dimanche 23 juin 2019

La judaïté et la culture de la crypsie


Résumé: Les soi-disant néoconservateurs sont des crypto-israéliens, comparables aux crypto-juifs passés au statut de «nouveaux chrétiens» du XIVe au XVIIe siècle. La crypsie est un aspect fondamental de la culture juive. C’est en fait l’essence même du monothéisme judéen, conçu dans le contexte de l’exil babylonien, où le dieu d’Israël a été travesti en «Dieu du ciel», ce dernier le Dieu vénéré par les Perses.

Qu'est-ce qu'un néo-conservateur?
"Qu'est-ce qu'un néo-conservateur?" demandait un jour George W. Bush à son père en 2003. "Voulez-vous des noms ou une description?", a répondu Bush 41. "Description" "Bien," dit 41, "Je vous le donne en un mot: Israël. » Vrai ou pas, ce court échange cité par Andrew Cockburn le résume [1].
Les néoconservateurs sont des crypto-sionistes, dans le sens où leur seule loyauté va à Israël - Israël tel que défini par leur mentor, Leo Strauss, c'est-à-dire incluant une puissante indispensable diaspora. Dans sa conférence de 1962 intitulée «Pourquoi nous restons juifs», Strauss a cité comme «la déclaration la plus profonde et la plus radicale sur l'assimilation que j'ai lue», l’aphorisme 205 de Nietzsche Dawn of Day  sur les Juifs (ici dans la traduction de Strauss): «Il ne leur reste plus soit devenir les seigneurs de l’Europe, soit perdre l’Europe […] ; à un moment donné, l’Europe tombera entre leurs mains comme un fruit parfaitement mûr, qui ne demande qu’à être cueilli. Entre-temps, il est nécessaire pour eux qu'ils se distinguent dans tous les domaines de la distinction européenne et qu'ils soient parmi les premiers, jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment avancés pour déterminer eux-mêmes ce qui les distingue. »[2] Mettez à jour cette déclaration avec "Les pays occidentaux” au lieu de “Europe” et vous avez en effet le meilleur résumé possible de ce que la stratégie d'assimilation signifie réellement pour l'élite de la Diaspora de type straussienne.
La preuve du crypto-israélisme des néocons de Strauss, c’est leur politique étrangère américaine, qui a toujours coïncidé avec le meilleur intérêt d’Israël [a]. Avant 1967, l’intérêt d’Israël reposait fortement sur l’immigration juive d’Europe de l’Est. À partir de 1967, lorsque Moscou a protesté contre l'annexion des territoires arabes par Israël en mettant fin à l'émigration juive, l'intérêt d'Israël ne dépendait que du soutien militaire des États-Unis, et notamment de la victoire de la guerre froide par les États-Unis. C'est alors que le comité de rédaction de Commentary (le magazine mensuel du Comité juif américain) a connu sa conversion au «néoconservatisme», et Commentary est devenu, selon Benjamin Balint, «le magazine controversé qui a transformé la gauche juive en une droite néoconservatrice. . ”[3] En 1973, Irving Kristol expliqua au Congrès juif américain pourquoi l'activisme anti-guerre n'était plus bon pour Israël: “ Il est maintenant dans l'intérêt des Juifs de disposer d'un important et solide établissement militaire aux États-Unis. […] Les Juifs américains qui se soucient de la survie de l'État d'Israël doivent dire non, nous ne voulons pas réduire le budget militaire, il est important de maintenir ce budget important pour pouvoir défendre Israël. [4] Cela nous éclaire sur la réalité à laquelle Kristol faisait allusion lorsqu'il avait défini le néoconservateur comme étant «un libéral agressé par la réalité» (Neoconservatism: the Autobiography of an Idea Neoconservatisme: l'autobiographie d'une idée, 1995).
Avec la fin de la guerre froide, l'intérêt national d'Israël a encore changé. L’objectif principal était de détruire les ennemis d’Israël au Moyen-Orient en entraînant les États-Unis dans une troisième guerre mondiale. Les néoconservateurs ont connu leur seconde fausse conversion, passant de guerrirs anticommunistes de la Guerre Froide à l’islamophobie du « Choc des Civilisations » et en devenant les croisés de la «guerre contre la terreur».
Le mème «Clash of Civilizations» a été inventé en 1990 par l’idéologue néocon juif Bernard Lewis dans un article intitulé «Les racines de la rage musulmane». Le concept a ensuite été transmis par le goy Samuel Huntington (The Clash of Civilization and the Remaking of World Order. Le choc des civilisations et le remaniement de l'ordre mondial). Jamais auparavant un livre de géopolitique n'avait fait l'objet d'un tel battage médiatique international. Entre 1992 et 1994, la presse a publié une parodie de débat intellectuel opposant, d’un côté,  Francis Fukuyama (membre du PNAC) et sa ridicule prophétie de la «fin de l’histoire» et, de l’autre, Samuel Huntington et son «choc des civilisations». Le but de cette fausse alternative était de faire de la pub à Huntington, jusqu'à ce que les attaques du 11 septembre 2001 valident sa thèse de la manière la plus dramatique. Le livre de Huntington, quant à lui, a été traduit en cinquante langues et commenté par la presse mondiale. Bien avant cela, le «choc des civilisations» était devenu un élément essentiel de l'hollywoodisme (regardez le documentaire de Jack Shaheen intitulé Vraiment méchants Arabes: Comment Hollywood diffame un peuple,  sur la base de son livre) [b].
En septembre 2001, les néoconservateurs ont obtenu le «Nouveau Pearl Harbor» qu’ils souhaitaient et décrit dans un rapport du PNAC rédigé un an plus tôt. Dick Cheney avait alors introduit deux douzaines de néoconservateurs à des postes clés, notamment: Scooter Libby en tant qu’adjoint de Cheney; Richard Perle, Paul Wolfowitz et Douglas Feith au Pentagone, David Wurmser au Département d’État et Philip Zelikow et Elliott Abrams au Conseil de sécurité nationale. Abrams avait écrit trois ans plus tôt: «En dehors de la terre d'Israël, il ne fait aucun doute que les Juifs, fidèles à l'alliance entre Dieu et Abraham, doivent se distinguer de la nation dans laquelle ils vivent. C’est la nature même d’être juif, à part - sauf en Israël - le reste de la population. »[5] Quant à Perle, Feith et Wurmser, ils figuraient parmi les signataires d’un rapport israélien secret de 1996 intitulé A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm (Une nouvelle stratégie pour la sécurisation du Monde), exhortant le nouveau Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à rompre avec les accords d'Oslo de 1993 et à réaffirmer le droit d'Israël à confisuer les territoires arabes. Selon Patrick Buchanan, la guerre en Irak de 2003 prouve que ce plan "a maintenant été imposé par Perle, Feith, Wurmser & Co. aux États-Unis".
