mardi 16 juillet 2019

USraël. Une réunion secrète de conspirateurs pour la guerre?


Qui représente le peuple américain dans ce conclave secret avec des groupes pro-israéliens? Alors que beaucoup de groupes ethniques aux États-Unis protègent leurs cultures et leurs langues respectives, il n’est pas logique que l’un d’entre eux cherche en réalité à défendre des politiques qui sont néfastes pour les États-Unis mais profitables à une nation étrangère avec laquelle les gens de ce groupe s’identifient.

[Note de la rédaction: Phil pointe ses  armes sur les sénateurs démocrates qui ont organisé une réunion privée avec de grands groupes juifs pour obtenir leur liste de souhaits et jurer fidélité à tout ce que veut Israël.
Le soutien politique des partis républicains et démocrates pour le lobby juif dure depuis longtemps et les démocrates s'en tirent généralement mieux, car de plus en plus de Juifs sont démocrates en politique.
Les deux parties sont bien financées par ces organisations juives, comme le décrit Giraldi dans ʺLe Lobby juif ou la cinquième colonneʺ. Ce qui intéresse en premier lieu le Lobby, ce sont les intérêts d’Israël avant ceux de leurs concitoyens américains, qui sont considérés comme des ballots dont les poches doivent être vidées au profit d’Israël.
À la fin de sa critique cinglante, Phil explique sans détour qu’aucun groupe ethnique ou national américain n’a jamais tenté de détruire le Premier amendement en se ménageant un créneau spécial pour imposer des sanctions pénales à ses compatriotes qui ne sont pas d’accord avec ses positions politiques.
Bien des membres des organisations de défense et de sécurité pensent comme Phil, mais ils gardent la tête basse et la queue entre les jambes, ne voulant pas être «ciblés» parce qu'ils savent que notre système corrompu sera toujours du côté des lobbyistes juifs.
Je dirais à tous ceux-là de lire et de regarder Phil et VT. Nous avons combattu bec et ongles ces lobbyistes pendant des années; et ils ne nous ont pas attaqué, car ils savent que cela nous donnerait un forum public plus vaste; et ils sont trop intelligents pour le faire.
Nous sommes harcelés à coup sûr, mais rien ne nous empêche de publier nos billets, car nous savons que nous avons économisé pour les jours difficiles, et nous ne sommes pas sans amis haut placés… Jim W. Dean ]
-------------------------------------------------------
Première publication… 13 juillet 2019 - 
Le 5 juin 2019, 16 chefs d'organisations juives se sont joints à 25 sénateurs démocrates pour une réunion privée qui, selon le Times of Israel, est un événement annuel. Toutes les organisations juives, sauf une, ont ouvertement déclaré qu’elles défendent Israël et soutiennent sa politique, quelle qu’elle soit.
Les principaux groupes présents comprenaient le Conseil des présidents des principales organisations juives, la Ligue anti-diffamation et le Comité américain des affaires publiques israéliennes. Un certain nombre de groupes ont fait pression sur le Congrès et la Maison-Blanche en faveur du recours à la force contre l'Iran, une position fondamentalement identique aux demandes formulées par le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.
La délégation sénatoriale était dirigée par le sénateur Chuck Schumer (D-N.Y.), Actuellement dirigeant de la minorité du Sénat, qui s'est décrit comme le «shomer» ou le gardien d'Israël au Sénat. [NdT. En droit religieux juif, un shomer est un tuteur légal juif chargé de la garde et du soin d'un objet. Les lois du shomrim sont dérivées de la Torah du livre de l'Exode.]
Les 25 sénateurs présents représentent le quart de l'ensemble du corps des délibérations et plus de la moitié des démocrates qui y siègent. La sénatrice Amy Klobuchar (D-Min.), Qui a fermement associé sa campagne (pour devenir la candidate démocrate à la présidence en 2020 ) aux intérêts juifs et israéliens, a présidé la réunion.
