dimanche 28 juillet 2019

Divulgation d'une partie de ce que l'on ne vous dit pas


Nous ne parlons pas d’aliens mais plutôt de science, à commencer par des armes à haute énergie, à utiliser contre nous-mêmes et contre les visiteurs de "l’extérieur de la ville". Pourquoi maintenant?

Commençons par ce que les internautes appellent le réseau pédophile Epstein / Maxwell. Il semble maintenant que Jeff Epstein n'a pas d'argent de lui-même, des gens lui donnent des avions jets, pas des petits, mais des gros; et quelqu'un lui a donné la plus grande propriété résidentielle à New York, une propriété qui donne à celle Trump un air d'une «HLM».

Qui est Epstein? Il passe sa vie, nous dit-on, à travailler pour le Mossad, vec sa «gestionnaire», Ghislaine Maxwell, qui dirige  des filles dans ses propriétés, alors qu'une flotte d'avions survole le monde entier.
Il s’intéresse également aux grands scientifiques du monde, qu’il "héberge régulièrement", tous les grands noms, tels Stephen Hawkings, et bien d’autres.
Plus que cela, il a ses «excavations» au Nouveau-Mexique. Là, il cache des avions dont on nous dit qu'ils ont des numéros sur la  queue qui leur permettent de voler à volonté vers le Mexique / Cuba.
Ce que nous savons aussi, c'est où il a eu cette propriété.
Revenons à 2014, on nous avait dit que le US Department of Energy (DOE) passait des secrets à Israël, ce qui a commencé sous Reagan et se poursuit encore aujourd'hui. Nous savons que la corruption et le chantage en font partie; et , d’après nos sources, les directeurs de ce Département sont directement impliqués. Aujourd'hui, c’est le cas de Rick Perry, ancien gouverneur du Texas, bidouilleur politique et héros de l’émission de télé réalité Dancing with the Stars.
Perry ne connaitrait pas une bombe atomique s’il s’assoyait dessus. Avant lui, il y avait Bill Richardson, ancien gouverneur du Nouveau-Mexique,. Personne n'a accusé Perry, mais ils ont accusé Richardson d'avoir transmis des secrets à Israël, mais plus que cela.
Nous savons avec certitude que le DOE a falsifié des registres d’armes nucléaires désassemblées, détruisant toutes les listes d’inventaire. 2500 armes nucléaires ont tout simplement disparu «sur papier». Nous savons également que les enquêteurs ont découvert que  350 têtes nucléaires avaient été «volés» par Victor Bout, emmenées dans l'ouest du Texas dans une fabrique d'engrais (qui a ensuite été complètement détruite), puis expédiées aux îles Canaries et dans les zones rebelles de Maurice en Afrique, où l'ancien Premier ministre sud-africain DeKlerk était propriétaire d'une mine de fer.
On nous dit qu'elles ont été emmenées là-bas… et ensuite? On nous dit que plus d'une de ces têtes ont été rénovées et utilisées le 9/11; nous avons tous les détails de cette enquête, de la manière dont elles a été acheminées à Teterboro, où des avions privés, comme ceux de Trump, d’Epstein et d’autres se garent et effectuent des allées et venues sans AUCUNE inspection des douanes.
Des sources au plus haut niveau disent de là on a transféré ces têtes nucléaires au consulat israélien à Manhattan et de là-bas, des camions les ont transportés dans les sous-sols à "Ground Zero".[1]
Les responsables de l'enquête, John O’Neill, Roland Carnaby et John Wheeler III, ont été assassinés. [2]
D'autres ont survécu à des tentatives d'assassinat, Mike Dick du FBI et d'autres que nous ne nommerons pas, qui ont «vidé leur sac» à VT il y a longtemps.
Nous avons deux étapes ici, peut-être 3. Des têtes nucléaires ont été volées, dès 1993, puis une documentation «d'assemblage de têtes», des secrets nationaux essentiels, ont été transmises par un responsable de Bush lors d'une soirée à l'ambassade d'Israël à Washington en l'honneur de Netanyahu. VT était là, à côté de Netanyahu à l'époque.
Ensuite, nous avons l’autre opération de vol et de contrebande, des déclencheurs nucléaires, de nouveaux déclencheurs laser, des composants d’usines spécialement usinés qui pourraient uniquement être fabriqués aux États-Unis et des composants pour armes spatiales que le DOE a financés avec DARPA et qui sont partis au Mexique à partir de Nouveau-Mexique sur des avions privés comme ceux cachés dans le ranch d'Epstein.
Ce ranch, acheté à un ancien gouverneur dont le fils a passé des années au DOE (Département de l'énergie des États-Unis), il supervise les conditions environnementales dans les installations d'armement développant des choses dont nous pourrions ne jamais entendre parler. Nous supposons qu'il s'agit d'une coïncidence.