Colin Powell, selon sa biographe Karen DeYoung, s’est élevé en privé contre ce "petit gouvernement séparé" composé de "Wolfowitz, Libby, Feith et le  Bureau de la Gestapo " de Feith [6], mais leur a néanmoins accordé la guerre en Irak. Son chef d'état-major, le colonel Lawrence Wilkerson, a déclaré en 2006 qu'il avait «participé à un canular perpétré contre le peuple américain, la communauté internationale et le Conseil de sécurité des Nations Unies». En 2011, il a ouvertement dénoncé la duplicité de néoconservateurs tels que Wurmser. et Feith, qu'il considérait comme «des membres détenteurs de cartes du parti du Likoud». «Je me suis souvent demandé, a-t-il dit, si leur allégeance première était envers leur propre pays ou Israël. C'est ce qui m'a troublé, car ils disaient et faisaient tellement de choses qui semblaient refléter davantage les intérêts d'Israël que les nôtres ». [7] En d'autres termes, quelque chose ne sonne pas vraiment les néo-conservateurs disent : «Nous, les Américains». Par exemple, le 11 avril 2002, Paul Wolfowitz déclare : «Depuis le 11 septembre, nous, Américains, avons une chose de plus en commun avec les Israéliens. Ce jour-là, l'Amérique a été attaquée par des kamikazes. À ce moment, chaque Américain comprit ce que c'était de vivre à Jérusalem, à Netanya ou à Haïfa. Et depuis le 11 septembre, les Américains savent maintenant pourquoi nous devons combattre et gagner la guerre contre le terrorisme. »[8] La capacité des néo-conservateurs à tromper le public américain en se faisant passer pour des patriotes américains plutôt qu'israéliens exigeait que leur judaïté soit taboue. Ainsi, Carl Bernstein. , bien que juif lui-même, a provoqué un scandale en précisant à la télévision nationale la responsabilité des «néocons juifs» dans la guerre en Irak [9].
Mais le fait que la destruction de l’Irak ait été perpétrée pour le compte d’Israël est maintenant largement accepté, grâce au livre de 2007 de John Mearsheimer et Stephen Walt : Le Lobby israélien et de la politique étrangère américaine. Et même les meilleurs menteurs se trahissent parfois. Philip Zelikow a tombé le masque lors d'une conférence à l'Université de Virginie le 10 septembre 2002: «Pourquoi l'Irak attaquerait-il l'Amérique ou utiliserait-il des armes nucléaires contre nous? Je vais vous dire quelle est, à mon avis, la véritable menace et ce qu’elle est depuis 1990: c’est la menace contre Israël. Et c’est la menace qui n’ose pas prononcer son nom, car les Européens ne se soucient pas beaucoup de cette menace, je vous le dirai franchement. Et le gouvernement américain ne veut pas trop s’appuyer dessus, car ce n’est pas facilement vendable auprès du peuple américain. »[10]
Norman Podhoretz, rédacteur en chef de Commentary (et beau-père d'Elliott Abrams), a déclaré qu'après juin 1967, Israël était devenu «la religion des juifs américains». [11] Naturellement, en dehors de la communauté juive, la religion doit rester discrète, voire secrète, et se déguiser en patriotisme américain. En s’appuyant sur les sionistes chrétiens, les néo-conservateurs ont perfectionné ce faux patriotisme américain tout à fait profitable pour Israël et finalement désastreux pour les Américains - un pseudo-américanisme qui est en réalité un crypto-israélisme. Ce crypto-israélisme est très comparable au crypto-judaïsme qui a joué un rôle déterminant dans la chrétienté à partir du début du 15ème siècle. Il convient de se pencher sur ce contexte pour mieux comprendre une pratique aussi constitutive de la politique et de la culture juives.
Une brève histoire des crypto-juifs
Les Juifs officiellement baptisés dans l'Église catholique, mais restés secrètement fidèles au judaïsme, existent depuis le début du Moyen Âge et leur nombre ne cesse de croître après la centralisation du pouvoir papal en Europe occidentale à partir du XIe siècle. Le cinquième décret du quatrième concile de Latran (1215) concerne précisément le problème de ces convertis peu sincères et leur mauvaise influence sur les autres chrétiens. Dans de nombreux cas, leur conversion résultait d'une menace d'expulsion. Mais un facteur important à considérer est la prière rituelle de Kol Nidre, déclamée solennellement trois fois le jour précédant Yom Kippour: «Que tous les vœux, les interdits personnels et collectifs, les serments et choses équivalentes que nous aurions formulés et contractés, toutes les promesses et tous les engagements que nous aurions faits et pris devant Dieu, à compter de la date de ce Yom Kippour-ci et jusqu’au Yom Kippour à venir, nous les rétractons ci-devant, qu’ils soient nuls et non avenus, puisque nous ne sommes pas assurés de les tenir. Nos vœux ne sont plus des vœux, nos engagements ne sont plus des engagements, nos serments ne sont plus des serments."[12] On pense que cette formule rituelle, qui proclame le baptême chrétien nul et non avenu, était déjà utilisée dans toutes les communautés juives L'Europe au XIIe siècle.
