samedi 23 janvier 2021

L'Amérique de Biden: une seule nation ou bien nous contre eux?

Le président Joe Biden est assermenté en tant que 46e président le 20 janvier 2021. "Nous avons rencontré l'ennemi et c’est nous", a déclaré Pogo, le personnage de dessin animé de Walt Kelly, il y a un demi-siècle, à propos de ce que nous, Américains, faisions à notre environnement.
En relisant le discours inaugural du président Joe Biden, la remarque de Pogo me vient à l'esprit.

Biden a commencé sur une note noble, pleine d'espoir et familière:
"
C'est une grande nation. Nous sommes un bon peuple."

Il a terminé dans la même veine: "Alors, avec détermination et résolution, nous nous tournons vers ces tâches de notre temps. Soutenus par la foi. Poussés par la conviction. Et, dévoués les uns aux autres et au pays que nous aimons de tout notre cœur."

Dans le discours lui-même, cependant, Biden a récité ce qu'il croit être les crimes historiques de la nation et les péchés de l'âme qui tourmentent une partie considérable de notre population.
Parmi les afflictions dont souffre l'Amérique, a déclaré Biden, il y a "
l'extrémisme politique, la suprématie blanche" et le "terrorisme intérieur".

Comment surmonter ces maux?
Biden dit : "
L'unité est le chemin."

Mais comment les bons Américains peuvent-ils s'unir aux suprémacistes blancs et aux terroristes nationaux? Ne devrions-nous pas nous séparer d’eux et nous battre contre eux? Et qui sont-ils exactement?

Il y a sûrement parmi l'ennemi la foule qui a envahi et saccagé le Capitole le 6 janvier. Mais qu'en est-il des centaines de milliers de personnes qui se sont manifestées pour les rassemblements de Trump? Qu'en est-il des 75 millions qui ont voté pour Donald Trump?

Tous les déplorables sont-ils en dehors de la compagnie des sauvés? Sont-ils, comme Hillary Clinton l'a dit un jour, «irrémédiables»?
"
Aujourd'hui, nous célébrons le triomphe non pas d'un candidat mais d'une cause", a déclaré Biden, "la cause de la démocratie".

L'implication claire ici est qu'une victoire de Trump le 3 novembre aurait été une défaite pour la démocratie. À quel point est-ce unificateur?
"Aujourd'hui, en ce jour de janvier", a déclaré Biden, "
toute mon âme est dans ceci: rassembler l'Amérique. Unir notre peuple. Et unir notre nation. Je demande à chaque Américain de se joindre à moi dans cette cause."

Il a ensuite énuméré les caractéristiques de notre ennemi: «Colère, ressentiment et haine. Extrémisme, violence et anarchie».

Pourtant, le soir de l'inauguration, des foules antifa ont attaqué le siège du Parti démocrate à Portland et incendié des drapeaux américains à Seattle, le même genre de foules de gauche qui nous a donné un long été chaud d'émeutes, de pillages et d'incendies criminels après la mort à Minneapolis de George. Floyd.

Biden a-t-il déjà condamné par leur nom ces foules comme il a fait la foule qui a envahi le Capitole le 6 janvier?

Biden a ensuite décrit l'histoire des États-Unis telle qu'il la voit, comme une longue lutte manichéenne pour l'âme de l'Amérique.
"
Les forces qui nous divisent sont profondes et réelles. ... Notre histoire a été une lutte constante entre l'idéal américain selon lequel nous sommes tous créés égaux et l'autre réalité dure et laide que le racisme, le nativisme, la peur et la diabolisation nous ont, depuis longtemps , déchirés. "

Mais si notre histoire a été une lutte sans fin contre le racisme, le nativisme et la démagogie, et que la lutte d'aujourd'hui est contre la colère endémique, le ressentiment, la haine, l'extrémisme, la violence et l'anarchie, ainsi que "les suprémacistes blancs et les terroristes domestiques", comment pouvons-nous appeler de manière crédible nous-mêmes une «grande nation» et des «bonnes personnes»?

