mardi 4 juin 2019

Allemagne. La "Blogueuse de l'année" a inventé l'histoire de sa famille "juive" et l'holocauste qui va avec


L'historienne allemande Marie Sophie Hingst, célèbre pour son blog sur des membres de sa famille "tués dans l'Holocauste", s'est avérée une super menteuse. La révélation de ce fait a embarrassé les grands médias menteurs qui ont publié ses diverses "histoires personnelles". Afin de profiter de son indemnité confortable de "fille de rescapés des camps nazis", sans risque d'être poursuivie par la justice allemande, elle vivait en Irlande, alors que les  arnaqueurs juifs  vont se planquer  en Israël, tanière des brigands intouchables. Nous avons vu d’autres exemples de menteurs profiteurs  de l’Holocauste [1] et de victimes collatérales de l’Holocauste [2]. H.G.

Habitant Dublin, Hingst, s’est fait une réputation pour ses histoires sur ses prétendus ancêtres juifs, décédés tragiquement pendant l'Holocauste. Ces histoires ont été publiés sur son blog ‘Read on my dear, read on’ "Continuez à lire, mon cher, continuez à lire" (maintenant offline hors ligne), qu'elle a commencé en 2013 à Dublin. Le blog contenait notamment des reportages sur son grand-père, qui a été tué selon  elle, au camp d'Auschwitz.
Ses exploits ne sont pas passés inaperçus, car à un moment donné, son blog avait atteint 240.000 lecteurs lorsqu'elle fut nommée."Blogueuse de l'année" et honorée par la Golden Bloggers Association – le groupe à l’origine de l’un des plus importants prix d’influence des médias sociaux allemands.
Hingst a également été invitée à animer des tables rondes pour l'Association des patrons du Mémorial de l'Holocauste à Berlin et a pris la parole au nom des membres des victimes de l'Holocauste, selon la presse allemande.
Cependant, ses récits, qui ont suscité un tel écho dans le cœur de ses lecteurs, se sont révélés complètement inventés, comme l’a montré un groupe d’archivistes de la ville allemande de Stralsund. Hingst a appelé à juste titre Stralsund, la ville natale de sa famille. Les archivistes de la ville, informés par un autre historien allemand des inexactitudes de son blog, ont toutefois noté que son grand-père n'avait jamais été envoyé à Auschwitz et n'était même pas juif.
Il était un pasteur protestant et son épouse était un dentiste et une adepte du protestantisme, selon l'hebdomadaire Der Spiegel, qui a été le premier à révéler le canular de Hingst . En fait, selon les médias allemands, aucun de ses proches n’a été victime de l’Holocauste.
Cette situation a l'air d'autant plus bizarre que Hingst, qui est maintenant dans le pétrin à cause de ses fausses histoires, a non seulement réussi à convaincre son public considérable de l'existence de 22 parents juifs fictifs, mais à tromper même le groupe israélien basé à Jérusalem, Le mémorial de l'Holocauste Yad Vashem. Ce groupe l’a même  mis dans leurs listes de mémoire officielles,
Le Ministère allemand des A.E.  devait maintenant alerter le mémorial des récentes révélations concernant la blogueuse. Quant à Hingst, elle ne semble pas voir de problème dans son canular qui a duré plusieurs années. Son avocat a déclaré à Der Spiegel que ses articles de blog ont été écrits avec un "Une quantité considérable de liberté artistique." Elle a également déclaré qu'elle ne l'avait pas fait pour des raisons de gloire, mais prétendument pour combattre une dépression sévère. "C'est de la littérature, pas du journalisme ou de l'historiographie."
"Vérification des faits insuffisante"
Les médias allemands et certains autres médias occidentaux sont ceux qui se sont mis à parler du fait que la blogueuse primée ait été présentée comme une fraudeuse. Il s'est vite avéré que Hingst ne s'était pas arrêtée uniquement sur le mensonge de l'histoire de sa famille. Elle était allée plus loin en créant des histoires fictives sur sa propre vie.
Des médias allemands réputés ont manifesté un vif intérêt pour la publication d'articles sur cette femme, qui a déclaré avoir ouvert une clinique dans les bidonvilles de New Delhi et avoir aidé les réfugiés à s'intégrer en Allemagne en proposant des cours d'éducation sexuelle. Eh bien, puisque ces faits se sont également révélés inexacts, les médias se sont empressés de s'excuser auprès de leurs lecteurs et de déclarer qu'ils "n'avait aucune raison de douter" des histoires de Hingst à l'époque.
Le quotidien allemand Die Zeit s'est donné beaucoup de mal pour expliquer son erreur et a publié un long article de blog décrivant les nombreuses façons dont les rédacteurs en chef ont passé en revue les affirmations de Hingst, juste pour admettre que "Passer en revue les faits avant de les publier et recevoir les premiers indices de nos lecteurs était tout sauf suffisant."
Ce n’est pas la première fois depuis six mois que les médias allemands se mettent à parler de fausses histoires. Fin 2018, Der Spiegel, qui avait révélé l'histoire du canular de Hingst, était au centre d'un important scandale, après que son journaliste Claas Relotius, qui écrivait de temps en temps pour d'autres agences de presse allemandes, fût confronté à la fraude.

Source : German ‘blogger of the year’ invented her ‘Jewish’ family history, cheated media for years

---------------------------------------

VOIR AUSSI :
                                                                                                           Hannibal GENSÉRIC

1 commentaire:

  1. Mentir faire croire ils en sont les champions je pense que le jour est proche ou le choc de savoir a quel point ils ont menti fera trembler la terre entierre

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.