Le phénomène du crypto-judaïsme a pris une nouvelle ampleur à la fin du XIVe siècle en Espagne et au Portugal. En un quart de siècle (1391–1415), des pressions, des menaces et des sermons ont fait plus de cent mille convertis juifs. Libérés des restrictions imposées aux Juifs, ces convertis, appelés «nouveaux chrétiens», Conversos, ou Marranos, ont connu une ascension socio-économique fulgurante. Selon l'historien du marranisme Yirmiyahu Yovel: «Les conversos se sont précipités dans la société chrétienne et ont infiltré la plupart de ses interstices. Après une ou deux générations, ils étaient dans les conseils de Castille et d'Aragon, exerçant les fonctions de conseillers et administrateurs royaux, commandant l'armée et la marine et occupant toutes les fonctions ecclésiastiques, de curé à évêque et cardinal. […] Les Conversos étaient des prêtres et des soldats, des politiciens et des professeurs, des juges et des théologiens, des écrivains, des poètes et des conseillers juridiques - et bien entendu, comme par le passé, des médecins, des comptables et des marchands de haut vol. Certains se sont alliés par alliance aux plus grandes familles de la noblesse espagnole […]. Leur ascension et leur pénétration dans la société ont été d’une ampleur et d’une rapidité étonnantes. »
La plupart des convertis ont continué à se marier entre eux, et beaucoup « ont effectivement essayé de conserver, secrètement dans leurs maisons et leur comportement clandestin,- une forme d'identité juive. Ils ont secrètement observé des rituels juifs, évitant autant que possible de manger des aliments interdits, pratiquant la prière silencieuse, murmurant de vieilles formules et des bénédictions juives, et enseignant à leurs enfants qu'ils seraient sauvés par la loi de Moïse et non par celle du Christ; ils se considéraient comme des captifs au «pays de l’idolâtrie» et attendaient leur propre Messie. »[13]
En 1492, le roi Ferdinand d’Aragon et la reine Isabelle de Castille ont publié le décret de l’Alhambra, qui ordonnait l’expulsion définitive des Juifs qui refusaient de se convertir, sous prétexte de leur mauvaise influence sur leurs frères convertis, qu’ils essayaient constamment « d’entraîner dans leurs cérémonies et l’observance de leur loi, circoncisant leurs enfants, etc. » Environ 40.000 Juifs ont choisi le baptême, tandis que 120.000 ont émigré, principalement au Portugal, triplant le nombre de Juifs dans ce pays. Comme toujours dans ce cas, ceux qui préféraient l'exil à l'apostasie portaient avec eux un ressentiment plus profond contre le catholicisme. Leur ressentiment s’est aggravé lorsque, quatre ans après le décret de l’Alhambra, le roi du Portugal Manuel-I a publié un décret similaire, à la différence que, accro à la manne financière des Juifs, il leur interdisait de quitter le royaume; en pratique, cela signifiait conversion ou mort. Cependant, il leur a garanti qu'aucune enquête ne serait menée sur leur vie religieuse pendant une période de vingt ans (garantie renouvelée en 1512 et à nouveau en 1524). Le Portugal comptait maintenant environ 12% de ces « nouveaux chrétiens », concentrés dans les villes où ils représentaient entre un quart et un tiers de la population. Ils ont appris et perfectionné l'art de mener une double vie.
Le roi Manuel leur permit finalement de quitter le pays et de s'engager dans le commerce international en 1507. Les Marranes, souvent appelés simplement «Portugais», devinrent rapidement des hommes d'affaires internationaux de premier ordre échangeant des lettres de change avec confiance. Ils «ont créé le premier modèle de mondialisation économique pré-moderne, bien que fragmenté» et «ont rapidement commencé à se hisser au premier plan du commerce international, monopolisant presque totalement le marché de certains produits de base, tels que le sucre, les épices, les bois rares, le thé, le café et le transport des esclaves. » [14] Quand, en 1540, le nouveau roi portugais João-III introduit l'Inquisition sur le modèle espagnol, en traquant les judaïsants portugais dans toute l'Europe et même dans le Nouveau Monde. Judaïsants, les Marranes sont devenus de plus en plus furieux à l’égard de la foi catholique qu’ils ont dû simuler et sont devenus plus secrets. [c]
Ce que cette triste histoire prouve, c’est que les monarques portugais assument une lourde responsabilité dans l’aggravation du «problème crypto-juif». Mais ils ne l’ont pas créé. La crypsie est une tradition juive profondément enracinée dans la Bible. La figure biblique d’Esther, la juive clandestine qui, dans le lit du roi de Perse, l’inclinait favorablement pour son peuple était particulièrement appréciée des Marranes. Pendant des générations, ils ont prié «Sainte Esther». [15] Cela est significatif parce que la légende d'Esther est également une pierre angulaire de la culture juive: chaque année, les Juifs célèbrent son dénouement "heureux" (puisque les juifs ont massacré 75.000 Persans ) lors de la fête de Pourim.[d]
Beaucoup de Marranes ou leurs descendants sont devenus moines ou prêtres, et certains ont accédé à des postes ecclésiastiques importants dans l'Église catholique. Ils pouvaient trouver une justification dans leur Bible hébraïque, qu’ils appelaient maintenant officiellement «Ancien Testament», et où ils pouvaient lire: «Rebecca a pris les plus beaux vêtements d’Ésaü, son fils aîné, qu’elle avait à la maison, et y a revêtu son plus jeune fils, Jacob. […] Jacob dit à son père: "Je suis Esaü, ton premier-né" »(Genèse 27: 15-19). Si Jacob / Israël a dupé son frère Esaü (la Rome catholique) de son droit de naissance en s'habillant comme lui, pourquoi ne feraient-ils pas de même?
