vendredi 14 juin 2019

Destruction de deux pétroliers dans la mer d’Oman : "alerte au combat" en Russie


Un nouveau rapport du ministère de la Défense (MoD) russe, rédigé avec sérieux et qui circule au Kremlin, indique que le président Poutine vient de placer toutes les forces militaires russes dans la situation d'«alerte au combat total» (“Full Combat Alert”), une position de guerre décrétée pour la dernière fois en juin 2014 lorsque les populations russophones d’Ukraine étaient sous la menace directe des nazis ukrainiens- et qui intervient six mois après le sinistre avertissement de Poutine selon lequel "les États-Unis soulèvent le risque de guerre nucléaire" - en raison notamment du torpillage non provoqué de deux pétroliers par un "acteur étatique non spécifié" alors qu’ils naviguaient dans les eaux internationales au large des côtes iraniennes dans le golfe d’Oman.

 
Le pétrolier Kokuka brûle (ci-dessus) après avoir été torpillé dans le golfe d'Oman le 13 juin 2018
Selon ce rapport, à 11 h 59, heure de Moscou (GMT + 3), le ministère de la Défense a reçu un «bulletin de sécurité» urgent des Opérations du commerce maritime du Royaume-Uni (UKMTO) signalant qu'un «incident» avait eu lieu à «Lieu: 252700n , 0572200e "- un emplacement dans le golfe d'Oman - le plan d'eau qui relie la mer d'Oman au détroit d'Hormuz, qui se prolonge ensuite dans le golfe Persique, et qui borde l'Iran et le Pakistan au nord, Oman au sud et les Émirats arabes unis à l'ouest.
Les premières découvertes sur cet incident, poursuit le rapport, indiquent qu’un pétrolier appartenant à  Frontline Ltd. (la plus grande entreprise de transport maritime de pétroliers au monde), nommé Front Altair, et un pétrolier appartenant au groupe Schulte, nommé Kokuka Courageous, ont été soumis à une « attaque à la torpille non provoquée "- suite à laquelle le pétrolier Front Altair a coulé - mais dont les équipages, composés principalement de ressortissants russes, géorgiens et philippins, ont été secourus par les forces navales iraniennes - la totalité de ceux-ci ont été transportés sur les rives sud de l'Iran.
Le pétrolier Front Altair (ci-dessus) coule après avoir été torpillé dans le golfe d'Oman
Ce rapport précise que les forces de la marine américaine opérant dans les eaux du Moyen-Orient ont commencé à converger vers le golfe d’Oman – dans une une tentative d’identification de «l'acteur étatique indéterminé» responsable de cette attaque. Naturellement, et comm tout le mode s’y attendait, et presque immédiatement après l'attaque, les Américains ont déjà déterminé que c’était l’Iran. Ainsi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo affirmait que l’Iran avait attaqué ces pétroliers pour augmenter le prix mondial du pétrole . Et le conseiller américain à la Sécurité nationale John Bolton déclarait: "Il est clair que l’Iran est derrière l’attaque de Fujairah. Selon vous, qui d'autre le ferait? Quelqu'un du Népal? "
La force sous-marine iranienne étant actuellement composée de trois sous-marins diesel-électriques russes de la classe Kilo (4 000 tonnes) (Tareq 901, Noor 902, Yunes 903), d'un Nahang de 350 à 400 tonnes, et d'une force en expansion d'environ une douzaine de sous-marins de poche Ghadir de 150 tonnes, ce rapport conclut que les analystes du ministère de la Défense ne disposent d'aucun élément prouvant que l'un ou l'autre d'entre eux ait été utilisé dans cette attaque, d'autant plus qu'ils sont tous soumis à une observation navale, satellitaire et électronique continue de la part de l'Occident. De plus, sachant que quel que soit «l'acteur étatique non précisé» qui aurait osé attaquer ces pétroliers, devrait savoir qu’il paierait un lourd tribut, car en attaquant un navire ayant des citoyens russes à bord, il a attaqué la Fédération de Russie elle-même.
---------------------------------------------------------

Les faux drapeaux américains  annoncent la guerre

La Russie a raison de se préparer à la guerre : l’Histoire lointaine et récente prouvent que, lorsque les Américains veulent attaquer un pays (ici l’Iran), ils lancent des attaques sous faux drapeau, en plus d’une guerre médiatique effrénée. Ils ont été prompts à sortir de leurs archives des images bidouillées pour annoncer que cette attaque dans la mer d’Oman a été commise par l’Iran.

Or, nous avons vu, dans Mer d'Oman. 2 pétroliers explosent, les membres de l'équipage secourus par l'Iran  qu’une telle attaque est contraire aux intérêts iraniens.

