lundi 24 juin 2019

L’Iran abat un drone militaire américain, Trump refuse de riposter. Analyse

Le pays est prêt pour la guerre et exerce une « pression maximale » sur Trump

Tôt ce matin, la défense aérienne iranienne a abattu un drone de reconnaissance américain volant à haute altitude.


DUBAI (Reuters) - Les troupes d'élite des Gardiens de la révolution iraniens ont abattu un drone "espion" américain dans la province méridionale d'Hormozgan, située sur le Golfe, a déclaré jeudi le site d'information de la Garde, Sepah News.
L'agence de presse d'État IRNA a publié le même rapport, identifiant le drone comme étant un RQ-4 Global Hawk.

"Il a été abattu lorsqu'il est entré dans l'espace aérien iranien près du district de Kouhmobarak, dans le sud", précise le site Web des Gardes.
Une déclaration ultérieure de l’IRGC décrit en détail l’incident :
Le drone américain a décollé d'une base américaine dans le sud du golfe Persique à 00h14 aujourd'hui et, contrairement aux règles suivies dans l'aviation, il a éteint tout son équipement d'identification et s'est rendu du détroit d'Ormuz à Chabahar en vol caché.
L'avion téléguidé, alors qu'il revenait vers l'ouest de la région en direction du détroit d'Ormuz, a violé l'intégrité territoriale de la République islamique d'Iran, a commencé à recueillir des informations et à espionner.
À 4 h 55 du matin, lorsque le drone est, de manière agressive, entré sur le territoire de notre pays, il a été pris pour cible par les IRGC et abattu.
Les États-Unis affirment que le drone était un MQ-4C Triton, la variante marine du type Global Hawk spécialisée dans la surveillance maritime à grande distance. Ils affirment que le drone se trouvait dans l’espace aérien international lorsque les Gardiens de la révolution iraniens l’ont abattu.
(Il est intéressant de noter qu’aucun MQ-4C n’est censé se trouver au Moyen-Orient. Le déploiement a du se faire dans le secret. Mise à jour : Ce drone spécifique semble être arrivé au Qatar il y a seulement cinq jours. Des détails supplémentaires sont discutés ici.)


Drone de type Global HawkAgrandir

Drone de type Global HawkAgrandir
L’incident est une autre preuve que la campagne de « pression maximale » de Trump contre l’Iran se retourne maintenant contre lui.
Trump aurait dit à son personnel de cesser de parler de guerre contre l’Iran :
Deux hauts fonctionnaires et trois autres personnes ayant une connaissance directe de la stratégie de l'administration dans la région ont dit au Daily Beast que le président avait demandé aux fonctionnaires de modérer leur rhétorique sur l'Iran ...
Trump ne veut pas entamer un conflit militaire contre l’Iran. Mais il mène déjà une brutale guerre économique contre l’Iran et le pays se défend. Trump veut négocier sans arrêter de sanctionner ce pays. L’Iran n’est pas d’accord.
Ce que Trump veut n’importe plus. L’Iran est parvenu à dominer l’escalade de la violence. Ce pays peut causer une myriade d’incidents qui forceront Trump à réagir. Il peut alors soit déclencher une guerre et risquer ainsi sa réélection, soit réduire les sanctions à l’encontre du peuple iranien. S’il ne réagit pas, d’autres piqûres d’épingle suivront et deviendront plus coûteuses avec le temps.
Abas Aslani @AbasAslani - 7:29 UTC - 20 juin 2019
#Iran's #IRGC commandant Salami : Tirer sur ce drone américain était un message fort et clair qui veut dire que nous réagirons fermement contre toute attaque contre le pays. Les frontières sont notre ligne rouge. Nous ne cherchons la guerre contre personne, mais nous y sommes prêts. Le message de l'incident d'aujourd'hui est clair.
La perte du drone Global Hawk est importante. Ces énormes oiseaux, dont l’envergure est supérieure à celle d’un Boeing 737, sont considérés comme des atouts stratégiques. Ils ont été construits pour remplacer les fameux avions espions U-2. Ils transportent des capteurs de grande valeur et coûtent plus de 120 millions de dollars l’unité.
Cette perte peut donc être, avec certitude, attribuée à l’Iran. Mais pour pouvoir accuser l’Iran, les États-Unis devront prouver que leur drone n’est pas entré dans l’espace aérien iranien. Il y a seulement deux jours, la Federal Aviation Authority a émis un avertissement pour les avions volant dans la région.
Les drones américains ont déjà violé l’espace aérien souverain de l’Iran à plusieurs reprises. En 2011, l’Iran a capturé un drone RQ-170 furtif, qui volait en provenance d’Afghanistan, en manipulant ses signaux de commande. En 2012, l’Iran a abattu un autre drone américain, un Boeing Scan Eagle, qui venait du golfe Persique. De nombreux autres drones américains ont été abattus au-dessus du territoire iranien :
En janvier[2011], l'Iran a déclaré qu'il avait abattu deux drones conventionnels (non-furtifs), et en juillet, l'Iran a montré aux experts russes plusieurs drones américains - dont un qui surveillait l'installation souterraine d'enrichissement d'uranium à Fordo, près de la ville sainte de Qom. ...
Le 13 décembre, le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a déclaré à Fox News que les États-Unis poursuivraient "absolument" la campagne de drones au-dessus de l'Iran, à la recherche de preuves d'un quelconque travail sur les armes nucléaires. Mais une telle surveillance fait monter les enchères car, maintenant, l'Iran peut apparemment perturber le travail des drones américains.
Les chats persans sont maintenant bien entraînés contre les drones.







