mercredi 3 juillet 2019

USA. Miriam Adelson souhaite intégrer un "Livre de Trump" dans la Bible


Miriam Adelson, l'Israélienne la plus riche du monde, chante les louanges de Donald Trump, suggérant même que Trump entre dans la Bible. Pourquoi donc?

Le 27 juin, Miriam Adelson, épouse du milliardaire (et capo di capi des casinos) Sheldon Adelson, a proposé que l'histoire de Donald Trump, héros et patriote, soit ajoutée à la Bible.
Son opinion, intitulée «Un temps de miracles», a été publié dans le quotidien israélien Israel Hayom - un journal qui, pure coïncidence, appartient à son mari, et dans lequel elle publie.

Dans son article, Mme Adelson a comparé les relations américano-israéliennes à un mariage qui "a subi des moments difficiles" mais qui s'est finalement "approfondi et épanoui grâce à des valeurs et à un destin partagés" (En effet, 134 milliards de dollars sur 70 ans de racket au détriment du peuple américain et au profit des juifs israéliens ont un effet d'approfondissement certain entre les dirigeants américains et Israël).
Miriam Adelson wishes for the Book of Trump in the Bible
"Le livre de Trump"? Une proposition étonnante en effet. On ne peut s’empêcher de se demander d’où cela vient.
Plusieurs réponses possibles me viennent à l’esprit:
1. Les Adersons essaient d'acheter une faveur de Trump

2. Trump a demandé une faveur aux Adelsons

3. Les Adelsons fournissent à Trump la politique dont il pourrait avoir besoin pour aller de l'avant
Une autre grande faveur?
Dans le contexte d'une présidence Trump, tout est à vendre. Les Adelsons ont déjà acheté des articles coûteux à la Maison Blanche.
Selon OpenSecrets, le couple aurait versé des centaines de millions de dollars au parti républicain, dont des dizaines de millions pour Trump en personne.
adelson
 Donald Trump remet
la Médaille présidentielle
de la liberté à
Miriam Adelson
Et puis voilà, en novembre 2018, Miriam Adelson a reçu la Médaille présidentielle de la liberté, geste que Robert Schlesinger de la chaîne NBC a commenté: «Il s'agit parfaitement de la nature crasseuse,  brutale et transactionnelle de Donald Trump et de sa présidence." (Pour être honnête, de telles actions sont courantes au sein des deux partis. Aux dernières heures de sa présidence, le démocrate Bill Clinton, par exemple, a gracié un partisan israélien et a inculpé le fugitif Marc Rich.)
Quelques semaines plus tard (juste à temps pour Hanoukka), Trump a annoncé le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, un geste que la plupart des pays du monde ont mal vu. De plus, Trump s'est récemment vanté auprès de la Coalition Juive Républicaine d'avoir ignoré les appels des dirigeants mondiaux qui auraient pu le forcer à se soustraire à cette néfaste et illégale décision. En refusant de consulter les dirigeants mondiaux, Trump interprète cela comme une démonstration de sa force de caractère: «contrairement à d’autres présidents, je tiens mes promesses». Il a ajouté: «Je peux vous dire qu’à mon avis, c’est la chose la plus importante qui est arrivée dans la vie de Sheldon et Miriam. »
Donc, il se peut que la tribune de Mme Adelson dans Israel Hayom soit le prix d’achat d’une breloque quelconque auprès  du président brocanteur. Peut-être exprime-t-elle un œil favorable sur l’annexion des colonies en Cisjordanie? Ou est-ca la tronche de son mari sur le mont Rushmore? (De manière plus appropriée, puisque Sheldon Adelson a exprimé ses regrets d'avoir servi dans l'armée américaine au lieu de l'armée israélienne, il devrait avoir un quartier à son nom au Golan, juste à côté de Trump Heights.)
Il est également possible que, plutôt que d’initier une nouvelle transaction, ses paroles flatteuses soient en réalité la conclusion d’une quelconque transaction.
Dernier versement?
Peut-être que le prix indiqué sur le déménagement de l'ambassade et le Bling Présidentiel de la Liberté a-t-il totalisé plus de 300 millions de dollars. Peut-être que les Adelsons devaient encore quelque chose à Trump - la communauté juive américaine, par exemple. Cela expliquerait ses mots:
    En toute justice, Trump devrait bénéficier d'un soutien sans faille parmi les Juifs américains, tout comme celui qu’il a  parmi les Israéliens. Le fait que cela n’ait pas été le cas (jusqu’à présent; les élections de 2020 étant toujours d'actualité) est une bizarrerie à laquelle les historiens réfléchiront longtemps.
Mme Adelson semble véritablement déconcertée par le fait que les Juifs de sa seconde patrie (elle a la double nationalité) ne sont pas aussi amoureux de Trump qu'elle-même - et elle croit apparemment que les historiens ne seront pas en mesure de résoudre ce mystère profond. Mais les théologiens pourraient le faire.
Dans son image de Trump en tant que prophète des temps modernes, elle a formulé son impopularité parmi les Juifs américains en termes bibliques: «Les érudits de la Bible noteront sans aucun doute les héros, les sages et les prophètes de l'Antiquité qui ont également été rejetés alors qu’ils sont venus pour nous guider."