Après la réunion, Jewish Insider a fourni une liste complète des participants et un diagramme de leur positionnement dans la salle de conférence du Capitol Hill. Les sénateurs étaient placés d'un côté d'un rectangle, les leaders juifs devant eux occupant les sièges des trois autres côtés.
On ne sait pas exactement qui a fourni l'ordre du jour que Klobuchar suivait sans doute, mais on soupçonne qu'il pourrait s'agir d'un effort conjoint de Schumer et de plusieurs des organisations membres juives les plus en vue.
La réunion n’était pas  un événement public et, dans une certaine mesure, elle était secrète. Son heure, son lieu et ses participants n’ont pas été annoncés et cela n’a été rapporté que par les médias israéliens et juifs.
Selon la couverture après coup de l'événement par Alison Weir du site Web "If Americans Knew", même les membres du personnel des bureaux du Congrès n'étaient pas au courant du fait que la réunion avait lieu.
Aucune déclaration n'a été publiée par la suite, mais on pense que le principal sujet de discussion était de savoir comment contenir et inverser le sentiment pro-palestinien parmi les électeurs démocrates progressistes, qui, à la grande horreur des participants, ont admis la possibilité que les Palestiniens soient réellement des êtres humains, ayant les mêmes droits que les juifs Israéliens.
Le mouvement non-violent Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui est devenu une force croissante sur les campus universitaires et dans les milieux progressistes, aurait constitué un centre d'intérêt particulier.
D'autres problèmes soulevés ont été mentionnés par la suite sur le service de messagerie The Tell de Ron Kampeas du service de presse de l'Agence télégraphique juive (JTA). Ils ont notamment soutenu Israël et mis en place un plus grand nombre de lois fédérales pour lutter contre «l'antisémitisme».
Et, bien sûr, il y avait la question de l'argent. Plusieurs groupes souhaitent un financement accru du Département de la sécurité intérieure (DHS) pour permettre de renforcer la sécurité dans les installations et diverses organisations juives. La législation actuelle envisage d'affecter 70 millions de dollars par an et il a été demandé que ce montant soit porté à 90 millions de dollars.
Un article paru en 2014 dans Jewish Forward  rapportait que les institutions juives recevaient 94% du total des financements discrétionnaires du DHS.
On pourrait raisonnablement soutenir que la réunion privée avec les sénateurs démocrates reflète une urgence singulière dans la mesure où la base du parti devient nettement moins favorable à Israël, suggérant qu'il fallait faire quelque chose pour enrayer la pourriture.
Les États-Unis ont un envoyé spécial pour lutter contre l'antisémitisme. Son mandat consiste également à proposer des sanctions à l'encontre de pays qui critiquent Israël.
Et même si les démocrates rencontraient des dirigeants juifs, les républicains faisaient à peu près la même chose. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a rencontré probablement certains de ces mêmes dirigeants que les démocrates et s'est inquiété de la possibilité que le leader travailliste britannique, Jeremy Corbyn, devienne Premier ministre.
Corbyn a été pris pour cible par les Juifs britanniques car il est le premier haut responsable politique britannique à parler avec sympathie du sort tragique des Palestiniens.
On a demandé à Pompeo, si Corbyn "est élu, seriez-vous prêt à travailler avec nous pour agir si la vie devient très difficile pour les Juifs au Royaume-Uni?" Il a répondu:
«Il se pourrait que M. Corbyn réussisse à relever le défi et à se faire élire. C'est possible. Vous devriez savoir, nous n’attendrons pas qu’il fasse ces choses pour commencer à le repousser. Nous ferons de notre mieux. C’est trop risqué, trop important et trop dur une fois que cela est déjà arrivé. "
Les Juifs américains veulent donc rejoindre leurs homologues britanniques pour renverser ou « enfermer dans un carcan » tout politicien élu au plus haut niveau simplement parce qu'il reconnaît les souffrances des Palestiniens.
Le secrétaire d'État américain rencontre ces mêmes activistes juifs et convient avec eux qu'il faut faire quelque chose, notamment prendre éventuellement des mesures pour qu'il ne devienne pas premier ministre.
