jeudi 25 juillet 2019

Pourquoi les États-Unis ne lanceront pas une guerre terrestre contre l'Iran


Au cours des dernières semaines, nous avons assisté à de nombreuses tentatives de provocation  dans le détroit d’Hormuz et dans ses environs, sous forme de faux drapeaux ou d’événements réels, dans le but de mieux faire connaître le retrait unilatéral des États-Unis du JCPOA et le renouvellement des sanctions américaines contre l’Iran. L’Iran contre l'action des États-Unis et sacrifie pion sur l’échiquier (ou peut-être un cavalier!) [1] en saisissant deux pétroliers britanniques opérant illégalement dans le détroit d’Hormuz.
S'il est trop tôt pour prédire la réaction des États-Unis et de leurs alliés (Israël et l'Arabie saoudite, ennemis jurés de l'Iran), examinons les raisons pour lesquelles une réponse en réaction des États-Unis sera en grande partie symbolique, même si cela implique une frappe symbolique contre Iran.

Les alliances mondiales ont changé
La Turquie a de facto annoncé son retrait de l'OTAN, en achetant des missiles S-400. Cet achat et cette collaboration avec la Russie garantissent son départ de l'OTAN, même si la Turquie n'a pas annoncé publiquement un tel retrait. En outre, alors que les bases militaires turques accueillent des avions et des opérations américains, la Turquie déclare qu’elle ne permettra pas que ses bases soient utilisées dans le cadre d’une attaque contre l’Iran, par les États-Unis.
L’Irak, un allié de l’Iran, a également déclaré qu’il ne permettrait pas que son territoire soit utilisé comme base pour attaquer l’Iran.
Ensuite, le Pakistan d’Imran Khan s’est éloigné de son alliance avec les États-Unis pour courtiser la Chine. La Chine est le principal partenaire commercial du Pakistan et la Chine a garanti la sécurité du Cachemire au Pakistan. Ainsi, aucune base au Pakistan ne sera fournie aux États-Unis pour toute attaque contre l'Iran.
La Chine et la Russie ont également averti Washington qu'il ne fallait pas attaquer l'Iran. L’Iran a des garanties de la part de la Russie, de la Chine, du Pakistan, de la Turquie et même du Japon et de l’Inde que son avenir économique est assuré… malgré les sanctions américaines.
Ainsi, seule la Saoudie reste l'hôte de l'agression américaine contre l'Iran. Mais la Saoudie a beaucoup à perdre en accueillant l'agresseur américain, notamment avec la Russie qui pousse l'OPEP +. Et même la Ligue arabe, largement défunte, s'oppose à l'agression américaine contre l'Iran, quelle que soit sa base.
L'Iran va se battre
Ensuite, considérons la force militaire dont l’Iran dispose. Des missiles  avancés aux Kornet, attendez-vous à ce que l’on annonce bientôt que des S-400 et d’autres armements perfectionnés seront fournis à l’Iran pour lui permettre de se défendre. Cela, combiné à un arsenal déjà formidable d'armes défensives visant à sécuriser les frontières et les voies de circulation de l'Iran, garantira une défense redoutable.
Les États-Unis ne peuvent se permettre une nouvelle guerre
Alors que la Réserve fédérale peut imprimer le dollar américain à sa guise, une nouvelle guerre - en particulier une guerre majeure contre l'Iran - affaiblira les États-Unis sur le plan économique, en dépit du nombre de casinos que nous voyons quotidiennement à Wall Street.
Si les États-Unis attaquaient l'Iran, soyez assurés que le marché pétrolier serait sérieusement affecté, ce qui entraînerait une hausse exponentielle des prix du pétrole. L'or aussi va bondir. En effet, un tel effet de prix du pétrole et de l'or pourrait être la piqûre nécessaire pour dégonfler la bulle de la dette publique super obèse de plusieurs quadrillions (mille milliards) de dollars et la spéculation sur dérivés qui peut éclater à nouveau… tout comme elle a éclaté en 2008-2009. Mais cette fois-ci, lorsque l'effondrement financier se produit et, comme Donald Trump l'a prévenu, le nouvel effondrement fera de l'effondrement financier de 2008-2009 un pique-nique.
