vendredi 8 janvier 2021

Le New York Times et le deux poids deux mesures post-électoral

Pour le New York Times, crier au loup concernant la fraude électorale est acceptable – si les cibles sont des ennemis officiels.
Le refus catégorique du président Donald Trump d’accepter ce qui semble être une défaite électorale inévitable et de plus en plus écrasante a conduit à juste titre de nombreux médias à craindre les répercussions politiques d’une telle décision, certains tirant la sonnette d’alarme à propos d’un coup d’État potentiel aux États-Unis (par exemple, Salon, 11/11/20 ; Washington Post, 12/11/20 ; Guardian, 13/11/20 ; New Republic, 13/11/20).
Le New York Times, le journal de référence du pays, a mené les dénonciations, accusant le président de « vandaliser notre pays » (11/11/20), le qualifiant de narcissique et de sociopathe, et citant ses tentatives d’accrochage au pouvoir comme « un reniement brutal de la démocratie américaine » (11/11/20).

Le New York Times (11/11/20) affirme que Donald Trump est comme le président vénézuélien Nicolás Maduro en « refusant de reconnaître la défaite et en lançant des accusations infondées de fraude électorale » – même si c’est l’opposition vénézuélienne qui a refusé de reconnaître la défaite et a fait des déclarations douteuses de fraude.

Andrew Higgins, chef du bureau du Times Moscow (11/11/20, 12/11/20), a été le dernier collaborateur du journal à dénoncer Trump, affirmant que « nier la défaite, revendiquer la fraude et utiliser la machine gouvernementale pour renverser les résultats des élections sont les outils traditionnels des dictateurs » tels que Robert Mugabe au Zimbabwe, Slobodan Milosevic en Serbie et Nicolás Maduro au Venezuela.

Pour Higgins, Trump a effectivement « brisé la tradition démocratique commune » des États-Unis, le propulsant du « monde libre » dans le royaume des États tyranniques auxquels les États-Unis se sont opposés si longtemps au nom de la démocratie et des élections libres. (En réalité, les États-Unis fournissent une aide militaire aux trois quarts des dictateurs du monde, bien que les médias d’entreprise utilisent ce mot presque exclusivement pour désigner les politiciens que Washington n’aime pas. FAIR.org, 11/09/19).

Bien sûr, a concédé Higgins, Trump n’est pas aussi terrible que Milosevic ou Maduro, et « n’a pas à s’inquiéter d’être accusé de crimes de guerre et de génocide, comme l’a été Milosevic ». C’est peut-être une nouveauté pour les populations du Yémen, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie ou de toute autre nation que Trump a personnellement ordonné de bombarder, ou pour les pays dont il a assassiné les diplomates, ou encore pour près d’un quart de la population mondiale sous les sanctions meurtrières des États-Unis.

Higgins a affirmé que, comme Trump, Maduro « a frauduleusement fabriqué une victoire aux élections de mai 2018 », une affirmation qui a aussi peu de fondement dans la réalité que la prétention de Trump d’avoir effectivement remporté la course présidentielle de 2020. Contrairement aux États-Unis, l’élection vénézuélienne s’est déroulée dans les temps, avec des machines de vote ultramodernes qui ont été surveillées par des centaines d’observateurs internationaux de renom, dont les rapports attestent de la régularité du processus (FAIR.org, 23/5/18). Maduro a remporté plus de 4 millions de voix de plus que son plus proche concurrent – un résultat peu surprenant (PAP, 20/05/18), en raison d’un boycott généralisé du scrutin et d’une division du vote d’opposition restant entre deux candidats.

La réélection du président vénézuélien Nicolás Maduro était largement attendue (AP, 20/05/18) – mais après le vote, il était de notoriété publique que sa victoire ne pouvait s’expliquer que par la fraude.

Après cette élection, cependant, l’opposition soutenue par les États-Unis a crié à la fraude et a tenté de renverser le gouvernement à plusieurs reprises, en utilisant des tactiques qui ne sont pas différentes des manœuvres post-électorales de Trump. Pourtant, Higgins s’est félicité de la décision de Trump de sanctionner le Venezuela (des actions qui ont causé la mort d’au moins 100.000 personnes, selon un rapporteur spécial américain des Nations unies) et de reconnaître le président autoproclamé Juan Guaidó comme le dirigeant légitime. Une récente enquête d’opinion publique a révélé que Guaidó ne bénéficiait du soutien que de 3 % des Vénézuéliens – et ce, avant le désastre de son tristement célèbre coup d’État de la « baie des porcelets » [Référence au débarquement raté de la baie des Cochons à Cuba, visant à renverser Fidel Castro en 1961, NdT].