Des chats persans s’entraînent à faire tomber des drones RQ-170 Photo via Thomas Erdbrink

Comment Trump réagira-t-il à cet incident ? Le président John Bolton exigera une action militaire contre l’Iran pour se venger. Il ne manquera pas non plus d’insister pour que des troupes supplémentaires soient envoyées au Moyen-Orient.
Trump peut à nouveau minimiser l’incident, comme il l’a fait récemment avec l’attaque du pétrolier qu’il a considéré comme « très mineur ». Mais les faucons de guerre des médias et du Congrès, de même que l’Iran, lui mettront plus la pression. D’autres incidents suivront sûrement.
Trump a une issue. Il pourrait accorder des dérogations aux sanctions pour permettre à la Chine, au Japon, à la Corée du Sud, à l’Inde et à d’autres pays d’importer à nouveau du pétrole iranien. Cela permettrait de retirer le mot « maximal » de sa campagne de « pression maximale » qui est en train d’échouer et pourrait être un moyen d’entamer des négociations.

Mise à jour à 14 h 00.
Le Pentagone vient de tenir une très courte conférence de presse. Par téléphone, le lieutenant-général Joseph T. Guastella, du Commandement central des États-Unis, a fait une très brève déclaration. Aucune question n’était autorisée.
Il a déclaré que le drone se trouvait dans l’espace aérien international, à haute altitude, et à « 34 kilomètres du point le plus proche de la côte iranienne » quand il a été abattu.
C’est de la triche ou, si vous préférez, de la trigonométrie.
Une attitude élevée signifie que le drone volait à une hauteur d’environ 60 000 pieds, soit plus ou 20 kilomètres. Même en survolant directement la côte iranienne, il serait « à 20 kilomètres du point le plus proche de la côte iranienne ».

Les 34 kilomètres sont la longueur de l’hypoténuse AC du triangle rectangle. La hauteur est l’opposé de AB. Ce que nous devons trouver, c’est la longueur CB. adjacente.
? = racine carrée de ( 34 x 34 – 20 x 20) = 27,5 kilomètres
Les zones maritimes nationales et la zone aérienne nationale sont mesurées en milles marins : 27 km / 1,852 = 14,85 milles marins.
La longueur du BC adjacent, c’est-à-dire la distance légale du drone à la côte iranienne, était de 14,85 milles. C’est du moins ce qu’en dit la tête parlante du CENTCOM.
La zone maritime nationale de l’Iran, qui équivaut à la limite de l’espace aérien national, se trouve à 12 milles marins de ses côtes. La marine américaine prétend que son drone était un peu plus loin.
Cette carte a été montrée lors du briefing du Pentagone.

