jeudi 11 juillet 2019

Yémen : l’Arabie saoudite isolée après le retrait de l’armée émiratie

Plus de quatre ans de résistance des combattants de l’armée yéménite et d’Ansarallah ont obligé pour le moment le principal allié de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, à se résoudre à retirer ses forces du Yémen.  Après s’être rendu compte de leur vulnérabilité face à l’Iran et au Yémen, les Émirats ont envoyé à Téhéran un représentant censé faire part de trois offres.

Après quelques mois de censure médiatique, le retrait progressif des forces émiraties du Yémen a été enfin médiatisé et est le signe d’une grande divergence au sein de la coalition d’agression dirigée par Riyad.
La coalition saoudo-émiratie, qui escomptait dès les premiers jours de l’agression contre le Yémen en mars 2015 de s’emparer du pays en quelques mois, s’est retrouvée embourbée face à la résistance de l’armée yéménite et d’Ansarallah.
Avec le dévoilement de nouveaux drones et missiles par les combattants yéménites qui a changé depuis ces derniers mois l’équilibre des forces en faveur d’Ansarallah, les dirigeants émiratis se sont rendu compte du changement sur le terrain et ont ordonné un retrait progressif de leurs forces des fronts de combat.

PressTV-Yémen: les Émirats se désintègreront..
Selon le site d’information Mashreq News, l’armée émiratie a commencé dans une première phase à évacuer les forces et les armements lourds de la province yéménite de Maarib. Citant des sources sur le terrain, le site a par ailleurs ajouté que l’armée des EAU a bombardé avec ses avions de combat les positions des mercenaires à sa solde dans cette province, qui étaient mécontents du retrait d’Abu Dhabi et refusaient de livrer les armes lourdes à l’armée émiratie.
D’après les sources d’information, le retrait des forces émiraties ne se limite pas à la province de Maarib. Elles préparent leur retrait des régions du Sud, y compris d’Ad-Dali et de Hudaydah.
Cependant, l’armée émiratie a l’intention de garder un certain nombre de conseillers militaires et ses mercenaires dans les régions yéménites occupées par la coalition de Riyad.
Dans ce contexte, les Saoudiens, qui ont perdu leur principal allié sur les fronts de bataille, craignent un isolement total dans l’agression anti-yéménite, alors qu’ils sont sous les pressions des attaques quasi quotidiennes des drones et des missiles de l’armée et d’Ansarallah. Un isolement qui les contraindra à prendre une décision similaire et à retirer leurs forces du bourbier yéménite.
Résultat de recherche d'images pour "yémen guerre"
Appel au secours émirati pour un retrait décent du Yémen
Le retrait d’une partie des forces émiraties du Yémen fait parler de lui ces derniers jours. En dépit des doutes, le journal libanais Al-Akhbar écrit que les autorités d’Abou Dhabi semblent avoir pris une décision stratégique visant à éteindre ce feu dont les flammes ont finalement atteint leur sol, et ce, en appelant au secours Téhéran et Moscou.
Après les explosions du 12 mai dernier au port émirati de Fujaïrah, une délégation constituée de hauts responsables sécuritaires émiratis s’est rendue à Téhéran, qui leur a néanmoins signifié une fin de non-recevoir en ces termes : « Après avoir franchi la ligne rouge, il n’y plus rien à négocier ! ».
Se référant à des sources diplomatiques, Al-Akhbar indique que les dirigeants émiratis auraient fait les trois « avances » suivantes à Téhéran : 
- un retour à la normale des relations entre les deux pays, 
- un soutien bilatéral concernant les passages maritimes pour ainsi assurer la sécurité de la navigation des pétroliers provenant de tous les pays du golfe Persique et, enfin, 
- la ferme volonté d’Abou Dhabi de retirer ses troupes du Yémen.
Selon le journal libanais, les Émiratis ne se sont pas laissé décourager par la ferme réponse des autorités iraniennes. En visite à Moscou fin juin 2019, Abdallah ben Zayed, ministre émirati des Affaires étrangères a demandé à la partie russe d’intervenir en tant que médiateur et de convaincre l’Iran ; ce qui n’aurait pas réussi, Téhéran ayant répondu de nouveau : « Nous n’avons rien à négocier. »

Al-Akhbar estime que pour les Iraniens, il va de soi qu’Abou Dhabi cherche à adopter une stratégie qui lui permettrait de sortir de l’enfer causé par la guerre au Yémen.
Désormais, toute interdiction de l’exportation du pétrole iranien entrainera, en retour, le non-accès des autres exportateurs au détroit d’Hormuz. Après que cette menace eut émané de Téhéran, Riyad et Abou Dhabi s’attendaient à ce que les flammes d’une guerre étatsunienne ravagent l’Iran. Mais les États-Unis les ont laissés sur leur faim, n’ayant pas réagi non plus à la destruction de leur drone ultra-sophistiqué d’une valeur de plus 120 millions de dollars, explique Al-Akhbar.
Les Émiratis se sont rendu compte que les États-Unis, qui ont évité d’attaquer l’Iran lors de ces moments si tendus, ne vont pas le faire non plus, plus tard. Ils envisagent donc, après quatre ans et demi de guerre, de passer d’une stratégie militaire à une stratégie de paix. Le ministre émirati des Affaires étrangères a révélé lors de sa visite du mois de juin des signes de ce tournant en annonçant que les enquêtes sur les explosions à Fujaïrah ne pointaient vers aucun pays en particulier et qu’Abou Dhabi ne souhaitait pas que les tensions avec Téhéran s’intensifient.

Cette guerre est « un échec »

Mike Hindmarsh, un général retraité de l’armée australienne, à la tête du commandement de la garde présidentielle des EAU, qui a récemment déclaré aux visiteurs occidentaux que le Yémen était devenu un bourbier où les Houthis étaient les « Vietcongs yéménites ».
Cette réduction des effectifs « forcera les Saoudiens à reconnaître que cette guerre est un échec », a déclaré Michael Stephens du Royal United Services Institute, un groupe de recherche basé à Londres.
« Cela nous dit que les deux principaux protagonistes de la coalition, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, n’ont pas la même idée du succès », a-t-il déclaré au Times.
Selon des sources diplomatiques, les dirigeants saoudiens sont « profondément déçus » par la décision d’Abou Dhabi. « Les plus hauts responsables de la cour royale sont personnellement intervenus auprès des dirigeants émiratis pour tenter de les dissuader [de réduire leurs troupes au Yémen] », a déclaré un diplomate occidental au fait du dossier.
Source : Press.tv



2 commentaires:

  1. Ne jamais faire confiance au traîtres

    RépondreSupprimer
  2. Le jour où les Emiratis comprendront que ce sont des guerres provoquées pour les affaiblir et gagner de l argent sur leurs dos , ils changeront de politique étrangère. N ont ils pas pris l exemple de la guerre Iran/ Irak? Si vous avez des chiites parmi vos citoyens, créez un parlement où sunnites et chiites peuvent cooxister. Le Koweït l a fait, pourquoi pas vous ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.