samedi 15 juin 2019

Découverte du nombre d’or dans les dimensions de l’utérus

Un gynécologue belge mesure les organes reproducteurs de 5.000 femmes et constate que les plus fertiles ont des dimensions “mathématiquement parfaites”. L’étude suggère que lorsque les femmes sont les plus fertiles, entre 16 et 20 ans, les proportions de leurs utérus reflètent le nombre d’or. Photographie : Alamy
Le nombre d’or est une pépite scientifique qui, depuis au moins deux mille ans, appartient autant au mysticisme qu’aux mathématiques.


Ce n’est qu’un chiffre – 1.618 – mais pour ses adeptes le rapport exprime la perfection esthétique, et se retrouve partout où il y a de la beauté.
Par exemple, ils soutiennent que de tous les rectangles du monde, le plus agréable à l’œil a un rapport longueur/largeur de 1,618.
Et de tous les sourires du monde, ils soutiennent que les plus beaux ont leurs incisives centrales 1,618 plus larges que leurs incisives latérales, qui sont 1,618 plus larges que leurs canines, et ainsi de suite jusqu’aux molaires.
Il y a des pages web consacrées à l’endroit sur le visage humain où l’on peut trouver le nombre d’or, qui est aussi connu sous le nom proportion d’or ou moyenne d’or.
Si vous marquez le bout des articulations de votre doigt avec un stylo, la distance entre la première et la deuxième articulation est environ 1,618 fois la distance entre la deuxième et la troisième.
L’or pur : mon doigt a des proportions divines

La raison pour laquelle je peux dire cela est que je l’ai essayé en utilisant une “griffe dorée”, une paire d’étriers à trois dents qui s’ouvrent toujours de telle sorte que le rapport entre les dents est de 1,618.
C’est pourquoi j’ai récemment été fasciné d’entendre parler de Jasper Verguts, gynécologue à l’hôpital universitaire de Louvain en Belgique, qui a essayé de savoir si la proportion apparaît également à l’intérieur.
Le Dr Verguts m’a dit que les gynécologues peuvent dire instantanément si un utérus semble normal ou non d’après ses dimensions relatives, et son intuition était que ces dimensions correspondaient approximativement au nombre d’or.
Au cours des derniers mois, il a mesuré les utérus de 5 000 femmes à l’aide d’ultrasons et a dressé un tableau du rapport moyen entre la longueur de l’utérus et sa largeur pour différentes tranches d’âge.
Les données montrent que ce ratio est d’environ 2 à la naissance, puis qu’il diminue régulièrement au cours de la vie d’une femme pour atteindre 1,46 lorsqu’elle est âgée.
Le Dr Verguts a été ravi de découvrir que lorsque les femmes sont à leur âge le plus fertile, entre 16 et 20 ans, le rapport longueur/largeur de l’utérus est de 1,6 – une très bonne approximation du nombre d’or.
“C’est la première fois que quelqu’un se penche sur la question, alors je suis heureux que les choses se soient si bien passées “, a-t-il dit.
L’intérêt pour le nombre d’or n’aurait aucune valeur scientifique si il n’eut été du fait que le nombre d’or a de bonnes références mathématiques.
Le rapport n’a pas été tiré de nulle part. Il découle de la séquence de Fibonacci, la séquence de nombres commençant par 0, puis 1, de sorte que chaque terme est la somme des deux précédents :
0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, …
Le rapport des termes consécutifs de la séquence de Fibonacci converge à 1,618. Par exemple 8/5 = 1,6 et 89/55 = 1,618.
Puisque la séquence de Fibonacci [1] se développe en s’ajoutant à elle-même d’une manière organique, il a été avancé que l’on devrait s’attendre à voir des nombres de Fibonacci et les rapports entre eux dans les formes vivantes.
La recherche du nombre d’or dans la nature, en fait, est un hobby pour beaucoup.
Et rien de plus que le célèbre mathématicien récréatif Caspar Schwabe, qui a fait mieux que la traditionnelle “griffe d’or” à trois dents et en a fait une à quatre dents.
Jauge d’or à quatre branches de la proportion du nombre d’or de Schwabe
C’est pour usage externe seulement.
 NOTE
nous avions écrit :
Transmission des chiffres arabes en Europe et au reste du monde
L’histoire de cette transmission est assez édifiante.
- Une première tentative a été faite par le pape de l’an 1000, Sylvestre II. Premier pape français, Sylvestre II, né Gerbert d’Aurillac, est aussi un grand savant et un acteur politique majeur. Né vers 945 dans une famille de paysans, Gerbert est éduqué à l'abbaye Saint-Géraud d'Aurillac, dans un esprit moderniste. Remarqué par le comte de Barcelone, le garçon poursuit son instruction dans les abbayes catalanes. Il y découvre le « quadrivium », c'est-à-dire les quatre sciences profanes de son époque : l'arithmétique (dont la numération indo-arabe), la géométrie, la musique et l'astronomie, à travers des manuscrits en latin traduits de l'arabe. Ce faisant, le moine précède de plus d'un siècle les étudiants des universités de Paris, Montpellier et Oxford qui vont au XIIe siècle traverser comme lui les Pyrénées pour compléter leurs connaissances grâce aux maîtres et savants arabes. Devenu pape en 999, sous le nom de Sylvestre II, il use de toute son autorité pour imposer les chiffres arabes chez les chrétiens, à la place des chiffres romains peu pratiques. Sa tentative va échouer, à cause de la résistance des savants de l’Église, qui considéraient que tout ce qui venait des Sarrasins (les Berbères arabisés) ne pouvait qu’être diabolique. On accusa même ce pape d’être habité par le diable. Cette légende a eu la vie tenace, à tel point qu’en 1648, six siècles plus tard, l’autorité pontificale fit ouvrir le tombeau de Sylvestre II pour vérifier si les diables de l’enfer ne l’habitaient point !
- Deux siècles plus tard, une deuxième tentative va réussir.
Né à Pise en Italie, Leonardo Fibonacci (1175-1250), a été élevé et éduqué en grande partie à Béjaïa (Bougie), l’une des capitales du Maghreb d’alors, où vivait son oncle Guillermo Bonacci. Celui-ci était le représentant, auprès des douanes maghrébines, des marchands toscans en Algérie, en Tunisie et au Maroc. Le jeune Leonardo, formé dans les écoles algériennes, s’est vite passionné pour les mathématiques arabes. Fibonacci rapporta à Pise en 1198 les chiffres arabes et la notation algébrique. Grâce à ses écrits et à sa persévérance, Finobacci réussit là où le pape Sylvestre II échoua. 