1- Fiole comme prétexte d’une guerre en Irak
Le 5 février 2003, le secrétaire d’État américain Colin Powell brandissait à l’Onu une fiole censée contenir de l’anthrax. Selon les États-Unis, la présentation d’une fiole avec de la poudre blanche devait prouver que l’Irak gouverné à l’époque par Saddam Hussein cachait des armes de destruction massive.
Les membres du Conseil de sécurité de l’Onu ont toutefois refusé de donner leur feu vert à une intervention militaire en Irak. Mais un mois et demi plus tard, l’opération américano-britannique a commencé en Irak. Les cinq divisions de ces deux pays n’ont pas rencontré beaucoup de résistance de la part des 23 divisions irakiennes. Pendant l’opération, 9.200 militaires et 7.300 civils irakiens ont été tués. Aucune preuve d’existence d’armes biologiques, chimiques ou nucléaires en Irak n’a jamais été trouvée.
Un an après le début de la guerre en Irak, le super menteur Colin Powell a prétendu qu’on l’avait induit en erreur et que les données publiées étaient imprécises ou falsifiées.
La guerre d'Irak continue à ce jour, et aurait provoqué plus d'un million de morts irakiennes,  toute l'infrastructure du pays a été détruite. C'est ainsi que l'Occident prétend libérer un peuple en tuant son dictateur (plus un million d'innocents) pour le remplacer par "la démocratie". L'Irak était le pays le plus développé du Moyen-Orient, il est maintenant l'un des plus arriérés.
2- "Incidents" du Golfe du Tonkin
Une vedette vietnamienne cherche à éviter le feu du navire USS Maddox (2 août 1964)
Les incidents du Tonkin des 2 et 4 août 1964 ont déclenché la guerre du Vietnam.
Selon la version officielle, des vedettes vietnamiennes ont attaqué le destroyer américain USS Maddox le 2 août 1964 alors qu’il se trouvait dans le Golfe du Tonkin, dans les eaux internationales. D’ailleurs, des historiens estiment que l’USS Maddox était entré exprès dans les eaux territoriales du Vietnam. Des chasseurs F-8 Crusader sont venus en aide à l’USS Maddox. Les vedettes vietnamiennes ont été endommagées.

Suite à cet incident, le Président Lyndon Johnson a ordonné à un autre destroyer, l’USS C.Turner Joy, de se porter au soutien du Maddox. La nuit du 4 août, alors qu’ils font route vers le golfe du Tonkin, ils se croient attaqués par des torpilles pendant une tempête et ripostent avec un feu nourri. Les avions envoyé d’urgence dans le secteur n’ont découvert aucun navire ennemi, mais Washington avait déjà été informé de la prétendue «agression». Selon des documents déclassifiés par la NSA en 2005, des doutes concernant «l’attaque du Tonkin» avaient été émis dès le début de l’enquête.
L’incident a entraîné un vote au Congrès américain qui a autorisé le 7 août 1964 le président Johnson à déclencher une opération militaire au Vietnam s’il l’estimait nécessaire. Les États-Unis ont envoyé plus de 200.000 soldats au Vietnam en 1965 et 200.000 autres en 1966. Début 1968, ils étaient plus de 500.000, d’après l’ouvrage Une histoire populaire de l’Amérique de Howard Zinn. La guerre a duré dix ans. 
Elle a causé, du côté des États-Unis : 57 000 tués (dont 46 000 au combat), 300 000 blessés dont le tiers gravement. Trois millions d'Américains passés par le Viêt-nam et marqués à jamais. Côté vietnamien : 1,5 millions de morts dont plus de 500 000 au Nord-Viet-Nam, des millions de réfugiés, un pays ruiné…

3- Explosion du cuirassé Maine
Le 15 février 1898 explosait le cuirassé américain Maine en rade de La Havane. Deux tiers des membres d’équipage (plus de 260 hommes) ont été tués. Les États-Unis ont accusé l’Espagne, qui contrôlait Cuba, d’avoir coulé le navire. De nombreux journaux ont présenté la culpabilité de l’Espagne comme un fait établi malgré l’absence de preuves.
Le 19 avril, le Congrès américain a adopté une résolution appelant l’Espagne à quitter Cuba. Le 22 avril, l’escadre américaine a ouvert le feu contre La Havane et le 3 juillet 1898, l’Espagne a été défaite dans cette guerre. Les deux pays ont signé un traité de paix privant l’Espagne de toutes ses colonies en Asie et en Amérique latine (Philippines, Guam, Porto-Rico et Cuba). Trois anciennes colonies espagnoles sont passées aux États-Unis.
En 1976, l’amiral de la Marine américaine Hyman Rickover a déclaré, après une nouvelle enquête, que le naufrage du Maine aurait pu être provoqué par un incendie dans les soutes à charbon, ce qui était un vrai problème pour les navires de l’époque.
VOIR AUSSI :
Mer d’Oman. Une attaque américaine sous faux drapeau : voici les faits

Hannibal GENSERIC

1 commentaire:

  1. Ils tiennent absolument à ouvrir la boîte de Pandore, c'est pour cela qu'ils multiplient les opérations sous "false flag"! Libre à eux, la question est:" sauront ils quand ils pourront fermer cette boîte, si elle ne leur explose pas à la figure , entre temps", avec les dégâts énormes pour la région!?

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.