Les États-Unis ne sont pas capables de vaincre l'Iran dans une guerre conventionnelle
Cette fois-ci, il n’existe aucune «coalition de volontaires» pour postuler et prétendre que les États-Unis ont des alliés nombreux et variés engagés dans une cause juste pour ʺdébarrasser le monde du malʺ, comme ils l’ont proclamé en 1994 contre la Corée du Nord et en 2003 contre l’Irak. . Apparemment, les Îles Marshall, la Micronésie, les Palaos et les Îles Salomon n'ont aucun grief réel à opposer à l'Iran pour le moment.
Mais il est possible que la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne considèrent l'Iran comme une menace suffisante autour du détroit d'Ormuz pour imposer des sanctions supplémentaires au pays et pour augmenter les patrouilles militaires de la marine afin d'accompagner les pétroliers dans le détroit. Les patrouilles accrues augmenteront les tensions dans la région, mais ne devraient pas aboutir à une guerre à moins que les États-Unis ne tentent l’Iran de sacrifier ʺun cavalierʺ pour laisser ʺla reineʺ de l’Occident exposée, c’est-à-dire une plus grande guerre au Moyen-Orient pouvant impliquer l’Irak, la Syrie, Israël, Liban et l’Arabie Saoudite.
La dernière fois, à peine dix minutes avant que l’on appuie sur la gâchette (selon les comptes!) pour réaliser le rêve des néo-conservateurs sionistes de faire la guerre à l’Iran, Trump a eu  d’autres idées. Passons maintenant aux raisons pour lesquelles les États-Unis ne peuvent pas engager une guerre terrestre contre l’Iran.
Carte stratégique des frappes contre l’Iran
Why the United States Will Not Launch a Ground War Versus Iran - by Steve Brown 1
Afghanistan
Le candidat le plus probable ici serait d'organiser des frappes aériennes américaines sur l'Iran depuis la base aérienne de Bagram. Mais à l'heure actuelle, l'Afghanistan cherche à resserrer ses liens commerciaux avec l'Iran ; par exemple, pour commercer avec l’Inde via le port iranien de Chabahar.
Et tandis que les États-Unis pourraient organiser des frappes aériennes depuis Bagram, lancer une attaque terrestre depuis cette région serait une impossibilité virtuelle. Cela est du au relief montagneux et à la présence des troupes de montagne de l’IRGC bien enracinées et bien armées.
En outre, il est extrêmement probable que Dostum / Ghani interdirait toute attaque des États-Unis contre l'Iran depuis l'Afghanistan, ce qui se traduirait par une nouvelle guerre majeure. Et notez que Dostum fait pression pour le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, y compris de ses bases aériennes.
Par hypothèse, il est probable que les États-Unis ont présenté à Dostum / Ghani un «accord» séduisant pour accueillir les forces américaines qui organiseront leur nouvelle guerre contre l'Iran. Et tout en acceptant initialement l’accord de Trump, on pense qu’il aurait finalement été rejeté avec des enjeux aussi importants pour l’Afghanistan. (Un morceau intéressant de propagande dans ce sens apparaît ici.)
Il y a aussi du bruit causé par Trump qui parle du retrait des Américains de l’Afghanistan, mais cette éventualité est hautement improbable.
Turkménistan
Le «Royaume Hermit» s'avère encore plus problématique pour les États-Unis que l'Afghanistan, s’ils veulent attaquer l'Iran. Il y a peu d'infrastructure, pas de base aérienne américaine existante, seulement une "base secrète" proposée par diverses sources de médias alternatifs. Une telle base pourrait être utilisée pour le harcèlement américain contre l'Iran, mais il est extrêmement improbable d'organiser une nouvelle guerre américaine contre l'Iran à partir du Turkménistan. D'autant plus que le Turkménistan (une ancienne république soviétique) a des relations très étroites avec la Chine et que la Chine a déjà mis en garde les États-Unis de s'abstenir d'attaquer l'Iran.
Pakistan
Imran Khan a recherché des liens étroits avec l'Iran et a accepté une protection mutuelle des frontières.
L’État américain est tellement préoccupé par Khan et son alliance qui se rapproche de l’Iran et de la Chine que le Département d’Etat a récemment publié un compte-rendu des allégations de détérioration des relations américano-pakistanaises.