VOIR AUSSI :
On l’appel le nombre d’Or, Phi, la divine proportion, le nombre de l’harmonie universelle ou de la création. Mais pourquoi autant de respect sacré, reconnu par toutes les civilisations, à toutes les époques, autour d’un simple chiffre ; =  (1+√5) ÷ 2  ≈  1,6180339887…
L’utilisation de ce chiffre est très ancienne, elle a même peut être été toujours utilisée consciemment ou inconsciemment, depuis que l’homme observe son environnement.
Hannibal GENSERIC
 

7 commentaires:

  1. L’univers fonctionne selon un système quantique, il n’y a pas de place au hasard. Tout communication interdimensionnelle passe par des chiffres et jusqu’à Dieu la Source !
    Les maladies sont aussi des informations chiffrées . Encore un peu de patience, tout le monde pourra bientôt le découvrir ….

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravi de voir ce matin votre article sur les nombres qui suit celui-ci déjà commenté 😀
      Je remercie également de tout coeur des gens comme vous, qui ne cessez d’oeuvrer afin de favoriser “ l’éveil “ !
      Moi-même et mon groupe de travail avons passé 20 ans à l’assemblage du puzzle Universel, mais c’est encore inachevé …
      Que faudrait-il faire afin que l’humain puisse ouvrir les yeux plus rapidement sur sa réalité ? Une interconnexion qui pourrait
      anéantir toutes les forces négatives qui le contraignent à l’état d’esclavage depuis des millénaires… Que faire afin de lever le voile,
      lui faire comprendre que tout ce qu’il apprit ne fut que mensonges ou illusions …

      Supprimer
  2. Les chiffres ne viennet pas des arabes mais de l'Inde. Voir Sylvain Gougenheim et son livre Aristote .. Je cite de mémoire La science arabe est une science stérile !www.torah-injil-jesus.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dis pas le contraire. Je dis simplement que les Arabes ont su exploiter et transmettre cette numération au reste du monde. Il en est de même de la numération sexagécimale (base 60) inventée par les Sumériens et utilisée de nos jours dans les heures minutes secondes...et les mesures d'angles.

      Supprimer
  3. pourqoi Gougenheim dira la vérité? vous restez avec lui, le monde reconnait autrechose

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.