Alors que Biden identifie le caractère démoniaque de l'ennemi, il ne le nomme pas. Qui sont les ennemis? Comment pouvons-nous les vaincre si le président ne les identifie pas? Et s'ils sont mauvais et que nous sommes bons, alors pourquoi devrions-nous nous unir à eux plutôt que de les ostraciser et de les écraser?

Dans la représentation de Joe: "Nous pouvons nous voir non pas comme des adversaires mais comme des voisins. Nous pouvons nous traiter les uns les autres avec dignité et respect. Nous pouvons unir nos forces, arrêter les cris et faire baisser la température. Car sans unité, il n'y a pas de paix seulement de l'amertume. et la fureur. "

Mais la «fureur» n'est-elle pas un attribut légitime de ceux qui combattent les ennemis haineux que décrit Biden?
«
Aujourd'hui, à cette époque et à cet endroit, recommençons. Tous ensemble. Commençons à nous écouter les uns les autres. Voyons-nous. Faisons preuve de respect les uns pour les autres. »
Cet appel à l'unité est suivi d'un autre appel, à «
rejeter la culture dans laquelle les faits eux-mêmes sont manipulés et même fabriqués».

Après cela, Biden a pleurniché contre le mensonge.
"
Ces dernières semaines et mois nous ont appris une leçon douloureuse. Il y a la vérité et il y a des mensonges. Des mensonges racontés pour le pouvoir et pour le profit."
Tous nos dirigeants ont le devoir et la responsabilité «
de défendre la vérité et de vaincre les mensonges».
Mais qui sont les menteurs? [1]
Et si nous devons lutter contre les menteurs, pourquoi Biden a-t-il déclaré une minute plus tard: "
Nous devons mettre fin à cette guerre incivile."

On a dit du discours inaugural de Warren Harding que c'était «une armée de phrases pompeuses marchant à travers le paysage à la recherche d'une idée».
L'inauguration de Joe Biden était la plus déroutante, contradictoire et incohérente jamais délivrée des marches du Capitole, reflétant l'esprit de son auteur et l'état de l'Union qu'il dirige maintenant.

Source : Biden's America: One Nation or Us Versus Them?

Par Patrick J. Buchanan | January 22, 2021
Patrick J. Buchanan est l'auteur de "Nixon's White House Wars: The Battles That Made and Broken a President and Divided America Forever.")

NOTES de H. Genséric

[1] Donald Trump a raconté un nombre stupéfiant de mensonges depuis son entrée en fonction

Trump a fait 29.508 déclarations fausses ou trompeuses en date du 5 novembre 2020, a rapporté lundi la chronique «Fact Checker» du Washington Post.

Mais ce décompte inquiétant n’inclut pas les nombreuses fausses informations sur la fraude électorale que Donald Trump a promues depuis qu’il a perdu les élections de 2020 au profit du président élu Joe Biden.

Trump a raconté près de 4000 mensonges rien qu’en octobre, alors qu’il intensifiait son discours préélectoral et ses attaques contre son rival, selon le rédacteur en chef de la rubrique, Glenn Kessler. C’est «le double de ce qu’il a dit en 2017», a tweeté Kessler lundi.

Le président a établi un record de mensonges en un jour, le 2 novembre dernier - la veille de l’élection - lorsqu’il a dit 504 mensonges.

En date du 20 janvier dernier, M. Trump avait lancé 16.241 mensonges pendant son mandat. Il est maintenant «en bonne voie pour presque doubler ce chiffre en un an», a souligné M. Kessler.

Selon le journaliste, l’affirmation la plus répétée de M. Trump depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017 est qu’il a bâti «la plus grande économie» du monde.

Trump a raconté plus de 2.400 mensonges sur la pandémie, qui n’a commencé qu’au début de 2020. Le président a maintes fois minimisé les risques liés à la COVID-19 et a vanté des médicaments et des remèdes non éprouvés - comme l’injection de désinfectant comme traitement.

Source :huffingtonpost.ca

Les dirigeants démocrates sont aussi des menteurs.
En voici quelques exemples.