L’ordre des jésuites a attiré de nombreux marranes, une situation qui a parfois fait l’objet d’une controverse scandaleuse, comme Robert Maryks l’a décrit dans l’ordre des jésuites en tant que synagogue de juifs (une bonne critique ici). L'ordre monastique de Saint-Jérôme était également connu pour attirer les judaïsants marranes. Un frère éminent, Hernando de Talavera, était le confesseur d'Isabelle la Catholique. Un autre, Fray Vicente Rocamoro, était le confesseur d’Anne-Marie (fille de Philippe III d’Espagne et future impératrice); il a soudainement disparu, puis est réapparu en 1643 dans la communauté juive d'Amsterdam sous le nom d'Isaac de Rocamora. [16]
Le rôle des Marranes était important dans le mouvement calviniste. Lorsque l’Angleterre a cherché à saper le contrôle de l’Espagne sur les Pays-Bas, elle a bénéficié du soutien de nombreux crypto-juifs convertis du catholicisme au calvinisme. Selon l'historien juif Lucien Wolf, «les Marrano d'Anvers ont pris une part active au mouvement de la Réforme et ont abandonné leur masque de catholicisme pour une prétention non moins creuse de calvinisme. […] La simulation du calvinisme leur a apporté de nouveaux amis qui, comme eux, étaient des ennemis de Rome, de l'Espagne et de l'Inquisition. […] En outre, c'était une forme de christianisme qui se rapprochait de leur propre judaïsme. »[17]
Une conception raciste de la judaïté est devenue une caractéristique de la culture marrano. Ayant été forcés de changer de religion, les Marrano ont minimisé l'importance de la religion et interprété leur judaïté en termes raciaux, se considérant comme fondamentalement juifs, quelle que soit leur religion. Ce sont les Marranes qui ont diffusé les premières théories racistes: en 1655, Isaac La Peyrère, un Marrano de Bordeaux, affirmait dans son traité Præadamitæ qu'Adam était l'ancêtre de la race juive, tandis que d'autres races dérivent d'une humanité pré-adamique, dépourvue de l'âme. [18]
Les Marrano portugais et leurs descendants ont eu une influence profonde et durable sur l'histoire du monde économique, culturel et politique. Benjamin Disraeli, premier ministre de la reine Victoria de 1868 à 1869 et de 1874 à 1880, en est un bon exemple. Issu d'une famille de marranes portugais reconvertis au judaïsme à Venise, son grand-père s'était installé à Londres en 1748. Le père de Benjamin, Isaac D «Israélien, auteur d'un livre sur Le génie du judaïsme, a fait baptiser toute sa famille quand Benjamin avait treize ans, pour des raisons purement banales - les carrières administratives étaient encore fermées aux Juifs. Disraeli, un «fanatique de la race» selon Hannah Arendt, s'est défini comme «anglican de la race juive». [19]
Disraeli a été qualifié de véritable inventeur de l'impérialisme britannique, puisque c'est lui qui, en présentant la Royal Titles Act en 1876, a proclamé la reine Victoria proclamée impératrice de l'Inde par le Parlement. Il orchestre la prise de contrôle du canal de Suez par les Britanniques en 1875, grâce au financement de son ami Lionel Rothschild (opération qui consolide également le contrôle des Rothschild sur la Banque d’Angleterre). Mais Disraeli peut également être considéré comme l’un des précurseurs du sionisme. Bien avant Theodor Herzl, Disraeli avait essayé d’ajouter la «restauration d’Israël» à l’ordre du jour du Congrès de Berlin, dans l’espoir de convaincre le sultan ottoman de reconnaître la Palestine comme une province autonome.
Quelle était donc la motivation de Disraeli derrière sa politique étrangère? Croyait-il que le destin des Britanniques était de conquérir le monde? Ou voyait-il dans l’Empire britannique l’instrument permettant à la nation juive d’accomplir son destin? En amarrant le canal de Suez aux intérêts britanniques, a-t-il simplement cherché à surpasser les Français ou a-t-il jeté les bases de la future alliance entre Israël et l'empire anglo-américain? Personne ne peut répondre à ces questions avec certitude. Mais ses contemporains les ont médités. William Gladstone, son concurrent de longue date au sein du Premier ministre, l'accuse de «tenir la politique étrangère britannique en otage de ses sympathies juives» [20].
Quand le héros du roman de Disraeli, Tancred (1847), un Juif promu seigneur comme l’auteur, glorifie l’Empire britannique en ces termes: «Nous voulons conquérir le monde, dirigé par des anges, afin d’amener l’homme au bonheur, sous souveraineté », qui entend-il vraiment par« nous »? C’est la même question qui nous vient à l’esprit lorsque Wolfowitz dit «nous, les Américains». L’affaire Disraeli est éclairante parce que la question de son crypto-sionisme reflète, un siècle et demi plus tôt, celle du crypto-sionisme des néo-conservateurs.
La Haskalah et la mascarade de la religion
De son point de vue darwinien, le professeur Kevin MacDonald considère le crypto-judaïsme comme «un cas authentique de crypsis assez analogue aux cas de camouflage mimétique dans le monde naturel». Cela s'applique même, selon MacDonald, aux convertis sincères qui maintiennent néanmoins le séparatisme de groupe - ceux qui, tout en acceptant volontiers l'eau du baptême, croient que cela n'a pas changé la nature du sang qui coule dans leurs veines et qui veillent à maintenir la pureté de ce sang juif. «En effet, on peut noter que les nouveaux chrétiens qui maintenaient le séparatisme de groupe tout en acceptant sincèrement le christianisme s’engageaient vraiment dans une stratégie évolutive très intéressante - un véritable cas de crypse tout à fait analogue à celui de la nature. Ces personnes seraient encore plus invisibles pour la société environnante que les crypto-juifs, car elles iraient régulièrement à l'église, ne se circonciraient pas, mangeaient du porc, etc., et n'avaient aucun scrupule psychologique à le faire. […] L'acceptation psychologique du christianisme a peut-être été le meilleur moyen de poursuivre le judaïsme en tant que stratégie évolutive du groupe pendant la période de l'Inquisition.