En d'autres termes, “apprenez votre leçon, bonnes gens. Ne boudez pas ce prophète comme vous l’avez fait avec les autres. Embrassez-le. Votez pour lui en 2020.
(Tandis qu’Adelson fait cadrer les commentaires de sa femme dans le judaïsme, il convient de noter que ni les livres saints juifs ni les livres saints chrétiens ne soutiennent réellement le sionisme.)
Politique étrangère?
Ou peut-être, les Adelsons pensent-ils à une échelle encore plus grande. Peut-être qu'ils sont sur le marché de la politique étrangère de Trump et son compte Twitter.
D'abord la flatterie: "Trump est un homme d'affaires et un homme d'État ayant un instinct de justice."
Puis un appel soigneusement conçu pour être sans restriction dans son allégeance: "Il voit un Israël qui fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense, contre vents et marées et contre le consensus international."
En intégrant cette caractérisation, Trump pourrait facilement résister à la pression et maintenir le cap dans le cas d'une autre «guerre» avec Gaza. Son premier tweet a déjà été écrit pour lui: «Israël fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense». Et alors que les États membres de l’ONU se prépareraient à condamner une telle invasion, Trump resterait fermement et confortablement assis aux côtés d’Israël, en dépit du consensus international (“antisémite "), convaincu qu'il possède un "instinct de justice" spécial que le reste du monde ne peut même envisager de comprendre.
De même, si on lui demandait d'approuver l'annexion de certaines parties occupées de la Cisjordanie ou de renégocier l'accord avec l'Iran, Trump pourrait créer un tweet basé sur l'hommage de Mme Adelson:
    Dans un autre service rendu à la justice historique, Trump a déclaré que les hauteurs du Golan étaient un territoire israélien et, pour les besoins de la sécurité d'Israël et du monde entier, il a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire avec l'Iran.

Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il pourrait tweeter: “La justice historique est une très bonne chose et l’annexion de la Cisjordanie par Israël en est un exemple remarquable. Israël peut compter sur les États-Unis pour soutenir la justice historique à chaque fois. "
Miriam Adelson a donné à son président une autre déclaration détaillée de politique étrangère:
    [L’administration Trump] a clairement fait savoir que le Moyen-Orient devait faire face à un Israël fier et permanent sur la terre de Sion - un Israël dont les racines juives sont profondes et dont les revendications souveraines ancestrales sont sans égal.
La revendication des Juifs sur la terre (quels que soient les biens fonciers compris dans la «terre de Sion») est plus profonde et plus forte - tout simplement meilleure - que celle des Palestiniens, et il en sera ainsi, jusqu’à la fin des temps. (Sinon, les Adelsons pourraient ajouter quelques coupures de banque supplémentaires aux 300 millions de dollars qu’ils ont déjà dépensés pour créer un soutien bipartisan à Israël à Washington.)
Que faut-il rajouter de plus?
Seulement cela :
    Serait-ce trop de prier pour un jour où la Bible inclue un ‘Livre de Trump’, tout comme elle contient un ‘Livre d’Esther’ [1] célébrant la délivrance des Juifs de la Perse antique? En attendant que cela soit décidé, au moins, restons émerveillés devant cette période de miracles pour Israël, pour les États-Unis et pour le monde entier.


En effet, Israël a été le destinataire des meilleurs miracles que l’argent peut acheter.

Source : Miriam Adelson wishes for the Book of Trump in the Bible

Par Kathryn Shihadah, dans Palestine Home
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet seront supprimés.