dimanche 21 juillet 2019

Une nouvelle guerre américaine au Proche-Orient est-elle inévitable?


Prises ensemble, les défaites américaines (Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Yémen) ont produit un désastre stratégique et un désastre des droits de l'homme qui ont coûté des centaines de milliards de dollars. Dans le même temps, la Chine s’est concentrée sur son développement au détriment de son grand rival, qui se débat encore et toujours de manière inefficace dans les guerres éternelles du Moyen-Orient.
En octobre 1950, alors que les forces américaines étaient sous le choc des troupes chinoises qui étaient intervenues massivement dans la guerre de Corée, une brigade turque de 5.000 hommes est arrivée pour mettre fin à l'attaque de six divisions chinoises.
Le commandant suprême, le général Douglas MacArthur déclara: «Les Turcs sont les héros des héros. Il n'y a pas d'impossibilité pour la brigade turque. »
Le président Harry Truman a décoré à la brigade d’une citation d'unité présidentielle.
En 1951, la Turquie mit fin à une neutralité datant de la fin de la Première Guerre mondiale et rejoignit l'OTAN. Au cours des sept dernières décennies, les relations américano-turques n’ont connu aucune crise plus grave que celle qui a éclaté cette semaine.
La Turquie vient de recevoir les premiers composants d’un système russe de défense aérienne et antimissile S-400. Malgré les avertissements américains, cela nécessiterait l’annulation de l’achat par la Turquie de 100 avions de combat interarmées F-35.
"Le F-35 ne peut pas coexister avec une plate-forme de collecte de renseignements russe qui sera utilisée pour en apprendre davantage sur ses capacités avancées", a déclaré la Maison Blanche.
La vente des F-35 a été annulée. Les pilotes et instructeurs turcs formés aux États-Unis sont renvoyés chez eux. Les contrats avec les sociétés turques fabriquant des pièces pour le F-35 sont en train d'être résiliés. En vertu de la législation américaine, l’administration est également tenue d’imposer des sanctions à la Turquie pour avoir acheté des armes russes.
Mercredi, le Pentagone a mis en garde la Turquie contre toute action militaire dans une région de la Syrie où des troupes américaines sont déployées. Les Turcs semblent se rassembler pour faire une incursion contre les forces kurdes syriennes soutenues par les États-Unis et soutenues par les États-Unis qu’Ankara considère comme des alliés terroristes du PKK kurde en Turquie.
Il n’est pas facile de voir comment l’Amérique et la Turquie éviteront une collision qui pourrait détruire l’OTAN, où les Turcs alignent la deuxième plus grande armée de l’alliance.
Les faucons américains réclament déjà l'expulsion de la Turquie de l'OTAN. La Turquie pourrait expulser des forces américaines et leurs armes nucléaires de la base aérienne d’Incirlik en Turquie à titre de représailles.
Le président Recep Tayyip Erdogan semble lancer un défi: Nous avons commencé à recevoir nos S-400. … Si Dieu le veut, ils seront installés sur leurs sites d'ici avril 2020. Les S-400 constituent le système de défense le plus puissant contre ceux qui veulent attaquer notre pays. Maintenant, l'objectif est une production conjointe avec la Russie. Nous le ferons.
Bien que potentiellement la plus cruciale des évolutions récentes au Moyen-Orient, la situation américano-turque n’est pas la seule.
Les EAU retirent leurs forces du Yémen alors que le Congrès cherche à limiter le soutien américain aux forces saoudiennes combattant les rebelles houthis et à sanctionner Riyad pour le meurtre du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi.
Si les EAU se retirent et que les États-Unis coupent leur aide militaire, les Saoudiens ne peuvent pas triompher dans une guerre qu’ils n’ont pas pu gagner avec l’aide des Américains des Israéliens et des émiratis après quatre ans de combats. Et si les Houthis gagnent, les Saoudiens, les wahhabites et les terroristes islamistes sunnites perdent et l’Iran gagne.
Cette semaine, afin de renforcer la présence américaine contre tout affrontement avec l’Iran, le président Donald Trump envoie 500 soldats américains supplémentaires en Arabie saoudite.
Tandis que les États-Unis et l’Iran ont jusqu’à présent évité un affrontement militaire ou naval qui pourrait déclencher une guerre majeure, les sanctions «à pression maximale» imposées par Trump étouffent l’économie iranienne. Il reste difficile de voir comment cela aboutira à une résolution négociée et non à une guerre chaude.
À Doha, au Qatar, les États-Unis reconnaissent en Afghanistan. Ils négocient avec leurs ennemis, les Talibans, sur les conditions d'un retrait des 14.000 soldats américains encore en Afghanistan. Et avec les Talibans qui contrôlent davantage de terrain et qui effectuent régulièrement des attentats-suicides dans des villes afghanes, il est difficile de voir comment le régime de Kaboul et son armée l'emporteraient dans une guerre civile contre eux, alors qu’en présence des Américains, ils ne s’en sortaient pas.
Image associéeEn ce nouveau siècle, les dirigeants des deux grands partis américains ont plongé leur pays dans au moins cinq guerres au Moyen et au Proche-Orients.
En 2001, après avoir évincé les Talibans et déplacé Al-Qaïda sur d’autres fronts, les Américains ont prétendu vouloir construire un nouvel Afghanistan démocratique. En 2003, ils ont envahi et occupé l'Irak pour le compte d’Israël pour créer un bastion pro-occidental au cœur du Moyen-Orient, et pour, disaient-ils, éliminer le dictateur Saddam Hussein, alors même que le Moyen-Orient est truffé de régimes encore plus sinistres les uns que les autres, mais qui sont sous la férule de l’Oncle Sam. Donc, leurs peuples n’ont aucun droit à la démocratie apportée par les armes américaines.
En 2011, Barack Obama a ordonné aux avions américains d’attaquer les forces du colonel Kadhafi en Libye. Kadhafi a été assassiné dans des conditions encore plus horribles que l’assassinat de Saddam, ce qui a provoqué l’hilarité sadique d’Hillary. Obama a ensuite soutenu les terroristes islamistes sunnites, dont al-Qaïda et l’état islamique, pour renverser un autre ʺdictateurʺ qui, comme Saddam et Kadhafi, ne plaît pas à l’Occident, Bachar Assad. Et, en 2015, les forces américaines ont soutenu la guerre d’agression de l’Arabie saoudite contre le Yémen, afin d’annuler la victoire des rebelles houthis contre un régime pourri soutenu par l’Occident et ses valets arabes.
Résultat de recherche d'images pour "american wars afghanistan, Iraq, Libya, Syria, Yemen"
Malgré leurs budgets militaires colossaux et leurs armes ultra sophistiquées, les Américains n’ont gagné aucune de ces guerres.
Prises ensemble, ces défaites ont produit un désastre stratégique et un désastre des droits de l'homme de plusieurs milliards de dollars. Dans le même temps, la Chine s’est concentrée sur son développement au détriment de son grand rival, qui se débat encore et toujours de manière inefficace dans les guerres éternelles du Moyen-Orient.
«Les grandes nations ne mènent pas des guerres sans fin», avait déclaré Trump. Non, Donald, elles le font.
Résultat de recherche d'images pour "american wars afghanistan, Iraq, Libya, Syria, Yemen"
Contrairement à ses déclarations antérieures,
Trump pousse à la guerre
Comme l'ont montré les Britanniques, les Français, les Allemands, et les Japonais  au cours du siècle dernier, c’est comme cela qu’ils cessent d'être de grandes nations.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.