mardi 2 juillet 2019

Voyage des Raptors de Toronto en Israël: l’obscénité du pouvoir juif



J'ai récemment reçu un email de Code Pink:
"Remporter la phase finale de la NBA est un grand exploit, mais le copropriétaire milliardaire des Raptors, Larry Tennenbaum - un juif partisan sans scrupule d'Israël - veut les récompenser par un voyage de propagande en Israël. Aidez-nous à faire appel aux Raptors pour qu'ils rejettent l'offre de leur entraîneur: dites-leur de réaliser un dunk pour les droits des Palestiniens en refusant de se rendre en Israël."

"Réaliser un dunk pour les droits des Palestiniens?" Ce n'est pas exactement le chant de protestation le plus accrocheur au monde. Pas de rime ni d’allitération, le lecteur ne numérise pas et l’image qui me vient à l’esprit est… quoi, exactement? Kawhi Leonard a-t-il volé la tête de Larry Tennenbaum et l’a dans le cerceau grâce à un dunk ?
Quoi qu'il en soit, les gauchistes bien intentionnés de Code Pink (Femmes pour la Paix) ont le cœur accroché à la bonne place. Comme la plupart des gauchistes bien intentionnés de nos jours, elles se sentent mal à cause des atrocités israéliennes. Contrairement à la plupart des gauchistes bien intentionnés, elles essaient de faire quelque chose à ce sujet. Et contrairement à peu près tout le monde en Amérique, elles ont le courage de devenir fortes et visibles, risquant d'être arrêtées ou pire encore. (Je n’oublierai jamais d’entendre parler de Medea Benjamin se faisant casser le bras par des voyous d’al-Sisi.) [1]
Mais le courage de Code Pink ne va pas jusqu’à dire la vérité sur le pouvoir juif, ses abus et ses vulnérabilités les plus flagrants. Medea Benjamin doit savoir que le 11/9 était une opération sous faux drapeau - elle m'a avoué ses soupçons et a apprécié mon militantisme concernant le 11/9 lors de son interview en 2007 à l'émission de radio Truth Jihad Radio. Pourtant, lors d'une conférence New Horizon en Iran en 2014, Gareth Porter et elle se sont vivement plaints de l'accent mis par la conférence sur les «théories du complot» du 11/9 et d'autres formes «d'antisémitisme». Tous les autres participants à la conférence ont reconnu que le 11/9 était un Faux drapeau sioniste (à l'exception de Benjamin et Porter, le vote à main levée a été unanime), les deux porte-greffes ont provoqué une odeur nauséabonde auprès des organisateurs de la conférence, évoquant un prétendu sentiment anti-juif lors de l'événement. Les deux ont été particulièrement choqués par un couple de participants représentant la nouvelle droite européenne, qui a épousé le révisionnisme de l’Holocauste et condamné avec férocité ce qu’ils considéraient comme une puissance juive extrêmement démesurée dominant l’Occident.
Ce qui nous amène à la question à un million de dollars de Gilad Atzmon: Pourquoi ne pouvons-nous pas parler du pouvoir juif? Certains disent que le pouvoir juif est l’éléphant dans le salon: c’est tellement énorme et évident que nous ne le remarquons tout simplement pas. Mais pourquoi ne le remarquons-nous pas? Et pourquoi sommes-nous confrontés à des mouvements gênés quand nous en parlons? Serait-ce parce que l'éléphant dans le salon se tient sur ses pattes postérieures et affiche un organe sexuel massivement surdimensionné?
Dans notre salon culturel actuel, le pouvoir juif est une sorte d'obscénité: il commet des actes indiciblement blasphématoires et pervers - tirer à balles réelles sur les enfants palestiniens en considérant cela comme du sport, mettre des cibles sur le ventre de mères palestiniennes enceintes afin de tuer les "petits serpents" et leurs mères, tuant les Kennedy, faisant exploser le World Trade Center en plein jour, etc. - puis il utilise son monopole sur les médias grand public pour nous « éclairer » et nous dire que de telles choses ne peuvent pas exister. (J'ai analysé cette dimension obscène et «indescriptible» du 11 septembre dans un essai de 2007.)
Lorsque j'essaie de parler de ces questions avec des Juifs libéraux bien intentionnés tels que Medea Benjamin ou le rabbin Michael Lerner, je me heurte à un mur de briques de déni. Le rabbin Lerner semble penser que le pouvoir juif en Amérique est à peu près proportionnel au statut démographique juif, soit 1,5% de la population:


