jeudi 20 juin 2019

Iran/USA. La Russie envoie son navire de guerre «Tueur de nations» à la porte de l'Amérique. Trump exclue du pouvoir la Marine américaine


À peine 24 heures après le plus récent et le plus puissant navire de guerre russe, de la Flotte du Nord, l'amiral Gorshkov et sa flottille d'escortes pénétrant dans la mer des Caraïbes depuis le canal de Panama aux portes des États-Unis, le 17 juin,  le président Donald Trump a évincé son secrétaire à la Défense par intérim et a envoyé son secrétaire d'État, Mike Pompeo, au siège du commandement central des États-Unis (CENTCOM), dans lequel Pompeo s’est directement confronté au commandant général de la Marine Américaine, Kenneth McKenzie . Suite à cette  confrontation, Pompeo qui a déclaré: «Les forces américaines dans le golfe Persique servent uniquement de moyen de dissuasion». Il a déclaré  ensuite : «Trump ne veut pas de guerre avec l'Iran» , ajoutant  que Trump a entamé un «changement de pouvoir majeur» au  sein du Pentagone, mettant l'armée américaine sous son contrôle effectif.


Trump sait pertinemment que l'amiral Gorshkov est un vaisseau de guerre nucléaire “Nation Killer” , spécialement conçu pour être effacé dans les premières minutes de la Troisième Guerre mondiale, mais pas avant avoir lancé ses missiles thermonucléaires Kalibr, ayant un rayon d’action de plus de 4.500 kilomètres, dont il possède au moins 49 des plus récents modèles livrés il y a un an. Il est aussi équipé d’une batterie imparable de missiles hypersoniques antinavires Zircon, qui sont impossibles à arrêter par tout moyen connu aujourd’hui, ayant un rayon d’action de 400 kilomètres (250 milles). Ce bateau militaire, l'amiral Gorshkov, a envoyés à la portée de la première frappe américaine, après l'attaque du plus grand port iranien de conteneurs. Cette attaque, qui a eu lieu le 5 juin, a fait une énorme explosion causant d'importants dégâts le 5 juin. Cette attaque fut suivie, deux jours plus tard,  par l’incendie de six navires marchands iraniens dans deux ports du golfe Persique.
Le vaisseau de guerre russe «Nation Killer», l'amiral Gorshkov (ci-dessus), se trouve maintenant à la première zone de frappe nucléaire des États-Unis
Ces attaques non provoquées contre l'Iran les 5 et 7 juin constituent un «acte de guerre» délibéré, répondant au  «Plan d’escalade militaire en trois phases» adopté par l'Iran en avril 2019, destiné à priver  l’Occident du pétrole de la péninsule arabique si les sanctions américaines persistaient et que l’Iran ne pouvait plus vendre de pétrole. Ce «plan de guerre» a été longuement examiné, la semaine dernière, par les présidents Poutine et Xi Jinping. Les phases exactes de ce plan incluent:
Première phase - faire un signe indubitable à l’Ouest de la détermination et de la puissance de l’Iran.
Deuxième phase - commencer à couler des pétroliers transférant du pétrole de l'Arabie saoudite et des États du Golfe et bloquant le détroit d'Ormuz.
Troisième phase: détruire l’ensemble de l’infrastructure pétrolière et gazière dans l’ensemble de la péninsule arabique.
Or, au cours de la semaine écoulée, un "acteur étatique non encore identifié" a attaqué deux pétroliers près du détroit d'Hormuz dans le golfe d'Oman. Les analystes militaires russes disent que les preuves initiales suggèrent une opération secrète conjointe "faux drapeau" entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Une opération dont le but évident était de «prouver» que les Iraniens étaient entrés dans la «phase deux» de leur «plan de guerre» - et comme la «phase trois» serait la suivante, justifierait une guerre occidentale contre l’Iran avant que tout le golfe Persique ne soit en feu.
