lundi 10 juin 2019

Israël Shamir: L'arrivée de l'Antéchrist est retardée


Si les Juifs ont des projets de domination mondiale, leurs projets ont subi un revers dû à la petite rivalité des hommes politiques israéliens. Maintenant, ce revers mineur menace de bouleverser tout le plan directeur. "Par la faute d'un clou, le royaume est perdu". Une petite erreur peut avoir de grandes conséquences. ainsi disait Eugene Scribe d'un verre d'eau qui avait mis fin à une guerre trop longue.

"Le petit revers" était l'échec de Bibi Netanyahou à former son nouveau gouvernement après une campagne électorale réussie. «Les grandes conséquences» sont l’effondrement de l’ambitieux "accord du siècle" de Kushner et Trump. L’alliance de la Russie avec Israël semble moins certaine; et au-delà, le couronnement du Messie, du roi juif et de la plus haute autorité spirituelle du monde semble être différé indéfiniment. Comme dans l’effet domino, ces plans ont commencé à échouer les uns après les autres.

S'adressant à la nation israélienne dans une émission dramatique et reconnaissant sa défaite, après que la Knesset (le Parlement israélien) se soit dissoute sous l'insistance de Netanyahou, le chef éternel Benjamin Netanyahou a révélé les plans de la réunion trilatérale de la Russie, des États-Unis et des patrons de la sécurité d'Israël à Jérusalem. La Maison Blanche l'a également confirmé. Cette réunion sans précédent devait devenir la grande réussite de Netanyahou, couronnant sa onzième réélection et confirmant son statut international.
Symboliquement, cette réunion signifierait un statut spécial d'Israël avec les deux superpuissances; la capacité unique d’Israël à réunir la Russie et l’Amérique mutuellement hostiles, comme le dompteur qui mène un lion et un tigre à l’arène. Même pour notre époque profane et sobre, une telle réunion signifie beaucoup, beaucoup plus que ce que nous aimerions penser.
Au Moyen Âge, lorsque les gens hésitaient moins à s'intéresser à l'ésotérisme, l'agenda supposé des grands maîtres des ordres chrétiens rencontrant leur homologue païen, disait le Vieil Homme de la Montagne, à Jérusalem (de tous les lieux!) devait impérativement inclure l’action d’embrasser l'anus de Baphomet.
 