Barrett: Y a-t-il un politicien américain qui pourrait faire cela, étant donné le pouvoir toujours croissant du lobby sioniste de plus en plus radical ici aux États-Unis?
Lerner: Eh bien, je pense que vous vous trompez sur le lien de causalité. Les Juifs américains représentent environ 1,5% de la population des États-Unis. Les fondamentalistes chrétiens constituent la principale force qui soutient le parti républicain et encourage les forces du parti démocrate. Ils sont au moins quelque part entre 30 et 40 millions, essentiellement 5 ou 6 fois plus qu’il n’y a de Juifs…. Je pense que c’est une erreur d’exagérer le pouvoir juif. Les États-Unis adopteraient la même position si Israël n'avait pas de Juifs, si Israël était simplement un autre pays disposé à jouer au ballon avec les États-Unis
L’oubli apparent de Lerner face à la réalité du pouvoir juif en Amérique et aux crimes monstrueux qu’il a rendus possibles n’est pas sans rappeler la réaction d’un enfant ou d’une épouse aux prises avec le déni profond, d’un agresseur sexuel extrême ou d’un tueur en série. Les Juifs au bon cœur tels que le rabbin Lerner ne peuvent tout simplement pas se rendre compte que leur communauté (a) a un pouvoir incroyablement disproportionnée par rapport au nombre de juifs, et (b) est complice des crimes obscènes de son pire élément dominant de son leadership.
L’affirmation du rabbin Lerner selon laquelle le pouvoir de la communauté juive (organisée) en Amérique est proportionnel à son nombre et n’a rien à voir avec le soutien américain à Israël, est absurde, ridiculement faux. Pourtant, demandez aux Américains moyens "le pouvoir juif en Amérique est-il disproportionné, et si oui, dans quelle mesure?" Et vous aurez probablement beaucoup de regards vides et embarrassés. Les médias dominants aux mains des Juifs nous ont lavé le cerveau et à imaginer que les seules personnes qui posent de telles questions sont des idiots nazis paranoïaques qui fantasment sur le fait que des Juifs dirigent secrètement le monde depuis le siège des Sages de Sion sous le pôle Sud, sans doute en conspirant avec Elvis encore vivant.
Laissons donc un instant la question du pouvoir juif disproportionné et posons une question parallèle: «Les Afro-Américains sont-ils dominants, c’est-à-dire représentés de manière disproportionnée, dans le basketball professionnel?» La réponse, comme nous le savons tous, est «oui ». À quel point sont-ils disproportionnés? Plutôt que de prendre la peine de confirmer par des recherches redondantes ce que nous savons tous grâce à nos propres yeux, je suis confiant que le match de basket-ball professionnel moyen comprend dix joueurs, dont environ huit semblent être des Afro-Américains. Les Afro-Américains, qui représentent environ 12% de la population américaine, constituent environ 80% des joueurs de la NBA. En d'autres termes, il y a six à sept fois plus de joueurs noirs dans la NBA qu'il y en aurait si leur présence était proportionnelle à la population noire. C’est une surreprésentation de 600% à 700%. On pourrait résumer cette réalité trop évidente en disant que «les Noirs sont massivement surreprésentés sur le terrain de basket professionnel. Ils dominent! »
Alors, qu'en est-il des propriétaires de NBA? Une liste affirme que 17 des 39 propriétaires de NBA (43,6%) sont juifs. La même liste indique à tort que les Juifs constituent 3% de la population; alors que la réalité est qu’elle est inférieure à 1,5%. Il semble donc que les Juifs soient surreprésentés dans les positions de propriété de la NBA par un facteur de 2900%, soit quatre fois plus de surreprésentation que les joueurs noirs sur le terrain de basket professionnel! Donc, si nous disons que les Noirs sont massivement surreprésentés et dominent les terrains de la NBA, quels mots pourraient décrire la surreprésentation des Juifs en tant que propriétaires de la NBA?!
Si vous êtes un libéral supportant le Code Rose, c’est acceptable de protester contre Larry Tennenbaum qui traîne son équipe de basketball en Israël pour «laver par le sport» les crimes sionistes. Mais il n’est pas acceptable de remarquer que «Tennenbaum» est un nom manifestement juif. Il est encore plus scandaleux  de souligner que les Juifs sont absurdement surreprésentés dans les positions de propriété de la NBA. Et c’est encore inacceptable, voire condamnable pour antisémitisme  de dire que les Juifs sont surreprésentés de la même façon parmi les milliardaires américains, les millionnaires, les personnes qui gagnent au moins 100 000 dollars par an.
Si vous parlez de la métrique de la richesse, les Juifs en sont pratiquement propriétaires. Enfin, si vous voulez vraiment vous rendre impopulaire en prononçant la pire obscénité possible, soulignez simplement que cette surreprésentation extrême de la richesse juive, ainsi que la domination juive encore plus extrême et démesurée des principaux médias, constituent ÉVIDEMMENT (pardon rabbin Lerner) la raison pour laquelle les États-Unis ont saigné par l’Etat d’Israël à hauteur de milliers de milliards de dollars alors qu’elle gaspillait son pouvoir, sa réputation et ses libertés dans une série sans fin de guerres au Moyen-Orient.
Après avoir lu ces mots, l’ancien chef de l’ADL, Abe Foxman, s’étouffera de rage dans son somptueux lit en peluche, en criant: «PARLER DE  "RICHE JUIF" EST UN TROPE ANTISÉMITE!».
D’autres juifs américains plus honnêtes, comme l'irrépressible Joel Stein pourrait répondre que, comme les «tropes antisémites» d'Ilhan Omar, celui-ci se trouve être vrai. Joel pourrait même craindre qu'il ne se soucie pas de savoir si les Américains pensent que les Juifs sont incroyablement riches et puissants, il veut simplement les garder ainsi.
La communauté juive a réagi à l’article légendaire de Stein intitulé «Qui dirige Hollywood? Allez! » de la même manière qu’une salle de classe remplie de 4e année pourrait réagir à un pet particulièrement fort et puant: une moitié s’est détournée et s'est bouché le nez, tandis que l’autre moitié a ri nerveusement. On ne saurait mieux illustrer le parallèle entre la façon dont les gens réagissent naturellement à l'obscénité et les réactions libérales typiques de la classe moyenne polie face à la mention du pouvoir juif.

Source : Toronto Raptors’ Trip to Israel: The Obscenity of Jewish Power
Traduction : Hannibal GENSERIC



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.