L’analyse darwinienne de MacDonald s’étend au judaïsme lui-même, qui sert de masque religieux au judaïsme ethnique. Cela concerne en particulier le mouvement Haskalah (l'illumination juive) qui, à la suite de la direction de Moses Mendelssohn (1729-1786), a limité la judéité à la sphère religieuse et a encouragé les juifs à s'engager pleinement dans la culture païenne. Des réformes visant à libérer complètement les Juifs de toutes les discriminations ont ensuite suivi: considérés comme membres d'une confession religieuse, les Juifs sont devenus égaux en droit pour les catholiques et les protestants. Pourtant, la plupart des Juifs sont restés aussi endogamiques qu’avant et n’ont manifestement pas l’intérêt de convertir qui que ce soit. Beaucoup se sont convertis à différentes marques de christianisme, car si le judaïsme n'est plus qu'une religion et si l'assimilation est l'objectif recherché, pourquoi ne pas choisir la religion majoritaire du pays hôte? Ainsi raisonna Heinrich Heine (1797–1856), qui déclara dans son dernier livre Romanzero: «Je ne cache pas mon judaïsme, auquel je ne suis pas revenu, parce que je ne l'ai pas quitté.» [22] Gilad Atzmon souligne que la devise de la Haskalah, «être juif chez soi et dans la rue» est fondamentalement malhonnête: «Le juif de la Haskalah est destiné à vivre dans un double mode trompeur, sinon dans la quasi-schizophrénie. […] Le Juif de Haskalah trompe son Dieu lorsqu'il est chez lui et induit le goy en erreur une fois dans la rue. En fait, c'est cette dualité du tribalisme et de l'universalisme qui est au cœur même de l'identité juive collective laïque. Cette dualité n'a jamais été correctement résolue. "[23]
Le sionisme était une tentative de le résoudre. Moses Hess, précurseur majeur de son livre Rome et Jérusalem (1862), écrit: «Ceux de nos frères qui, dans le but d'obtenir leur émancipation, s'efforcent de se persuader, ainsi que d'autres, que les Juifs modernes ne possèdent aucune trace d'un citoyen. sentant, ont vraiment perdu la tête. "Un Juif est un Juif" en raison de son origine raciale, même si ses ancêtres sont peut-être devenus des apostats. "[24] S'adressant à ses compagnons juifs, Hess a défendu le caractère national du judaïsme et a dénoncé les assimilationniste «belles phrases sur l'humanité et l'illumination qu'il utilise comme un manteau pour cacher sa trahison." [25]
Le judaïsme réformé s'est officiellement opposé au sionisme. À l'occasion de leur conférence de Pittsburgh de 1885, des rabbins réformés américains ont publié la déclaration suivante: «Nous ne nous considérons plus comme une nation, mais comme une communauté religieuse. Nous n'attendons donc ni un retour en Palestine, ni la restauration d'un culte sacrificiel sous la direction des Fils. d’Aaron ou de l’une quelconque des lois concernant l’État juif. »[26] Cependant, malgré ce rejet théorique du nationalisme, le judaïsme réformé prônait une théorie messianique qui attribuerait à Israël un rôle exalté en tant que peuple élu. Le rabbin germano-américain Kaufmann Kohler, une vedette de la Conférence de Pittsburgh, affirmait dans sa Jewish Theology (1918) théologie juive (1918) que, en renonçant à l'attente d'un Messie individuel, «le judaïsme réformé a ainsi accepté la conviction qu'Israël, le Messie souffrant des siècles, à la fin des jours deviendra le Messie triomphant des nations. »[27]« Israël est le champion du Seigneur, choisi pour combattre et souffrir pour les valeurs suprêmes de l’humanité, pour la liberté et la justice, la vérité et l’humanité; l'homme de douleur et de chagrin, dont le sang est de fertiliser le sol avec les graines de la justice et de l'amour pour l'humanité. […] En conséquence, le judaïsme moderne proclame avec plus d'insistance que jamais que le peuple juif est le Serviteur du Seigneur, le Messie souffrant des nations, qui a offert sa vie en sacrifice expiatoire pour l'humanité et a fourni son sang comme ciment avec lequel construisez le royaume divin de vérité et de justice. »[28] [28] Il est facile de reconnaître ici un cas flagrant de mimésis, qui montre que, en se faisant passer pour une religion, la judéité ne peut faire mieux que de imiter le christianisme: La crucifixion du Christ (par les Juifs, comme le disaient les chrétiens) est devenue un symbole du martyre des Juifs (par les chrétiens principalement).
On peut également voir dans le néo-messianisme du judaïsme réformé une forme de super-nationalisme par laquelle le judaïsme réformé a contribué, paradoxalement, à la montée du sionisme même qu'il prétendait désavouer. En fait, le thème de la «crucifixion des juifs» “crucifixion of the Jews” a également été largement utilisé par les juifs sionistes laïcs comme argument politique.
Tout en affirmant à l'origine leur incompatibilité mutuelle et en compétition pour le cœur des Juifs - riches et démunis - le judaïsme réformé et le sionisme se sont finalement unis pour se féliciter de leur merveilleux accomplissement commun: une nation unique, avec un territoire national et international les citoyens. À l'exception de quelques juifs orthodoxes, la plupart des juifs aujourd'hui ne voient aucune contradiction entre le judaïsme et le sionisme. La question de savoir si de telles machines dialectiques sont élaborées par Yahweh ou par B’nai B’rith est ouverte au débat. Cependant, bien que certaines techniques dialectiques délibérément planifiées doivent être expliquées, le processus résulte également de la tendance des Juifs à capitaliser sur tous les mouvements d’opinion dans lesquels ils voient un avenir prometteur. Ils peuvent se trouver divisés sur de nombreuses questions, mais étant donné que leurs choix sont finalement subordonnés à la grande question métaphysique «Est-ce bon pour les Juifs?», Il existe toujours un moment où leurs oppositions sont résolues de manière à renforcer la position globale des peuples. Les Juifs.
Une opposition dialectique similaire peut être observée entre le sionisme et le communisme. Le premier était un mouvement nationaliste, tandis que le second était internationaliste, ils sont donc théoriquement inconciliables. Mais un ancien trotskiste comme Irving Kristol est la preuve vivante (bien que maintenant morte) qu'ils ne le sont pas. En fait, la remarque suivante de l'historien du judaïsme Daniel Lindenberg montre que la relation des internationalistes juifs avec Israël au XXe siècle ressemblait fortement à la relation des nouveaux chrétiens avec le judaïsme à l'époque pré-moderne: «Quiconque a connu les juifs communistes, Les Kominternistes, ou même certains représentants éminents de la génération de 1968, sauront ce que signifie une crypto-juive frustrée: voici des hommes et des femmes qui, en principe, selon le dogme «internationaliste», ont étouffé en eux-mêmes toute trace de «particularisme» et Le chauvinisme juif petit-bourgeois ', qui est écoeuré par le sionisme, soutient le nationalisme arabe et la grande Union soviétique - mais se réjouit secrètement des victoires militaires d'Israël, raconte des blagues anti-soviétiques et pleure en écoutant une chanson yiddish. Cela se poursuit jusqu'au jour où, comme un Léopold Trepper, ils pourront faire ressortir leur judaïté refoulée, devenant parfois, comme les Marranes du passé, les plus intransigeants des néophytes. »[29]
Du point de vue de «Ce qui est bon pour les Juifs», les contradictions sont facilement résolues. Les Juifs, par exemple, peuvent être nationalistes en Israël et multiculturalistes à l'étranger, comme l'a bien expliqué Kevin MacDonald. Israël Zangwill, auteur à succès de la pièce The Melting Pot (1908), dont le titre est devenu une métaphore de la société américaine, est une caricature de cette contradiction. Le héros est un Juif qui a émigré aux États-Unis pour fuir les pogroms qui ont décimé sa famille en Russie.
