer un conseil national d'élections sur les stéroïdes», a-t-il déclaré. «Les électeurs, les tribunaux et les États se sont tous exprimés. Si nous les annulons, nous pourrions endommager notre république à jamais. »

Pendant qu'il parlait, des images de partisans de Trump essayant de pénétrer par effraction dans la capitale américaine circulaient sur Internet, et les législateurs tweetaient qu'ils avaient été forcés d'évacuer leurs immeubles de bureaux en raison d'une menace. —AA

13:15 Les républicains soulèvent des objections à la liste électorale en Arizona

Comme prévu, les républicains ont déposé des objections écrites contre les votes électoraux de l'Arizona. Le représentant de l'Arizona, Paul Gosar, a déposé l'objection au nom de soixante de ses collègues de la Chambre des représentants. Il a été rejoint par le sénateur du Texas Ted Cruz.

Le Sénat et la Chambre se sont ensuite séparés pour débattre des objections séparément, alors que les challengers défendent leur position. Bien que chaque chambre dispose techniquement de deux heures de débat, les législateurs s'attendent à ce que les sessions durent jusqu'à quatre heures. —AA

12 h 53 Pence dit qu'il ne contestera pas la victoire de Biden

Quelques minutes avant que le Congrès ne se réunisse pour la session conjointe qu'il présidera, Pence a officiellement annoncé qu'il ne contesterait pas la victoire de Biden au collège électoral. «C'est mon jugement réfléchi», a-t-il écrit dans une lettre au Congrès, «que mon serment de soutenir et de défendre la Constitution m'empêche de revendiquer l'autorité unilatérale de déterminer quels votes électoraux devraient être comptés et lesquels ne devraient pas être comptés.»

Ces derniers jours, Pence a subi une énorme pression de la part de Trump, qui l'a publiquement exhorté à défier la Constitution et à rejeter les listes électorales des États qui feraient passer le décompte de Biden au-dessus des 270 votes requis du collège électoral. En vertu de la Constitution, le rôle de Pence dans ce processus est en grande partie cérémonial. Il ouvre les enveloppes contenant les listes d'électeurs de chaque État et prononce le vainqueur. —AA

11 h 57 Trump rassemble ses partisans

Trump prend la scène lors d'un rassemblement à l'Ellipse à Washington, DC. S'adressant à des dizaines de milliers de partisans, il affirme sans fondement qu'il a remporté l'élection de 2020 et appelle le vice-président Mike Pence, qui en tant que président du Sénat présidera la session conjointe du Congrès d'aujourd'hui, à empêcher la certification par le Congrès de la victoire de Biden.

"Si Mike Pence fait la bonne chose, nous gagnons les élections", a déclaré Trump à tort. Pence n'a pas le pouvoir unilatéral d'empêcher la certification.

Trump a également menacé de monter des défis principaux contre les législateurs républicains qui ne se «battent» pas pour empêcher la certification de la victoire de Biden. «L'histoire va être faite», a déclaré Trump. «Nous allons voir si nous avons ou non de grands et courageux dirigeants, ou si oui ou non nous avons des dirigeants qui devraient avoir honte d’eux-mêmes.» —TB

Source : Live Updates: Congress Finalizes Joe Biden's Victory Over President Trump – Despite Violent Siege and GOP Delaying Tactics

10 commentaires:

  1. striker : https://national-justice.com/trumps-latest-pardons-jewish-gangsters-and-murderous-mercenaries-win-out-over-prisoners-conscience

    RépondreSupprimer
  2. Un article pour certifier les fraudes. Triste constat.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui les attend c'est les camps.
    https://www.naturalnews.com/2021-01-07-new-york-legislator-coronavirus-carriers-concentration-camps.html

    RépondreSupprimer
  4. False Flag évident Hannibal : https://www.zerohedge.com/political/questions-about-chaos-capitol-desperately-need-be-answered

    RépondreSupprimer
  5. A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 20 janvier, il reste encore du temps pour faire eclater la troisième, la quatrième, peut-être même la cinquième guerre mondiale. Comme prévu et planifié par ceux qui tirent les ficelles de cette immonde et pluriseculaire farce, à savoir les Illuminati. Il y a le temps au moins pour la Troisieme. Bon courage et surtout reveillez-vous, car ce qui s'approche est d'une gravité inimaginable. http://prophecyinthemaking.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ce fou de Trump, on peut s'attendre à tout. Après son coup d'état raté contre le Capitole, je ne serais pas surpris qu'il attaque la Syrie, l'Iran, voire la Chine, histoire de détourner l'attention de sa tentative avortée.

      Supprimer
  6. Enfin la vérité éclate Hannibal Genséric clame que Trump est fou. Les Démocrates sont des anges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donner l’ordre d’attaquer le Capitole, lorsqu’on est président, dénote d’un dérangement cérébral évident. Que diriez-vous si l’un de ces dirigeants donnait l’ordre à ses militants nervis d’attaquer VIOLEMMENT : - la Chambre des députés et le sénat ? (Macron) - le bundestag et le bundesrat ? (Merkel) - La Cambre des Communes et celle des Lords ? (BoJo) Ce matin, reconnaissant sa connerie précédente que a eu des conséquences désastreuses , Trump a fait volte-face, craignant d’être poursuivi pour sédition et incitation à la violence. Quant à savoir si les Dém sont des anges, je vous demande de trouver une seule phrase dans mon blog (5795 articles) qui leur soit favorable ou qui les décrit comme vous dites « des anges ».

      Supprimer
  7. Dis Hannibal, sans chercher à entrer dans la polémique (ou le conspirationnisme), peux-tu envisager une opération sous "False-flag" organisée par le parti démocrate.
    Plusieurs vidéos (non diffusées par les médias mainstream) montrent sans équivoque des "policiers" ouvrant le passage à une meute d'individus qu'en France on aurait qualifiés de "Black-blocs" .
    Q

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un false flag est possible. Dans toute manif, il y a des provocateurs et des casseurs. En France comme aux US.
      Wait and See

      Supprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.