https://www.moonofalabama.org/images8/ghawkpentagon.jpg
Comparez-la maintenant avec cette carte qui montre les frontières maritimes de l’Iran, d’Oman et des Émirats arabes unis dans le détroit d’Ormuz.

https://www.moonofalabama.org/images8/hormuzmap.jpg
Il n’y a pas d’espace aérien international dans la partie nord la plus étroite du détroit d’Ormuz. Il n’y a que l’espace aérien national de l’Iran et d’Oman. Si la carte CENTCOM montre l’emplacement correct du drone, qui venait du sud, il était au milieu d’un cul de sac de l’espace aérien international, volant vers son extrémité.
Le drone était un RQ-4N BAMS-D. C’est un prototype, pour la marine américaine, du nouveau type MQ-4C Triton du Global Hawk qui est actuellement en construction. Le RQ-4N était unique. Il utilisait un vieux Global Hawk rempli de nouveaux équipements électroniques. Il servait de banc d’essai pour le gigantesque aspirateur de données que sera le Triton. Mais c’était aussi un équipement difficile à entretenir et qui avait rempli sa fonction. Les premiers drones seront livrés cet été. Le RQ-4N était sans doute extensible.
L’IRGC iranien dit que le drone avait éteint son transpondeur peu après le décollage. Un coup d’œil sur les sites habituels de trafic aérien en direct confirme que le drone n’a pas été suivi par les systèmes de l’aviation civile qui surveillent les signaux des transpondeurs.
L’armée de l’air américaine, qui effectue chaque jour des missions de reconnaissance à proximité de pays potentiellement hostiles, garde toujours ses transpondeurs allumés. Le signal du transpondeur démontre qu’il n’y a aucune intention hostile. Il prévient les engagements accidentels de défense aérienne. Cela permet également de prouver qu’on reste en dehors d’un espace aérien national étranger.
Les États-Unis menacent l’Iran d’une guerre et d’un changement de régime depuis une quarantaine d’années. Il y a actuellement une crise causée par Trump et sa violation de l’accord nucléaire avec l’Iran. Si l’affirmation du CENTCOM est correcte, le drone de la Marine volait très près de la frontière iranienne, à quelques secondes d’y pénétrer, d’une manière que l’Iran avait des raisons d’interpréter comme pouvant être hostile. L’Iran a publié une vidéo qui est censée montrer le tir.
L’Iran dit que le drone est entré dans l’espace aérien iranien. J’estime que c’est probablement exact. CENTCOM n’est pas connu pour dire la vérité et la liste des entrées de drones hostiles prouvées dans l’espace aérien iranien est assez longue.
Trump vient de tenir une conférence de presse dans le bureau ovale. Il semble vouloir minimiser (vidéo) l’événement. Il a insisté sur le fait que le drone était sans pilote. Il a dit qu’il avait « un très, très fort sentiment » que « quelqu’un avait fait une erreur », qu’« un général iranien a probablement fait une erreur ». Cela signifie qu’il n’accuse pas le gouvernement iranien d’avoir abattu le drone, mais un individu qui « aurait pu faire une erreur ».
Cette déclaration lui donne la possibilité d’éviter d’importantes représailles.
Quelqu’un a fait une erreur ? Et alors.
Par Moon of Alabama − Le 20 juin 2019
Le Saker Francophone
L'Iran va mettre Trump sous pression
L'Iran continuera à mettre Trump sous pression. Comme il veut éviter une guerre qui compromettrait ses chances de réélection, l'Iran utilisera d'autres moyens pour faire pression sur lui.