Il tombe amoureux d'un immigré russe chrétien, qui s'avère être la fille de l'officier russe responsable de la mort de sa famille. Le père de la mariée se repent et le couple vit heureux pour toujours. Le héros se fait le barde de l'assimilation par les mariages mixtes, par lesquels Dieu donne naissance à un nouvel homme: "L'Amérique est le creuset de Dieu, le grand Melting-Pot où toutes les races de l'Europe fondent et se réforment." il écrivait cette pièce. Zangwill était un dirigeant sioniste convaincu, c’est-à-dire un dirigeant d’un mouvement affirmant l’impossibilité pour les Juifs de vivre parmi les gentils et exigeant qu’ils soient séparés sur le plan ethnique. Zangwill est l’auteur d’une autre formule célèbre: «La Palestine est une terre sans peuple pour un peuple sans terre». Il n’ya pas de meilleure illustration du double standard de la communauté juive, qui préconise le métissage des Gentils et la pureté ethnique parmi les Juifs. Dans un discours prononcé à Jérusalem en 1997, le néoconservateur Douglas Feith l'a dit sans ambages: "Il y a une place dans le monde pour les nations non ethniques et il y a une place pour les nations ethniques." [30]
Esdras et l'invention du monothéisme juif
En termes darwiniens, la «crypsis» est définie comme «la faculté d'une espèce de fusionner avec son environnement», tandis que «mimesis» signifie «la faculté d'une espèce de ressembler à une autre». Ce sont des stratégies d'adaptation attribuées de manière conventionnelle aux Juifs. à juste titre. Le Juif a une capacité extraordinaire «de se conformer extérieurement à son environnement temporaire», écrit Hilaire Belloc (Les Juifs, 1922) Hilaire Belloc (The Jews, 1922);; "Un Juif prend avec une rapidité inexplicable la couleur de son environnement." Mais cela ne doit pas être confondu avec l'assimilation réelle. Une telle cryptographie est une stratégie adaptative de sécurité dans un environnement potentiellement hostile. Il ne s'agit nullement d'un renoncement à l'identité juive: «tant qu'il est, à l'intérieur de et par tout son caractère ultime, par dessus tout un Juif; pourtant, dans les choses superficielles et les plus immédiatement apparentes, il est vêtu de l'habitude même de la société dans laquelle il habite pour le moment. »[31]
Dans cette dernière section, je ferai valoir que cette culture de la cryptographie et de la tromperie fait partie du tissu même de la Bible hébraïque.
Les historiens admettent aujourd'hui que le noyau du Tanakh juif, le «corpus deutéronomiste» formé par le Pentateuque et les livres de Josué, Judges, Ruth, Samuel et Kings, qui témoignent d'une forte unité narrative et idéologique, ont été édités à l'époque exilique. et surtout à la fin, quand Babylone était tombée sous la domination perse et que les Judéens exilés se préparaient à la reconquête de la Palestine. Cela ne signifie pas que tout le contenu de cette première partie de la Bible hébraïque d’aujourd’hui a été inventé à l’époque. Il y avait un ensemble de matériaux oraux et écrits: codes de lois, chroniques et légendes de rois, guerriers et hommes saints, ainsi que des chants, des visions et des prophéties laïques et laïques. Mais «la structure idéologique de la littérature biblique ne peut être expliquée qu'en dernière analyse comme un produit de la période perse [32]» (Baruch Spinoza était parvenu à la même conclusion en 1670, soit dit en passant, bien que de récents érudits l'ignorent). [33]
Lorsque le roi perse Cyrus le Grand conquit Babylone en 539 avant notre ère, les Judéens furent récompensés pour l'avoir assisté de l'intérieur; ils ont obtenu de hautes fonctions à la cour persane. Les Judéens ont également reçu l’autorisation et le soutien nécessaires pour retourner à Jérusalem et établir une théocratie (un gouvernement de prêtres) sur l’ancienne terre d’Israël. Pour cela, Cyrus reçoit le titre de «Oint» de Dieu (Mashiah) dans Ésaïe 45: 1, Yahweh (ou ses dévots influents) l'ayant «saisi par sa main droite pour obliger les nations à se prosterner devant lui». Le modèle de la manière dont les Judéo-Babyloniens ont utilisé l'empire perse pour leur entreprise de colonisation est remarquablement similaire à la façon dont les sionistes ont utilisé l'empire anglo-américain ces derniers temps. En fait, on peut dire que la rédaction finale du Pentateuque et de la plupart des livres historiques a été entreprise comme un outil de propagande pour soutenir le projet géopolitique de la conquête de la Palestine par les Judéo-Babyloniens, conquête totalement illégitime si l'on considère que ces Judéens visaient à usurper le nom et l'héritage de l'ancien royaume d'Israël, dont la Judée était simplement, jusqu'à la destruction d'Israël par l'Assyrie, un arrière-pays en contrebas de montagnes arides et de déserts habités par des tribus pastorales récemment installées. Il n’est donc pas étonnant que la Bible ait toujours été le modèle du projet sioniste.
L'histoire de Joseph fils de Jacob, qui occupe les derniers chapitres du Livre de la Genèse (37–50), date de cette période persane, et l'histoire d'Esther, qui appartient au même genre du «romantisme juif», est même postérieure. . Les deux héros sont des Juifs intelligents qui ont atteint des postes d'influence dans les hautes sphères du gouvernement et les utilisent pour faire profiter leur communauté, aux dépens des autochtones.
Les innovations post-exiliques sont particulièrement évidentes dans Genesis, qui est maintenant le premier livre du Pentateuque, mais peut être considéré comme le dernier en termes de rédaction. L’histoire de la tour de Babel (Genèse 11) n’a pas pu être écrite avant la chute de Babylone, et le jardin d’Eden, où l’Euphrate et le Tigre prennent leur source (Genèse 2), tire son nom hébreu de Pardès, duquel « "Paradis" provient des jardins royaux persans.
Le Livre de la Genèse assimile le Dieu d'Israël au Dieu de l'humanité et créateur de l'univers. Cette idée s'est cristallisée pendant la période perse. Dans les couches précédentes de la Bible, Yahweh est le dieu jaloux et suppose jalousement l'existence d'autres dieux. Dans les prophètes de l'exil, Yahweh est un dieu national et ethnique: «Tous les peuples avancent, chacun au nom de son dieu, tandis que nous avançons au nom de Yahweh, notre dieu, pour toujours et à jamais» (Michée 4: 5). ). Et dans l'histoire de Moïse, qui est très ancienne, Yahweh se présente à Moïse comme «le dieu de vos ancêtres» (Exode 3: 6). Ce qui le distingue des autres dieux tribaux, c'est l'exclusivisme possessif: «Tu n'auras pas d'autres dieux pour me rivaliser» (Exode 20: 3).
