dimanche 21 juillet 2019

Grand Israël et Grand Kurdistan : Le corridor énergétique Moyen-Orient/Méditerranée.


Chacun admet que les guerres et les conflits au Moyen-Orient et en Méditerranée sont une guerre pétrolière et énergétique. L’insécurité du détroit d’Hormuz et l’influence de l’Iran sur le Golfe rendent nécessaire l’établissement d’un nouveau corridor énergétique pour l’Ouest. C'est pourquoi les guerres et les morts sont omniprésents sur les champs pétrolifères et les routes énergétiques du Grand Moyen-Orient depuis de nombreuses années. Nous comprenons mieux la parole de Churchill: "Une goutte de pétrole vaut une goutte de sang". [1]

Dans la lutte internationale d’aujourd’hui, ni un couloir énergétique devant traverser la Russie, ni une ligne de transport de pétrole traversant le détroit d’Hormuz et Suez, ni aucun voyage contournant l’Afrique ne sont propices au monde occidental dans ces circonstances, la seule option reste: le corridor énergétique Moyen-Orient/ Méditerranée. Ce corridor est peut-être la zone de conflit la plus importante du siècle actuel. Tous les principaux acteurs du monde se battent maintenant pour avoir leur part dans ce corridor.
Commençons par Israël:
En fait, le Plan de corridor énergétique Moyen-Orient -Méditerranée est apparu dans la seconde moitié du XIXe siècle. Des champs de pétrole irakiens et iraniens ont été découverts. À cette époque, l’Angleterre, l’Allemagne, la France et la Russie ont élaboré une série de plans pour ces champs d’énergie. Le projet de chemin de fer Berlin-Bagdad, le transport du fleuve Euphrate-Tigre, l'invasion du Moyen-Orient de Suez à l'ouest et le partage Sykes-Picot sont le résultat de la même idée.
Au cours de cette période, deux projets politiques majeurs ont également été mis en place: le Grand Kurdistan et le Grand Israël. La politisation du sionisme religieux et l'idée d'un « retour » des Juifs européens en Palestine [2] constituaient une grande opportunité pour la Grande-Bretagne et les États-Unis. Theodor Herzl proposa au sultan ottoman Abdulhamid II de s’installer en Palestine avec les Juifs en échange d’un important pot-de-vin. Abduhamid II ne l'a pas permis, considérant que les Juifs se propageraient à l'avenir en Mésopotamie. Afin d'empêcher Israël de se propager dans la région à l'avenir, il a placé des Turkomans sur 16 des 17 collines de la région du Golan.
Le résultat n'a pas changé avec le temps. Les Juifs ont d'abord acquis des terres aux Arabes en échange de beaucoup d'argent, puis ils ont formé une présence juive avec le soutien militaire et politique de la Grande-Bretagne, en Palestine. La deuxième guerre mondiale, initiée et encouragée par les juifs sionistes, a permis à l’Europe de se débarrasser d’une partie de ses juifs, en les envoyant massacrer des Arabes : d’une pierre deux coups. Les pays européens ont non seulement été débarrassés des Juifs (qu’ils ont définis, depuis l’expulsion des juifs d’Espagne par les catholiques,  comme des personnes de troisième classe et des voleurs patentés), mais ils ont également établi une base militaire surarmée au cœur du Moyen-Orient et sur la côte méditerranéenne. Des oléoducs ont été mis en place pour acheminer le pétrole irakien vers la Méditerranée (Lattakia-Syrie, Tripoli-Liban et Haïfa-Israël), mais ces oléoducs n'ont pu être exploités pendant la guerre froide.
Cent ans après le premier congrès sioniste de 1897, le Grand Projet du Moyen-Orient a été lancé et l'Irak a été envahi et détruit (plus d’un million de morts pour une population de 15 millions) à la demande d'Israël. Cent ans après l'invasion de Jérusalem par les Britanniques, Trump céda tout Jérusalem aux Juifs, montrant ainsi qu’il est plus sioniste que les sionistes [3] et que, pour lui, « Israël d’abord » et non pas « America first ». La Mésopotamie (nord de la Syrie, à l'est de l'Euphrate), cible du grand projet israélien, a été occupée par l'Organisation terroriste du PKK, sous la direction des États-Unis. Cette région est « le royaume de David du sionisme politique ». À présent, le gouvernement sioniste israélien a pour objectif possible de reconstruire le « Royaume de David » [4] et de créer un corridor entre la Mésopotamie et la Palestine. Le plan d’Israël et le plan de Corridor pétrolier et énergétique de la Méditerranée se combinent à un moment donné. Si le sud de la Syrie devenait une région indépendante avec le soutien des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'Israël, le corridor énergétique serait achevé. C'est pourquoi les États-Unis et la Grande-Bretagne renforcent les bases de la région de Tanf dans le sud de la Syrie. L’organisation terroriste Daech qui a été créée en tant que projet au Moyen-Orient, est également présente que dans cette région. La région de Deraa, dans le sud de la Syrie, est constamment en rébellion avec le soutien des Druzes du nord d’Israël. En d’autres termes, la Syrie du Sud constitue une base appropriée pour le corridor énergétique Moyen-Orient/Méditerranée.
Ce plan n'est plus secret. Par conséquent, la Russie ne s'est pas opposée à l'installation des États-Unis à l'est de l'Euphrate, et Lattaquié, qui sera l'un des futurs corridors énergétiques, a occupé la sortie méditerranéenne. C'est l'une des raisons de la discussion profonde entre la Russie, les États-Unis et Israël ces derniers mois. Tout le monde aura sa part de ce commerce.
Personne ne se soucie de centaines de milliers de personnes, soldats et civils décédés des suites de guerres et de conflits dans la région. Les femmes deviennent veuves et les personnes qui ont été bombardées sont paralysées. Des millions de personnes sont des réfugiés. Des dizaines d'enfants meurent chaque jour dans des tentes primitives négligées, en particulier dans le camp de réfugiés d'Al-Hawl. Les grands pays ne s’y intéressent pas du tout. Le Grand Kurdistan et le Grand Israël Les projets dirigés par les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël se poursuivent au Moyen-Orient.


Parce que: "Un baril de pétrole vaut la vie d’une personne!"
Source : Middle East – Mediterranean Energy Corridor, Greater Kurdistan, Greater Israel
Par  Dr. Abdullah Manaz, VT Istanbul
NOTES
[2] Les juifs européens ne sont pas des Hébreux, mais des descendants des Khazars :
Les Hébreux sont originaires d’Arabie et non pas de Palestine : ESSENTIEL. Le berceau arabe de Sion : Moïse, Mohammed, et le wahhabo-sionisme
Je pense que rechercher l'intégrité là où elle n’existe pas est peut-être une perte de temps, mais la vérité, c'est que les LGBTQ juifs peuvent s'identifier à l'étoile de David, car d'un point de vue étrange, David n'était pas qu'un roi, il était en fait la star ultime: il était à voile et à vapeur.
Ce n’est pas que je croie un mot de l’Ancien Testament, mais le personnage du roi David est perçu par de nombreux érudits contemporains et amateurs de LGBTQ comme une icône gay. Les érudits bibliques qui souscrivent à cette idée soulignent l’histoire d’amour de David avec Jonathan. Dans Samuel 2 1:26, le roi hébreu écrit: «Je suis en peine pour toi, Jonathan mon frère; tu m'étais très cher. Votre amour pour moi était merveilleux, plus merveilleux que celui des femmes. »

Traduction + annotations : Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires hors sujet, ou comportant des attaques personnelles ou des insultes seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Leur publication n'engage pas la responsabilité de ce blog ou de Hannibal Genséric.