La discussion sur la décision de Trump de ne pas "riposter" à l'Iran -après la destruction d'un drone américain-continue de dominer les médias américains. Les récits des différentes "sources" se contredisent. Très probablement, Trump a vu le piège d'un conflit militaire toujours plus intense et ne s'est pas laissé faire. Le Pentagone a préparé un plan de frappe comme il le fait toujours, mais Trump n'a jamais approuvé son exécution.
Un nouveau détail sur la discussion à la Maison Blanche a été révélé dans un article du New York Times sur la question. Le Pentagone et la Maison Blanche ne savent pas exactement où le drone Global Hawk a été abattu. Ils ne croient pas que le commandement central américain leur dit toute la vérité:
Vendredi soir, le Pentagone a confirmé la présence d'un deuxième avion de surveillance, un P-8A Poseidon de la Navy, qui aurait pris des photos du drone abattu. Mais un haut responsable de l'administration Trump a déclaré que le gouvernement américain s'inquiétait de savoir si le drone, ou un autre avion de surveillance américain, ou même l'aéronef P-8A piloté par un équipage militaire, avait violé l'espace aérien iranien à un moment donné. Le responsable a déclaré que le doute était l'une des raisons pour lesquelles M. Trump avait annulé la frappe.
Une version antérieure de la même histoire du NYT, citée ici, incluait ceci:
Le retard pris par le commandement central des États-Unis dans la publication des coordonnées GPS du drone lors de son abattage - quelques heures après que l'Iran l’a annoncé- et les erreurs d'étiquetage de la trajectoire de vol du drone lors de la publication des images ont contribué à ce doute, ont indiqué des responsables.
Selon un responsable de la défense, l'absence de "preuves tangibles" prouvant l'emplacement du drone lorsqu'il a été touché a mis l'administration dans une position délicate pour décider d'une nouvelle guerre avec un adversaire ayant une capacité prouvée à riposter.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a ajouté au doute lorsqu'il a précisé le point exact où le drone était visé:
Javad Zarif @JZarif - 18:20 utc · 20 Jun 2019

À 00h14, un drone américain a décollé des EAU en mode furtif et violé l'espace aérien iranien. Il était visé à 04h05 aux coordonnées (25 ° 59'43 "N 57 ° 02'25" E) près de Kouh-e Mobarak.

Nous avons récupéré des sections du drone militaire américain dans NOS eaux territoriales où il a été abattu.
Peu de temps avant que Zarif ait posté ce qui précède, l’agence de presse iranienne Fars a diffusé une vidéo de l’abattage du drone et une heure plus tard, une vidéo montrant la trajectoire de vol du drone américain. Hier, l’Iran a récupéré les débris du drone et en a distribué des photos. Les experts ont déclaré que ces données diffusées sont authentiques.
Aujourd'hui, Javiad Zarif a publié une trajectoire de vol encore plus détaillée du drone:
Javad Zarif @JZarif - 14:01 utc - 22 Jun 2019


Pour plus de détails visuels sur le trajet, l'emplacement et le point d'impact du drone militaire américain que l'Iran a abattu jeudi, et des eaux sur lesquelles il volait, voir ces cartes et coordonnées.
Il ne fait aucun doute sur le lieu où se trouvait le drone au moment où il a été abattu.
LÉGENDE: bleu = drone; ligne jaune = FIR iranien; ligne rouge = eaux territoriales iraniennes; ligne verte = eaux de base internes; points jaunes = avertissements radio iraniens envoyés; point rouge = point d'impact.
Il a joint sept photos:


