mercredi 26 juin 2019

USA. Les rues de San Francisco et Los Angeles rappellent les bidonvilles de Mumbai, Delhi, Mexico, Jarkarta et Manille


À Los Angeles, des tentes et des abris en carton jonchent les trottoirs de nombreuses rues de la ville. Sur le dérapage, des dizaines de milliers d'hommes et de femmes sans abri, dont 80% de noirs, occupent des quartiers entiers de la ville.

 
Il était une fois, certaines des plus belles villes du monde se trouvaient sur la côte ouest, mais à présent, ces mêmes villes sont en train de dégénérer en bacs à ordures infestés de drogue et de détritus sous nos yeux. San Francisco est connue comme l’épicentre de notre industrie technologique et Los Angeles produit plus de divertissements que quiconque dans le monde. Pourtant, ces deux villes font les gros titres dans le monde entier pour d’autres raisons. À l’heure actuelle, près d’un quart de la population itinérante du pays vit dans l’état de Californie et d’autres arrivent chaque jour. Lorsque vous vous promenez dans les rues de San Francisco ou de Los Angeles, vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer les marchés de drogue en plein air, les gigantesques montagnes de déchets, les aiguilles jetées et les piles d’excréments humains qui semblent être partout. Si c’est ce à quoi les choses ressemblent lorsque l’économie américaine est encore relativement stable, à quel point la situation va-t-elle se détériorer lorsque l’économie sera en crise?
À San Francisco, le nombre de sans-abri a augmenté de 17% depuis 2017, et lorsqu'un fonctionnaire des Nations Unies a récemment arpenté la rue, elle a été absolument horrifiée par ce qu'elle a vu
Lorsque Leilani Farha a visité San Francisco en janvier, elle connaissait la sombre réputation des campements de sans-abri de la ville. Au cours de ses quatre années en tant que Rapporteur spécial des Nations Unies sur le logement convenable, Farha a visité les bidonvilles de Mumbai, Delhi, Mexico, Jarkarta et Manille. La crise à San Francisco, a-t-elle dit, est comparable à ces conditions.
Je ne suis jamais allé à Mumbai, à Delhi, à Mexico, à Jarkarta ou à Manille, et je devrai donc la croire sur parole quant aux conditions qui prévalent là-bas.
Mais comment cela peut-il se produire dans l'une des villes les plus riches du pays?
Malheureusement, dans une large mesure, San Francisco s’est fait cela. Chaque jour, des médicaments sont achetés et vendus ouvertement sur «un marché en plein air» en plein cœur de la ville, et les autorités savent exactement où cela se passe
Pour percer l'épicentre de la crise, une enquête récente du New York Times a pour objectif de trouver le bloc le plus sale à San Francisco. Après avoir demandé aux statisticiens de dresser une liste des rues contenant le plus grand nombre de plaintes de quartier concernant la propreté des trottoirs, le Times a atterri: le bloc 300 de Hyde Street, qui a reçu plus de 2 200 plaintes au cours de la dernière décennie.
Une visite dans l’immeuble permet de voir des toxicomanes et des résidents atteints de troubles mentaux, dont beaucoup font partie de la très grande population de sans-abri de la ville. Pendant la journée, les toxicomanes organisent un marché en plein air où l’héroïne, le crack et les amphétamines sont vendus le long des trottoirs.
Ils pourraient mettre un terme au trafic de drogue s’ils le souhaitaient vraiment.
Et partout où le commerce de drogues illicites est florissant, vous allez également avoir beaucoup de crimes contre la propriété. À l'heure actuelle, aucune ville d'Amérique n'a un taux de crimes contre la propriété aussi élevé que San Francisco
San Francisco est le chef de file du pays en matière de crimes contre la propriété. Les cambriolages, les vols, les vols à l'étalage et le vandalisme font partie de ce vilain parapluie. Le taux de cambriolages est particulièrement frappant: en 2017, plus de 30.000 déclarations ont été déposées et la moyenne actuelle est de 51 par jour. Les autres infractions de moindre gravité, notamment le trafic de drogue, le harcèlement de rue, les campements, l'exposition indécente, l'intoxication publique, les voies de fait simples et les comportements inciviques sont également très répandues.
Pendant ce temps, les choses ne vont pas beaucoup mieux à Los Angeles. En fait, beaucoup soutiendraient que L.A. est dans un état encore pire.
La population de sans-abri de la ville a augmenté de 16% depuis l'année dernière et s'empare de quartier après quartier. Los Angeles était autrefois l'une des plus belles villes du monde, mais elle est en train de se transformer rapidement en un enfer
Si quelqu'un avait prédit il y a un demi-siècle qu'un commissariat de police de Los Angeles ou même de la mairie de Los Angeles serait en danger d'épidémies de typhus infectieux transmis par les puces, il aurait été considéré comme mentalement dérangé. Après tout, la ville qui nous a donné le système moderne d’autoroutes n’est pas censée ressembler à Constantinople du sixième siècle sous Justinien. Pourtant, le typhus, ainsi que des épidémies d'hépatite A infectieuse, font la une dans les rues de Californie. Les trottoirs des grandes villes de l’État abritent des piles d’aiguilles, de selles et de déchets usés. Les hygiénistes avertissent que les gouvernements municipaux les plus tolérants ouvrent la voie - en accroissant les populations de lignées de puces, de poux et de rats de l’histoire - à d’éventuelles épidémies de peste ou pour le pire.
 
