jeudi 13 juin 2019

Mer d'Oman. 2 pétroliers explosent, les membres de l'équipage secourus par l'Iran

Selon des sources omanaises, citées par Bloomberg, deux grandes explosions viennent d'être entendues dans la mer d'Oman. Selon les premières informations rapportées par les sources locales, deux pétroliers auraient été visés et les deux déflagrations ont été successives. Il s'agit de deux bâtiments qui transportaient de l'éthanol.  
Deux pétroliers auraient explosé en mer d'Oman non loin du détroit du golfe Persique. (illustration)
Des sources pakistanaises ont confirmé cette information et affirmé que les membres de l'équipage de ces deux pétroliers ont lancé, dans les minutes suivant les explosions, un double appel de détresse aux pays du bassin du golfe Persique ainsi qu'au Pakistan.
Un groupe de sécurité maritime britannique a fait état d'un "incident non précisé" dans le golfe d'Oman, tout en appelant à "une extrême prudence" alors que "les tensions entre l'Iran et les États-Unis sont accrues". Joint par les agences de presse, la Ve flotte US à Bahreïn a qualifié l'incident d'"attaque" tout  en affirmant qu'elle était sur le point de "collecter des données".
L'équipage des deux navires secourus par l'Iran 
Selon la chaîne Euronews, l'un des deux pétroliers visés a coulé mais son personnel a été entièrement évacué. Les membres de l'équipage du deuxième pétrolier, soit 21 personnes ont également été sauvés. Il s'agit des pétroliers, FRONT ALTAIR, qui appareillait sous pavillon des îles Marshall alors que l'autre, Kokuka Courageous, se déplaçait sous le drapeau panaméen.

Les deux pétroliers qui ont explosé le jeudi 12 juin en mer d'Oman/IRNA
Des sources portuaires iraniennes, contactées par IRNA, affirment que les membres de l'équipage ont été repêchés par des marins iraniens et débarqués en île de Jask au sud de l'Iran. Selon IRNA, la première explosion s'est produite vers 8.50 heures locales et ce, à quelques 25 miles de l'île du sud iranien, Jask. " Le pétrolier FRONT ALTAIR en partance du Qatar vers Taïwan transportait de l’éthanol avant qu'un incendie se déclenche à bord. 23 membres de son personnel se sont jetés à l'eau avant d'être repêchés par un bâtiment iranien de passage, commandé par le centre de secours maritime du Hormozgan (province côtière du sud de l'Iran). Le bâtiment a coulé. Une heure plus tard, un second pétrolier a pris feu. Il avait quitté l'Arabie saoudite pour le Singapour et transportait du méthanol. les 21 membres de l'équipage de ce second pétrolier ont également été repêché par les marines iraniens"
Le pétrole flambe
Dans la foulée, l'AP évoque une hausse de 4% du prix du pétrole brut sur les marchés mondiaux qui s'échange à 62.53 dollars le baril. Quant au brut américain, son prix a grimpé de 1.5% établissant à 52.58 dollars le baril. La hausse du prix se poursuit. 
La double explosion de ce jeudi matin, qualifiée par ailleurs par la Ve flotte US d"attaque" a été attribuée  par Reuters au "tir de torpille". "Une torpille aurait touché l'un des pétroliers au large de Fujaïrah, ajoute l'agence.
Le 12 mai, des explosions ont visé quatre pétroliers à Fujaïrah aux Émirats arabes unis. Deux de ces pétroliers étaient saoudiens et les deux autres, européens. Une enquête internationale a été ouverte sans pouvoir pour autant identifier les auteurs. Les États-Unis, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont largement spéculé évoquant pêle-mêle des attaques à la mine contre les pétroliers. Bien qu'ils aient tenté d'accuser l'Iran, mais les observateurs ont plutôt cru à une opération sous la fausse bannière destinée à justifier une confrontation militaire avec l'Iran.
La double explosion de ce jeudi matin intervient alors que le Premier ministre japonais se trouve en visite officielle à Téhéran, visite placée par les médias sous signe d'une médiation entre les États-Unis et l'Iran. Les analystes affirment que cette double explosion pourrait avoir été planifiée dans le but de saper cette médiation qui n'avait déjà pas beaucoup de chance pour réussir. 