Yahweh devient le seul vrai Dieu et, par conséquence logique, le créateur de l'univers. Et sans surprise, la façon dont le Dieu juif prétend avoir créé l'univers est directement imitée des mythes mésopotamiens - bien qu'il ait suspendu le soleil dans les cieux trois jours et trois nuits après avoir dit «qu'il y ait de la lumière» (Genèse 1: 3–19) nous laisse sceptiques.
Quant au monothéisme, dont l'invention est si fière pour les Juifs, il a également été emprunté à la religion perse, officiellement monothéiste sous les Achéménides. (On peut se demander s'ils étaient zoroastriens, mais on sait que les Achéménides étaient des adorateurs du dieu suprême Ahura Mazda, dont les représentations et les invocations sont visibles sur les inscriptions royales.) Hérodote nous parle des coutumes des Perses: « ils n'ont pas d'images des dieux, pas de temples ni d'autels et considèrent leur utilisation comme un signe de folie. [….] Cependant, leur habitude consiste à gravir les sommets des plus hautes montagnes et à offrir des sacrifices à Zeus, qui est le nom qu'ils donnent à l'ensemble du circuit du firmament »(Histoires, I.131). Le monothéisme persan, cependant, était très tolérant vis-à-vis des autres cultes et ni Cyrus le Grand ni ses descendants n'ont tenté d'imposer leur religion aux peuples conquis.
En revanche, le Yahwisme, ou monothéisme judéen, est exclusiviste car, bien que Yahweh prétende maintenant être le Dieu universel, il reste le dieu jaloux d'Israël. La formation du monothéisme judéen (juif) est en elle-même un processus de cryptographie: le dieu ethnique d'Israël imite le vrai Dieu universel des Gentils, dans le but de son ascension politique et culturelle.
Le processus peut en réalité être déduit du Livre d’Esdras. En 458 avant notre ère, quatre-vingts ans après le retour des premiers exilés, Ezra, fier descendant d'une lignée de prêtres yahwistes, se rendit de Babylone à Jérusalem, accompagné de quelque 1 500 disciples. Portant avec lui une version amplifiée de la Torah et probablement mandatée par le roi de Perse, Esdras s’appelait lui-même le «Secrétaire de la loi du Dieu du ciel» (Esdras 7:21). Ce titre lui-même est un argument de poids pour considérer, à l'instar de Spinoza, qu'Ezra était effectivement à la tête de l'école de scribes qui a compilé le corpus deutéronomiste. Néhémie a rapidement rejoint Ezra, un officier de la justice perse d'origine judéenne (personnage de type Joseph).
Le livre d'Esdras contient des extraits de plusieurs édits attribués aux rois perses qui se sont succédé. Tous sont réputés aussi faux que l’édit d’Assuérus dans le livre d’Esther, mais leur contenu est révélateur de la stratégie politico-religieuse déployée par les exilés de Judée pour leur lobbying proto-sioniste. Dans le premier édit, Cyrus le Grand déclara: «Yahweh, le Dieu des cieux, m'a donné tous les royaumes de la terre et m'a chargé de lui construire un temple à Jérusalem, en Juda. Quiconque parmi vous appartient au peuple de son peuple, que son Dieu soit avec lui! Qu'il monte à Jérusalem, en Juda, et construise le temple de Yahweh, le dieu d'Israël, qui est le dieu de Jérusalem »(Esdras 1: 2–3, c'est moi qui souligne). Ainsi, Cyrus parle au nom du «Dieu du ciel» tout en autorisant les exilés de Judée à construire un temple à «Yahweh, le dieu d’Israël qui est le dieu de Jérusalem». Nous comprenons que les deux expressions se réfèrent au même Dieu, mais la dualité est significative. On le retrouve dans l'édit autorisant la deuxième vague de retour. C'est maintenant Artaxerxès, «roi des rois», qui s'adresse au «prêtre Ezra, secrétaire de la loi du Dieu du ciel», pour lui demander d'offrir un holocauste gigantesque au «dieu d'Israël qui réside à Jérusalem» (7: 12-15). Nous trouvons plus tard deux fois l’expression «Dieu du ciel» entrecoupée de sept références à «ton Dieu», c’est-à-dire le Dieu d’Israël (et gardons à l’esprit que la capitalisation est une convention des traducteurs modernes). La phrase "Dieu des cieux" apparaît une fois de plus dans le livre d'Esdras, et encore dans l'édit d'un roi perse: Darius confirme l'édit de Cyrus et recommande aux Israélites "d'offrir des sacrifices agréables à Dieu du ciel et priez pour la vie du roi et de ses fils »(6:10). Ailleurs, le livre d'Esdras ne mentionne que le «Dieu d'Israël» (quatre fois), «Yahweh, le Dieu de vos pères» (une fois) et «notre Dieu» (dix fois). En d'autres termes, selon l'auteur du livre d'Esdras, seuls les rois de Perse imaginent que Yahweh est «le Dieu du ciel» - une désignation commune du dieu universel Ahura Mazda parmi les Perses - alors que pour les Juifs, Yahweh est simplement leur dieu, le «dieu d'Israël», le dieu de leurs pères, bref un dieu tribal.
Le même principe peut être observé dans le livre de Daniel (un autre roman de type Joseph et Esther), lorsque Nebucadnetsar, impressionné par l'oracle de Daniel, se prosterne et s'exclame: «Ton dieu est vraiment le Dieu des dieux, le Maître des rois» (Daniel 2:47). De tels récits dans lesquels le dieu des Juifs devient, aux yeux du goyim, le dieu de l'univers, révèlent le vrai secret du judaïsme, la clé de sa relation à l'universalisme: pour les juifs, Yahweh est le dieu des juifs , tandis que les gentils sont amenés à croire qu’il est le Dieu suprême et unique. «Dans le cœur de tout juif pieux, Dieu est un juif», écrit Maurice Samuel dans Maurice Samuel in You Gentiles (1924), tandis que dans le message adressé aux Goyim, il est le Dieu universel qui préfère les juifs [34].