 Une telle rencontre avec le Juif impliquerait leur désir de couronner l'Antéchrist. Dans les deux cas, ils aboutiraient au bûcher devant Notre-Dame-de-Paris, comme ce fut le cas pour Jacques de Molay. [1]
Et si l'homme médiéval apprenait le récent incendie criminel de la vénérable cathédrale [2], il considérerait l'affaire comme close, même pour les plus ardents sceptiques. De toute évidence, les chevaliers au manteau, héritiers des Templiers, ont tenté d'établir l'éternelle domination juive sur les chrétiens, disait un sage chrétien; tandis que son contemporain juif accueillait la réunion comme une préfiguration de la venue prochaine du roi-berger pour diriger le peuple d'Israël et les païens obéissants.
De nos jours, à l'ère de la rationalité et des lois haineuses, de telles évaluations blessantes sont interdites, mais nos âmes sont d'anciens Jungiens et elles interprètent toujours le tonnerre et les éclairs comme un signe d'en haut. Les symboles ont une signification et portent un message, que cela nous plaise ou non. Si vous êtes conditionné à rejeter toute interprétation spirituelle, pensez à la PNL, la Programmation Neuro Linguistique de la Bible, au livre auquel vous et vos parents et grands-parents ont été exposés. Les mots «Une réunion à Jérusalem» sont des mots déclencheurs, non seulement pour les croyants, mais aussi pour les matérialistes grossiers qui nient tout. En termes simples, les prophéties dont nous sommes conscients tendent à se réaliser elles-mêmes.
Les attentes messianiques sont grandes à Jérusalem. Il y a quelques jours, lorsque la Journée de la Jérusalem israélienne (l'anniversaire de l’occupation de la ville en 1967) coïncidait avec le Laylat al-Qadr (la Nuit du Destin, la nuit  la plus importante du ramadan), les Juifs se rendirent dans la cour de la mosquée Al-Aqsa pour y prier. Habituellement, les Juifs ne sont pas autorisés à entrer dans la cour au cours de la dernière semaine du ramadan. Après des escarmouches, des soldats israéliens ont fait irruption dans la mosquée. "Espérons que bientôt, nous allons prier là-bas, dans notre lieu sacré", a déclaré Miri Regev, sioniste religieux et ministre de la Culture populaire au sein du gouvernement de Netanyahou. Ces mots ont été compris dans l’attente de la prise de contrôle de la mosquée, de sa destruction et de l’érection du temple juif à sa place.
La réunion trilatérale s’intègre très bien dans le schéma de ces attentes. Une réunion publique ouverte de ce genre sans précédent sera interprétée comme le soutien des superpuissances à la prise de contrôle et à la soumission de l’Humanité non juive, les Gentils. Le représentant américain à la réunion est M. John Bolton, un sioniste zélé, un homme obsédé par son adoration des juifs, qui est susceptible de tout dire pour faire plaisir à son auditoire israélien. Il est connu pour avoir une influence sérieuse sur le président Trump. Il a été qualifié de "gardien", choisi par les fantômes pour contrôler le flamboyant président.
Le représentant russe est M. Nikolai Patrushev, un vieil ami de M. Poutine. Il a hérité de la première place dans les services de renseignement russes (FSB) après que Poutine les ait quittés pour commencer son ascension à la présidence. Il est considéré comme un homme terne à la vision et à l’imagination limitées qui lit habituellement ses discours in extenso. Il n'est pas connu pour ses capacités d'improvisation, de réflexion rapide ou de négociation. C'est bon. Un improvisateur peut être emporté quand c'est la dernière chose qui est nécessaire. Patrushev s'en tiendra au script, disent ses collègues. Dans le Foreign Office russe, les diplomates sont mécontents du choix, mais ils ne le seraient pas pour quiconque n'est pas un diplomate de carrière.
Les Israéliens devinent et espèrent que cette réunion pourrait conduire à une ré-alliance majeure avec la Russie, au transfert de Moscou du côté israélo-américain contre l’Iran. C'est extrêmement improbable. La Russie est amie avec Israël [3] et elle veut se lier d'amitié avec les États-Unis tout en respectant ses propres intérêts nationaux.
Au Forum économique de Saint-Pétersbourg (le «Davos russe»), la semaine dernière, le président Vladimir Poutine a rappelé les principaux points de son mémorable discours de Munich. Il a formulé sept plaintes qui ne laissent aucun doute sur son mécontentement face à l’attitude autoritaire américaine, aux tentatives américaines de militariser le dollar, Google, Facebook et du savoir-faire comme dans le cas de Huawei. «Les États qui avaient précédemment défendu les principes de la liberté du commerce, de la concurrence loyale et ouverte, ont commencé à parler le langage des guerres commerciales et des sanctions, des raids économiques flagrants,  de l'intimidation, en éliminant les concurrents par des méthodes dites non commerciales»  a-t-il dit. Ce n'est pas le langage d'un homme qui fait la queue pour quémander la bienveillance des Américains.
Pourtant, il existe d'autres signes moins agréables.