Les données affichées sur ces cartes sont cohérentes avec la vidéo de la trajectoire de vol fournie il y a deux jours.
Zarif a ajouté une autre carte qui fait ressortir un bon argument.
Javad Zarif @JZarif - 2:18 utc - 22 Jun 2019
Un dernier visuel: le point rouge est le point d’impact du drone intrus à travers la frontière iranienne; et la frontière des États-Unis.
La distance entre Palmdale en Californie, où le drone Global Hawk a été construit, et le port de Bandar Abbas dans le détroit d'Hormuz est de 13.134 kilomètres ou 8.161 milles. Dans cet esprit, il semble un peu ridicule de déterminer si le drone américain se trouvait à un kilomètre à l’intérieur de la frontière ou un kilomètre de l’espace aérien de l’Iran.
Les États-Unis mènent une guerre économique totale contre l'Iran. Ils ont bloqué les exportations iraniennes de pétrole, d'acier, d'aluminium, de cuivre et de produits pétroliers. Ils entravent les importations en Iran en bloquant ses connexions bancaires. Tout cela a des effets extrêmement durs sur la population iranienne:
Je vis dans la rue 30 Tir, dans le sud de Téhéran, le cœur de la ville. Le labyrinthique bazar de Téhéran est à quelques pas. Il y a des ministères, des bibliothèques, des églises, une synagogue qui fonctionne et un lycée zoroastrien à proximité.
C'est le Téhéran qui attirerait les touristes, mais il y en a peu. L'impact dévastateur des sanctions américaines est omniprésent: les magasins sont souvent vides; les restaurants, pour la plupart déserts. Sur l'avenue adjacente Hafez, un silence assourdissant règne dans le complexe commercial spécialisé dans la vente de téléphones mobiles.
L'un des rares magasins de la rue 30 Tir qui attire encore des clients est géré par Abbasi, un officier de l'armée à la retraite qui répare les gadgets domestiques - les gens ne peuvent pas se permettre d'acheter de nouveaux articles. "Alors, n'est-ce pas déjà la guerre?" Demanda-t-il, sans beaucoup de rancœur. C’est une question que beaucoup d’Iraniens se posent ces jours-ci.
L'idée est que les sanctions rendront l'Iran beaucoup plus faible au fil du temps. Ils faciliteront beaucoup les tentatives futures de changement de régime, par la guerre ou par d'autres moyens.
L'Irak, voisin de l'Iran, a été soumis pendant plusieurs années à un régime de sanctions similaire. 500 000 enfants irakiens sont morts et la secrétaire d'État américaine de l'époque, la judéo-sioniste Madeleine Albright, a déclaré que cela en valait la peine (vid). L’Iran a vu et sait ce que les sanctions peuvent faire avec le temps et reconnaît qu’il doit les combattre rapidement et par tous les moyens.
L'Iran mènera cette guerre contre son étranglement économique du mieux qu'il pourra. Les États-Unis dépensent 100 fois plus  que l'Iran pour ses questions militaires. L'Iran ne peut pas et ne veut pas attaquer les États-Unis. Il doit mener cette guerre par des moyens asymétriques.
Un tiers de la production mondiale de pétrole doit transiter par le détroit d’Hormuz pour atteindre ses clients. L’Iran peut facilement mettre en péril l’économie mondiale. Il peut fermer le détroit ou gêner le trafic. Il peut saboter ou détruire les capacités de production de pétrole des producteurs arabes hostiles à proximité.
L’Iran utilise maintenant ces moyens pour faire pression sur Trump. Il ne veut pas aller à la guerre? Bien, comment aimera-t-il un prix du pétrole au nord de 100 dollars le baril?
La semaine prochaine, nous verrons probablement davantage d’attaques clandestines visant des pétroliers, des ports de chargement situés dans des pays arabes du Golfe ou leurs champs pétroliers côtiers. L’Iran niera avoir causé cela. Mais le message est clair: si l'Iran ne peut pas exporter de pétrole, aucun autre pays de la région du Golfe ne pourra exporter de pétrole.
Trump peut soit lever les sanctions contre l'Iran, soit mener une guerre militaire contre lui et en supporter les conséquences. Il n'a pas d'autre choix.
Trump offre des pourparlers et des négociations. Mais l'Iran ne tombera pas (encore) dans ce piège. Les États-Unis ont montré qu’ils sont, comme le disent les Russes, «incapables de conclure un accord».
L’Iran augmentera progressivement sa pression sur Trump en allant à l’encontre de cibles plus grandes et plus importantes.
Se coucher et faire le mort n'est pas une option pour l’Iran. L'Iran n'a d'autre choix que de riposter. Rapide et par tous les moyens possibles.
Publié par le 22 juin 2019 Par Moon of Alabama
Traduction : Hannibal Genséric

