mercredi 24 juillet 2019

Google, Microsoft et les Big Tech infiltrées par le Mossad afin de "réguler" les médias sociaux au profit d'Israël


Plusieurs géants américains de la technologie, dont Google, Facebook, Microsoft et Intel Corporation, ont truffé leurs postes de direction avec d’anciens membres des services de renseignements militaires israéliens et investissent massivement dans leurs succursales israéliennes tout en licenciant des milliers d’employés américains, alors que ces sociétés reçoivent des millions de dollars en subventions gouvernementales américaines financées par les contribuables américains.

Avec près de 6 millions d’Américains au chômage et des mises à pied régulières dans l’industrie technologique américaine, de grandes sociétés de technologie américaines comme Google, Microsoft et Intel Corporation déplacent néanmoins des opérations clés, des milliards d’investissements et des milliers d’emplois vers Israël – une tendance qui a largement échappé à l’attention ou aux préoccupations des médias, y compris des hommes politiques qui prétendent  ”America first” comme Donald Trump. Le fait que ce transfert massif d’investissements et d’emplois ait été si négligé par ces derniers est d’autant plus frappant que ce transfert massif d’actifs et d’emplois est le résultat du travail au corps d’un seul donateur républicain néoconservateur juif de premier plan (Paul SINGER) qui a donné des millions de dollars au Donald.
Pour empirer les choses, bon nombre de ces entreprises de haute technologie qui transfèrent des investissements et des emplois en Israël à un rythme record continuent de recevoir d’importantes subventions du gouvernement américain pour leurs activités pendant qu’elles déplacent des aspects critiques de leurs activités à l’étranger, continuent de licencier des milliers de travailleurs américains et s’efforcent de loger leurs filiales en expansion en Israël. Cela est particulièrement troublant à la lumière de l’importance du secteur de la technologie pour l’économie américaine dans son ensemble, puisqu’il représente 7,1 % du PIB total et 11,6 % de la masse salariale du secteur privé.
En outre, beaucoup de ces entreprises embauchent des membres d’entreprises israéliennes controversées – connues pour avoir espionné des Américains, des entreprises américaines et des agences fédérales américaines – ainsi que de nombreux membres du renseignement militaire israélien comme cadres supérieurs et cadres supérieurs.
Ce transfert massif de l’industrie américaine de la technologie a été en grande partie le travail d’un donateur républicain de premier plan – le gestionnaire de fonds spéculatifs milliardaire juif Paul Singer, qui finance également les groupes de réflexions néoconservateurs American Enterprise Institute (AEI), la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), la Coalition républicaine juive (RJC) et la désormais disparue Foreign Policy Initiative (FPI).
Le projet de M. Singer visant à soutenir l’économie technologique israélienne aux dépens des États-Unis est connu sous le nom de Start-Up Nation Central (SUNC), qu’il a fondé en réponse au mouvement mondial Boycott, Divest and Sanctions (BDS) qui cherche à utiliser des moyens non violents pour faire pression sur Israël afin qu’il respecte le droit international en ce qui concerne le traitement des Palestiniens.
Ce projet est directement lié au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qui, ces dernières années, a publiquement mentionné que sa “politique délibérée” a été de faire fusionner d’anciens membres des “unités militaires et de renseignement… avec des partenaires locaux et étrangers” afin qu’il soit pratiquement impossible aux grandes entreprises et gouvernements étrangers de boycotter Israël. (…)
Les liens entre le Start-Up Nation Central (SUNC) et l’unité 8200 sont troublants pour plusieurs raisons, dont l’une est que l’unité 8200, souvent comparée à la NSA des États-Unis, travaille en étroite coordination avec l’agence de renseignement israélienne, le Mossad, et est responsable de 90 % des renseignements obtenus par le gouvernement israélien, selon son ancien commandant Yair Cohen. Cohen a dit à Forbes en 2016, qu’“il n’y a pas d’opération majeure, du Mossad ou d’une agence de sécurité du renseignement, à laquelle 8200 n’est pas impliqué.” Pour des raisons évidentes, le fait qu’une organisation fondée par un milliardaire juif américain favorise activement la présence d’anciens officiers du renseignement militaire dans des entreprises étrangères, notamment américaines, tout en favorisant le transfert d’emplois et d’investissements vers ce même pays, est très inquiétant.
Il est particulièrement troublant de constater que, depuis la création du SUNC, le nombre d’anciens membres de l’unité 8200 occupant des postes de direction dans des entreprises technologiques américaines a grimpé en flèche. Sur la base d’une analyse non exhaustive réalisée par Mintpress de plus de 200 comptes LinkedIn d’anciens officiers israéliens du renseignement militaire et du renseignement de trois grandes sociétés technologiques, il a été constaté que de nombreux anciens de l’unité 8200 occupent actuellement des postes de direction ou de direction dans Microsoft, Google et Facebook.
Chez Microsoft, les responsables d’au moins 15 produits et programmes de l’entreprise – y compris les principaux responsables de l’ingénierie, de la stratégie produit, de l’analyse des menaces et de la veille économique dans le Cloud – ont publiquement inscrit leur affiliation avec l’unité 8200 sur leurs comptes LinkedIn. En outre, le directeur général du Centre de recherche et de développement israélien de Microsoft est également un ancien membre de l’unité 8200. Au total, sur les 200 comptes analysés, 50 d’entre eux travaillent actuellement pour Microsoft.
De même, chez Google, 28 anciens membres de l’unité 8200 de la société ont été identifiés à partir de leurs comptes LinkedIn. Parmi eux, il y a le directeur de l’ingénierie de Google, le directeur des partenaires stratégiques, deux pistes de marketing de croissance, le directeur technique principal et six directeurs de produits et de programmes, dont le directeur de la recherche sur la confiance et la sécurité de Google.
Facebook compte également plusieurs membres d’Unité 8200 à des postes importants, bien que moins nombreux que Google et Microsoft. MintPress a identifié au moins 13 agents de l’unité 8200 travaillant pour Facebook, dont son directeur de l’ingénierie, son chef de file pour le wi-fi express et son responsable du programme technique. Notamment, Facebook a passé les dernières années à collaborer avec le gouvernement israélien pour censurer les critiques d’Israël. (ainsi, notre Blog, La Cause du Peuple est-il interdit d’accès ou même de citation sur Facebook [1])
Bien sûr, l’influence de l’unité 8200 sur ces sociétés est probablement beaucoup plus grande que ne l’a révélé cette analyse non exhaustive, étant donné que beaucoup de ces sociétés ont acquis plusieurs start-ups israéliennes dirigées par de nombreux anciens d’Unit 8200 qui ont ensuite fondé de nouvelles sociétés et start-ups quelques années ou peu après leur acquisition.
Ivanka Trump "aide" les travailleurs américains en externalisant leur activité vers Israël