-  Eugène Satanovsky, « le Bolton russe », président du groupe de réflexion pro-israélien, ancien responsable d’un groupe juif sioniste et commentateur régulier à la télévision russe, avait été nommé conseiller du ministre russe de la Défense, M. Sergueï Shoïgu. Sa nomination venait directement du Kremlin et avait surpris les responsables du ministère.
-  Le père Chaplin, éminent membre du clergé russe, s'est dit satisfait du contrôle israélien sur Jérusalem dans une colonne de la Nezavisimaya Gazeta
-   Dans le même temps, aucun missile S-300 russe n'a répondu aux bombardements israéliens en Syrie.
Il semble que les Israéliens aient tenté d’attirer les Russes pour participer à la réunion ambitieuse en promettant de faire lever les sanctions américaines contre la Russie. Il est douteux qu'Israël puisse tenir sa promesse. Homme d'État très expérimenté, Poutine n'acceptera pas une promesse américaine à la place d'une levée complète et immédiate. Quoi qu'il en soit, Poutine voudrait ne pas être sanctionné, mais pas au prix demandé par les États-Unis.
Les Israéliens veulent neutraliser l’Iran, la République islamique étant le dernier défenseur de la mosquée Al-Aqsa. Amman, Riyad, Le Caire et d'autres capitales arabes ne combattront pas Israël si Netanyahou devait détruire la mosquée. Les Palestiniens vont se battre, mais ils n'ont pas d'armes. La dernière victime juive d'une attaque palestinienne avait été blessée par des ciseaux. L’Iran a des armes et s’occupe de la mosquée. Netanyahou peut-il convaincre Poutine de neutraliser l'Iran ou faire pression sur l'Iran pour qu'il s'éloigne de la Palestine? Ce serait un exploit majeur digne d'un magicien.
Et maintenant nous arrivons au point important. Au lieu de recevoir dans la splendeur deux envoyés de la superpuissance en tant que [presque] roi des Juifs, Bibi Netanyahou les rencontrera à la tête d'un gouvernement de transition confronté à de nouvelles élections et à un éventuel procès. Dans un tel statut, il est difficile de convaincre votre banquier de vous accorder un prêt pour acheter une nouvelle voiture, sans parler de convaincre Poutine de changer d'alliance et de convaincre Trump de nier le Christ, bien que des bruits courent que Trump s’est converti au judaïsme.
Dans le même temps, Kushner, son gendre au visage de bébé, avait prévu de signer son Contrat du Siècle (et celui de Trump). Même un atout imprenable et un Netanyahou inattaquable auraient beaucoup de mal à faire cette astuce. Trump face à la destitution et Bibi face aux élections et à l'enquête policière n'ont aucune chance. C'est probablement bon aussi. La Russie et la Chine ont décidé de rester à l'écart. Mahmoud Abbas, président de l’ANP, a également refusé, et le flop de cette fraude empêchera la Palestine d’être sanctionnée.
L'accord du siècle de Trump Netanyahou
L'entente envisagée n'avait pas été officiellement divulguée; Tout ce que nous avons, c'est une fuite dans un journal proche de Bibi Netanyahou, financé par Sheldon Adelson [4], qui aurait été divulgué par le ministère des Affaires étrangères israélien. Si tu permets, gentil lecteur, suspends ton incrédulité! Bien que ce morceau de rêverie ressemble à un projet écrit par des lycéens pendant les vacances d'été, il n'est pas particulièrement bon enfant.
Il dit que les États-Unis tueront (c’est vrai, k_i_l_l) tous les dirigeants palestiniens qui n’accepteront pas ce « plan du siècle », mais auparavant, ils vont condamner la Palestine à mort et interdire à tous ses alliés d’acheter, de vendre, de faire des dons aux Palestiniens.
L'accord envisage une entité palestinienne définitivement désarmée qui paiera Israël pour sa "protection" [à l’image de la maffia qui rackette les commerçants pour qu’ils soient protégés par elle]. Toutes les colonies juives restent inviolables et sont considérées comme une partie d'Israël. Israël contrôlera chaque arrivée et chaque départ de l'entité appelée «Nouvelle Palestine». Jérusalem reste juive. Gaza sera reliée à la Cisjordanie par un pont de 30 km de long sous contrôle israélien. Ce pont sera payé par… la Chine. L'usine de dessalement pour Gaza sera payée par… le Japon. Si ce n'était de la menace de tuer les Arabes désobéissants, ce serait carrément ridicule. Nous ne devons donc pas regretter la fin de cet étrange «accord».
Le président Trump a compris qu'avec les procès qui attendent Bibi et les résultats de sa réélection, il n'y avait aucune chance d'avancer sur ce projet - ou sur tout autre projet. "Israël a tout bousillé dans cette élection", a déclaré Trump à la presse. "Ils doivent se débrouiller." "Bibi a été élu et maintenant, ils doivent recommencer le processus?" Nous ne sommes pas contents de cela », a déclaré Trump.
Ainsi, les deux grands projets de Bibi: « la réunion trilatérale à Jérusalem » et « L’accord du Siècle » ont échoué lorsque Bibi n’a pas réussi à former un gouvernement. Ces plans désagréables n’ont été avortés ni par la gauche israélienne, ni par la droite américaine, ni par les chrétiens orthodoxes russes. Un homme l'a fait: Avigdor Lieberman, un politicien israélien, à la tête d'un petit parti représentant les Israéliens russes. Il est difficile de l’aimer, mais il sabote ou du moins il retarde l’avènement du Messie juif, également connu sous le nom d’Antéchrist.