Analyse après autopsie
La semaine dernière a vu une évolution importante, peut-être bien décisive pourquoi pas, dans l’affrontement entre les USA et l’Iran. Il s’agit, selon un jugement porté après des réflexions contradictoires, d’une séquence complète, que j’estime donc achevée, – d’où les enseignements pouvant en être tirés. Mon constat théorique est qu’il y a eu suffisamment d’“actions”, de commentaires, de communication, de réactions et d’absence de réactions, de ce qu’on nomme un “événement”, pour qu’on puisse considérer qu’il y a là une “séquence” complète et achevée. Un jugement est donc possible, effectivement par “autopsie” puisque le “cadavre” est encore chaud.
Bien entendu, cette séquence achevée n’achève absolument rien de la crise elle-même ; au contraire, elle lui fait franchir un palier supplémentaire. Elle débouche sur l’inconnu, y compris et surtout l’inconnu des intrigues et complots divers et extrêmement nombreux du côté américaniste : la crise est beaucoup plus à Washington qu’entre Washington et Téhéran. Enfin, pour ceux qui suivent ces événements de préférence aux réflexions de leur smartphone, cette séquence fixe la crise iranienne dans sa véritable dimension tragique.
L’épisode de la destruction du Global Hawk a mis en évidence, “en circonstances réelles” comme on dit “en temps réel”, les situations des uns et des autres dans une séquence d’une si extrême intensité qu’elle se rapproche de ce que serait le “climat” de la communication en cas d’ouverture des hostilités. Une remarque préliminaire porte, si l’on considère comme c’est très probable que l’on a frôlé la possibilité d’une attaque US, sur l’extraordinaire différence de l’atmosphère, de l’état d’esprit, du comportement, de l’organisation, bref de l’ordre et du rangement du côté US, entre la confrontation avec l’Irak de mars 2003 dont j’ai le plus vif souvenir et l’épisode dont nous avons tous eu le spectacle la semaine dernière. (Iran-Irak, les deux cas sont souvent rapprochés.) En mars 2003, tout était aligné, rangé, ordonné du côté US et derrière les USA, aux ordres ; en juin 2019, tout le contraire.
Un point important concerne effectivement l’attitude internationale. A part l’usual-culpritqui n’a même pas besoin de parler (l’axe Israël-Arabie-UK), il y eut un silence général ou son équivalent (revenant à psalmodier “Il faut tout faire pour apaiser la tension”), – à part, là encore, la sortie de Poutine répondant à une question sur l’éventuel rapprochement de la Russie de la position US contre l’Iran, par un sec “pas question”. Ce quasi-silence dans les circonstances de la destruction d’une machine de l’US Navy par l’Iran n’est pas indifférent : il indique ce que disait in fine l’UE, savoir que dans cette affaire les torts originels sont du côté US et que cela doit être absolument pris en compte.
Malgré de multiples tournées de Pompeo, les pressions des militaires sur leurs collègues et “alliés” étrangers, la démonstration est faite que la puissance US, ou ce qu’il en reste, ne règle plus les comportements. L’on peut s’interroger sur ce que serait l’inévitable “coalition du Bien” dont les publicistes américanistes ne peuvent se passer dans toutes leurs expéditions, en cas d’expédition contre l’Iran. Des surprises ne seraient pas exclues, et même recommandées…
La destruction du RQ-4C par les Iraniens a constitué clairement un événement inattendu pour Washington, où la quincaillerie militaire joue un rôle politique important. (Le RQ-4C, dernière version du Global Hawk, un énorme drone [taille d’un Boeing 737] de plus de $200 millions, considéré comme le système aérien d’intervention le plus avancé de l’arsenal US.). Cela rappelle un peu la destruction de l’U-2 de Gary Powers supposé hors de portée de la défense aérienne, par un SA-2 soviétique le 1ermai 1960 au-dessus de l’URSS, déclenchant une crise de première ampleur au sommet de Paris. Soudain, le Pentagone s’est trouvé avec la perte de RQ-4C devant l’inconnu (quant aux capacités iraniennes), devant la perspective d’affronter une force aux capacités inconnues mais supérieures très probablement à ce qui était planifié. Toute l’évaluation des forces iraniennes est à revoir à partir de cet incident et les hypothèses à cet égard (les capacités iraniennes) volent désormais très haut.