Sur la base de son histoire et de ses dirigeants actuels, le Pakistan ne permettra pas aux États-Unis d’utiliser le Pakistan comme base d’une guerre terrestre contre l’Iran.
Émirats Arabes Unis
Le RQ-4 américain abattu par l'Iran le 19 juin a été lancé depuis les Émirats arabes unis via une base militaire américaine qui s’y trouve. Cette base serait prétendument consacrée à l'action des États-Unis contre ISIS (Etat Islamique), mais elle serait en réalité une base américaine importante pour espionner l'Iran.
Les EAU sont hostiles à l’Iran, mais n’ont aucun lien terrestre avec l’Iran, car ils sont séparés par le détroit d’Hormuz. Les EAU entretiennent également des relations commerciales avec les États arabes, ce qui l’empêche d’être utilisée comme première étape d’une guerre d’agression menée par les États-Unis contre l’Iran.
On peut raisonnablement supposer que les EAU ont accepté d'autoriser les frappes de harcèlement américaines sur l'Iran depuis son aérodrome, mais ont ensuite retiré cet accord brusquement.
Arabie Saoudite
L'Arabie saoudite n'est pas un allié des États-Unis, mais c’est une colonie israélo-américaine, c’est pour cela qu’elle est, comme Israël, un ennemi juré de l'Iran. Mais l’Arabie saoudite s’est récemment tournée vers la Chine pour élargir ses échanges et diversifier son économie. L’Arabie saoudite doit se tourner vers l’avenir malgré sa guerre froide avec l’Iran et entretenir des relations raisonnables avec les autres États arabes.
En plus de n'avoir aucune masse terrestre directement adjacente à l'Iran, et basée sur son histoire, pour que l'Arabie saoudite héberge des troupes américaines engagées dans une guerre d'agression contre l'Iran, il est pratiquement impossible en ce moment.
Irak
L’Irak a une longue histoire avec l’armée américaine et a perdu plusieurs milliers de personnes à cause de la guerre et des sanctions imposées par les États-Unis. Bien que les États-Unis aient une présence significative en Irak et que de nombreuses bases américaines y soient encore présentes, le gouvernement irakien a exprimé à plusieurs reprises son souhait que les 5 200 soldats américains quittent le pays.
Récemment, l’appel aux troupes américaines de quitter l’Irak est devenu plus vif et plus prononcé. Les analystes s'entendent pour dire que les États-Unis continuent d'occuper l'Irak pour contrer l'influence de l'Iran dans le pays et ailleurs.
L’Irak compte une forte majorité de personnes favorables à l’Iran pour des raisons commerciales, politiques et culturelles. L’Irak a un commerce important avec l’Iran et l’Iran tire parti de ce commerce de pétrole et d’électricité.
De nombreuses milices opèrent en Irak, soutenant l'Iran et anti-américaines. Ces milices sont bien armées et ont fait leurs preuves sur le terrain, et le fait que les États-Unis organisent une guerre terrestre contre l'Iran contre l'Iran serait très alarmant pour la population en général, ce qui entraînerait probablement de sérieuses représailles en Irak contre les forces américaines.
Ainsi, alors que les États-Unis ont toujours une présence significative en Irak, une attaque américaine et une guerre contre l'Iran basée en Irak entraîneraient probablement des revers graves et immédiats pour les États-Unis.
Syrie
La Syrie n'a pas de frontière terrestre avec l'Iran. En dépit des objections syriennes, les États-Unis hébergent des bases aériennes pour protéger les terroristes dans la région d'al Tanf et de Manbij. Des raids aériens américains de harcèlement sur l’Iran pourraient être lancés à partir de ces bases, mais une guerre terrestre ne pourrait pas être lancée depuis la Syrie sans une expansion massive des bases américaines dans ce pays. Une telle expansion constituerait une initiative à laquelle les forces de sécurité syriennes et leurs alliés importants s'opposeraient militairement.
Quelles sont les options des États-Unis par rapport à l'Iran?
Malgré le fait qu’ils sont une puissance militaire majeure, les États-Unis disposent d'options militaires limitées face à l'Iran, en plus des sanctions économiques déjà imposées, tout en notant qu'une attaque pourrait certainement inciter les dirigeants russes ou chinois à aider l'Iran. Alors que les États-Unis n'ont jamais "gagné une guerre". Ainsi, et seulement dans le cas du Vietnam, du Laos, de Cuba et de la Corée du Nord, les États-Unis ont toujours été contraints de fuir le théâtre de leur choix. Comme le souligne Greer, il y a une différence entre perdre carrément une guerre, par rapport à ne gagner aucune.