La fumée monte d’un pétrolier qui aurait été attaqué au large des côtes d’Oman, le 13 juin 2019. ©ISNA
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, a fait part de la préoccupation de l’Iran concernant l’incident ayant touché deux grands pétroliers en mer d’Oman, au moment même où se déroulait la rencontre entre le Premier ministre japonais et le Leader de la Révolution islamique.
« L’Iran s’inquiète de l’attaque suspicieuse d’aujourd’hui contre des pétroliers liés au Japon, qui s’est déroulée en même temps que la rencontre entre le Premier ministre japonais et le Leader de la Révolution islamique », a-t-il écrit sur son compte Twitter, ajoutant que Téhéran « considère cet événement comme allant à rebours des efforts régionaux et transrégionaux déployés pour réduire les tensions dans la région ».
Il a souligné que l’Iran soutenait la coopération et le dialogue au sein de la région.
Après l’incident et l’appel au secours qui l’a suivi, l’Iran s’est précipité au secours de deux pétroliers touchés dans la mer d’Oman, transférant la totalité de leurs 44 membres d’équipage sur ses côtes méridionales.
Une source informée a déclaré qu’un bateau de sauvetage iranien avait secouru les 44 membres d’équipage des deux pétroliers et les avait emmenés en sécurité à Jask, dans la province méridionale d’Hormozgan, a annoncé jeudi l’agence de presse officielle iranienne (IRNA). Les autorités de la province ont assuré qu’elles étaient pleinement disposées à les transférer en cas de besoin vers les hôpitaux de Téhéran.
Suite à ces deux incidents, l’AP évoque une hausse de 4 % du prix du pétrole brut sur les marchés mondiaux, qui s’échange à 62,53 dollars le baril. Quant au brut américain, son prix a grimpé de 1,5 %, s’établissant à 52,58 dollars le baril. La hausse du prix se poursuit. 
La double explosion de ce jeudi matin, qualifiée par ailleurs par la Ve flotte US d’« attaque », a été attribuée par Reuters à un « tir de torpille ». « Une torpille aurait touché l’un des pétroliers au large de Fujaïrah », ajoute l’agence.

Qui en profite ?…
…Les attaques d’aujourd’hui contre des pétroliers dans le golfe d’Oman ne sont pas dans l’intérêt de l’Iran
Selon Moon of Alabama , il est probable que les forces iraniennes par procuration aient été impliquées dans les attaques de mai. Il est peu probable que l’Iran ait quelque chose à voir avec les attaques d’aujourd’hui.
L’attaque de mai a été accompagnée de deux frappes de drones lancées par les forces houthies au Yémen sur le pipeline est-ouest saoudien, qui permet à certaines exportations saoudiennes d’éviter un passage par le détroit d’Hormuz. Une troisième frappe consistait en un lancement de missile à moyenne portée par le Jihad islamique dans la bande de Gaza contre la ville d’Ashkelon en Israël.
Les trois frappes combinées étaient un avertissement que les pays qui incitent à une guerre américaine contre l’Iran seraient sérieusement frappés si l’Iran était attaqué.
L’attaque d’aujourd’hui arrive à un moment qui ne convient pas à l’Iran. La forte campagne anti-iranienne lancée par John Bolton en avril et mai s’est récemment calmée.
Le président américain Trump essaie de pousser l’Iran à négocier avec lui. Il a récemment reçu le président suisse à la Maison Blanche. La Suisse est la «puissance protectrice» qui représente les intérêts diplomatiques américains en Iran. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Maas, a été envoyé en Iran pour faire pression en faveur de concessions iraniennes. Actuellement, le Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, est en visite à Téhéran. Il a rencontré aujourd’hui le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, mais n’a pas réussi à faire avancer les négociations entre l’Iran et Trump.
Même si l’Iran refuse les négociations avec les États-Unis tant que ceux-ci maintiennent leurs sanctions, il n’a aucun intérêt à perturber la phase diplomatique actuelle. L’Iran semble n’avoir rien à gagner à ces attaques.
Est-ce que quelqu’un d’autre veut, presque littéralement, torpiller les tentatives de médiation actuelles ?
Hannibal GENSERIC
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.