Je le comparerais à Gollum, la créature révoltante et perfide qui a suivi Frodon dans Le Seigneur des Anneaux. Quand Frodon avait fait sa folle tentative pour se réclamer de l'anneau, Gollum avait sauvé la quête. Il mordit le doigt de Frodon et tomba avec l'anneau dans la rivière du feu d'Orodruin. Même Gollum a peut-être encore quelque chose à faire, a conclu Gandalf.
Lieberman a détruit l’édifice de la coalition de Netanyahou pour aucune raison valable et décente, pas par compassion pour les Palestiniens: autrement, il voulait bombarder Gaza par mille; pas par haine contre la corruption, car il n'est pas moins corrompu que Netanyahou; sa raison proclamée (il a affirmé s'opposer à la domination des Juifs religieux) ne résiste pas à l'examen, car il a voté avec les partis religieux tout au long de sa carrière, même contre les intérêts des Israéliens russes qui lui ont donné leur voix. À la fin, on lui offrit tout ce qu’il pouvait souhaiter, mais il insista pour que ses électeurs ne donnent pas raison: que tous les étudiants en droit juif soient incorporés dans l’armée. L’armée ne les voulait pas, les électeurs russes ne s’y intéressaient pas et les jeunes Juifs étaient inflexibles et prêts à mourir plutôt que de rejoindre l’armée.
Il l'a fait par pure méchanceté. Netanyahou ne le traita pas avec le respect qui lui était dû; il s'est senti utilisé et n'a jamais apprécié. À la fin, il a refusé toutes les offres tentantes de Netanyahou et est tombé à Orodruin avec la Knesset.
Cette pure rancune semble être la chose juive. Le Second Temple a été détruit par pure méchanceté, (שינאת חינם), dit le Talmud (Yoma 9b). R. Yohanan (BT Gittin 55b) raconte toute l'histoire de Kamtza et de Bar Kamtza, dont l'inimitié gratuite a provoqué la guerre avec Rome et la destruction éventuelle du Temple. R. Yohanan b. Torta (PT, Yoma 4b (1: 1) s'améliora en disant que le Second Temple avait été détruit à cause de l'amour de l'argent et de la haine aveugle.
L’amour de l’argent et la haine aveugle des dirigeants israéliens se sont encore manifestés, mettant un terme à une évolution très dangereuse à court terme. La construction du troisième temple a probablement été retardée, comme cela s'est passé maintes fois dans l'Histoire. L'événement le plus mémorable a eu lieu à l'époque de l'apôtre Julien, qui a permis aux Juifs de reconstruire le temple. ils ont commencé à le construire, mais un tremblement de terre avait démoli le bâtiment inachevé. Lieberman avait été moins spectaculaire que le tremblement de terre, mais tout aussi efficace. 
Pour les lecteurs mécontents de la simple explication de la pure méchanceté, je peux proposer une autre version répandue en Israël. Ils disent que Lieberman l’a fait sur ordre de Poutine. Poutine n'était pas désireux d'être poussé par Netanyahou et Trump à agir contre l'Iran; il ne voulait pas non plus se brouiller avec ces deux leaders. Il a activé Lieberman et torpillé le nouveau gouvernement de Netanyahou. Se non è vero, è ben trovato Si ce n'est pas vrai, c'est bien trouvé.
Israel Shamir • June 9, 2019
Israël Shamir peut être contacté à adam@israelshamir.net
NOTES
[1] Jacques de Molay, né entre 1244 et 1249  fut le dernier maître de l'ordre du Temple.
Après avoir combattu en Terre sainte, il est élu à la tête de l’ordre en 1292. À cette date, l'ordre est en crise après la mort de nombreux frères et dignitaires lors de la chute des dernières positions des États latins d'Orient et de Saint-Jean-d'Acre en mai 1291.
En 1307, il est arrêté à Paris sur ordre de Philippe le Bel, qui accuse les Templiers d'hérésie et de pratiques obscènes. À la suite d'un procès peu équitable, Jacques de Molay est exécuté en mars 1314 sur un bûcher dressé sur l'île aux Juifs à Paris. L'emplacement exact du bûcher est situé square du Vert-Galant, pointe ouest de l’île de la Cité.
Résultat de recherche d'images pour "Jacques de Molay"
À  ce jour, 10/6/2019n malgré les attaques répétées israéliennes contre la Syrie, les Russes ont toujours interdit aux Syriens de lancer leurs missiles S-300 contre les avions israéliens agresseurs. Ils ont été livrés et installés pour la frime.


VOIR AUSSI :



Traduction et annotations : Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. La balance penche toujours du bon côté ! Tant qu'ils seront du mauvais côté dans leurs illusions, il y aura une balance !

    RépondreSupprimer
  2. Lire l'épopée de Gilgamesh avec enkidu et elil et paravent pour prévenir du déluge !

    RépondreSupprimer
  3. Lire de Jean Sendy ces elohims Dieux qui firent le Ciel et la Terre 🌏 énigmes de l'univers il y a 22 000 ans

    RépondreSupprimer
  4. Qui sont les nephilims et les Goliath s philistins ! Cherchez et vous trouverez pourquoi ces instructeurs ont payé Fort le prix de la Régence par Des minus rusés et amoraux et comprendre le dépit profond de Sethi 1er pharaon Égypte aux gens savoirs dérobés en d 'inconscientes mains et cervelles !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.