Or le président iranien Rouhani ait dit à l'Occident que l'abandon par l’Iran de certaines mesures de l'accord nucléaire, est une "mesure minimale", et que l'Iran ait également déclaré à l'Europe que "le délai pour sauver cet accord nucléaire ne peut être prolongé indéfiniment". De son côté, le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergey Ryabkov , a souligné à juste titre que les actions de l'Iran dans le cadre de cet accord sur le nucléaire pouvaient être inversées - et a ajouté, ce qui est vrai,  que: "L'Iran respecte toutes ses obligations et reste aujourd'hui, techniquement, dans le cadre par le JCPOA ”- montrant ainsi que l’Iran n’est même pas près de se rapprocher de la“ Phase Deux ”de son“ plan de guerre ”.
Alors que le président Trump savait, dès 2012, que des éléments du "Deep State" au sein du gouvernement américain étaient déterminés à provoquer une guerre catastrophique contre l'Iran, il connaît l'issue évidente d'un tel conflit. Placer les États-Unis en tant que principal fournisseur de pétrole et de gaz pour l'Europe et l'Asie en cas de flambée du golfe Persique. C'est exactement l’"option" que le navire de guerre "Nation Killer", l'amiral Gorshkov, assis au large de la côte américaine veut à empêcher de se produire.
Sachant que les éléments du "Deep State" au sein de son armée qui tentent de déclencher une guerre avec l'Iran ont maintenant "échoué", le président Trump a rapidement pris des mesures hier pour les neutraliser. D’où le limogeage du secrétaire à la Défense par intérim, Patrick Shanahan. Cet ancien haut dirigeant de Boeing envisageait, il y a quelques jours à peine, de vendre à la US Navy pour des milliards de dollars de nouveaux avions de combat Boeing au cours des mois à venir.  Trump l’a donc immédiatement remplacé par le secrétaire de l'armée américaine, Mark Esper. Cela représente l’un des plus grands «changements de pouvoir majeur» jamais vu dans l’histoire du Pentagone. Il place désormais l’armée américaine sous un contrôle quasi total, sans oublier que le secrétaire à la Défense par intérim, Esper, est un ancien officier de combat de l’armée américaine diplômé de West Point, de la même promotion que le secrétaire d'État Pompeo en 1986.
Compte tenu du fait  que Trump n'a même pas pris la peine de nommer un ambassadeur américain aux Nations Unies, on voit donc que Pompeo et Esper, anciens officiers de l'armée américaine, maîtrisent pleinement l'agenda de la guerre et de la politique étrangère de Trump. Sans surprise, Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil national suprême de l'Iran, a réagi à tout cela en déclarant: "Il n'y aura pas d'affrontement militaire ente l’Iran et l’Amérique puisqu'il n'y a pas de raison de guerre."
Depuis sa création le 14 juin 1775, l'armée des États-Unis a été créée pour se consacrer à la défense de la Constitution américaine et non à des guerres inutiles à l’étranger.
Dans quatre mois, le plan directeur du président Trump visant à placer l'ensemble de l'appareil de guerre militaire américain sous le contrôle de l'armée américaine sera achevé lorsque, le 1er octobre, le général Mark Milley, chef d'état-major de l'armée américaine, deviendra président du conseil. les chefs d'état-major interarmées, le plaçant ainsi en second seulement après Trump lui-même - dont la mission ne sera pas de prendre part à des guerres étrangères, mais de défendre les États-Unis contre la terrible menace tumultueuse - et comme il l'avait averti en décembre 2018, il s'y préparait pleinement en se vouant au peuple américain craignant une guerre civile à venir:
Le devoir des soldats et des officiers est envers la Constitution des États-Unis, et non envers un parti politique ou un personnage.
le général Mark Milley
Source : Russia Sails “Nation Killer” Warship To Doorstep Of America—Trump Then Throws US Navy From Power
Hannibal GENSÉRIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes et les commentaires comportant des insultes ou des attaques personnelles seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de ce Blog.