vendredi 5 juillet 2019

Au revoir Dollar, c'était sympa de t’avoir connu!


Au cours des deux dernières années, la Maison Blanche a entamé des querelles commerciales, insulté ses alliés et ses ennemis, et s'est retirée -ou a refusé de ratifier- des traités et accords multinationaux. Elle a également élargi la portée de ses règles imposées unilatéralement aux autres, contraignant les autres pays à se conformer à ses exigences ou à faire face à des sanctions économiques. Bien que l'intention déclarée de l'administration Trump ait été de conclure de nouveaux arrangements plus favorables pour les États-Unis, le résultat final a été très différent, créant un large consensus au sein de la communauté internationale selon lequel Washington est un partenaire instable, non fiable et non crédible. Ce sentiment a, à son tour, entraîné des discussions entre les gouvernements étrangers sur la manière de contourner le système bancaire américain, l'arme offensive la plus utilisée (à part le largage des bombes) que Washington utilise pour contraindre les autres à se conformer à ses dictats.
En conséquence, la campagne «Make America Great Again» a eu des retombées considérables, d'autant plus que le revers de la médaille semble être que la «grandeur» sera obtenue en rendant tous les autres moins grands. Le seul pays au monde qui considère actuellement les États-Unis comme un pays favorable est Israël, qui a certainement de bonnes raisons de le faire étant donné les largesses de l'administration Trump. Tout le monde est désireux de ne pas passer sous les fourches caudines américaines.
Eh bien, le ver s’est peut-être transformé en insecte. Même l’Allemagne d’Angela Merkel, d’habitude tellement soumise,  comprend maintenant que ses intérêts nationaux doivent prévaloir lorsque les États-Unis exigent d’elle qu’elle fasse ce qui est indicible. Lors de la réunion du G20 à Tokyo qui vient de s'achever, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont annoncé que le mécanisme commercial spécial sur lequel elles travaillaient cette année est désormais opérationnel. Il s’appelle Instrument d'aide aux échanges commerciaux (Instex) et permettra aux entreprises européennes de faire des affaires avec des pays comme l'Iran, en évitant les sanctions américaines, en ne faisant pas commerce en utilisant le système SWIFT, qui est libellé en dollars et contrôlé de facto par le Trésor américain. .
L'importance du mouvement européen ne peut être sous-estimée. C’est la première étape importante pour sortir de la domination du dollar en tant que monnaie de commerce et de réserve du monde. Comme souvent, les dommages causés aux intérêts perçus des États-Unis sont auto-infligés. Depuis des années, on discute de la mise en place de mécanismes commerciaux qui ne seraient pas basés sur le dollar, mais ils n’avaient pas pris d’élan avant que l’administration Trump se soit retirée brutalement du Plan d’action global avec l’Iran JCPOA il y a plus d’un an.
 
Il y avait d'autres signataires du JCPOA, tous mécontents de la décision de la Maison-Blanche, car ils croyaient à juste titre que c'était un bon accord, empêchant le développement par l'Iran d'une arme nucléaire tout en apaisant les tensions au Moyen-Orient. Les grandes puissances européennes que sont l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, ainsi que la Russie et la Chine étaient tous signataires ; et l'accord a été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le retrait américain dans le but de détruire le "JCPOA" a donc été extrêmement critiqué par tous les autres signataires et leur colère s'est accrue lorsque Washington a déclaré qu'il rétablirait les sanctions contre l'Iran et utiliserait également des sanctions secondaires pour punir tout tiers qui ne se conforme pas aux restrictions sur le commerce imposées par Trump.
Instex est une mise à niveau d'un ancien «véhicule à usage spécial» mis en place par les Européens il y a un an pour permettre des échanges avec l'Iran sans aucun transfert d'argent, un système de troc basé sur un équilibre des paiements. L'annonce concernant Instex est venue à la suite de la réunion de Vienne de la semaine dernière, au cours de laquelle les signataires du JCPOA (moins les États-Unis) se sont réunis avec le porte-parole du ministère iranien, Abbas Mousavi, qui a qualifié la réunion «la dernière chance pour les parties restantes… de se réunir et de respecter leurs engagements envers l'Iran. "
L’Iran se réjouit de cette évolution, même s’il y a des critiques de cet arrangement et que le gouvernement iranien déclare officiellement qu’Instex n’est pas suffisant et qu’il poursuivra ses projets d’augmentation de sa production d’uranium. Ceci a provoqué une réponse immédiate de Pompeo qui, la semaine dernière, s’est exprimé à New Delhi. «Si un conflit existe, si une guerre se produit, si une activité cinétique se produit, c’est parce que les Iraniens ont fait ce choix.» Néanmoins, Instex pourrait éventuellement être un modèle pour les mécanismes qui permettront à l'Iran de vendre son pétrole sans entrave de Washington. Mais une vive réaction de la Maison-Blanche est attendue. Alors qu’Instex était en phase de développement, des observateurs américains ont noté que l’instrument spécial iranien de commerce et de financement, qui assurera les échanges commerciaux, inclut les agences gouvernementales déjà sous sanctions américaines. Cela signifie probablement que Washington aura recours à des sanctions secondaires à l'encontre des Européens, ce qui rendra les relations bilatérales encore plus toxiques qu'elles ne le sont déjà. Une guerre commerciale mondiale est une possibilité évidente et, comme on l'a vu plus haut, l'abandon du dollar en tant que monnaie de réserve internationale en sera une conséquence possible.
Trump a déjà menacé de sanctionner l'organe financier créé par l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France pour protéger le commerce avec la République islamique des sanctions américaines. Le sous-secrétaire au Trésor et au renseignement financier du Trésor, Israeli Sigal Mandelker, a averti dans une lettre du 7 mai : «Je vous exhorte à examiner attentivement l'exposition potentielle aux sanctions d'utilisation d’Instex. S'engager dans des activités qui vont à l'encontre des sanctions imposées par les États-Unis peut avoir de graves conséquences, notamment une perte d'accès au système financier américain. »
En effet, la Maison Blanche semble vouloir s'engager dans une guerre économique avec l'Europe sur la question de la punition de l'Iran. Le département du Trésor a publié une déclaration au sujet de la lettre de Mandelker dans laquelle il déclare : "les entités qui négocient avec le régime iranien par tous les moyens peuvent s'exposer à un risque de sanctions considérable, et que le Trésor a l'intention de les faire appliquer de manière agressive par nos autorités". Lors de sa visite à Londres le 8 mai, Pompeo a déclaré: «… quel que soit le véhicule utilisé, si l'opération est punissable, nous l'évaluerons, nous l'examinerons et, le cas échéant, imposerons des sanctions à ceux qui ont participé à cette transaction. C'est très simple. "
Il n’est peut-être pas déraisonnable de souhaiter le succès aux Européens, car ils soutiennent le libre-échange tout en exprimant leur opposition aux tactiques d'intimidation de la Maison Blanche en utilisant le système financier mondial. Et si le dollar cesse d’être la monnaie de commerce et de réserve du monde, qu’en sera-t-il? Cela signifierait que le Trésor devrait peut-être cesser d'imprimer des excédents financiers et que la capacité des États-Unis à établir une hégémonie mondiale sur une carte de crédit pourrait être entravée. Ces résultats seraient bons et on pourrait aussi espérer que les États-Unis redeviendront bientôt un pays normal dont les Américains seraient fiers.

