mardi 23 juillet 2019

USA vs Iran. La "guerre du siècle" ne laissera aux États-Unis que deux choix: utiliser ses armes nucléaires ou ses enfants


Un nouveau rapport du ministère de la Défense, rédigé dans des termes sinistres et affreux, circule aujourd’hui dans le Kremlin, confirmant que la Russie a mis en branle plus de 1.500 militaires et plus de 30 navires de guerre et de soutien et plus de 150 pièces de matériel spécial de combat. Ces unités ont été mises en posture de combat réel en mer Caspienne, à la frontière iranienne. Cette action défensive de la Russie est nécessaire en réponse directe à un Iran furieux qui vient d'avertir le Royaume-Uni qu'il risque d'être entraîné dans la «guerre du siècle» - une guerre à laquelle les Britanniques sont en train de s’engouffrer après que les États-Unis aient échoué à la démarrer par eux-mêmes, et qui a vu les Britanniques refuser d'aider les Américains, jusqu'à ce que l'Iran saisisse un de ses pétroliers.

Mais pour faire la guerre, les États-Unis ne disposent que de deux options pour combattre. Soit ils utilisent des armes nucléaires et unissent contre eux le monde entier dans une condamnation unanime, soit ils commencent à recruter des enfants américains comme soldats. Cette dernière nécessité est imputable à leurs propres recherches qui ont prouvé que la grande majorité de leurs soldats actuels sont mentalement des légumes.  Cet état de fait est dû à la vingtaine d’années de guerres ininterrompues et systématiquement perdues. Ce qui les incite à explorer le recrutement dans leurs rangs militaires d'enfants à partir de l’âge de  16 ans.
 
Près de 20 ans de guerre non-stop ont laissé la grande majorité des soldats américains dans un épuisement mental végétatif
… Amenant ainsi les États-Unis à commencer à explorer le recrutement d'enfants soldats pour mener leurs guerres.
Sans que le peuple américain en soit informé, l'une des plus grandes menaces existentielles pesant sur le pouvoir militaire dominant des États-Unis au Moyen-Orient est apparue le 2 février 2019,  lorsque l'Iran a annoncé le développement et le déploiement de son «saut stratégique» :  le missile de croisière Hoveizeh ayant une portée de 1.300 kilomètres (qui n’a besoin que de très peu de temps pour se préparer et peut voler à basse altitude, ce qui lui permet de ne pas être détecté par la plupart des systèmes radar). Quinze jours plus tard, Le 17 février 2019, l’Iran dévoilait sa flotte de sous-marins construits chez lui, capables de lancer des missiles de croisière, dont  l’armée iranienne en posséderait des milliers, voire des dizaines de milliers, dans ses arsenaux.
Répondant à cette menace iranienne directe contre leur hégémonie dans cette région vitale en pétrole et en gaz, les États-Unis ont déployé, le 15 avril 2019, pour la première fois au Moyen-Orient. Quelques semaines plus tard, le 6 mai 2019, ils ont  envoyé le groupement tactique USS Abraham Lincoln doté de l’arme nucléaire. Le 6 mai 2019, ils ont envoyé leurs bombardiers lourds B-52 à armement nucléaire , suivis le 10 mai 2019 par le déploiement de batteries de missiles Patriot pour se défendre contre l'Iran, puis, ils ont envoyé, le 28 juin 2019, une flotte massive de leurs bombardiers furtifs F-22 hautement perfectionnés et dotés de l'arme nucléaire, qui ont été rejoints ce 22 juillet 2019, par les forces militaires américaines  arrivant en Arabie saoudite pour la première fois depuis 2003, lorsqu’elles se préparaient à envahir l'Irak.
Ce rapport explique pourquoi les États-Unis ont déployé contre l’Iran un arsenal de plusieurs milliards de dollars d’armes, de soldats et d’équipements, coûtant des centaines de millions de dollars chaque semaine. Ce conflit sera la première véritable guerre du 21e siècle. Il opposera la plus grande puissance militaire de l'histoire des États-Unis à «La forteresse iranienne», une description appropriée d'un pays iranien entouré de toutes parts par des eaux minées, des montagnes et des déserts infranchissables.
Il est  important de rappeler ici que, pendant la guerre d’agression et d’occupation menée par les États-Unis en 1991 contre l’Irak, et malgré leurs grandes capacités militaires et de renseignement, les Américains n’ont pas été en mesure de trouver et de détruire un seul des missiles mobiles Irakiens avant son lancement. Cette  leçon a été tirée par les Iraniens au cours des 28 dernières années, qui les a vus produire et déployer des dizaines de milliers de missiles mobiles à courte portée, à longue portée, balistiques et de croisière. /Ils les ont enterrés  dans de vastes cavernes souterraines, à l'abri des bombes, disséminées dans leurs vastes régions montagneuses. Ils ont aussi construit différents types de navires, des milliers de gros véhicules de transport (semi-remorques) se déplaçant constamment sur des milliers de kilomètres et qui sont presque constamment en mouvement.
Ce rapport met en garde contre les graves dangers de ces dizaines de milliers de missiles iraniens en attente de guerre. Ils ne sont pas connus et sont armés d’Uranium-235- une matière radioactive produite en masse par l'Iran, tout en maintenant son seuil de pourcentage sous le seuil requis produire une arme nucléaire.
De plus, les Iraniens peuvent facilement placer cette substance radioactive dans des missiles et les faire exploser sur tout ce qu’ils choisissent comme cible au Moyen-Orient - connus sous le nom de "bombes sales d’uranium" et dont la demi-vie de 703,8 millions d’années rendrait inhabitable chaque navire de guerre américain, chaque base militaire américaine et chaque pays du Moyen-Orient soumis aux Américains. Cette puissance de destruction est comparable à celle de missiles de croisière iraniens armés de bombes génératrices de compression de flux , qui bien que non nucléaires, sont capables d’effacer les réseaux électriques de villes entières grâce à une impulsion électrométrique (EMP).