Rappelons pour le moment que la Grande-Bretagne est le plus proche allié des États-Unis et qu’elle passe pour une démocratie ces jours-ci. Les Juifs occupent évidemment un espace assez spécial, politiquement parlant, aux États-Unis.
On peut raisonnablement se demander où sont les entretiens privés avec des représentants d’organisations italiennes, allemandes, irlandaises ou polonaises, chacune représentant une part beaucoup plus grande du mélange ethnique des États-Unis que les juifs.
La réponse évidente est que ces groupes ne fonctionnent pas de manière fortement unie et tribale et qu'ils ne possèdent pas les ressources financières des quelque 600 groupes juifs qui défendent Israël. En Amérique, malheureusement, c’est la puissance de l'argent qui permet d'accéder au pouvoir et, si vous disposez de suffisamment d'argent, vous pouvez acheter les hommes politiques, quel que soit leur parti.
Les autres groupes ethniques blancs d’Amérique ne sont pas non plus fondés sur des griefs. Et il existe une autre différence significative: alors que d’autres groupes ethniques aux États-Unis protègent leurs cultures et leurs langues respectives, aucun d’entre eux ne cherche à défendre des politiques préjudiciables aux États-Unis pour qu’une nation étrangère, à laquelle ils s’identifie, puisse en bénéficier.
Le plaidoyer juif pour Israël est quelque chose de tout à fait différent, coûtant des milliards de dollars au contribuable américain chaque année et impliquant Washington dans une série de guerres choisies par Israël lui-même, aidé en cela par son lobby judéo-américain dont le poids est écrasant.
Israël va bénéficier également d’un prix exorbitant en termes de droits constitutionnels dont jouissaient les Américains. Dans peu de temps, la législation en cours d’adoption par le Congrès criminalisera toute critique d’Israël.[NdT en France aussi]
À part les juifs, aucun autre groupe national ou ethnique aux États-Unis ne cherche à démanteler le premier amendement à la Constitution des États-Unis de cette manière.
Israël n'est pas un ami et ne l'a jamais été. De récents reportages dans les médias expliquent comment l'oligarque américano-juif Paul Singer a collaboré avec le gouvernement israélien pour transférer des milliers d'emplois informatiques bien rémunérés des États-Unis vers Israël. Est-il coupable de double loyauté? Non, il n'est vraiment que loyal envers Israël, à l'instar de nombreux dirigeants juifs qui ont rencontré Pompeo et les sénateurs. C'est une honte.
Et il est également honteux que Pompeo et les 25 sénateurs du parti démocrate rencontrent en privé des organisations juives pour faire des choses pour Israël et la communauté juive qui ne servent pas les intérêts de tous les Américains ? allant même jusqu'à se mêler de la politique d'un véritable proche allié pour répondre à la paranoïa des juifs britanniques.
Oui, il y a un complot international juif en place dirigé par certains Juifs, comme ceux qui ont rencontré les sénateurs et Pompeo, et il n'y a pas de commutateur d'arrêt. Jamais auparavant dans l'histoire une grande puissance n'avait été autant dominée par un Etat client très médiocre et par sa cinquième colonne nationale. Il est temps d’interdire définitivement de telles réunions privées par lesquelles un gouvernement «du peuple, par le peuple et pour le peuple» se soumette à un groupe de pression agissant pour l’tranger.
Source : A Secret Meeting to Plot War?
Philip Giraldi • July 6, 2019
Philip Giraldi est un ancien spécialiste de la lutte antiterroriste de la CIA, officier du renseignement militaire, éditorialiste et commentateur de télévision. Il est également directeur exécutif du Council for the Interest.
Traduction : Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Que les Americains n'aient pas encore compris que leur nation a ete fondee par la franc-maconnerie juive en vue du Nouvel Ordre Mondial avec comme capitale Jerusalem, est une chose que donne la mesure de leur stupidité. C'est triste a le devoir dire mais c'est comme ca. Surtout parce que cette stupidité amenera le monde entier vers la catastrophe.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.