Ainsi, pour le Times, crier à la fraude électorale puis mettre en scène un coup d’État est grave, et tout comme le font les dictateurs ; à moins que les États-Unis ne portent des accusations douteuses de fraude électorale contre des ennemis officiels, auquel cas il s’agit d’une pratique honorable. Tel est le monde confus des experts des médias d’élite.

Depuis que le Venezuela a voté à gauche en 1998, le Times a préconisé le renversement du gouvernement vénézuélien, son comité de rédaction ayant effectivement approuvé le coup d’État éphémère contre le président Hugo Chávez en 2002 en affirmant qu’un tel événement n’avait même pas eu lieu.

Ainsi, le Times (13/04/02) a écrit que Carmona limogeait tous les élus et se conférait le pouvoir suprême de gouverner par décret. Une étude FAIR de 2019 sur le Venezuela (30/04/19) a révélé que sur une période de trois mois, le Times a publié 22 articles favorables à un changement de régime, et aucun qui se soit élevé contre la destitution du gouvernement démocratiquement élu.

Pas un coup d’État, juste une « surprise »

Les actions de Trump reflètent également celles de l’aile droite soutenue par les États-Unis en Bolivie, qui a perdu une élection avec brio en octobre dernier, pour ensuite dénoncer la fraude et lancer un coup d’État réussi contre le vainqueur légitime, le président Evo Morales, un autre socialiste et une figure de la détestation dans les médias d’entreprise (FAIR.org, 11/04/19).

Le New York Times (11/11/19) a publié un éditorial disant que chasser le président bolivien qui venait d’être réélu avec une marge de plus de 10 points de pourcentage était « la seule option restante ».

Alors que la sénatrice d’extrême droite Jeanine Añez (qui ne s’est même pas présentée à la présidence, et dont le parti n’a obtenu que 4 % des voix) commençait à ordonner des rafles de journalistes et à superviser des massacres d’opposants, le Times était en extase. Refusant à nouveau d’utiliser le mot « coup d’État » pour décrire les événements (FAIR.org, 11/11/19), son comité de rédaction (11/11/19) a décrit Morales comme un populiste « arrogant » qui « a effrontément abusé de son pouvoir, « s’est débarrassé de sa légitimité » et « a écrasé toute institution » à sa manière. Le conseil l’a accusé de présider une élection « très louche », citant une déclaration de l’Organisation des États américains (OEA) qui parlait de « manipulation claire » des votes. Le Times a également applaudi la droite pour « le respect des règles et des institutions démocratiques ». Cela a apparemment forcé Añez à combler une « vacance du pouvoir ».

Le même jour, le Times a publié un article d’opinion (11/11/19) intitulé « Comment les ambitions d’Evo Morales ont contribué à sa chute », qui écartait activement l’idée qu’il s’agissait d’un coup d’État, malgré le fait que les militaires aient littéralement placé l’écharpe présidentielle sur l’épaule d’Añez.

Comme cela était évident à l’époque (CounterSpin, 21/11/19), les affirmations de l’OEA étaient aussi valables que les fantasmes de Trump sur la fraude électorale à l’échelle nationale. Cependant, seulement sept mois plus tard – bien après que la poussière soit retombée et qu’Añez ait été installé au pouvoir – le Times (07/06/20) a reconnu que le rapport de l’OEA était erroné. Mais même après cela, le journal (17/09/20) a continué à porter de l’eau au moulin du régime d’Añez, prétendant par euphémisme qu’elle était arrivée au pouvoir de façon « surprenante » après une élection « chaotique » et qu’elle avait présidé une « année orageuse au pouvoir ». Il s’agit d’une description peu utile d’une dirigeante qui est arrivée au pouvoir par un coup d’État militaire et qui a supervisé les fusillades de ses opposants politiques. Seul un soulèvement national l’ayant finalement forcée à concéder une élection, au cours de laquelle son règne a été complètement rejeté.

Imaginez que vous essayez de décrire un éléphant sans jamais utiliser le mot « éléphant ». Seuls des écrivains au talent prodigieux pourraient le faire de manière convaincante. De même, s’abstenir d’utiliser le mot « coup d’État » là où il est évidemment approprié demande un effort énorme, mais semble être la politique du Times, le mot apparaissant à peine en un an de couverture, sauf comme une accusation dans la bouche des partisans de Morales (FAIR.org, 11/11/19, 08/07/20, 23/10/20), un homme longtemps diabolisé comme un autoritaire. En écrivant sur le coup d’État, il est difficile d’éviter la répétition constante de ce mot dans chaque paragraphe, donc ne pas le mentionner du tout est un sérieux exploit.