Israël  a ouvert les portes de Lockheed Martin pour Ivanka :  Israël vient de signer un contrat de 42 millions de dollars pour un programme de formation F-35. Or, Israël est l'un des principaux clients de jets F35.

Avant d’oublier, "Princesse" Ivanka, on dirait que le plan pour la Palestine, de votre mari, le Prince Consort Jared,  a  «tourné en eau de boudin». Nous espérons que votre "engagement envers les travailleurs américains" avec Lockheed Martin ne finira  pas non plus en queue de poisson.  Le Prince Jared et la Princesse Ivanka habitent dans une maison de 650 mètres carrés, d’une valeur de 5,5 millions de dollars. Alors, oui, Princesse, tenez bon pour aider les travailleurs américains. Qu’est-ce que vous dites? Que c'est un certain  Paul Singer qui a externalisé tous ces emplois des secteurs high-tech d’Amérique en Israël? Princesse, pourriez-vous donner un coup de fil à Paul et vérifier cela pour nous ? ça urge, car Boeing et Lockheed Martin se disputent la priorité  du prochain bombardement du ghetto goy de Gaza.


Selon Sputnik , Ivanka Trump visitera les installations de Lockheed Martin dans le cadre de «l’engagement pris par la Maison Blanche  envers les travailleurs américains»
La visite s'inscrit dans le cadre du programme du POTUS visant à améliorer les taux d'emploi, en particulier dans les États qui se sont avérés «oscillants» lors du vote à la présidentielle de 2016 et à celui du mi-parcours du Congrès de l'année dernière.
Ivanka Trump doit se rendre lundi prochain dans les locaux de Lockheed Martin, dans le comté de Jefferson, au Colorado, a annoncé la Maison Blanche.
Ivanka, qui a officiellement abandonné son entreprise de vêtements pour se consacrer pleinement à ses fonctions de conseillère présidentielle - une position qu'elle a occupée peu de temps après l'assermentation de son père en 2017 - devrait participer à une discussion avec les employés du principal constructeur américain dans les domaines de la défense et de l’aérospatiale. Parmi les questions à l’ordre du jour figurent les programmes de développement de la main-d’œuvre et d’apprentissage de Lockheed dans le Colorado, un swing state (État clé) depuis les élections de 2016.
Hannibal GENSÉRIC
 



1 commentaire:

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.