Même si une guerre n'est pas gagnée, le résultat pourrait malgré cela profiter aux puissances occidentales, comme cela a été (sans doute) le cas en Israël-Palestine, Vietnam, Corée, Laos, Liban, Cambodge, Panama et peut-être même en Irak, si la participation occidentale était imposée dans le secteur pétrolier irakien.
Pour que les États-Unis considèrent l’Iran parmi faisant parti du groupe  «digne d’attaque» mentionné ci-dessus, ils doivent d’abord considérer que l’Iran est suffisamment faible (économiquement et militairement) pour mériter d’être attaqué - puisqu’une victoire militaire rapide des États-Unis sur l’Iran est une impossibilité. Les États-Unis doivent également considérer que la réponse de la Russie ou de la Chine doit être mise en sourdine, surtout que leurs relations commerciales et diplomatiques avec ces deux puissances continuent de se détériorer de manière exponentielle avec les deux pays.
Aucun des scénarios ci-dessus (faible sur les plans militaire et économique) ne s’applique réellement dans le cas de l’Iran, de sorte que toute attaque contre l’Iran doit être en grande partie symbolique et qu’elle ne donnera vraisemblablement pas lieu à des représailles massives; ni inciter les dirigeants russes ou chinois à intervenir militairement pour aider l’Iran à se défendre.
Selon la presse occidentale, les cibles choisies par Trump il y a exactement un mois, le 19 juin, étaient trois installations militaires et radar en Iran, dont la destruction aurait entraîné relativement peu de morts. Ces mêmes objectifs seront-ils à nouveau envisagés par l'armée américaine? Nous verrons.
Si Trump tire des missiles de croisière sur ces cibles ou les bombarde, il est fort probable que les dirigeants de la Russie ou de la Chine (la Chine reçoit toujours des quantités importantes de pétrole de l’Iran) fourniront rapidement à l’Iran des défenses aériennes améliorées, voire même des avions de guerre. Et comme l'a déjà suggéré cet auteur, ce dernier point est la plus grande préoccupation de Washington face à une attaque dirigée par les États-Unis contre l'Iran.
Des indices indiquant que les États-Unis attaqueront ou non l'Iran, même dans le cadre d'une frappe aérienne limitée, apparaîtront probablement sur les médias sociaux avec les chiens enragés habituels - Bolton et Pompeo - remuant leurs sabres et exhortant le non-sens habituel au sujet du "danger" que l'Iran pose à l'ouest… ou pas. Jusqu'à présent, les médias sociaux sont silencieux sur le sujet, mais Trump peut tenir ses conseils et engager une action surprise. Nous verrons qui sera surpris!
Cet auteur spécule, peut-être à tort, que les États-Unis ne prendront aucune mesure contre l'Iran pour le moment, en supposant que les pétroliers britanniques soient libérés rapidement dans les prochains jours… probablement à la suite d'une déclaration / demande conjointe américano-britannique. Si les saisies de pétroliers s'éternisaient, je pense que les chances d'une frappe américaine limitée contre l'Iran augmenteraient de façon exponentielle chaque jour. C’est parce que le Royaume-Uni est bien sûr un membre de l’OTAN et que les États-Unis pourraient donc considérer que la saisie de navires britanniques est une action militaire.
Quelles sont les motivations de l’Iran?
La culture qui a inventé le jeu d'échecs ne fait jamais un geste sans considération minutieuse et calculatrice. L’Iran a été obligé de jouer avec les Noirs depuis des décennies et il le fait avec compétence, empressement, et il prendra l’initiative chaque fois que cela sera possible.
Que l'Iran ait perçu un point de faiblesse particulier en Occident à ce moment-là ou qu'il ait caché des accords en place avec des alliés importants pour sa défense en cas d'attaque américaine, est bien sûr inconnu.
Que l’Iran tienne une manœuvre surprise avec le soutien de ses alliés doit être une source de préoccupation extrême pour le Hegemon américain. Et en fin de compte, cette préoccupation doit nous concerner tous, lorsque l’hégémon ne parvient pas à intimider et à contrôler l’échiquier avec son avantage Blanc et lorsque sa Reine est prise.