Le quiproquo conduirait à un scandale public en 167 de notre ère, lorsque l'empereur hellénistique Antiochos IV dédia le temple de Jérusalem à Zeus Olympios, le Dieu suprême. Il avait été amené à comprendre, probablement, que Yahweh et Zeus étaient deux noms du Dieu cosmique, le père céleste de toute l'humanité. Mais les Macchabées juifs qui ont dirigé la rébellion contre lui le savaient mieux: Yahweh est peut-être le Dieu suprême, mais seuls les Juifs sont intimes avec lui, et toute façon que les païens l'adorent est une abomination.

[1] Andrew Cockburn, Rumsfeld: His Rise, His fall, and Catastrophic Legacy, Scribner, 2011, p. 219. Cockburn claims to have heard it from “friends of the family.”
[2] Strauss, “Why we Remain Jews”, quoted in Shadia Drury, Leo Strauss and the American Right, St. Martin’s Press, 1999, p. 31-43.
[3] Benjamin Balint, Running Commentary: The Contentious Magazine That Transformed the Jewish Left into the Neoconservative Right, Public Affairs, 2010.
[4] Congress Bi-Weekly, quoted by Philip Weiss, “30 Years Ago, Neocons Were More Candid About Their Israel-Centered Views,” Mondoweiss.net, May 23, 2007: mondoweiss.net/2007/05/30_years_ago_ne.html
[5] Elliott Abrams, Faith or Fear: How Jews Can Survive in a Christian America, Simon & Schuster, 1997, p. 181.
[6] Stephen Sniegoski, The Transparent Cabal: The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel, Enigma Edition, 2008, p. 156.
[7] Stephen Sniegoski, The Transparent Cabal, op. cit., p. 120.
[8] Justin Raimondo, The Terror Enigma: 9/11 and the Israeli Connection, iUniverse, 2003, p. 19.
[9] April 26, 2013, on MSNBC, watch on YouTube.
[10] Noted by Inter-Press Service on March 29, 2004, under the title “U.S.: Irak war is to protect Israel, says 9/11 panel chief,” and repeated by United Press International the next day, on www.upi.com.
[11] Norman Podhoretz, Breaking Ranks: A Political Memoir, Harper & Row, 1979, p. 335.
[12] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane. Judaïsme et modernité, Seuil, 2011, p. 395.
[13] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., pp. 119-120, 149–151.
[14] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., pp. 483, 347.
[15] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., pp. 149–151.
[16] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., pp. 185–191.
[17] Lucien Wolf, Report on the “Marranos” or Crypto-Jews of Portugal. Presented to the Alliance Israelite Universelle and the Council of the Anglo-Jewish Association, March 1926.
[18] Quoted in André Pichot, Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Flammarion, 2008, pp. 52–66.
[19] Hannah Arendt, The Origins of Totalitarianism, vol. 1: Antisemitism, Meridian Books, 1958, pp. 309–310.
[20] Stanley Weintraub, Disraeli: A Biography, Hamish Hamilton, 1993, p. 579.
[21] Kevin MacDonald, Separation and Its Discontents: Toward an Evolutionary Theory of Anti-Semitism, Praeger, 1998, kindle 2013, k. 5876–82.
[22] Quoted in Kevin MacDonald, Separation and Its Discontents, op. cit., k. 4732–4877.
[23] Gilad Atzmon, The Wandering Who? A Study of Jewish Identity Politics, Zero Books, 2011, pp. 55–56.
[24] Moses Hess, Rome and Jerusalem: A Study in Jewish Nationalism, 1918 (archive.org), pp. 71, 27.
[25] Moses Hess, Rome and Jerusalem, op. cit., p. 74.
[26] Quoted in Alfred Lilienthal, What Price Israel? (1953), 50th Anniversary Edition, Infinity Publishing, 2003, p. 14.
[27] Kaufmnann Kohler, Jewish Theology, Systematically and Historically Considered, Macmillan, 1918 (www.gutenberg.org), p. 290.
[28] Kaufmann Kohler, Jewish Theology, Systematically and Historically Considered, Macmillan, 1918 (on www.gutenberg.org), pp. 378–380.
[29] Daniel Lindenberg, Figures d’Israël. L’identité juive entre marranisme et sionisme (1649–1998), Fayard, 2014, p. 10.
[30] Stephen Sniegoski, The Transparent Cabal, op. cit., p. 119.
[31] Hilaire Belloc, The Jews, Constable & Co., 1922 (archive.org), pp. 32–35.
[32] Philip Davies, In Search of “Ancient Israel”: A Study in Biblical Origins, Journal of the Study of the Old Testament, 1992, p. 94. Davies is one of the founders of this “minimalist” school now gaining wide recognition. Also influential has been Niels Peter Lemche, The Israelites in History and Tradition, John Knox Press, 1998. A more recent proponent of the same approach is Thomas Romer, who has summarized his conclusions in The Invention of God, Harvard University Press, 2016.
[33] Benedict de Spinoza, Theological-political treatise, chapter 8, §11, Cambridge UP, 2007, pp. 126-128, on *.
[34] Maurice Samuel, You Gentiles, New York, 1924 (archive.org), pp. 74–75.
June 21, 2019 by Laurent Guyenot
Laurent Guyénot est l'auteur de JFK-9/11: 50 ans de Deep State, Progressive Press, 2014, 
NOTES d’H. Genséric

[a] USA. Adelson a acheté la politique étrangère de Trump et des Républicains pour 90 millions de dollars

Trump, ses juifs et ses "chrétiens" sionistes

[b] Le plus étonnant, c’est que ces « vrais méchants Arabes » sont, comme on le voit de nos jours,  de « vrais masochistes ». Ce sont tous (Arabie, Émirats, Koweït, Qatar, Oman, Jordanie, et j’en oublie) des soi-disant « alliés », alors qu’en réalité ce sont des esclaves masochistes, heureux de se faire flageller, racketter et insulter par leurs maîtres américano-sionistes. En plus, ils sont dressés par leurs maîtres, à massacrer en priorité les autres Arabes (Irak, Syrie, Liban, Yément, etc.). Comment expliquer ce masochisme et cette haine de tueurs chez ces islamistes sunnites, je cherche à comprendre. 
[d] La véritable cabale juive actuellement en cours pour une guerre dévastatrice contre l’Iran n’a pas d’autre raison objective autre que le renouvellement du massacre de Pourim.
Traduction (rapide) : Hannibal Genséric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés. Les auteurs des écrits publiés en sont les seuls responsables. Le fait de les publier n'engage pas la responsabilité de H. Genséric ou de La Cause du Peuple.