Source : “War Of The Century” Fears Leave America Only Two Choices—Use Nukes Or Children
Traduction : Hannibal Genséric
 --------------------------------------------------------------

De quoi a peur le Pentagone?
Les dernières évolutions militaires dans le bassin du golfe Persique ont dévoilé un peu plus la puissance militaire de l’Iran. Les autorités du Pentagone s’inquiètent de ce que les drones iraniens qui ont déjà distrait la vigilance des radars américains au point de filmer pendant des heures l'USS Boxer n’arrivent à frapper, avec les missiles qu’ils transportent, les navires américains. Raï al-Youm revient sur cette perspective.
"Six jours après que le président américain eut prétendu qu’un drone iranien avait été abattu par le navire USS Boxer, le Pentagone n’a présenté aucune preuve ni image à l'appui de cette prétention. C'est peu de dire ce qui témoigne en réalité du caractère mensonger de ces déclarations. En effet, comment se fait-il que le drone iranien a filmé le grand destroyer américain sans que les radars américains puissent l’intercepter?", se demande le quotidien.  
Des journaux américains tels le New York Times, le Washington Post et des revues comme Newsweek ne cessent d’accuser Trump "d'avoir menti" et "humilié de la sorte les forces armées américaines". "Personne ne s’imaginait un seul instant que Trump puisse aller jusqu’à faire un aussi gros mensonge, à savoir, remettre en cause le prestige de l’armée américaine, " dit la presse US citée par Raï al-Youm qui ajoute : 
"Pire encore, le Pentagone est resté silencieux à ce jour sur cette affaire de drone iranien, alors même que le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a aussitôt démenti les allégations de Trump en diffusant des images bien convaincantes, prises de l'USS Boxer. Mais, ce qui importe le plus, ce n’est pas tant que Trump ait menti, mais le fait même que le drone iranien ait réussi à distraire la vigilance des radars américains. La vidéo diffusée par le CGRI montre que le drone volait, aisément, au-dessous du navire USS Boxer, dans les eaux du golfe Persique et qu’il le filmait à son gré. Et cela, alors que les porte-avions et les destroyers tels que l’USS Boxer bénéficient de considérables capacités défensives et agressives et qu’ils peuvent en principe abattre tout objet volant, que ce soit un avion, un drone ou un missile qui s’approcherait un peu trop près d’eux. En principe, puisque le cas du drone iranien vient de remettre tout en cause"
Et le journal de poursuivre : 
"C’est justement le point qui inquiète les experts militaires américains : comment l’Iran est-il parvenu à fabriquer des drones qui peuvent distraire la vigilance des radars américains et filmer des bâtiments de guerre tels des destroyers des heures durant, ou ce qui revient au même, comment les radars iraniens, eux, peuvent-ils intercepter les drones les plus sophistiqués US comme des RQ-4 et de les abattre? Le Pentagone se rend actuellement bien compte que si un drone peut distraire la vigilance des radars, il pourra aussi transporter des missiles et viser les navires US. Il est vrai que la puissance militaire de l’Iran a bien surpris le Pentagone : les systèmes de défense aérienne iranienne sont arrivés à abattre le drone sophistiqué US Global Hawk et intercepter l’avion furtif Poseidon-8 et les drones iraniens volent au-dessus de l’USS Boxer sans être interceptés par les radars US. La guerre avec l'Iran ne sera pas une partie de plaisir ni dans le golfe Persique ni ailleurs".

VOIR AUSSI:
 


2 commentaires:

  1. Cette guerre serait une énorme erreur de la part des états Unis.
    Peut-être la chute de babylone, ainsi que la ww3 ?

    RépondreSupprimer
  2. vivement la guerre et la destruction totale de satan usa et israel Enfin la terre de nouveau sera libre et en paix..

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.