Il est temps que la Chine et la Russie agissent en Iran  
Grâce à des relations commerciales et diplomatiques de plus en plus étroites, la Russie et la Chine ont formé un formidable bloc. La Russie a fourni un refuge sûr aux dissidents américains persécutés et la Russie s’est opposée aux efforts de changement de régime des États-Unis en Syrie et au Venezuela, et elle continue de faire sortir le Pakistan de l’orbite américaine, comme elle l’a fait pour la Turquie.
La Chine possède un important armement avancé, des systèmes de missiles sol-air et la technologie nécessaire pour aider l'Iran à se défendre. La Chine a déjà exporté des systèmes d’armes perfectionnés vers l’Iran, à la grande consternation du régime israélien.
Le deuxième plus grand fournisseur d'armes à l'Iran est la Russie, bien que l'étendue des ventes d'armes de la Fédération de Russie à l'Iran ne sont connues que des deux parties.
Nous savons que les États-Unis ont appelé les «alliés» à rejoindre une coalition américaine contre l'Iran, et que ces appels ont jusqu'à présent été ignorés, à l'exception de l'Argentine, mais l'Argentine n'a pas grand-chose de militaire. Et peu importe qui choisit de rejoindre une «coalition américaine» contre l'Iran, c'est du bluff puisque les États-Unis ont déjà testé tous les scénarios de guerre de la coalition. Et le résultat de ces jeux de guerre avec l'Iran se termine toujours dans une impasse, voire pire, avec des dommages collatéraux majeurs causés au Moyen-Orient, et en particulier avec des dommages pour l'économie américaine via les prix de l'or et du pétrole.
Les États-Unis ont tenté de renforcer leur position de superpuissance déclinante par tous les moyens génocidaires possibles, que ce soit par le recours à la force ou par la militarisation du dollar américain. Les États-Unis ont créé un monstre en 1979 en fomentant la terreur comme arme de politique étrangère et, à l'instar du Dr Frankenstein consommé par son propre monstre, les États-Unis sont aidés par le virtuel Igor d'Israël et d'Arabie saoudite.
Mais que peuvent réellement faire la Russie et la Chine? Jusqu'ici, la Russie a publié des déclarations publiques fortes sur son soutien à l'Iran, mais n'a pas révélé publiquement comment elle contrerait les sanctions américaines contre le pays.
La Russie n'a pas encore révélé de plans stratégiques pour armer ou assister l'Iran en cas d'attaque américaine, mais cela pourrait être une question de secret d'État.
La Russie et la Chine feront-elles davantage pour contrer l'hégémon mondial? Parce que ces deux nations peuvent être le seul espoir pour l’Occident - et pour le monde - de vaincre enfin le monstre Frankenstein de guerre et de destruction que sont devenus les États-Unis.
Par Steve Brown
Source :  https://strategika51.org/archives/65403
Steve est un activiste anti-guerre, un spécialiste du système monétaire américain
---------------------------------
[1] Au jeu d'échecs, le gambit est un sacrifice volontaire d'un pion ou, plus rarement, d'une qualité dans la phase d'ouverture dans le but d'obtenir un avantage stratégique non matériel : attaque, gain d'espace, ouverture de lignes, dislocation de la structure de pions adverse, gain de temps, etc. Le gambit est parfois risqué, car si l'avantage stratégique n'est pas bien exploité, le déséquilibre matériel offrira de meilleures chances de gain à l'adversaire.
Traduction : Hannibal GENSERIC

3 commentaires:

  1. Affaire Epstein : Trump le pédobear voulait se taper sa propre fille
    https://www.youtube.com/watch?v=fSgh_v7vLCs

    RépondreSupprimer
  2. que la guerre soit et que israel et usa soient soumis aux Russo-China.

    RépondreSupprimer
  3. L'analyste se trompe et voit la chose d'un aspect purement géopolitique, hélas la géopolitique est religieuse ...
    La guerre contre l'Iran sera le début des tribulations, si vous occultez la dimension théologique vous ne pouvez comprendre.
    Les illuminés messianique n'attaqueront l'Iran que lorsque ça sera l'heure.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.