Nous pouvons ensuite parler d'un réseau de chantage similaire à celui que nous avons connu en 2012 en Belgique. Dans cette affaire, un ingénieur travaillant pour le gouvernement britannique dans le développement d'armes nucléaires, un Iranien du nom de Mehran Keshe, a été approché lors d'une conférence sur les armes à Farnborough, au Royaume-Uni, où des spectacles aériens ont lieu. Nous étions en 2009 et j'étais également présent pour représenter les Émirats arabes unis.[3]
Keshe détenait exclusivement des informations sur des systèmes à haute énergie ayant des applications militaires, en particulier pour désactiver des satellites et créer des armes à haute énergie et, bien sûr, des déclencheurs nucléaires spécialisés pour de très petites armes nucléaires tactiques.
Alors qu’il était en Belgique, Keshe a fait l'objet d'une campagne de chantage de la part de personnes impliquées dans un scandale pédophile qui a balayé la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne à l'époque, impliquant des familles royales, la police et de puissantes entreprises.
Une partie du travail de ce réseau est étroitement liée aux opérations d’Epstein / Maxwell. Des scientifiques européens clés ont été ciblés, accueillis lors de conférences privées au cours desquelles des esclaves sexuelles ont été introduites comme cela a été documenté à plusieurs reprises, j'en ai parlé aux autorités italiennes en 2015. Les maîtres chanteurs ont menacé d'enlèvement des enfants des plus grands scientifiques européens, et de les mettre dans leurs réseaux pédophiles.
Selon les autorités italiennes et Keshe, un Américain du nom de Sterling David Allen était le webmaster de cette organisation profondément enracinée aux États-Unis, qui avait associé de nombreux puissants de Washington, y compris Anthony Scalia, à des réseaux de maltraitance d'enfants dans des endroits reculés, d'îles privées et de ranchs. près de la frontière mexicaine avec des pistes privées, des «clubs de chasse» comme St. Hubertus, pour diriger et contrôler des «élites» au nom de, eh bien, nous ne le savons pas vraiment.
La clé était était l'implication non seulement des initiés à Washington, mais aussi de certains milliardaires comme ceux du groupe MEGA, mais pas nécessairement de ceux-ci, aidés par le personnel de sécurité israélien.
Les personnes impliquées auraient de faux passeports, comme celui d’Epstein, bien que sa véritable cachette n’ait jamais été retrouvée, ainsi que des avions privés cachés portant souvent le numéro de queue indiqué par le département de la Sécurité intérieure, que beaucoup reconnaissent comme un front pour le renseignement israélien.
Ces personnes se rendraient clandestinement au Mexique, à Vera Cruz, puis à Cuba, où la plupart des propriétés étaient à Varadero, une communauté au bord de la plage où les «morts ou disparus» parmi les fugitifs américains ou ceux qui ne sont «pas vraiment en prison alors qu'ils sont censés y être ” vivent peinards.
Nos informations à ce sujet proviennent directement du FBI et des services de renseignement mexicains qui ont enquêté sur les liens entre le Cartel du Golfe, la famille Salinas, la famille Bush [4], la famille Romney, la famille Walton et bien d’autres, dans le cadre d’un vaste programme de récompenses qui a rapporté des milliards de dollars cash d’argent de drogue blanchi des îles Caïmans et de Cuba, aux membres du Congrès.
Derrière tout cela se cache un réseau de trafic d’enfants exposé les scandales Franklin, Boys Town, Houston, le scandale sexuel d’enfants AIPAC (supprimé), la véritable enquête du 11 septembre ( supprimée), le scandale du vol nucléaire (supprimé) et le truquage de chaque élection présidentielle depuis 2000.
Les preuves cinétiques sont perçues lorsque des armes sont testées contre Gaza et en Syrie, des armes qui ne sont pas censées exister, les conditions météorologiques qui changent, des sécheresses artificielles abominables en Iran et en Russie, ainsi que dans d'autres programmes analogues aux vols massifs de données sur Facebook. et sur Google, l'utilisation de technologies de contrôle de la pensée ou «d'incitation» par l’israélienne Elbit Corporation et d'autres, dans le cadre de l'expérience sociale financée par l'Arabie saoudite sous le nom d'ISIS.

À suivre
Source : Disclosure: Some of What You are Not Being Told
By Gordon Duff, Senior Editor
NOTES
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.