Pour cette raison (la surprise de la destruction du RQ-4C), il semble qu’on puisse dire que ce vol n’était pas vraiment ni tout à fait une provocation US mais une mission “normale” de reconnaissance électronique, et sans doute dans l’espace aérien iranien du fait de l’invincibilité supposée de l’engin. On ne lance pas une provocation passant par la destruction d’un de ses propres systèmes, avec un système de cette capacité et de cet avancement technologique. Les 24 heures de silence qui ont suivi la destruction du RQ-4C avant les menaces, les anathèmes et les reculs, mesurent sans doute la paralysie et l’incertitude de la surprise US. Cet événement a largement influé sur l’attitude des militaires, le président du JCS (Général Dunford) en tête, se prononçant contre une riposte armée parce que ses effets « pourraient mettre en danger les forces américaines », – effectivement, crainte justifiée mais tout de même curieux argument pour le chef de forces dont le destin est de faire la guerre et donc d’être “mises en danger”.
Encore tout cela, toutes ces remarques, répondent-elles jusqu’ici à un certain ordre, à une logique de situation. Mais au-delà, quel chaos, quel manque de préparation, quel goût singulier pour la contradiction et le désaccord, quelle improvisation et quel amateurisme dans la brutalité et l’impulsion ! L’effondrement en cours de l’Empire, –oui, oui, soyez-en sûr, – s’accompagne d’une incroyable médiocrisation du personnel de direction, de l’abaissement abyssal de la qualité, de l’ampleur du regard. On a pu le mesurer dans les divers débats, postures, déclarations, contradictions, accompagnant la possibilité d’une frappe, devenue probabilité, et soudain annulée, et suivie des explications alambiquées de Trump, des confirmations de leur entêtement obtus de la part des faucons.
Le sommet de cette stupéfiante agitation de la direction américaniste se trouve sans doute dans la longue explication de Trump sur ses désaccords avec Bolton, sur l’extrémisme paranoïaque de Bolton qu’il ne partage pas du tout (lui, Trump), sur ses tendances prédatrices exceptionnelles, etc. (« Si l’on écoutait Bolton, on combattrait le monde entier, okay ? ») Bolton reste tout de même un type magnifique, qui reste en fonction, dans tous les cas pour les prochaines heures ; Trump est très content d’avoir comme conseillers des faucons et des colombes (lesquelles ?), sans trop s’attacher au constat, –mais sans doute en fait-il partie ? – qu’il s’agit d’abord de fous et d’esprits totalement corrompus dans tous les sens.
Il n’empêche : les gens les plus sensés, y compris parmi les partisans de Trump comme Tucker Carlson, jugent que si Trump ne s’est pas débarrassé de Bolton dans les prochaines semaines, et par conséquent s’il en perd le contrôle, il perdra les élections USA-2020, – bien sûr, si le monde n’est pas détruit d’ici là par un conflit devenu planétaire. Les explications de Trump non suivies d’effets alors qu’il a montré sa capacité et sa dextérité à se débarrasser de ministres et de conseillers constituent certainement la phase la plus folle et la plus énigmatique de la séquence. Elle résume, synthétise et symbolise l’incontrôlabilité de l’événement qui vient de se passer, et en général de l’environnement crisique où nous évoluons désormais.
C’est comme si les Iraniens, fermement campés sur une résolution sans faille, étaient devenus à la fois les spectateurs et le sparring-partners un brin deus ex machina de cet exercice cosmique d’autodestruction de l’Empire.
Source : Dedefensa.org

2 commentaires:

  1. la technologie usa est obsolete dmeme la plus recente se fait terrasser par un faible ennemi suppose par ces memes criminels usa , leur fin est proche , vive l'Iran.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut vraiment être un super dégénéré pour mener une telle "politique" et avec tout ce qu'elle suppose de dépravation mentale et vouloir la continuer en se représentant aux élections présidentielles !

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.