Joe Biden a régulièrement exagéré ses réussites sur le plan académique ou revendiqué un héritage familial qui n’était pas le sien. Quand il n’a pas carrément menti, il a déformé ou embelli les faits.    Ainsi,  le Washington Post a déjà démontré que Biden avait aussi inventé une rencontre avec un officier en Afghanistan. Un incident impliquant un héros décoré. La rencontre n’a jamais eu lieu, pas plus que cette arrestation dans les années 1970 parce qu’il voulait rencontrer Nelson Mandela en prison.
Aux fabulations et «trous de mémoire» du nouveau président démocrate, il faut ajouter quelques accusations de plagiat. Plagiat pendant ses études universitaires et, surtout, plagiat d’un discours pendant sa première tentative lors des primaires démocrates de 1987-1988.

Bill Clinton.
Le 26 janvier 1998, lors d'une conférence de presse en direct de la Maison blanche, le président américain, Bill Clinton, nie avoir eu des relations sexuelles avec Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison-Blanche entre novembre 1995 et mars 1997. Depuis des mois, il fait l’objet d’une accusation de harcèlement sexuel. Avec Hillary, la première dame à ses côtés, envers et contre tout, Bill Clinton défend son image irréprochable de bon père de famille fidèle et aimant. Mais dans la presse, sur internet, c’est le grand déballage… jusqu’à la publication des enregistrements de ses échanges les plus intimes. Intimidations, manipulations, … le scandale Lewinsky/ Clinton est au cœur d’enjeux politiques qui dépassent largement le cadre de l’affaire. Moins d’un an plus tard, ce mensonge vaudra au président des États-Unis d’être placé au cœur d’une procédure de destitution. Pour cette nation puritaine, le parjure et l’adultère culminent au sommet des vices. Après avoir nié, multiplié les faux témoignages, tenté de suborner des témoins, joué sur les mots, Bill Clinton est acculé. L’ADN l’a rattrapé. Le scandale sexuel a pris une dimension politique. Face à face avec ses pires détracteurs, ses concitoyens et le monde entier, il orchestre ses propres aveux et demande pardon. Ultime coup de maître pour sauver son siège à Washington. Le " Monica Gate " est le plus grand scandale sexuel qui ait secoué la présidence des États-Unis. Une démonstration édifiante de la mécanique du mensonge dans les plus hautes sphères de l’État.

Colin Powell
Mais voici le plus grand mensonge de l'histoire de l'espionnage - le plus meurtrier aussi. Une mystification imaginée par un quidam qui a servi de prétexte principal à l'invasion de l'Irak Cette extraordinaire affaire est apparue au grand jour le 5 février 2003, à l'ONU.
Ce soir-là, dans un discours resté célèbre, le secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, lançait au monde :
"Il ne peut faire aucun doute que Saddam Hussein a des armes biologiques" et "qu'il a la capacité d'en produire rapidement d'autres" en nombre suffisant pour "tuer des centaines de milliers de personnes". Comment ? Grâce à des "laboratoires mobiles" clandestins qui fabriquent des agents atroces tels la "peste, la gangrène gazeuse, le bacille du charbon ou le virus de la variole". Sûr de son fait, le puissant Américain ajoute : "Nous avons une description de première main" de ces installations de la mort.

Hannibal  Genséric

2 commentaires:

  1. Le plus grand mensonge (des quatre dernières années) ne serait-il pas celui-ci! Si nous trouvons que cela fait partie du jeu alors attendons-nous à le subir en 2022.
    Fraude électorale : Les 3 rapports de Peter Navarro (en Français)PDF
    https://lesdeqodeurs.fr/fraude-electorale-les-rapports-de-peter-navarro/

    RépondreSupprimer
  2. Étudier et creuser profondément les débuts de l’« histoire » américaine !

    Jamais enseignée dans les écoles !

    Le tout premier mensonge et tous les autres qui ont suivi proviennent du premier ”américain” (colon) qui a posé son pied sur le sol de l’Indien, en lui mentant, puis le chassant, le volant et le tuant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.