Source : Goodbye Dollar, It Was Nice Knowing You!
Philip M. Giraldi, Ph.D., est directeur exécutif du Council for National Interest, une fondation éducative qui s’intéresse à la politique étrangère américaine au Moyen-Orient.
Le problème du dollar est un problème juridique, pas un problème monétaire.
Les Etats-Unis considèrent qu’à partir du moment où vous utilisez le dollar dans une transaction avec un pays qui serait sous sanctions américaines, vous relevez de la juridiction américaine, et que les tribunaux américains sont compétents pour vous condamner.
Il est à noter que l’Europe ne procède pas ainsi vis-à-vis des États-Unis par exemple ! L’utilisation de l’euro dans une transaction commerciale ne donne pas lieu à des poursuites.
Pour éviter les poursuites américaines, l’idée est donc… de ne pas utiliser le dollar dans les transactions commerciales avec les pays sous sanctions de Washington.
Résultat de recherche d'images pour "dollar monnaie de singe"Pour l’Europe, tout comme pour l’Inde, cela est nécessaire pour pouvoir commercer avec l’Iran. La Chine et la Russie s’évertuent, elles aussi, à échapper au contrôle des États-Unis, constate The Wall Street Journal.
L’Inde a également fait montre de son mécontentement. Selon le journal, Téhéran est un partenaire de longue date de New Delhi, d’autant plus que les Indiens ont besoin du pétrole iranien. D’où un système alternatif mis en place entre ces deux pays depuis novembre dernier.
La Chine et la Russie souhaitent elles aussi échapper au contrôle américain et optent pour des systèmes non contrôlables par les États-Unis. De plus, ces deux pays concluent des accords en rouble et en yuan et non en dollar.
«Le commerce international est conduit en dollar, ce qui permet aux États-Unis de superviser les circuits d’import-export. Même si le dollar demeure dominant dans le commerce mondial, de nouveaux systèmes diminuent les possibilités pour Washington d’imposer sa politique et de recourir aux pénalités», signale The Wall Street Journal.
Le journal reconnaît cependant que des criminels et des terroristes pourraient effectuer des paiements sans que les États-Unis puissent les contrôler.
La banque centrale russe envisage la possibilité d’adosser une crypto-monnaie à l’Or
Le journal note que l’abandon du dollar a pris davantage d’envergure en Chine, laquelle conclut des transactions en yuan avec des pays comme la Turquie et le Pakistan. En 2018, la Chine et le Nigeria ont signé un swap diminuant la présence du dollar dans leurs échanges bilatéraux. En 2017, 18% des échanges entre la Chine et la Russie ont été réalisés en monnaie nationale contre 7% seulement en 2013.
«Les efforts chinois visant à la mise en place d’un système de paiement n’utilisant pas le dollar représentent une grave menace pour les États-Unis, étant donné que la Chine est la deuxième économie mondiale et joue un rôle immense dans les échanges internationaux. En attendant, le système chinois SIPS lancé en 2015 et géré par la Banque nationale utilise le réseau SWIFT. Mais de nombreux experts estiment que dans l’avenir, le système chinois pourra se passer de ce dernier», conclut The Wall Street Journal.
Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Pour rendre l’Amérique à l’Amérique et la débarrasser de ses cafards, il est essentiel d’anéantir ses structures financières actuelles et pas seulement en Amérique mais dans tous les pays appliquant ce système.
    Ceci comprend en principal l’éradication de la FED par exemple et d’autres institutions financières internationales . Il s’est tenu à ce plan qui semble particulièrement bien réussir ! Tout en donnant des os à ronger aux chiens qui l’entourent…

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.