Skid Row est l'épicentre du problème des sans-abris en Amérique du Sud et je vous recommande vivement de ne pas y aller par vous-même.
Il est difficile de croire que des gens vivent ainsi de la sorte en Amérique en 2019. C'est ce que l'un des journalistes a vu lors de sa visite dans le quartier
Si vous souhaitez savoir à quel point la crise des sans-abri s'est aggravée en Californie, il vous suffit de vous diriger vers 4 kilomètres carrés à l'est de Main Street, dans le centre-ville de Los Angeles. La région, appelée Skid Row, a longtemps été habitée par les habitants les plus pauvres de la ville. Ces jours-ci, cela ressemble à un cauchemar.
Les résidents dorment dans des tentes entourées d’aiguilles et de matières fécales, leurs effets personnels rangés dans des sacs à ordures et des caddies. Certains se protègent eux-mêmes avec des bâches ou utilisent des lampadaires à proximité pour se connecter à l’électricité. D'autres ont contracté le typhus des rats qui courent sur le trottoir. Un habitant a même été retrouvé en train de se baigner dans l'eau d'une bouche d'incendie cassée.
C’est là que le reste de tout le pays se dirige si nous ne faisons pas très attention. Les mauvaises politiques ont de mauvaises conséquences et nos dirigeants nous ont pris dans la mauvaise direction depuis très longtemps.
Et au lieu de nous attaquer à la racine de nos problèmes, la plupart de nos politiciens semblent penser que s’engager dans des expériences sociales bizarres résoudra en quelque sorte nos problèmes.
Par exemple, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, est convaincu que nous pouvons résoudre le problème des sans-abri en construisant de minuscules logements dans les arrière-cours des propriétaires privés…
Dans le cadre de cette mission, la ville poursuit un programme pilote, rendu possible grâce à une subvention de Bloomberg Philanthropies d'un million de dollars, qui aiderait les propriétaires à installer des unités de jardin sur leurs propriétés. En échange d'une allocation de 10.000 à 30.000 dollars, les propriétaires seraient en mesure de facturer un petit loyer aux locataires sans abri, qui paieraient leur part au moyen de bons ou de leurs propres revenus. La ville prévoit également d’instaurer un processus d’appariement associant propriétaires et locataires.
«Notre crise des sans-abri exige que nous fassions preuve de créativité», a déclaré le maire. Si le projet pilote de petite maison de jardin fonctionne, a-t-il ajouté, l'idée pourrait être adoptée n'importe où.
Donc, si vous habitez à Los Angeles, vous pourrez bientôt apporter les aiguilles et les piles de matières fécales humaines de Skid Row dans votre propre jardin.
Pendant ce temps, les sans-abri continuent de tomber raides morts nuit après nuit à Los Angeles. Il suffit de consulter ces chiffres stupéfiants
Un nombre record de sans-abri - 918 l'année dernière seulement - meurent dans le comté de Los Angeles, sur les bancs d'autobus, sur les pentes d'une colline, sur les voies ferrées et sur les trottoirs.
Les décès ont fait un bond de 76% au cours des cinq dernières années, dépassant ainsi la croissance de la population des sans-abri, selon une analyse des données du coroner faite par Kaiser Health News.
Année après année, la crise des sans-abris ne fait que s'aggraver.
Le tissu social de notre société se défait littéralement sous nos yeux, et nous pouvons tous voir ce qui se passe, et pourtant nos dirigeants semblent absolument impuissants à y remédier.
Si nous continuons sur cette voie, à quoi ressemblera notre pays dans quelques années?
Par Michael Snyder 24/6/2019
 écrivain, personnalité des médias et militant politique au niveau national. Il est l’auteur de quatre livres dont «Préparez-vous maintenant, Le début de la fin» et Vivez une vie qui compte vraiment. Ses articles sont publiés à l'origine sur le blog The Economic Collapse, dans End of the American Dream et dans The Most Important News.
Traduction : Hannibal GENSERIC

4 commentaires:

  1. les juifs sionistes font souffrir aussi bien les américains que les palestiniens la différences c'est que les américains ne le savent pas

    RépondreSupprimer
  2. bonne nouvelle ces memes criminels-anglais -francais qui ont massacres des peuples a commencer par les Amerindiens les vrais proprietaires de toute l'Amerique du Nord .

    RépondreSupprimer
  3. Il est important de noter que ceci se passe dans les états démocrates. Les démocrates (et libéraux, mais je crois que c’est pareil?) font blocage pour changer les lois qui résoudraient la crise à la frontière sud - en partie tout du moins, car ce sont des milliers de migrants qui arrivent chaque semaine (et ceux qui travaillent à la frontière sont absolument débordés et n'en peuvent plus). 

    Les démocrates déclarent, avec certains républicains qui haïssent Trump, qu'il n'y a pas de crise : https://www.washingtonexaminer.com/opinion/columnists/byron-york-what-now-for-those-who-denied-a-crisis-at-the-border .
    Ces gens encouragent la venue d'illégaux parce que ces derniers sont autorisés à voter, et qu'ils votent bien évidemment pour les candidats que ce parti leur indique en échange, notamment, de la drogue gratuite.
    S'il n'y avait pas le vote des illégaux, les démocrates ne gagneraient plus aucune élection tant leur mépris du Peuple Américain est manifeste. 
Une large partie de la communauté noire-américaine a laissé tomber ce parti (voir le mouvement "Walk-away") et c'est à cette occasion que j'ai appris avec stupeur, sur la chaîne youtube de Brandon Tatum, que le parti républicain a été créé pour s'opposer au parti démocrate *qui a créé le Ku-Klux-Klan*!
    Listen to this: https://www.youtube.com/watch?v=ZbP33yl_kT4

    -*-

    RépondreSupprimer
  4. Et aussi: https://www.youtube.com/watch?v=LhLrZUtpjvI

    -*-

    RépondreSupprimer

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.