samedi 8 juin 2019

Faux drapeau israélo-américain : L'insubmersible USS Liberty


Ce Samedi est le 52ème "anniversaire" de l’attaque israélienne contre l’USS Liberty le 8 juin 1967, tuant 34 marins américains et en blessant 174. L'attaque était faite sous faux drapeau et était  destinée à donner aux États-Unis un prétexte pour faire le sale boulot pour Israël: lancer une bombe atomique sur Le Caire.

Mais l'URSS, qui était prête à exercer des représailles de même nature, a fait échouer ce projet israélo-américain, qui aurait pu déclencher la troisième guerre mondiale.
D’autre part, contrairement aux prévisions des comploteurs israélo-américains, le Liberty a refusé de couler, et Il a pu envoyer un signal de détresse. Tout le monde savait que c’est Israël qui a fait l’attaque. Le traître et crypto-juif Lyndon B. Johnson (LBJ) a été contraint de nier l'attaque. Le monde a été sauvé d’un Armageddon.
Résultat de recherche d'images pour "Lyndon B. Johnson uss liberty"
LBJ, qui a fait tuer JFK
L'attaque a été concoctée conjointement par la CIA de James Angleton et le Mossad, les mêmes organisations responsables du meurtre de JFK et du 11 septembre [1]. Les vies américaines ne signifient rien pour les banquiers cabalistes [2]. Grâce à la complicité des médias et de la classe politique américaine, la paire criminelle CIA-Mossad continue à utiliser de faux drapeaux pour façonner sa politique.
L'attaque du Liberty et le camouflage de celle-ci par les autorités américaines sont une preuve supplémentaire que les États-Unis sont une colonie abjecte et tremblante du cartel bancaire Rothschild [3]. La future capitale de l'ordre mondial des Juifs maçonniques est Jérusalem.
Les politiciens américains sont pour la plupart des francs-maçons au service de cette tyrannie mondiale juive. Les médias américains mettent le rouge à lèvres sur ce cochon casher afin que la plupart des Américains ne sachent même pas que leur démocratie est un simulacre. Gauche et Droite sont deux itinéraires vers la même destination.
"Les recherches historiques conduisent à des affirmations troublantes à propos d'un incident violent entouré de secret depuis plus de 50 ans."
blood2.jpegL'attaque contre l'USS Liberty, le 8 juin 1967, pendant la guerre des Six jours, fit 34 morts et 174 blessés, ainsi que de nombreuses questions non résolues, même après qu'Israël eut reconnu sa responsabilité, affirmant qu'il avait agi par erreur. Ce livre représente une entreprise gigantesque dans le cadre de laquelle Mellen (English Emerita / Temple Univ; Faustian Bargains, 2016, etc.) démantèle de manière systématique et convaincante les récits adoptés pendant des décennies en examinant des documents officiels, en évaluant des publications et en conduisant des entretiens personnels.
Chose inquiétante, les recherches solides de l'auteur indiquent que les États-Unis et Israël ont collaboré à la planification, à l'exécution et à la dissimulation de cette opération afin d'impliquer l'Égypte, de bombarder le Caire et de précipiter la chute de Gamal Abdel Nasser. L'auteur souligne astucieusement que ce ne serait pas la première fois que le gouvernement américain recourrait à une telle tactique, citant le Maine en 1898 et le Maddox dans le golfe du Tonkin pendant la guerre du Vietnam. Elle a également relativisé l'incident de Liberty au milieu de la "serre chaude de 1967", signalant la paranoïa et la brutalité de la guerre froide, ainsi que l'escalade de la guerre du Vietnam et les problèmes d'approvisionnement en pétrole.
Image associéeAu mérite de Mellen, son style d'écriture clair et ses capacités organisationnelles permettent même aux lecteurs peu familiarisés avec les événements de ce temps-là de s'imprégner de détails techniques, d'intrigues politiques, de la chaîne de commandement militaire et d'histoires personnelles. Contre toute attente, grâce aux efforts concertés de nombreux marins, le Liberty a réussi à rester à flot malgré un tir de torpille et à envoyer un signal SOS. L'auteur affirme sombrement: "La survie du navire n'avait pas été prévue par les plus hautes autorités". Elles avaient planifié sur le naufrage total du navire avec ses occupants, de la même manière qu’elles ont sacrifié plus de quatre mille Américains dans les attentats sous faux drapeau du 11/9.
Les détails de l'attaque sont à la fois horribles et nécessaires, soulignant le sacrifice de l'équipage Liberty. Parmi les héros figurent le Dr Richard Kiepfer, lui-même grièvement blessé, qui "est resté debout pendant vingt-huit heures" et "a pratiqué des opérations chirurgicales et des transfusions sanguines toute la nuit", ainsi que Terence Halbardier, technicien en électronique, qui a été blessé alors qu'il se précipitait dans  feu sur le pont pour connecter un câble permettant à l’appel SOS de sortir.
En effet, l’un des scénarios les plus déconcertants est que des avions américains "équipés d’ogives nucléaires" étaient à sept minutes du bombardement du Caire, ce qui a peut-être aggravé le conflit jusqu’au bord de la Troisième Guerre mondiale, mais a été annulé lorsque le signal de détresse du navire a été entendu.
De nombreuses notes contiennent de nombreuses informations intrigantes, telles que le moment où Mellen se demande si le personnel militaire serait plus disponible avec un intervieweur différent. Se référant à un témoin clé qui a lu les transcriptions des communications en temps réel au cours de l'incident, elle admet: "Néanmoins, il était mal à l'aise de partager son expérience avec un auteur civil (femme) d'une tendance politique inconnue."
Enfin, elle examine habilement les décisions discutables prises par les autorités immédiatement après l'attaque et aujourd'hui, alors que les survivants luttent contre les mauvais traitements infligés par la bureaucratie militaire et le gouvernement américain. À la fin de cet ouvrage impressionnant, l’auteur énumère hardiment les responsables de la frappe israélienne, y compris des noms connus tels que Lyndon B. Johnson, Robert McNamara, Cyrus Vance, John S. McCain et Moshe Dayan.
Séduisant du début à la fin, avec des réflexions sur le prix que les soldats paient pour les agendas de guerre de leurs commandants.
Source : https://www.henrymakow.com/


NOTES
Hannibal GENSÉRIC

4 commentaires:

  1. Se portez pale le 11 septembre 2001 pour ds jews dans une des twin towers 🌌 Condelozza Rice savait qu'il fallait évitée et dissuada de prendre l'avion Ce jour là ! 🌞 🍀 🍀 🍀 Un autre complot le 11 septembre 1973 au Chili où oscar Letellier sut qu'on poussa Salvador Allende au suicide avec Chicago boys de Milton Friedman et fondation Ford qui epaulerent le général Augusto Pinochet

    RépondreSupprimer
  2. Depuis que certaines factions de l’armée américaine se trouvent totalement hors contrôle du Pentagone ou du Potus, tout peut arriver ! Nous l’avons vu avec les tirs supposés de la Corée du NORD vers Hawaii , alors qu’il ’s'agissait d’un sous-marin
    appartenant à cette faction, qui fut d’ailleurs coulé… Egalement par les tirs de missiles vers Air Force durant le déplacement de Schtrump vers Singapore …

    RépondreSupprimer
  3. Et dire que la Syrie est pratiquement détruite suite aux attaques chimiques sous" false flag", commises toujours par le tandem diabolique CIA-Mossad. Ceci sans compter le mauvais scénario mensonger fait par Powel qui aboutit à la destruction de l'Irak , en 2003

    RépondreSupprimer
  4. C'est une commémorations, non un anniversaire.

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.