Même si Morales est rentré en Bolivie la semaine dernière après l’élection écrasante qui a chassé Añez et qui a vu le retour du mouvement vers le Parti socialiste, le Times (09/11/20) tente toujours de dissimuler le fait du coup d’État, le décrivant de façon risible comme la « tentative ratée de Morales pour garder le pouvoir » qui « a déchiré la nation et l’a envoyé en exil ». Le retour de Morales, a informé le Times à ses lecteurs, « a inquiété »

les Boliviens, qui étaient « anxieux de dépasser la tourmente politique déclenchée par sa tentative de division pour un quatrième mandat présidentiel ». L’aggravation des tensions politiques est peut-être davantage liée au coup d’État d’extrême droite, aux massacres qui l’ont suivi, à la répression des médias critiques, à l’expulsion des étrangers et à la suspension des élections et des droits fondamentaux – dont même les abonnés avides du Times ne savent pas grand-chose, à moins de lire habilement entre les lignes.

Les putschs, c’est bien, en fait

Le Venezuela et la Bolivie sont loin d’être des cas isolés. En fait, une étude réalisée par Adam Johnson (Truthdig, 29/01/19) a révélé que le comité de rédaction du New York Times a explicitement soutenu 10 des 12 coups d’État appuyés par les Américains en Amérique latine depuis 1954.

La rédaction du New York Times (08/05/64) sur le renversement militaire du président brésilien démocratiquement élu João Goulart : « Nous ne regrettons pas la disparition d’un dirigeant qui s’était montré si incompétent et si irresponsable. »

Par exemple, deux jours après un putsch militaire au Brésil qui a mis fin à l’ère réformiste libérale de João Goulart et installé plus de 20 ans de dictature fasciste, le comité de rédaction du Times (03/04/64) a approuvé la « révolution pacifique » contre un personnage qui « n’avait presque pas de partisans ». Refusant d’utiliser le mot « coup d’État », ils ont conclu : « Nous ne déplorons pas la disparition d’un dirigeant qui s’est montré si incompétent et si irresponsable. »

Un mois plus tard, le conseil d’administration (08/05/64) a écrit au sujet du prétendu « sentiment généralisé de soulagement et d’optimisme » du Brésil que le « régime » d' »extrême gauche » de Goulart était terminé, et a annoncé que la « nation semble avoir désiré ardemment » un « nettoyage politique » des « extrémistes », tout en applaudissant l’emprisonnement généralisé de fonctionnaires libéraux au motif qu’ils étaient « communistes ».

Et comme pour Morales, le New York Times (12/09/73) a également accusé le président chilien Salvador Allende de son propre renversement en 1973. « Aucun parti ou faction chilien ne peut échapper à une certaine responsabilité », écrivait-il.

Mais une lourde part de responsabilité doit être attribuée au malheureux Dr Allende lui-même. Même lorsque les dangers de la polarisation sont devenus manifestes, il a persisté à promouvoir un programme de socialisme omniprésent pour lequel il n’avait pas de mandat populaire.

Le comité de rédaction a également éclairé son propre public, en insistant sur le fait que

rien ne prouve que l’administration Nixon ait sérieusement envisagé les manœuvres à l’encontre du Dr Allende… Il est essentiel que Washington garde soigneusement les mains loin de la crise actuelle, que seuls les chiliens peuvent résoudre. Il ne doit y avoir aucune raison de soupçonner une intervention extérieure.

(Il se trouve que les archives non gouvernementales de la sécurité nationale à Washington viennent de publier une foule de documents relatifs aux efforts acharnés de l’administration Nixon pour renverser Allende).

En fin de compte, pour le New York Times, la légitimité des fraudes électorales criantes ne repose pas sur le fait qu’elles se soient réellement produites, mais sur leur utilité politique. Si le Times dénonce les tentatives de Trump de renverser les résultats de l’élection, lorsqu’il s’agit de pays ennemis, toute accusation, aussi infondée soit-elle, est traitée avec respect et mérite d’être amplifiée. La dernière insulte est que le journal accuse les gouvernements légitimes qui tentent de se défendre contre les coups d’État antidémocratiques de déployer les mêmes tactiques que l’homme qui tente de les renverser.

Par Alan MacLeod
@AlanRMacLeod , membre du groupe médiatique de l’université de Glasgow. Son dernier livre, Propaganda in the Information age : still manufacturing consent, [La propagande à l’ère de l’information, toujours la fabrication du consentement, NdT] a été publié par Routledge en mai 2019.

Source : Fair, Alan McLeod, 20-11-2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 

1 commentaire:

  1. Il n'y a plus de démocratie mais un système de caste mafieuse donc criminelle.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.